Ouvrir le menu principal

Rebigue

commune française du département de la Haute-Garonne

Rebigue
Rebigue
Le clocher de l'église Saint-Lizier.
Blason de Rebigue
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Castanet-Tolosan
Intercommunalité Sicoval
Maire
Mandat
Jean-Louis Échavidre
2014-2020
Code postal 31320
Code commune 31448
Démographie
Gentilé Rebigois, Rebigoises
Population
municipale
488 hab. (2016 en diminution de 5,43 % par rapport à 2011)
Densité 95 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 29′ 23″ nord, 1° 28′ 55″ est
Altitude Min. 182 m
Max. 281 m
Superficie 5,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Rebigue

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Rebigue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rebigue

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rebigue
Liens
Site web http://mairie-rebigue.fr/

Rebigue est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie. Rebigue fait partie de la communauté d'agglomération du Sicoval.

Ses habitants sont appelés les Rebigois.

GéographieModifier

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située à 15 km au sud-est de Toulouse, sur les coteaux de Pech-David entre les vallées de l'Ariège et de l'Hers-Mort.

Communes limitrophesModifier

Rebigue est limitrophe de cinq autres communes.

 
Carte de la commune de Rebigue et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Rebigue[1]
Mervilla Castanet-Tolosan
Aureville   Pompertuzat
Corronsac

HydrographieModifier

La commune est arrosée par le Ruisseau de Cassignol affluent de l'Ariège.

GéologieModifier

La superficie de la commune est de 516 hectares ; son altitude varie de 182 à 281 mètres[2].

TransportsModifier

La commune est desservie par le TAD 119 du réseau Tisséo.

ToponymieModifier

HistoireModifier

HéraldiqueModifier

Son blasonnement est : De gueules aux deux fasces d'or.

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[3],[4].

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Commune faisant partie de la troisième circonscription de la Haute-Garonne du Sicoval et du canton de Castanet-Tolosan.

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2016 En cours Jacques Charrie Sans étiquette Retraité de l'enseignement

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2016, la commune comptait 488 habitants[Note 1], en diminution de 5,43 % par rapport à 2011 (Haute-Garonne : +6,98 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
206184207207225251219298251
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
267216197204196186181189185
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
185189170147143157137135148
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
140118223317355444499507515
2013 2016 - - - - - - -
499488-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[9] 1975[9] 1982[9] 1990[9] 1999[9] 2006[10] 2009[11] 2013[12]
Rang de la commune dans le département 452 271 242 242 223 224 226 241
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

ÉconomieModifier

Service publicModifier

EnseignementModifier

Rebigue fait partie de l'académie de Toulouse.

Une école maternelle et une école élémentaire sont présentes sur la commune voisine de Péchabou[13].

CultureModifier

Activités sportivesModifier

Écologie et recyclageModifier

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre du Sicoval[14].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Rebigue compte une petite église à clocher mur abritant des fragments de tibia attribués à saint Lizier, évêque de Pamiers mort en 548. D'après une croyance locale, ces reliques auraient le pouvoir de guérir certaines maladies de peau. Elles conduisent chaque année quelques pèlerins à visiter le sanctuaire.

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  3. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  4. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031448.html.
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  10. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  11. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  12. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  13. http://mairie-rebigue.fr/public/index.php?action=voir_page&categorie_ID=2
  14. http://www.sicoval.fr/fr/mon-logement/dechets.html