Ouvrir le menu principal

Porte de la Chapelle-Saint-Denis
Porte de la Chapelle
Illustration de la Porte de la Chapelle
Vue du tramway à l'extérieur.
Précédent Sens anti-horaire
Porte des Poissonniers
Porte de la Chapelle Sens horaire
Porte d'Aubervilliers
Suivant
Géographie
Boulevard (s) Boulevard Ney
Arrondissement (s) 18e
Commune limitrophe Saint-Denis
Coordonnées 48° 53′ 55″ nord, 2° 21′ 33″ est
Transports en commun
Petite Ceinture La Chapelle-Saint-Denis
Petite ceinture RATP (T)(3b)
Porte de la Chapelle
Métro (M)(12)
Porte de la Chapelle
Bus (BUS) RATP 38 153 252 302 350
Traverse Ney-Flandre
Routes
Autoroute A1
Route nationale 1

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Point carte.svg
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La porte de la Chapelle, de son nom complet porte de la Chapelle-Saint-Denis[1] est l'une des 17 portes percées dans l'enceinte de Thiers au milieu du XIXe siècle pour protéger Paris, en France.

Sommaire

Situation et accèsModifier

 
Situation à l'époque des fortifications de Paris.

La porte de la Chapelle est située dans le 18e arrondissement, au carrefour de la rue de la Chapelle, de l'avenue de la Porte-de-la-Chapelle et du boulevard Ney. Au nord de la porte débute la plaine Saint-Denis.

La route nationale 1 et l'autoroute A1 partent de cette porte, qui est aujourd'hui un très important carrefour routier, peu accueillant aux piétons et cyclistes. L'interconnexion de ces deux routes avec le boulevard périphérique de Paris crée un important nœud routier.

La porte de la Chapelle-Saint-Denis était une vaste entrée des fortifications de 1840 qui contrôlait la route impériale numéro 1 de Paris à Calais par Saint-Denis qui faisait suite à la rue de la Chapelle, ex Grand-Rue de la commune de la Chapelle (rattachée en 1860). L’axe est situé sur le tracé de l’ancienne voie romaine de Lutèce vers les villes du nord.[réf. souhaitée]

 
Tramway Saint-Denis - Paris au tout début du XXe siècle, à la barrière de la porte de la Villette.
Articles détaillés : Station Porte de la Chapelle et Ligne T3b.

La porte de la Chapelle a été le terminus de la ligne 12 du métro (station Porte de la Chapelle) de 1916 jusqu'au 18 décembre 2012, date où la ligne a été prolongée jusqu'à la station Front Populaire.

Depuis le 15 décembre 2012, la ligne de tramway    y a son terminus avant d'être prolongée jusqu'à la Porte d'Asnières en 2018.

Autrefois, la porte de la Chapelle était également desservie par les tramways qui desservaient la plaine Saint-Denis et Saint-Denis, ainsi que par la station La Chapelle-Saint-Denis sur la ligne de Petite Ceinture.

Origine du nomModifier

Elle porte ce nom car elle faisait suite à la rue de la Chapelle, ex Grand-Rue de la commune de la Chapelle.

HistoriqueModifier

 
Paris, Porte de la Chapelle-Saint-Denis, vers 1900.

Elle est construite sur le territoire de la commune de La Chapelle avant la disparition de cette commune en 1860. Après 1860, elle sépare Paris (72e quartier de Paris, dit quartier de la Chapelle) de Saint-Denis.

En 1944, le site est l'objet d'un bombardement des forces alliées visant les infrastructures ferroviaires qui détruit de nombreuses habitations. Des bombes non explosées sont retrouvées plusieurs décennies après[2].

Représentation du quartierModifier

Le quartier souffre d'une réputation de quartier difficile, populaire, concentrant les problématiques socio-économiques et abritant des populations marginales confrontées à la drogue (en particulier, le crack), à la prostitution, à la délinquance. En septembre 2016 a été installé, pour une durée de dix-huit mois, le centre d'hébergement humanitaire géré par Emmaüs et destiné à abriter 400 migrants masculins sans enfants. Sous-dimensionné, ce centre n'a pas permis d'abriter tous les demandeurs. Des campements de fortune se sont créés dans le quartier et ont subi plusieurs évacuations policières en 2017[3].

Notes et référencesModifier

  1. Guy Le Hallé, Les Fortifications de Paris, p. 175.
  2. Sébastian Compagnon et Benoît Hasse, « Paris : un obus découvert près de la Porte de la Chapelle, un périmètre de sécurité en place », sur leparisien.fr, (consulté le 17 février 2019)
  3. ASA PNE, « Chaos humanitaire à la porte de la Chapelle », ASA PNE,‎ (lire en ligne, consulté le 6 septembre 2017).

Voir aussiModifier