Insécurité

L'Insécurité est un sentiment qui renvoie à l'instabilité. L'insécurité peut être liée à la perte d'un emploi, à un lieu soumis à la délinquance ou à un état que l'être humain peut ressentir lorsqu'il se sent en danger[1],[2].

Abraham Maslow décrit une personne insécure qui « perçoit le monde comme une jungle menaçante et la plupart des êtres humains comme dangereux et égoïstes ; se sent rejetée et isolée, anxieuse et hostile ; est généralement pessimiste et malheureuse ; montre des signes de tension et de conflit, a tendance à se replier sur elle-même ; est troublée par des sentiments de culpabilité, présente l'une ou l'autre perturbation de l'estime de soi ; a tendance à être névrosée ; et est généralement égoïste et égocentrique »[3].

NeurochimieModifier

Dans une certaine mesure, la sécurité émotionnelle est une fonction de la neurochimie : certaines personnes sont naturellement prédisposées à se sentir moins heureuses et à être plus affectées par les événements naturels, par exemple en cas d'hypothyroïdie. Pour remédier à ces déficiences naturelles, des médicaments, comme les ISRS ou même les stimulants, sont souvent prescrits. Les effets secondaires peuvent toutefois, dans de nombreux cas, annuler leurs effets positifs, par exemple lorsque les antidépresseurs rendent l'expérience de l'orgasme difficile, voire impossible, en rendant le cerveau incapable de couper le flux des hormones habituellement associées aux émotions positives, mais qu'il est nécessaire de bloquer soudainement pendant de courtes périodes pour que l'orgasme se produise. Ces médicaments atténuent à la fois les « hauts et les bas », sapant ainsi, pour certaines personnes, une énergie précieuse et inspirante de la vie. Cependant, chaque individu doit peser le pour et le contre de telles situations, et dans de nombreux cas, les dangers d'une sécurité émotionnelle naturellement faible peuvent être pires que les effets secondaires appropriés, notamment lorsqu'une personne est suicidaire[4].

RéférencesModifier

  1. Fanny Bauer Motti, « Qu'est-ce que l’insécurité interieure ? », sur www.journaldunet.com, (consulté le ).
  2. « Définitions : insécurité », sur larousse.fr (consulté le ).
  3. (en) Abraham Maslow, The Dynamics of Psychological Security-Insecurity, .
  4. (en) Dandre Prince, Measurement and Evaluation in Psychology and Education, , 320 p. (ISBN 9781839474118, lire en ligne), p. 294.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Sebastian Roché, Sociologie politique de l'insécurité, Paris, PUF, coll. « Quadrige », 2004 - (ISBN 2-13-053704-9).
  • Sebastian Roché, Tolérance zéro ? Incivilités et insécurité, Paris, Odile Jacob, 2002.
  • Sebastian Roché, La délinquance des jeunes. Les 13-19 ans racontent leurs délits, Paris, Le Seuil, 2001.
  • Sebastian Roché, La Société d’Hospitalité, Paris, Le Seuil, 2000.
  • Sebastian Roché, La société Incivile, Paris, Le Seuil, 1996
  • Sebastian Roché, Insécurité et libertés, Paris, Le Seuil, 1994.
  • Sebastian Roché, Le sentiment d'insécurité, Paris, PUF, 1993.
  • Laurent Bonelli, La France a peur. Une histoire sociale de l'insécurité, Paris, La Découverte, 2008.
  • Jean-Louis Pan Ké Shon, Perception of Insecurity in French Poor Neighbourhoods: Racial Proxy or Pure Discrimination Hypotheses?, Urban Studies, may 2011,10.1177/0042098011402237.
  • Jean-Louis Pan Ké Shon, « La représentation des habitants de leur quartier : entre bien-être et repli », Économie et statistique, n° 386, INSEE, 2005.
  • Jean-Claude Chesnais, Histoire de la violence en Occident de 1800 à nos jours, Paris, Robert Laffont, 1981.
  • Lucienne Bui Trong, L'insécurité des quartiers sensibles : une échelle d'évaluation, Les Cahiers de la sécurité intérieure, août-.
  • W. Ackerman, R. Dulong et H.-P. Jeudy, Imaginaire de l'insécurité, Librairie des Méridiens, 1983.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier