Ouvrir le menu principal

Traverses
Image illustrative de l’article Lignes de bus Traverses de Paris
Logo des Traverses.

Image illustrative de l’article Lignes de bus Traverses de Paris
Un Gruau Microbus de la Traverse Ney-Flandre.

Situation Paris
(13e, 14e, 15e, 17e, 18e, 19e et 20e arrondissements)
Type Autobus
Entrée en service 2004
Lignes 5
Fréquentation 1,28 million (2017)[1]
Propriétaire Mairie de Paris
Exploitant RATP et B.E. Green
Réseaux connexes (BUS) Autobus d'Île-de-France
RATP (xx, 1xx, 2xx, 3xx, 4xx, 5xx, Traverses, spéciales…)
Noctilien (Nxx, N1xx)
Optile (Liste des réseaux)
T Zen (ligne 1)
Mobilien (lignes 100…)
SNCF Transilien
En projet (lignes T Zen 2 à 5, etc.)

Les lignes de bus Traverses de Paris constituent un ensemble de lignes de bus de quartier sur certains arrondissements de Paris cofinancées par la mairie et le Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF) et exploitées par deux transporteurs, la Régie autonome des transports parisiens (RATP) et B.E. Green, filiale des « Autocars Dominique ».

Sommaire

HistoireModifier

S'inspirant des dessertes communales, la ville de Paris décide d'expérimenter des lignes de quartiers appelées « Traverses » et assurant une desserte de proximité[2]. Le , le STIF donne son accord pour créer à titre expérimental une ligne circulaire au départ de la place Gambetta baptisée « Traverse de Charonne » desservant le 20e arrondissement en assurant des correspondances avec le métro à plusieurs stations dont le terminus[2]. Celle première ligne est inaugurée le et exploitée par la RATP avec quatre minibus Mercedes-Benz Sprinter OA 412 DK de 22 places sous l'indice interne 501. Elle est remisée au centre bus des Lilas[2]. Cette ligne n'est pas gratuite et applique le tarif de la zone 1 car le financement de l'opération, estimé à près de 800 000 euros, est pris en charge par les deux partenaires : 40 % par la Ville de Paris et 60 % par le STIF[2].

L'essai de la « Traverse de Charonne » ayant été concluant, une seconde ligne circulaire desservant les 13e et 14e arrondissements est mise en service le sous le nom « Traverse Bièvre Montsouris »[3]. Elle est aussi exploitée par la RATP avec cinq Gruau Microbus, plus un des prototypes hybrides jusqu'en 2006, sous l'indice interne 513. Elle est remisée au centre bus Lebrun[3].

Le , la « Traverse de Charonne » est équipée de Gruau Microbus accessibles aux personnes à mobilité réduite[2]. En plus des quatre exemplaires du service régulier, un cinquième est mis en service à certaines heures ; il s'agit d'un des prototypes hybrides qui fut par la suite retransformé en véhicule diesel après des essais infructueux[2].

Le est mise en service la troisième Traverse parisienne, la « Traverse Ney-Flandre » desservant les 18e et 19e arrondissements, toujours cofinancée par la ville de Paris et le STIF. La participation de ce dernier n'est cette fois-ci que de 6,7 %, le nombre de voyageurs payants prévus étant faible[4]. La tarification est celle des zones 1 et 2[4]. Elle est aussi exploitée par la RATP avec cinq Gruau Microbus sous l'indice interne 519. Elle est remisée au centre bus Belliard[4].

 
Un M2000E ZEUS de la Traverse Brancion-Commerce.

Le STIF, lors de sa séance du , délègue à la ville de Paris les compétences d'autorité organisatrice des transports de proximité à dater du pour toutes les Traverses existantes et à venir en lui laissant le choix de l'exploitation, en régie municipale ou de la confier à une entreprise[3]. La RATP est finalement conservée comme délégataire pour une durée renouvelable de quatre ans[3].

Le , la ville de Paris met en place sa quatrième Traverse, la « Traverse Batignolles-Bichat » desservant les 17e et 18earrondissements[5]. La tarification est celle des zones 1 et 2[5]. Elle est aussi exploitée par la RATP, mais cette fois-ci à l'aide de minibus électriques Gépébus Oréos 2X, sous l'indice interne 518. Elle est remisée au centre bus Belliard[5].

Le , la ville de Paris met en place sa cinquième Traverse, la « Traverse Brancion-Commerce » desservant le 15e arrondissement qui, contrairement aux quatre autres Traverses, n'est pas exploitée par la RATP mais par la société B.E. Green[6], filiale de la société « Autocars Dominique » dont le siège social est à Buc (Yvelines)[7], choisie en 2013 par la commission des appels d'offres de la mairie de Paris au détriment de la RATP et de deux autres concurrents, à la suite d'une mise en concurrence en mars 2010[8],[9]. La société B.E. Green dispose d'un budget de 1,6 million d'euros pour une période de six ans. La ligne est financée à 89 % par la mairie de Paris et à 11 % par le STIF[8]. La ligne est exploitée à l'aide de six minibus électriques ZEUS (Zero Emission Urban System) M 2000 E de BredaMenarinibus[10] d'une capacité de 22 places[11].

Les lignesModifier

Lignes exploitées par la RATPModifier

Ligne Caractéristiques

501
 
Traverse Charonne
(Circulaire) Gambettavia Lagny-Maraîchers
Ouverture / Fermeture
[12] / —
Longueur
7,2 km
Durée
Nb. d’arrêts
26
Matériel
Microbus
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Centre-Bus
Les Lilas
Desserte :
Autre :
  • Zones traversées : 1.
  • Arrêts non accessibles aux UFR : Gambetta, Vitruve-Balkans, Place des Grès.
  • Particularités : La ligne fonctionne du lundi au samedi de h 30 à 20 h 30 et les dimanches et fêtes à partir de h.
  • Date de dernière mise à jour : .

513
 
Traverse Bièvre Montsouris[13]
(Circulaire) Place de l'Abbé Georges Hénocque ↔ via Alésia Général Leclerc
Ouverture / Fermeture
[14] / —
Longueur
7,3 km
Durée
16 min
Nb. d’arrêts
29
Matériel
Microbus
Bluebus 6 m
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Centre-Bus
Lebrun
Desserte :
Autre :
  • Zones traversées : 1.
  • Arrêts non accessibles aux UFR : Alésia Général Leclerc, Père Corentin, Vergniaud, Barrault.
  • Particularités : La ligne fonctionne tous les jours, jours de fête inclus, de h 30 à 21 h 15 environ.
  • Date de dernière mise à jour : .

518
 
Traverse Batignolles-Bichat
(Circulaire) Hôpital Bichat ↔ via Pont Cardinet
Ouverture / Fermeture
[15] / —
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
28
Matériel
Oréos 2X
Bluebus 6 m
Cytios 4/23
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Centre-Bus
Belliard
Desserte :
Autre :
  • Zones traversées : 1.
  • Arrêts non accessibles aux UFR : La Condamine, Lycée Auguste Renoir.
  • Particularités : La ligne fonctionne du lundi au samedi de h 30 à 20 h 30 et les dimanches et fêtes à partir de h 30. Elle est équipée de minibus électriques, mais des minibus diesel sont aussi affectés en réserve[16],[17].
  • Date de dernière mise à jour : .

519
 
Traverse Ney-Flandre
(Circulaire) Porte d'Aubervilliers — Oberlé ↔ via Place de la Chapelle
Ouverture / Fermeture
[18] / —
Longueur
km
Durée
Nb. d’arrêts
26
Matériel
Microbus
Bluebus 6 m
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Centre-Bus
Belliard
Desserte :
Autre :
  • Zones traversées : 1 et 2.
  • Arrêts non accessibles aux UFR : Pajol - Riquet, Pajol - Département.
  • Particularités : La ligne fonctionne du lundi au vendredi de h 15 à 20 h 30 et les samedis, dimanches et fêtes inclus jusqu'à 20 h.
  • Date de dernière mise à jour : .

Ligne exploitée par B.E. GreenModifier

Ligne Caractéristiques

15 Traverse Brancion-Commerce[note 1]
(Circulaire) Parc Georges-Brassensvia Mairie du 15e et Porte de Versailles
Ouverture / Fermeture
/ —
Longueur
km
Durée
50 min
Nb. d’arrêts
28
Matériel
ZEUS M2000E
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Transporteur
B.E. Green
Desserte :
Autre :
  • Zones traversées : 1.
  • Arrêts non accessibles aux UFR : —
  • Particularités : La ligne fonctionne du lundi au samedi de h 30 à 20 h 30 et les dimanches et fêtes à partir de h 30[19]. Elle est équipée de minibus électriques[10],[11].
  • Date de dernière mise à jour : .

Tarification et financementModifier

 
Validateur Navigo présent dans les bus et tramway.

La tarification des lignes est identique sur tous les réseaux de bus franciliens et accessibles avec les mêmes abonnements. Un ticket t+ permet un trajet simple quelle que soit la distance, avec une ou plusieurs correspondances possibles avec les autres lignes de bus et de tramway pendant une durée maximale de 1 h 30 entre la première et dernière validation. En revanche, un ticket validé dans un bus ne permet pas d'emprunter le métro ni le RER. Les lignes Orlybus et Roissybus, assurant les dessertes aéroportuaires, disposent d'une tarification spécifique mais sont accessibles avec les abonnements habituels.

Le financement du fonctionnement des lignes (entretien, matériel et charges de personnel) est assuré par la RATP. Cependant, les tarifs des billets et abonnements dont le montant est limité par décision politique ne couvrent pas les frais réels de transport. Le manque à gagner est compensé par l'autorité organisatrice, Île-de-France Mobilités, présidée depuis 2005 par le président du conseil régional d'Île-de-France et composé d'élus locaux. Elle définit les conditions générales d'exploitation ainsi que la durée et la fréquence des services. L'équilibre financier du fonctionnement est assuré par une dotation globale annuelle aux transporteurs de la région grâce au versement transport payé par les entreprises et aux contributions des collectivités publiques[20].

Notes relatives aux données communiquéesModifier

Provenance des donnéesModifier

Les dates d'ouverture des lignes, le matériel roulant et le centre-bus sont issus du site Siloé, sauf pour la ligne Brancion-Commerce où les informations viennent du site internet de la mairie de Paris. La durée du parcours et le nombre d'arrêts sont calculés à partir des fiches horaires RATP, de même que les jours de fonctionnement, les moments de la journée (journée, nuit, fêtes) et les particularités. Enfin, les zones traversées et l'accessibilité de la ligne et des arrêts desservis sont issues des plans de ligne RATP. Pour la ligne Brancion-Commerce, les informations viennent du site internet de la mairie de Paris.

Explication de quelques-unesModifier

Le nombre d'arrêts est, dans les tableaux, la somme des points d'arrêts ayant des dénominations différentes, qu'ils soient desservis dans un ou les deux sens de circulation.

Les amplitudes horaires sont données selon le principe suivant : lorsque la fiche horaire affiche les horaires de passage aux arrêts importants, elle va de l'heure de départ du premier bus de la ligne la plus précoce, tous arrêts de départ confondus, à l'heure d'arrivée du dernier bus au terminus la plus tardive, tous terminus confondus. Lorsque la fiche horaire n'affiche que les premiers et derniers départs ainsi que les fréquences, elle va de l'heure de départ du premier bus la plus précoce, tous arrêts de départ confondus, à l'heure de départ du dernier bus la plus tardive, tous arrêts de départs confondus. Les horaires communiqués sont arrondis à 5 minutes près. Les amplitudes horaires sont basées sur les horaires d'hiver sauf mention contraire.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. En réalité la ligne n'a pas de numéro, les bus affichent l'indice 15 en référence à l'arrondissement.

RéférencesModifier

  1. L'Observatoire des Déplacements à Paris (Institution incluant différents acteurs publics dont la Direction de la Voirie et des Déplacements de la Mairie de Paris.), « Le bilan des déplacements en 2017 à Paris », Statistiques détaillées des déplacements à Paris en 2017 selon divers modes de transport. [[PDF]], sur Paris.fr (Actualités - Les déplacements à Paris en 2017), Paris, Mairie de Paris (Agence de la Mobilité), (ISSN 1763-5896, consulté le 18 août 2019) : « Fréquentation annuelle pour l'ensemble des 5 lignes de "bus de proximité" (Lignes Traverses). », p. 11 (Section : Les transports en commun).
  2. a b c d e et f « La Traverse de Charonne », sur paris.fr, article du 13 mai 2014 (consulté le 18 mai 2015).
  3. a b c et d « La Traverse Bièvre Montsouris », sur paris.fr, article du 21 novembre 2011 (consulté le 18 mai 2015).
  4. a b et c « La Traverse Ney-Flandres », sur paris.fr, article du 14 septembre 2011 (consulté le 18 mai 2015).
  5. a b et c « La Traverse Batignolles-Bichat », sur paris.fr, article du 6 décembre 2011 (consulté le 18 mai 2015).
  6. Société B.E. Green, site Internet, consulté le 16 octobre 2013.
  7. « Société Autocars Dominique »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), site Internet, consulté le 18 octobre 2013.
  8. a et b Des minibus électriques écornent le monopole de la RATP, article du 16 octobre 2013, sur lefigaro.fr, consulté le 16 octobre 2013.
  9. Paris XVe : une première ligne de bus électriques non Ratp, article sur leparisien.fr du 4 octobre 2013, mis à jour le 10 octobre 2013, consulté le 17 octobre 2013.
  10. a et b Bus électrique ZEUS (Zero Emission Urban System), sur b-e-green.com. Document consulté le 16 octobre 2013.
  11. a et b Caractéristiques des bus utilisés, sur autocars-dominique.fr. Dcoument consulté le 18 octobre 2013
  12. « Historiques de la ligne La Traverse de Charonne », sur busiloe.fr (consulté le 18 mai 2015).
  13. Le nom exact de cette ligne est « Traverse Bièvre Montsouris », voir site de la Mairie de Paris
  14. « Historiques de la ligne La Traverse Bièvre Montsouris », sur busiloe.fr (consulté le 18 mai 2015).
  15. « Historiques de la ligne La Traverse Batignolles-Bichat », sur busiloe.fr (consulté le 18 mai 2015).
  16. [PDF]RATP - communiqué de presse du 10 décembre 2011 sur la mise en service de la Traverse Batignolles-Bichat, consulté le 11 décembre 2011.
  17. Base de données SILOÉ - Lien « Requête Ligne »
  18. « Historiques de la ligne La Traverse Ney-Flandre », sur busiloe.fr (consulté le 18 mai 2015).
  19. [PDF] La Traverse Brancion-Commerce (mairie de Paris), sur paris.fr. Document consulté le 16 octobre 2013.
  20. Le financement des transports publics franciliens, sur iledefrance-mobilites.fr.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier