Pont-l'Évêque (Calvados)

commune nouvelle du département du Calvados

Pont-l’Évêque
De haut en bas et de gauche à droite: l'Hôtel-de-Ville, l'église Saint-Michel; le lac; la Touques; le monument aux morts; maison à pan de bois; siège de la Vicomté d'Auge; l'office du tourisme; ancien couvent des Dominicains.
Hôtel de ville de Pont-l'Évêque.jpg Pont-l'Evêque Eglise St-Michel 24.jpg
Pont-l'Evêque la Touques 10.jpg Lac de Pont-l'Évêque 02.jpg
Pont-l'Evêque Monument aux morts.jpg Façade de la maison à pans de bois au 65 rue Saint-Michel (Pont-l'Évêque, Calvados, France).jpg Siège de la vicomté d'Auge 01.jpg
Pont-l'Evêque Office du tourisme.jpg Pont-l'Evêque 17.jpg
Blason de Pont-l’Évêque
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Intercommunalité Communauté de communes Terre d'Auge
(siège)
Maire
Mandat
Yves Deshayes
2014-2020
Code postal 14130
Code commune 14514
Démographie
Gentilé Pontépiscopiens
Population
municipale
4 662 hab. (2017 en augmentation de 3,19 % par rapport à 2012)
Densité 578 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 17′ 08″ nord, 0° 11′ 02″ est
Altitude Min. 7 m
Max. 118 m
Superficie 8,07 km2
Élections
Départementales Canton de Pont-l'Évêque
(bureau centralisateur)
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Pont-l’Évêque
Géolocalisation sur la carte : Calvados
Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Pont-l’Évêque
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pont-l’Évêque
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pont-l’Évêque
Liens
Site web www.pontleveque.fr

Pont-l’Évêque est une commune française du département du Calvados et de la région Normandie, peuplée de 4 662 habitants[Note 1].

Au , elle forme une commune nouvelle avec Coudray-Rabut.

GéographieModifier

La ville s'étend principalement le long de l'ancienne RN 175 (actuelle D675) à mi-chemin entre Deauville et Lisieux, au milieu d'herbages d'embouche d'où les deux bœufs du blason de la ville. Trois cours d'eau aux multiples méandres où l'on pêche la truite de mer l'arrosent : l'Yvie, la Touques et la Calonne[1]. Un peu hors de la ville, on trouve un plan d'eau de 190 hectares, formé par la carrière creusée par l'extraction des remblais de l'autoroute A13 et transformé en centre de loisirs estival.

À dix minutes de la Côte Fleurie, la ville de Pont-l'Évêque, nichée dans la vallée de la Touques, condense tous les attraits de la Normandie augeronne : édifices à pans de bois de couleur sang de bœuf, bleu ou vert, nombreux cours d’eau, campagne vallonnée et verdoyante, gastronomie locale (le fameux pont-l’évêque, le cidre de Normandie).

Au nord-est de la commune se situe l'échangeur entre l'autoroute A13, l'A132 (vers Deauville) et la D 579 permettant son accès.

La gare de Pont-l'Évêque, est desservie par la ligne entre Lisieux et Deauville.

La commune est desservie par les lignes 36, 50, et plusieurs lignes scolaires des bus verts du Calvados.

 
Les maisons à pans de bois de Pont-l'Evêque


Communes limitrophes de Pont-l'Évêque
Coudray-Rabut Surville
Reux   Saint-Julien-sur-Calonne
Saint-Hymer Pierrefitte-en-Auge Manneville-la-Pipard


ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Pons Episcopi au XIIe siècle[2],[3]; Pont le Vesque en 1297[4].

Établie à la confluence de trois rivières (la Touques, la Calonne et l’Yvie), elle tient son nom d’un pont que l’un des premiers évêques de Lisieux avait fait bâtir[5] et dont il percevait les revenus.

Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté successivement les noms de Pont-Châlier, de Pont-Chartier et de Pont-Libre[6].

Le gentilé est Pontépiscopien.

HistoireModifier

 
Ancienne voie de chemin de fer secondaire.

Carrefour obligé vers la côte ou vers Paris, Pont-l'Évêque a toujours été un important lieu de passage et de commerce. Au Moyen Âge, la ville devient un important siège administratif de la vicomté d’Auge. Occupée par les Anglais pendant le XVe siècle, puis touchée par les guerres de Religion, Pont-l'Évêque connaît ensuite une ère de calme et de prospérité.

La commune a été chef-lieu de district de 1790 à 1800 puis sous-préfecture jusqu'en 1926.

La ville fut desservie de 1904 à 1933 par une ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique provenant de Cormeilles, exploitée pour le compte du Département par la Compagnie du chemin de fer d'intérêt local de Cormeilles à Glos Montfort et ext.[7].

À l'issue de la Seconde Guerre mondiale, le , après trois jours de combat, la ville détruite à 65 % est libérée par les Alliés.

Le , la commune absorbe Coudray-Rabut suite à un arrêté préfectoral du [8].

Politique et administrationModifier

 
Le monument aux morts.
 
L'office du tourisme.

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 juin 1995 David de Rothschild DVD Banquier
juin 1995[9] avril 2014 André Desperrois DVD Ancien entrepreneur en charpente
avril 2014[10] 31 décembre 2018 Yves Deshayes DVD Retraité, ancien directeur d'hippodrome
Les données manquantes sont à compléter.
Liste des maires de la commune nouvelle
Période Identité Étiquette Qualité
3 janvier 2019[11] En cours Yves Deshayes DVD Retraité, ancien directeur d'hippodrome

JumelageModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13].

En 2017, la commune comptait 4 662 habitants[Note 2], en augmentation de 3,19 % par rapport à 2012 (Calvados : +0,89 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 1852 4592 3912 0922 1182 1372 2342 1932 005
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 0243 1142 8802 9112 8432 9333 0503 0583 107
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 9562 9832 9732 7902 8182 8673 0062 6763 012
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
3 1883 4663 7093 7673 8434 1334 1594 1634 518
2017 - - - - - - - -
4 662--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Activité et manifestationsModifier

Tout au long de l'année, de nombreuses animations rythment la vie des Pontépiscopiens et des visiteurs : marchés traditionnels, fête du Fromage, foire aux arbres, etc.

Le lac de Pont-l’Évêque permet des activités durant la période estivale : baignade, jet-ski, nuit à bord de chalet sur l'eau, pédalo, tyrolienne géante, parcours accro-branche pour les petits, quads pour les petits et restaurant.

Économie et tourismeModifier

Bénéficiant d'une situation géographique favorable et d’un réseau de transport étendu (autoroute A13, gare SNCF sur la ligne Paris - Deauville, aéroport de Saint-Gatien), la ville de Pont-l'Évêque accueille, pour les week-ends ou les vacances, de nombreux visiteurs appréciant le calme de la campagne, la convivialité de la ville et les multiples activités proposées dans un cadre accueillant : le lac de Pont-l'Évêque et le parc de loisirs (labellisé Pavillon bleu), l'espace culturel Les Dominicaines, les visites thématiques de la ville (le Quartier Ancien, la « Joyeuse Prison », ses édifices du XVIIIe siècle, etc.).

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
L'église Saint-Michel.

Pont-l'Évêque présente aujourd'hui un patrimoine varié qui témoigne d'une histoire riche.

  • Église Saint-Michel (XVe/XVIe)[16], située place de l'Église.
  • Église Saint-Melaine[17], située rue Saint-Melaine.
  • Le couvent des Dominicaines de l'Isle, XVIIe[18], devenu aujourd'hui l'« Espace culturel les Dominicaines », situé place du Palais-de-Justice.
  • L'Hôtel de ville, ancien Hôtel de Brilly[19], au 58 de la rue Saint-Michel. Il abrite le médaillon de Robert de Flers, offert en 1963 à la ville par son fils François.
  • L'Hôtel Montpensier, devenu aujourd'hui la bibliothèque[20], situé au 38 rue Saint-Michel.
  • Les maisons en pans de bois du quartier de Vaucelles.
  • La « Joyeuse Prison »[21], située rue Eugène-Pian.
  • Le tribunal d'instance, devenu aujourd'hui l'école de musique, situé place du Tribunal.
  • La Fontaine de Brossard, située place du Tribunal. Elle est offerte à la ville par la comtesse Léonce de Brossard. Elle est en fonte et granit. Elle est inaugurée en 1855.
  • Les Archives de la Vicomté, situées place du Palais-de-Justice. Le bâtiment est en briques, silex et moellons à deux étages. Les archives de la vicomté d'Auge y étaient conservées.
  • Le quai des Gabarres.
  • La rue Vieille : rue pavée, bordée de maisons en pans de bois.
  • L'auberge de l'Aigle d’Or, maison à pans de bois, située rue de Vaucelles. Construite en 1520.
  • L'Hôtel le lion d’or, situé place Saint-Melaine.
  • Le musée du calvados et des métiers anciens.
  • L'ancienne distillerie, située place Vauquelin. Le bâtiment en briques, silex, calcaire et pierre de taille date du XIXe. Les bâtiments portent les initiales du propriétaire Georges Bottentuit qui les a fait construire.

Patrimoine disparuModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Naissances
Décès
  • Jeanne Marie Le Calvé, dite la mère Denis (1893 - 1989 à Pont-l'Évêque), lavandière et vedette de publicité.
Autres
  • Gustave Flaubert (1821-1880) situa un de ses Trois Contes, Un cœur simple, à la ferme de Geffosse, propriété de ses parents.
  • Chanoine Tirard. Curé de la paroisse qui, en août 1944, alors que l'église brûlait et qu'on se battait sur la place, se traînant à genoux, ses ornements sacerdotaux maculés de sang, administra l'extrême onction aux blessés, sans s'inquiéter s'ils étaient catholiques, anglicans ou athées, en pensant : « c'est un miracle, aucune balle ne me touche ». Une rue près de l'église Saint-Michel porte son nom.
  • David de Rothschild (né en 1942), banquier, a été le maire de Pont-l'Évêque de 1977 à 1995.
  • Nicolas Batum (1988, Lisieux), joueur de basket-ball jouant en NBA depuis 2008, formé à l'US Pont-l'Évêque Basket de 1993 à 2001.

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune de Pont-l'Évêque se blasonnent ainsi :
de pourpre aux deux bœufs d'or l'un sur l'autre, au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lys aussi d'or[23].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Noël Le Coutour, La Libération de Pont-l'Évêque, Condé-sur-Noireau, Charles Corlet, , 143 p. (ISBN 2854807219, OCLC 468207970)
  • Gaëtane Barbenchon, Pont-l'Évêque, Saint-Cyr-sur-Loire, Alan Sutton, coll. « Mémoire en images », , 128 p. (ISBN 978-2-8138-0250-7)
  • Jacques Marcel Renard, Pont-l'Évêque et ses campagnes aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, SPM, coll. « Chronos », , 286 p. (ISBN 978-2-296-54139-9)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2017.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Calonne (I03-0400) ».
  2. Orderic Vital, t. II, l. v, p. 309.
  3. Johann Hübner (Fils.) - 1746 - La géographie universelle - Volume 1 - Page 159.
  4. Célestin Hippeau, Dictionnaire topographique du département du Calvados, Paris, 1883, p. 227 [1]
  5. René Lepelley, Dictionnaire étymologique des noms de communes de Normandie, Presses Universitaires de Caen, 1996 (ISBN 2-905461-80-2), p. 200 - 201
  6. Notice de Pont-l'Évêque sur le site Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui de l'EHESS, consulté le 26 juillet 2012.
  7. FACS, « Les Chemins de Fer Secondaires de France : Département du Calvados », sur https://www.facs-patrimoine-ferroviaire.fr, (consulté le 11 novembre 2019)
  8. Arrêté portant création de la commune nouvelle de Pont-l'Evêque, recueil des actes administratifs du Calvados du 19 décembre 2018 (pages 80 à 83)
  9. « André Desperrois estime avoir accompli son devoir », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 26 août 2014)
  10. « Yves Deshayes a été installé officiellement à la mairie », sur Ouest-france.fr (consulté le 9 avril 2014)
  11. « Pont-L’Évêque : Yves Deshayes élu maire de la commune-nouvelle », sur Le Pays d'Auge (consulté le 4 janvier 2019)
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  16. Notice no PA00111605, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. Notice no PA00111604, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Notice no PA00111603, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. Notice no PA00111606, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. Notice no PA00111607, base Mérimée, ministère français de la Culture
  21. Notice no PA14000006, base Mérimée, ministère français de la Culture
  22. « Dictionnaire biographique du Canada en ligne - DIÈREVILLE » (consulté le 29 juin 2009)
  23. « GASO, la banque du blason - Pont-l'Évêque Calvados » (consulté le 26 août 2014)