Ouvrir le menu principal

Paris-Noël
Image illustrative de l’article Paris-Noël
Couverture décembre 1885

Langue fr
Périodicité annuel
Format 47 x 37
Fondateur Gustave Goetschy
Date de fondation décembre 1885
Date du dernier numéro décembre 1913
Éditeur Galerie Georges Petit
Ville d’édition Paris

Directeur de publication Gustave Goetschy
ISSN 1256-1304
Couverture de Matin-Salon 1888 par G. Goetschy

Paris-Noël est une revue littéraire et artistique de type almanach publiée au mois de décembre chaque année entre 1885 et 1913[1].

Description de la revueModifier

La revue Paris-Noël est fondée en 1885 par Gustave Goetschy (Percey - Paris )[2], un critique d'art réputé[3],[4]. Elle est imprimée en grand format 47 cm x 37 cm, sur un papier de qualité et fait une trentaine de pages, vendue 3,50 francs, ce qui en fait un produit relativement cher (un journal se vend 5 à 10 centimes). Les encadrements des textes littéraires et des poèmes sont de petits chefs-d’œuvre d'Art nouveau. Elle joue un rôle capital dans la réconciliation entre écrivains et peintres, en cette fin de siècle où les poètes souffrent d'un manque de reconnaissance officielle et se voient refuser la place qu'ils pensent mériter dans l'échelle sociale des carrières[5].

Paris-Noël présente des poèmes, des nouvelles, des chansons etc. d'auteurs en vogue à l'époque, tels que :

Les articles sont richement illustrés par des gravures et photographies, et chaque publication contient un supplément artistique en pleine page, illustrant une œuvre récente de peintres contemporains, la plupart du temps académiques :

Gustave Goetschy restera directeur de la publication jusqu'à sa mort en août 1902[7]. Le titre est racheté en novembre suivant par Alfred Edwards, fondateur du Matin, et son beau-frère le docteur Jean-Baptiste Charcot[8] qui nomment Émile Martel comme directeur de la publication et Lionel Nastorg comme rédacteur en chef.

La dernière parution de Paris-Noël date de décembre 1913. La première guerre mondiale mettra un terme définitif à sa publication.

Consultation en bibliothèqueModifier

Le lien donné par ISSN dans l'infobox indique quelques bibliothèques dans le monde où on peut trouver des exemplaires de Paris-Noël.

Ainsi, en France :

  • La bibliothèque municipale de Bordeaux conserve des exemplaires de Paris-Noël (côte P2091) pour les années : 1885, 1886,1888, 1890, 1891, 1892, 1893, 1894, 1895, 1896, 1897, 1898, 1899, 1900 et 1901.
  • La bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris, conserve des exemplaires de Paris-Noël (côte FOL AE SUP 159 RES) pour les années : 1885,1886,1894.
  • « Paris-Noël », sur Catalogue de la BNF pour les années 1885, 1894, 1897, 1902, 1908.

Notes et référencesModifier

  1. « Notice bibliographique de Paris-Noël », Notice de périodique (consulté le 12 novembre 2018).
  2. Acte de décès n° 1313 (vue 8/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 7e arrondissement, registre des décès de 1902. L'acte précise qu'il était célibataire.
  3. Gustave Goetschy, Les jeunes peintres militaires. Deneuville, Detaille, Dupray, Paris, Baschet, (lire en ligne)
  4. Gustave Goetschy, Catalogue des tableaux, aquarelles et dessins, armes de guerre, coiffures militaires et pièces d'armement provenant de l'atelier A. de Neuville : précédé d'une notice par Gustave Goetschy, , 106 p. (lire en ligne)
  5. Joël Dalançon 1989, p. 63-68
  6. Ferdinand Roybet présentera un portrait de Gustave Goetschy au Salon de 1901.
  7. Nécrologie. La Fronde, 13 août 1902, p. 1, disponible sur Gallica.
  8. Librairie. Le Temps, 4 novembre 1902, p. 3, disponible sur Gallica.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier


Liens externesModifier

  • Joël Dalançon, « Le poète et le peintre », Romantisme, vol. Folie de l'art, no 66,‎ , p. 61-74 (lire en ligne, consulté le 13 novembre 2018).
  • Gustave Goetschy, Matin-Salon, Paris, bureaux du "Matin", 1886-1888, 24 p. (lire en ligne).

Consultation en ligneModifier

Il n'existe pas de site où l'on puisse consulter la revue Paris-Noël en ligne. Ci-dessous une série de liens, nécessairement incomplets, vers un certain nombre de pages de la revue qui se trouvent sur Wikimédia Commons.