Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bail.
Joseph Bail
Joseph Bail by Studio Benque.png
Joseph Bail photographié par Benque (avant 1896).
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Père
Fratrie
Autres informations
Maîtres
Œuvres principales
Bibelots du musée de Cluny (d), La Ménagère (d), Oeufs sur le plat (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Joseph Bail, né le à Limonest et mort le [1] à Neuilly-sur-Seine, est un peintre naturaliste français.

BiographieModifier

Frère cadet du peintre Franck Bail, Joseph Bail reçoit sa première formation auprès de son père, Antoine Jean Bail, praticien de la tradition réaliste des sujets de genre, avant de passer par l'atelier de Jean-Léon Gérôme et par celui de Carolus-Duran[2]. Adolescent, il réalise ses premières natures mortes en 1878 (Poissons de mer et Huîtres). Un an plus tard, il présente des œuvres au Salon de la Société des artistes français.

Quelques années après, il en devient l'un des plus jeunes médaillés d'honneur pour son tableau Bibelots du musée de Cluny au Salon de 1886, puis pour son célèbre Le Marmiton (1887). Passionné par le monde de la gastronomie, il peint tout autant la nourriture que ceux qui ont contribué à la préparer. Il décline les marmitons de différentes manières dans La Cigarette ou Le Repos (1892), ainsi que dans La Besogne faite où le jeune commis, affalé sur une chaise, fume négligemment une cigarette (1893). Il poursuit dans la même veine avec Les Cuisiniers (1894), Reflets de soleil (1895) ou encore Bataille de chiens (1896).

Il reçoit la médaille d'or de l'Exposition universelle de 1900 pour trois œuvres majeures : Le Goûter, Bulles de savon et La Servante[3].

Exécutant des œuvres dans le goût hollandais ou flamand, il s'attache à reproduire des scènes d'intérieur. Il se révèle particulièrement habile à rendre l'éclat d'un cuivre, à jouer avec la lumière d'un rayon de soleil qui entre furtivement dans la pièce, offrant à Gérald Schurr de percevoir en lui un « émule lointain du Caravage », pratiquant « des contre-jours savants à la Zurbarán »[4]. Il se distingue par la suite avec des compositions mettant en scène des servantes (variation féminine du thème des marmitons). À la suite d'une visite aux hospices de Beaune effectuée en 1902, il va peu à peu s'intéresser à la vie des religieuses hospitalières. De cette visite vont naître Le Bénédicité (1903), Un coin de lingerie (1907) ou encore La Cuisine (1910).

Travaillant dans ses ateliers parisiens de la rue Legendre et de Bois-le-Roi, rue de la Mairie, il présente l'une de ses dernières œuvres en 1921, La Citronnade, et meurt quelques semaines plus tard à Neuilly-sur-Seine, le .

Son œuvre caractéristique reflète moins l'influence de ses maîtres académiques que l'étude des peintures de Chardin qu'il avait vues au musée du Louvre, et les travaux de contemporains réalistes tels qu'Antoine Vollon et Théodule Ribot. Peintre intimiste, il apporte soin et réflexion à la disposition des éléments du décor et il fait preuve de beaucoup de raffinement et d'exactitude dans le choix des couleurs.

 
Farniente, huile sur toile, musée des beaux-arts de Mulhouse.

Réception critiqueModifier

« Sa virtuosité s'est élevée des caves et des cuisines aux lingeries paisibles et aux discrets réfectoires, et s'amuse à y suivre, d'objet en objet, la caresse des rayons furtifs. »

— Henry Marcel[5]

« Original en diable, ce producteur de chatons malins signait ses toiles Bail, Joseph, comme à l'école primaire. Ce qui est bien caractéristique de l'esprit des pompiers... »

— Jean-Paul Crespelle (en)[6]

« Joseph Bail complique à plaisir les jeux d'éclairage dans ses intérieurs, mais sa technique de virtuose, sa délicatesse de touche, rendent l'artifice séduisant. »

— Gérald Schurr[7]

« While other artists were changing the shape of art through modernist distortions of form, the Bails looked backward, creating a painting style that showed a devotion to the past and reflected the values of former times »

— Gabriel P. Weisberg (en)[8]

« Il s'est adonné à la peinture de genre et a fait quelques toiles représentant des animaux, mais il doit surtout sa réputation à ses tableaux d'intérieurs. Son talent s'est appliqué à rendre des éclairages heureux et parfois un peu factices. Il excelle à créer dans ses toiles une lumière très vive due à l'éclat rayonnant de quelques points brillants ou à la projection directe du jour extérieur. On ne saurait dire que ce soit du grand art, mais c'est assurément l'expression d'un art original et assez harmonieux. Sa facture est très délicate et son coloris fort juste. »

— Dictionnaire Bénézit[2]

« Joseph Bail est l'un des meilleurs peintres de cette veine traditionaliste qui se poursuit au milieu des débats sur les couleurs, la peinture de la vie moderne et, bientôt, la déformation de la perspective et l'abandon du sujet. Il poursuit, si l'on peut dire, comme Monet les effets changeants de la lumière, mais sur les chaudrons de cuivre dont la surface polie la réfléchit, dans les offices et les cuisines, dans des natures mortes. Sa peinture renvoie aux scènes intimes de l'École hollandaise… Une peinture pour une société qui, comme elle, va être totalement bouleversée[9]. »

— Anne Foster, L'œuvre de Bail, reflet d'un monde déjà perdu

Collections publiquesModifier

BrésilModifier

CanadaModifier

États-UnisModifier

FranceModifier

LuxembourgModifier

Royaume-UniModifier

RussieModifier

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

ÉlèvesModifier

Récompenses, distinctions et hommagesModifier

IconographieModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Base Léonore, légion d'honneur, pièce du dossier en vue 1/19
  2. a et b Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999; vol.1, pp.639-640.
  3. Paris, musée d'Orsay.
  4. Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996, p.46.
  5. Henry Marcel, La peinture française au XIXe siècle, Alcide Picard et Kaan, 1906, p.309.
  6. Jean-Paul Crespelle, Les maîtres de la Belle Époque, Hachette, 1966, p.144.
  7. Gérald Schurr, Les petits maîtres de la peinture, valeur de demain, Les Éditions de l'Amateur, vol.1, 1975, p.65.
  8. Gabriel P. Weisberg, « Painters from Lyon :The Bails and the continuation of a popular realist tradition », Arts Magazine, n°55, avril 1981, p.6.
  9. Anne Foster, « L'œuvre de Bail, reflet d'un monde déjà perdu », La Gazette de l'Hôtel Drouot, no 16,‎ , p. 6.
  10. a b c d e f et g Ville de Bois-le-Roi, Jean-Antoine Bail et ses fils Franck Antoine Bail et Joseph Bail.
  11. Musée d'archéologie et d'histoire locale de Denain, Joseph Bail dans les collections.
  12. Notice sur la base Joconde.
  13. Notice sur le site du musée d'Orsay.
  14. Musée d'Orsay, Bibelots du musée de Cluny par Joseph Bail dans les collections.
  15. Musée d'Orsay, 'La Ménagère par Joseph Bail dans les collections.
  16. Petit Palais, Cendrillon par Joseph Bail dans les collections.
  17. Ambassade de Grande-Bretagne à Luxembourg, Joseph Bail dans les œuvres déposées.
  18. Scottish National Gallery of Scotland, Joseph Bail dans les collections.
  19. Musée de l'Ermitage, Joseph Bail dans les collections.
  20. Galerie Ary Jan, Joseph Bail.
  21. Victorian Art History, Joseph Claude Bail.
  22. Musée Carnavalet, Portrait de Joseph Bail par Engel-Garry dans les collections.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • L'Art, 1894, t. II, p. 124-127.
  • Jules Martin, « Joseph Bail », in Nos peintres et sculpteurs, dessinateurs, graveurs - Portraits et biographies, Flammarion, 1897.
  • C.-E. Curinier (dir.), Dictionnaire national des contemporains, vol.5, Office général d'éditions, 1905.
  • Henry Marcel, La peinture française au XIXe siècle, Alcide Picard et Kaan, 1906.
  • Jean Valmy-Baysse, Joseph Bail : sa vie, son œuvre, collection « Peintres d'aujourd'hui », Paris, Librairie Félix Juven/Société d'édition et de publications, 1910.
  • Jean-Paul Crespelle, Les maîtres de la Belle Époque, Hachette, 1966.
  • (en) Gabriel P. Weisberg, « Painters from Lyon : the Bails and the continuation of a popular realist tradition », Arts Magazine, no 55,‎ , p. 6.
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les Éditions de l'Amateur, 1996.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Gérald Schurr et Pierre Cabanne, Les Petits Maîtres de la peinture, valeur de demain - 1820-1920, Les Éditions de l'Amateur, 2008.

Liens externesModifier