Ouvrir le menu principal

Napoléon Suchet

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Suchet.

Napoléon Suchet
Illustration.
Fonctions
Membre de la Chambre des pairs
Monarque Louis-Philippe Ier
Prédécesseur Louis-Gabriel Suchet
(À titre héréditaire)
Conseiller général de l'Eure
Député de l'Eure à l'Assemblée législative
Député de l'Eure au Corps législatif
Élection
Réélection

Monarque Napoléon III
Législature Ire législature
IIe législature
IIIe législature
IVe législature
Maire de Vernon (Eure)
Biographie
Nom de naissance Louis Napoléon Suchet
Date de naissance
Lieu de naissance Paris
Date de décès (à 64 ans)
Lieu de décès Paris
Parti politique Majorité dynastique
(Orléaniste)
Droite
Majorité dynastique
(Bonapartiste)
Centre droit
Père Louis-Gabriel Suchet
Mère Honorine Anthoine de Saint-Joseph
Conjoint Malvina de Schickler
Enfants Raoul Napoléon (1845-1925)
Isabelle (1847-1933)
Marie Rosine (1856-1893)
Diplômé de École polytechnique
École d'application de Metz
Liste des conseillers généraux de l'Eure
Liste des députés de l'Eure

Louis Napoléon, 2e comte Suchet (né le à Paris, mort le à Paris), 2e duc d'Albufera, est un homme politique français du XIXe siècle.

Sommaire

BiographieModifier

Fils du maréchal Suchet (1770-1826), duc d'Albufera, Louis-Napoléon entre à l'École polytechnique puis à l'École d'application de Metz[1], en sort officier d'artillerie, sert plusieurs années en Algérie et, de retour à Paris, après un riche mariage avec une des filles du banquier prussien Schickler [2](1844), donne sa démission de capitaine (1848).

Le 2 juin 1838, il est admis, en remplacement de son père décédé, à siéger à la Chambre des pairs par droit héréditaire[3]. Il soutient de ses votes le gouvernement de Louis-Philippe Ier.

Le 13 mai 1849, les conservateurs monarchistes de l'Eure l'envoient[4], le 3e sur 9, siéger à l'Assemblée législative. Il y soutient la politique du président Bonaparte et se prononce pour toutes les lois restrictives et répressives.

Élu[5], le 29 février 1852, comme candidat officiel, député de la première circonscription de l'Eure au Corps législatif, contre Charles Dupont (fils de « Dupont de l'Eure »)[6] et Paul de Salvandy[7], il siège dans la majorité dynastique avec laquelle il vote constamment, obtenant sa réélection :

Il préside, en mai 1870, le comité qui dirige à cette époque le mouvement plébiscitaire. Le succès du plébiscite du 8 mai 1870[13],[14] lui vaut, le 18 mai suivant, la plaque de grand officier de la Légion d'honneur.

À la chute de l'Empire, Napoléon Suchet est sur le point d'être nommé sénateur. Il se présente comme candidat au Sénat dans l'Eure, le 30 janvier 1876, sans être élu[15].

Administrateur de société, vice-président de la Compagnie du Canal de Suez, le duc d'Albufera est aussi maire de Vernon (Eure) (1854-1870) et conseiller général de l'Eure (1848-1877[1])

Vie privéeModifier

Fils du maréchal Suchet, Louis Napoléon Suchet épouse, le 11 juin 1844, Malvina Eléonore Isabelle (28 août 1822, Neuilly – † 15 mai 1877, Bordeaux), artiste-peintre, fille de Johan Georg Schickler (1793-1843) [16], banquier (Schickler Frères à Berlin depuis 1818), et Davida Margaretha Angelica (1801-1884), baronne von Schickler.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Napoléon Suchet d'Albufera », sur roglo.eu, Gene Web (consulté le 5 juin 2011)
  2. Jean Baboux, « Lettre au musée de Vizille » [PDF], sur http://www.appl-lachaise.net, (consulté le 16 avril 2016)
  3. Confirmation du titre de duc d'Albuféra pour son père et lui, par lettres du 9 novembre 1824, et admis à sièger à la pairie le 2 juin 1838.
  4. Par 55 708 voix (93 065 votants, 125 952 inscrits)
  5. Par 18 840 voix (24 310 votants, 37 857 inscrits)
  6. 2 842 voix.
  7. 1 627 voix.
  8. Par 15 875 voix (27 254 votants, 36 029 inscrits).
  9. 11 220 voix.
  10. Par 17 702 voix (26 840 votants, 32 363 inscrits).
  11. 9 081 voix.
  12. Par 14 403 voix (25 083 votants, 29 871 inscrits).
  13. Le référendum et le tabou des institutions, 23 mai 2009, Laurent Mauduit in Le Monde
  14. http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/histoire-1851.asp
  15. Il recueillit, sans être élu, 199 voix (785 votants).
  16. « Johann Georg Schickler », sur http://gw.geneanet.org (consulté le 16 avril 2016)
  17. Zénaïde de Cambacérès   (3 août 1857 - Paris † 18 octobre 1932 - Château de Montgobert (Aisne)), fille de Louis, comte de Cambacérès   (1832-1869), auditeur au Conseil d'État (1855), député de l'Aisne (1857-1863), chevalier de l'Ordre de l'Étoile polaire de Suède.

Voir aussiModifier