Ouvrir le menu principal

Mormant

commune française du département de Seine-et-Marne

Mormant
Mormant
La mairie.
Blason de Mormant
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Arrondissement Melun
Canton Nangis
Intercommunalité Communauté de communes de la Brie nangissienne
Maire
Mandat
Sylvain Clérin
2014-2020
Code postal 77720
Code commune 77317
Démographie
Gentilé Mormantais
Population
municipale
4 797 hab. (2016 en augmentation de 8,21 % par rapport à 2011)
Densité 289 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 36′ 28″ nord, 2° 53′ 27″ est
Altitude Min. 100 m
Max. 122 m
Superficie 16,60 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mormant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mormant
Liens
Site web http://www.ville-mormant.fr

Mormant est une commune française située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Ses habitants sont appelés les Mormantais et les Mormantaises.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune est située à environ 11,7 kilomètres au nord-ouest de Nangis [1].

Communes limitrophesModifier

Les communes limitrophes sont : Aubepierre-Ozouer-le-Repos, Bombon, Champeaux, Saint-Méry et Saint-Ouen-en-Brie.

Transports et déplacementsModifier

La commune est desservie par la gare de Mormant, sur la Ligne Paris-Bâle (avec antenne vers Provins). Ce pôle gare est restructuré de 2018 à 2020, afin d'y aménager un parc-relais payant de 344 places et 8 emplacements pour moto, une piste cyclable et des emplacements pour vélos, de nouveaux accès routiers, un nouvel accès piéton au quai de la voie 2[2].

HydrographieModifier

Le système hydrographique de la commune se compose de six cours d'eau référencés :

  • le ru d'Avon, long de 20,87 km[3], affluent de l'Yerres en rive gauche ;
  • le ru d'Ancoeur ou ru de la Prée, 9,63 km[4], qui conflue avec l’Almont ;
    • le ru de Bressoy, 4,23[5], et ;
      • un bras de 0,77 km[6] ;
      • le canal 01 de Bressoy, 1,28 km[7], qui conflue avec le ru de Bressoy ;
    • le ru des Moines, 7,05[8], affluents du ru d'Ancoeur.

La longueur linéaire globale des cours d'eau sur la commune est de 11,36 km[9].

UrbanismeModifier

Lieux-dits, écarts et quartiersModifier

La commune compte 53 lieux-dits administratifs répertoriés[10] dont Lady, au sud-est du territoire communal, Malassise, au centre et Rouvray au sud-ouest.

Occupation des solsModifier

En 2018[11], le territoire de la commune se répartit[Note 1] en 83,5 % de terres arables, 9,4 % de zones urbanisées et 7,1 % de forêts[9].

ToponymieModifier

La localité est mentionnée dès 1285[12].

Mormant proviendrait du germain « Mor », brun et « man », homme[12].

Au cours de la Révolution française, la commune porte le nom de Mormant-l'Égalité[13].

HistoireModifier

À la fin de l'épopée napoléonienne, a lieu le la bataille de Mormant, où l'armée française bat les troupes russes et bavaroises. C'est une des dernières victoires de Napoléon. Un monument bilingue (français et russe) a été érigé derrière l'église de Mormant. Plusieurs reconstitutions de la bataille de Mormant ont été organisées, avec la participation de soldats russes.

La commune, instituée lors de la Révolution française, absorbe en 1841 celle de Lady[13].

Avant 1842, l’école était située dans des bâtiments adossés à l’église, avant d'être transférée par le conseil municipal dans les locaux de l’hôtel du Dauphin, acquis à cette occasion. En 1845, le conseil décide la construction d’une école pour les filles, sur l'emplacement de l’ancienne grange du presbytère, détruite en 1843[12].

En 1888 est construite la mairie actuelle[12].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Mormant se trouve dans le département de Seine-et-Marne. Rattachée depuis la Révolution française à l'arrondissement de Melun[13], elle intègre le l'arrondissement de Provins afin de faire coïncider les limites d'arrondissement et celles des intercommunalités[14].

Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la troisième circonscription de Seine-et-Marne.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Mormant[13]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune intègre le canton de Nangis.

IntercommunalitéModifier

Mormant était le siège de la communauté de communes de l'Yerres à l'Ancœur, créée fin 2005.

Celle-ci est dissoute le et la commune intègre le la communauté de communes de la Brie nangissienne[15].

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[12]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1804 1808 M. Alloend-Bessand    
1809 1818 Comte de Grabowski    
1819 1830 M. Dyé    
1831   Jean Pierre Joseph Divé    
1834   Philippe Jacques Jouart    
février 1836 octobre 1840 Louis Antoine Chertemps    
octobre 1840 mars 1850 Jean-Louis Guilloteaux   Cultivateur, maître de poste
mars 1850 juillet 1855 Adolphe Dié    
juillet 1855 mai 1871 Alfred de Béthisy[16] Légitimiste Marquis, Pair de France, propriétaire
Conseiller général de Mormant (1867 → 1871)
mai 1871 février 1874 Joannès Guilloteaux   Propriétaire
février 1874 avril 1882 Louis Michel Chertemps   Agriculteur puis propriétaire
avril 1882 mai 1891 Joannès Guilloteaux   Agriculteur
mai 1891 octobre 1894 Louis Guilloteaux   Agriculteur
octobre 1894 1907 Pierre Henri Bachelier   Cultivateur
1907 octobre 1919 Émile Schénardi Rad. Huissier et juge de paix à Noailles
Conseiller général de Mormant (1913 → 1925)
octobre 1919 1926 Henri Richardière   Médecin
1926 1929 Louis Delafosse    
1930 1944 Paul Bachelier    
mai 1945 octobre 1947 Lucien L'Heritier    
octobre 1947 mars 1959 Georges Perreux    
mars 1959 mars 1971 André Brunnet    
mars 1971 mars 1977 Jan de Wulf    
mars 1977 mars 1983 Danielle Deveze    
mars 1983 juin 1995 Jean-Claude Legrand    
juin 1995 mars 2001 André Huguet DVG Contrôleur payeur
mars 2001 mars 2014 Anne-Marie Abiven[17] DVD-UMP Retraitée de l'enseignement
mars 2014[18],[19] En cours
(au 3 septembre 2018)
Sylvain Clérin DVD Responsable de cabinet comptable
Vice-président de la CC de la Brie nangissienne (2017 → )

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[21].

En 2016, la commune comptait 4 797 habitants[Note 2], en augmentation de 8,21 % par rapport à 2011 (Seine-et-Marne : +4,43 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8129569669488618511 0831 1151 158
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1071 2691 4651 3751 3801 4091 4211 3851 377
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4111 4491 5251 3441 3921 3711 4651 5181 366
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 3081 6552 9703 1223 6034 3624 3724 3874 717
2016 - - - - - - - -
4 797--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

SantéModifier

La commune accueille l'EHPAD public Le Parc Fleuri, qui change de gestionnaire en 2018[23].

Équipements municipauxModifier

La municipalité construit en 2018 une nouvelle maison des jeunes de 300 m2, situé au complexe sportif, et qui accueille également des activités des seniors[24].

ÉconomieModifier

  • L’entrepôt FM Logistic, avec son site de 44 000 m2, qui conditionne et stocke en 2018 les biscuits du groupe Mondelez (Lu, Milka, Oréo, Heudebert, Belin, Granny, Pépito…)[25].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
L'église de Mormant.
  • Le lavoir ;
  • La borne royale ;
  • L'église Saint-Germain-l'Auxerrois de Mormant (XIIIe)
  • Les ruines du château de Mormant ;
  • Les arches de Lady (ancien prieuré Saint-Nicolas).

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :
de gueules à la gerbe d’or, accompagnée de trois fleurs de lys florencées d’argent.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • René-Charles Plancke (préf. H. Hanneton), Mormant à la Belle Époque, Éditions Amatteis, coll. « Promenades dans le passé », , 352 p. (ISBN 978-2868491428).

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Statistiques de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols “Corine Land Cover”.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Localisation de Mormant » sur Géoportail (consulté le 13 septembre 2019).
  2. Marine Legrand, « Mormant : la transformation du pôle gare commence », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 30 octobre 2018).
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru d'Avon (F4800600) »
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de la Prée (F4455000) »
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru de Bressoy (F4455100) »
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Bras de Bressoy (F4457001) »
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canal 01 de Bressoy (F4458002) »
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ru des Moines (F4455600) »
  9. a et b Site SIGES – Seine-Normandie (Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie), consulté le 13 septembre 2019
  10. Site territoires-fr.fr consulté le 13 septembre 2019 sous le code commune 77317.
  11. Site Corine Land Cover Mises à jour.
  12. a b c d et e « Mormant », Les communes, Société d'histoire, d'art, de généalogie et d'échange - SHAGE 77 (consulté le 30 octobre 2018).
  13. a b c d et e Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. « Arrêté du 30 décembre 2016 du préfet de la région d'Île-de-France portant modification des limites territoriales des arrondissements du département de Seine-et-Marne », Recueil des actes administratifs de la préfecture d'Île-de-France, no spécial IDF-001-2017-01,‎ , p. 11-23 (lire en ligne [PDF], consulté le 21 août 2018).
  15. Sébastien Lattanzio, « La Ville est enfin dans la Brie Nangissienne! : Depuis le , la Ville a intégré la communauté de communes de la Brie Nangissienne, un souhait de longue date du maire, Sylvain Clérin », La République de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 30 octobre 2018) « L’adhésion de Mormant à la communauté de communes de la Brie Nangissienne en est une bonne démonstration : « Lorsque la communauté de communes de l’Yerres à l’Ancoeur s’est créée (2006), j’étais dans l’opposition à l’époque et je souhaitais que l’on rejoigne la communauté de communes de la Brie Nangissienne. Je n’ai pas compris le choix de ne pas rejoindre Nangis », explique celui qui officie à la tête de la Ville depuis 2014 ».
  16. Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français : comprenant tous les membres des assemblées françaises et tous les ministres français depuis le jusqu'au , t. 1 : de A à Cay, Paris, Bourloton éditeur, , 622 p. (lire en ligne), p. 305 sur Gallica.
  17. « L’ancienne maire, Annie Abiven, est décédée », La République de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 30 octobre 2018) « Annie Abiven aura particulièrement marqué le village de Mormant. Institutrice de formation depuis 1969, elle a enseigné à Mormant dès 1982 jusqu’en 2002. C’est en 2001 qu’elle se présente à la mairie (n’ayant jamais été élue auparavant) et présidera aux destinées de la mairie de Mormant comme maire de 2001 à 2014, ayant été réélue en 2008 ».
  18. « Clérin, candidat d'une majorité fissurée à Mormant », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 30 octobre 2018) « Actuel adjoint au maire chargé des finances, Sylvain Clérin se lance dans la course à la mairie de Mormant. Il brigue un premier mandat de maire, à la tête d'une liste (SE) d'ouverture composée notamment de cinq élus actuels, dont deux d'opposition. La décision de ce Mormantais de 51 ans, responsable d'un cabinet comptable en ville, de se présenter contre celle qui devrait être candidate à sa propre succession — la maire (SE) Anne-Marie Abiven — dans les prochaines semaines, a été prise, selon lui, il y a dix-huit mois ».
  19. « Proces verbal du conseil municipal - séance du 28 mars 2014 » [PDF], Comptes-rendus des conseils municipaux, Mairie de Mormant (consulté le 30 octobre 2018).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  23. Pascale De Souza, « Mormant : un repreneur pour la maison de retraite : L’appel à manifestation d’intérêt a été remporté par l’association France Horizon. Celle-ci reprendra la gestion de l’ehpad Le Parc Fleuri le 1er septembre », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 30 octobre 2018).
  24. Marine Legrand, « Mormant : la Maison des jeunes sort de terre », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (Pascale De Souza, consulté le 30 octobre 2018).
  25. Marine Legrand, « À Mormant, FM Logistic continue de recruter : Caristes, chefs d’équipe… L’entrepôt FM Logistic vient de recruter massivement mais il continue à chercher du monde pour ce printemps et cet été », Le Parisien, édition de Seine-et-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le 30 octobre 2018).