Montreux

commune suisse du canton de Vaud
(Redirigé depuis Montreux (Vaud))

Montreux (/mɔ̃tʁø/ Écoutez[3]) est une ville et une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de la Riviera-Pays-d'Enhaut.

Montreux
Montreux
Vue de Montreux depuis le coteau.
Blason de Montreux
Armoiries
Montreux
Logo
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Riviera-Pays-d'Enhaut
Localité(s) Baugy, Brent, Caux, Chailly, Chamby, Chaulin, Chêne, Chernex, Clarens, Collonge, Cornaux, Crin, Fontanivent, Glion, Jor, Le Châtelard, Les Avants, Les Planches, Mont-Fleuri, Pallens, Pertit, Planchamp, Sonzier, Tavel, Territet, Vernex, Villard-sur-Chamby, Vuarennes
Communes limitrophes La Tour-de-Peilz, Blonay, Veytaux, Haut-Intyamon (FR)
Syndic
Mandat
Olivier Gfeller (PS)
2021-2026
NPA 1815 Clarens
1816 Chailly-sur-Montreux
1817 Brent
1818 Montreux
1820 Montreux, Territet
1822 Chernex
1823 Glion
1824 Caux
1832 Villard-sur-Chamby, Chamby
1833 Les Avants
No OFS 5886
Démographie
Gentilé Montreusien
Population
permanente
26 230 hab. (31 décembre 2022)
Densité 786 hab./km2
Population
agglomération
87 205 hab. ()
Langue Français
Géographie
Coordonnées 46° 26′ 00″ nord, 6° 55′ 00″ est
Altitude 390 m
Superficie 33,37 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
Montreux
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
Montreux
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
Voir sur la carte administrative du canton de Vaud
Montreux
Liens
Site web www.montreux.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Elle est la troisième ville la plus peuplée du canton de Vaud après Lausanne et Yverdon.

Géographie

modifier
 
Vue du quai.
 
Montreux de nuit.
 
Vue aérienne (1949).

Le territoire de Montreux s'étend sur 33,37 km2[2]. Lors du relevé de 2013-2018, les surfaces d'habitations et d'infrastructures représentaient 20,0 % de sa superficie, les surfaces agricoles 25,0 %, les surfaces boisées 50,3 % et les surfaces improductives 4,9 %[4].

Montreux se situe à l'est de la rive nord du lac Léman, au sud-est de la Riviera vaudoise.

L'altitude minimale (point du sol le plus bas de la commune) du territoire communal de Montreux est de 371 m au niveau du Léman, l'altitude moyenne de 1 064 m et le point culminant est situé à 2 025 mètres sur la crête des rochers de Naye (2 042 m), belvédère qui donne une vue sur la quasi-totalité du Léman[5]. La plus haute montagne dont le sommet se trouve sur le territoire de la commune est la Cape au Moine située à 1 941 mètres[6]. La commune est en grande partie drainée par la Baye de Montreux.

La ville de Montreux est située dans une région au climat océanique tempéré chaud sans saison sèche avec des étés tempérés (Cfb selon la classification de Köppen).

Relevé météorologique de Montreux-Clarens (405 m)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,8 0,3 2,4 5,5 9,5 12,8 15,1 14,7 12 8 3,3 0 6,9
Température moyenne (°C) 1,5 2,8 5,4 9,1 13,3 16,7 19,3 18,6 15,5 10,9 5,8 2,4 10,1
Température maximale moyenne (°C) 4,5 6,2 9,6 13,9 18,2 21,8 24,9 23,9 20,5 15,2 9,3 5,5 14,5
Précipitations (mm) 70 67 78 75 87 111 99 114 81 80 89 80 1 032
dont neige (cm) 9,8 8 3,7 0,8 0 0 0 0 0 0 2,6 8,2 33,1
Nombre de jours avec précipitations 11,6 10,6 12,4 11,9 13,8 13,1 10,3 12 9,5 8,9 11 11,3 136,4
Humidité relative (%) 81 77 73 70 71 71 69 72 76 81 80 81 75
Nombre de jours avec neige 2,7 1,9 0,9 0,3 0 0 0 0 0 0 0,8 2 8,6
Source : www.meteosuisse.ch (1961-1990)


Lieux-dits

modifier

La nature agricole des villages qui ont fini par constituer la commune de Montreux et les nombreuses fermes foraines et chalets d'alpage font que le territoire de Montreux est couvert de lieux-dits, tels Brison, la Pacoresse, Saumont, les Prévondes, la Plagnes, la Cergnaule, Adversan, les Prés-de-Billens, Plan Châtel, Lautaret, Jor, etc.. Tous sont en général clairement localisés sur les cartes de géographie à grande échelle.

Transports

modifier

La gare de Montreux est également le départ de la route cycliste nationale appelée Route des lacs, qui conduit à Rorschach.

Toponymie

modifier

Le nom de Montreux est issu d'un diminutif du mot latin monasterium (ermitage, couvent) formé à l'aide du suffixe latin -olu (monasteriolu). La plus ancienne mention connue, Monasteriolo au XIe siècle, correspond à cette forme. Elle devient par la suite Mustrul (1215), Muistruo (1228), Mustruel (1250), de Mustreux (1355), ecclesiam parrochialem Monstruaci (1453)[7].

Son ancienne dénomination en allemand est Muchteren[8].

Histoire

modifier

Développement de Montreux

modifier

Dès le début du XXe siècle, la région de Montreux commence à attirer les premiers touristes, anglais principalement, séduits par les atouts du site :

  • panorama : les hauteurs offrent une vue du Léman qui s'étend sur plus de 50 km avec en arrière-plan le Jura et les sommets des Alpes chablaisiennes ;
  • climat : la rive, exposée sud-ouest, protégée de la bise par les montagnes, bénéficie d'un microclimat particulièrement doux.

Dans les toutes premières années du XXe siècle, les premiers hôtels de Montreux sont construits au bord du lac, sur ce qui n'était alors que des prairies ou des terres agricoles (dont des vignobles). La vocation touristique du site ne cessa ensuite de se développer.

Les communes du Châtelard et des Planches fusionnent en 1962 pour créer la commune de Montreux[9].

Dimension internationale

modifier

Les 16 et a lieu « le Congrès international fasciste ». Sont présents : le Français Marcel Bucard (Parti franciste), le Belge Paul Hoornaert (Légion nationale), le Roumain Ion Motza (Garde de fer), le Norvégien Vidkun Quisling (Nasjonal Samling), l'Espagnol Gimenez Caballero (Phalange), l'Irlandais Eoin O'Duffy (Army Comrades Association), le Néerlandais Wouter Loutkie (Front noir), le Danois Frits Clausen (Parti national-socialiste danois), le Suisse Arthur Fonjallaz et un représentant de la Heimwehr autrichienne. Dans le contexte de l'assassinat, quelques mois auparavant, du chancelier austrofasciste Dolfuss par des nazis autrichiens, l'Allemagne nazie n'est pas représentée.

En 1936, la ville a accueilli la conférence sur le statut des détroits turcs. La convention qui en règle aujourd'hui encore le statut y a été signée le [10].

À partir de 1946, les rencontres annuelles d'Initiatives et Changement ont lieu tous les étés à Caux, village situé sur la commune de Montreux à mille mètres d'altitude, dans le bâtiment de l'ancien Caux-Palace. Ces rencontres ont pour vocation de promouvoir paix, réconciliation, intégrité et responsabilité en mobilisant le simple citoyen et attirent des centaines de représentants des cinq continents. Les démarches de réconciliation entre la France et l'Allemagne, entre le Japon et les pays d'Asie du Sud-Est ou plus récemment au Sierra Leone ou dans les pays des grands lacs africains lui sont associées[10].

En 2008, le document de Montreux sur les compagnies militaires et de sécurité privées a été signé à Montreux à l'initiative du Comité international de la Croix-Rouge[10]. Il pose l’obligation pour les États de veiller à ce que les compagnies militaires et de sécurité privées opérant lors de conflits armés respectent le droit humanitaire[11].

Le 13e Sommet de la francophonie a été tenu à Montreux en . Quelque 30 chefs d’État, dont le président français de cette époque, Nicolas Sarkozy, ont résidé au Montreux Palace pendant le sommet[10]. Du 22 au s'est tenue à Montreux, sous la Présidence du secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, la conférence internationale de paix sur la Syrie dite « Genève II » (en), qui a réuni 677 délégués au Montreux Palace, entièrement réservé pour l'occasion et mobilisé quelque 1 800 membres des forces de sécurité[12].

Population et société

modifier

Gentilés et surnoms

modifier

Les habitants de la commune se nomment les Montreusiens[13],[14].

Les habitants de la localité de Baugy se nomment lè Boudzolaî en patois vaudois[15] ; ceux de la localité de Caux, les Cauchois[16] ; ceux de la localité de Chamby, les Chambynois[17] ; et ceux de la localité de Chernex, les Chernésiens[18].

Les habitants de la localité de Brent sont surnommés les Porte-Besace (lè Tacâi) ou les Bissacs (besace)[19] ; et ceux de la localité de Chernex, les Lanternes[18].

Démographie

modifier

Évolution de la population

modifier

Montreux compte 26 230 habitants au 31 décembre 2022 pour une densité de population de 786 hab/km2[1]. Sur la période 2010-2019, sa population a augmenté de 5,7 % (canton : 12,9 % ; Suisse : 9,4 %)[2].

Évolution de la population de Montreux entre 1850 et 2020[20],[1]

Pyramide des âges

modifier

En 2020, le taux de personnes de moins de 30 ans s'élève à 33,9 %, au-dessous de la valeur cantonale (35 %). Le taux de personnes de plus de 60 ans est quant à lui de 26,1 %, alors qu'il est de 21,9 % au niveau cantonal[21].

La même année, la commune compte 12 409 hommes pour 13 681 femmes, soit un taux de 47,3 % d'hommes, inférieur à celui du canton (48,2 %)[21].

Pyramide des âges de Montreux en 2020 (%)[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ans ou +
2,2 
7,7 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,8 
21,4 
45 à 59 ans
20,1 
20,6 
30 à 44 ans
18,2 
21,0 
15 à 29 ans
20,4 
13,6 
- de 14 ans
12,7 
Pyramide des âges dans le canton de Vaud en 2020 (%)[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
1,4 
6,1 
75 à 89 ans
8,2 
13,3 
60 à 74 ans
14,3 
21,5 
45 à 59 ans
21,2 
22,0 
30 à 44 ans
21,4 
19,6 
15 à 29 ans
18,0 
16,9 
- de 14 ans
15,5 

Politique

modifier

Conseil communal

modifier

Résultats des dernières élections au Conseil communal[22]

 
Partis Suffrages % Sièges
Parti libéral-radical (PLR) 184 034 32,62 33
Parti socialiste (PS) 159 750 28,31 28
Les Verts 82 080 14,55 15
Montreux Libre (VL) 49 422 8,76 9
Union démocratique du centre (UDC) 46 895 8,31 8
décroissance alternatives (da.) 42 022 7,45 7
Suffrages valides 564 203 92,22 100
Suffrages blancs et nuls 35 997 5,88
Suffrages nuls 11 600 1,90
Total 611 800 100

Municipalité

modifier

La Municipalité est l'organe exécutif de la Commune, elle est composée de sept membres qui sont actuellement Olivier Gfeller (PS) qui est aussi Syndic, Florian Chiaradia (Verts), Sandra Genier (PLR), Irina Gote (PS), Jacqueline Pellet (PS), Jean-Baptiste Piemontesi (PLR) et Caleb Walther (Verts)[23].

Résultats des élections communales de 2021[22]
Candidats Partis Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Olivier Gfeller PS 3 269 51,88 Élu
Irina Gote PS 3 125 49,60 2 793 51,85
Caleb Walther Les Verts 3 055 48,48 2 735 50,77
Jacqueline Pellet PS 2 985 47,37 2 698 50,08
Florian Chiaradia Les Verts 2 756 43,74 2 592 48,12
Jean-Baptiste Piemontesi PLR 2 210 35,07 2 072 38,46
Sandra Genier PLR 2 024 32,12 1 988 36,90
Yanick Hess PLR 2 003 31,79 1 963 36,44
Yves Depallens PLR 1 870 29,68 Retrait
Geneviève Brunner-Frass PLR 1 785 28,33
Suzanne Lauber Fürst ML 1 131 17,95 992 18,41
Quentin Talon da. 929 14,74 Retrait
Tal Luder UDC 724 11,49 713 13,24
Christine Menzi UDC 641 10,17 Retrait
Votes valides 6 301 97,38 5 387 98,33
Votes blancs 55 0,86 23 0,42
Votes nuls 113 1,76 68 1,25
Total 6 414 100 5 455 100

Liste des syndics de Montreux

modifier
  • 1961-1969 : Alfred Vogelsang, Parti radical-démocratique ;
  • 1970-1988 : Jean-Jacques Cevey, Parti radical-démocratique ;
  • 1988-1996 : Frédy Alt, Parti libéral ;
  • 1996-2011 : Pierre Salvi, Parti socialiste suisse ;
  • 2011-2021 : Laurent Wehrli, Parti libéral-radical ;
  • 2021-actuellement : Olivier Gfeller, Parti socialiste.

Sécurité publique

modifier
  • Gendarmerie vaudoise (police cantonale) ;
  • Police Riviera (police municipale) ;
  • SDIS Riviera (Service du feu) ;
  • Protection civile Riviera.

Distinctions

modifier
  • Elle obtient le Prix Wakker (aménagements urbanistiques de qualité et respectueux du patrimoine bâti historique) en 1990[24].

Jumelages

modifier

La ville de Montreux est jumelée avec Menton (Alpes-Maritimes) en France depuis le , avec Wiesbaden en Allemagne depuis le et avec Chiba au Japon depuis [réf. nécessaire].

Le , Montreux a signé un pacte d'amitié avec Xicheng, un district de Pékin en Chine, permettant ainsi des échanges sur les plans touristique, culturel et économique[25].

Culture

modifier

Patrimoine bâti

modifier
 
Le marché couvert de Montreux vu depuis le Léman.
 
La gare de Montreux, construite en 1860.
  • L'ancienne église Saint-Vincent aux Planches, aujourd'hui église protestante, a été reconstruite sur le site de deux sanctuaires successifs des VIIIe et IXe siècles et XIIe et XIIIe siècles. Le chœur polygonal, voûté d'ogives et ajouré par des baies à remplage flamboyant, a été élevé entre 1495-1501 par le maître maçon Aymonet Durant, tandis que la nef à trois vaisseaux reliés par des arcades, bâtie entre 1513 et 1519, est due à Pierre Guigoz. Remarquable clocher-porche à flèche de pierre, de 1460-1470, par le maître maçon Jean Vaulet-Dunoyer[26]. L'organiste titulaire depuis 1980, Martine Reymond, est à l'origine de l'installation en 2009 du nouvel orgue Metzler, en remplacement du précédent, datant de 1953 et prématurément vieilli[réf. souhaitée].

Génie civil

modifier
  • Pont de Brent (1900-1901), par l'ingénieur William Cosandey (1864-1929), directeur des travaux de la commune du Châtelard[29].

Hôtels historiques

modifier

Musées

modifier

Patrimoine contemporain

modifier
  • La Tour d'Ivoire, construite en 1969, comprenant 29 étages[30] ;
  • Le Best Western Eurotel Riviera, construit en 1967, comprenant 17 étages[31] ;
  • Le Centre des Congrès, appelé depuis 2006 Montreux Music & Convention Centre ou 2m2c, construit en trois phases 1972, 1982 et 1992, propose 18 000 mètres carrés dédiés aux événements culturels, dont le célèbre Montreux Jazz Festival, le septembre Musical ou autres événements d'entreprises ou d'associations professionnelles. On peut y découvrir au niveau A1 la fresque murale de 7 m × 3 m du peintre montreusien Peter Rage intitulée « Life! » et offerte au 2M2C par l'artiste en 2009 à l'occasion du Montreux Art Gallery[réf. nécessaire].

Patrimoine disparu

modifier
  • L'ancien kurhaus soit Casino (1881-1886) par les architectes Ernest Burnat et Charles Nicati, détruit par un incendie en 1971[32] ;
  • L'ancien Parc des Roses, soit cimetière de Territet ou de Planchamp, ouvert en 1817, et abritant les monuments funéraires de nombreuses personnalités notamment étrangères, tout particulièrement issues du monde anglophone et russe. Le promoteur Ami Chessex propose en 1898 une désaffectation partielle du site au profit d'un monument rappelant la mémoire de l'impératrice Sissi (Élisabeth de Wittelsbach). En 1908, les autorités communales votent la désaffectation du cimetière, effective en l'an 1983, décision confirmée en 1984. Le site, alors en très grande partie vidé de ses monuments, est transformé en jardin public[32].

Événements

modifier

Festival de jazz

modifier

Le premier Festival de jazz de Montreux a lieu en 1967. L'initiateur et organisateur du festival est feu le Montreusien Claude Nobs, qui bénéficia notamment du soutien des frères Ertegün, directeurs d'Atlantic Records. La première édition accueille, entre autres, Charles Lloyd et Keith Jarrett. En 1970, Carlos Santana y donne un concert. La programmation du festival sera dès lors éclectique, proposant du jazz, mais aussi du blues, gospel, soul, rock et pop[33]. En 1977, il est le plus long festival d'Europe, du 1er au .

Le Montreux Jazz a accueilli de grandes figures du jazz (Sonny Rollins, Dizzy Gillespie, Ella Fitzgerald, Duke Ellington, Oscar Peterson, Bill Evans, Count Basie, Aretha Franklin, Ray Charles, Stan Getz, Dexter Gordon, Ornette Coleman, Cecil Taylor, The Art Ensemble of Chicagoetc.). Les coqueluches du festival sont Nina Simone (qui donna cinq concerts de 1968 à 1990), Miles Davis (qui donna huit concerts de 1971 à 1991) et B. B. King (qui s'y produisit plus de 20 fois). Quincy Jones en est le parrain, et a coproduit le festival de 1991 à 1993. Des groupes ou artistes de rock sont parfois invités (Deep Purple, Van Morrison, Santana, Eric Clapton, Sting, Bob Dylanetc.). Led Zeppelin, Pink Floyd, The Doors, Black Sabbath ou encore Canned Heat se sont également produits à Montreux, mais dans le cadre du Super Pop de Montreux[34],[35] également organisé par Claude Nobs (1969-1974).

Le festival accueille aujourd'hui également du hip-hop, des musiques électroniques, et des musiques du monde.

Le festival a contribué à la popularité mondiale de la ville. Il a toujours lieu, une fois par an au mois de juillet.

On mentionnera les anecdotes suivantes :

  • la chanson Smoke on the Water de Deep Purple fut écrite à Montreux. Elle évoque l'incendie du casino de Montreux durant le concert de Frank Zappa, le , lors du Super Pop Montreux ;
  • le morceau Bonzo's Montreux, solo du batteur John Bonham (surnommé « Bonzo ») du groupe Led Zeppelin, fut enregistré en à Montreux (Mountain Studios) ;
  • le dernier album de Queen avec Freddie Mercury, Made In Heaven (1995), fut réalisé aux studios du groupe, les Mountain Studios de Montreux. Une statue de Freddie Mercury, située sur les quais en contrebas du Marché Couvert d'Henri Nestlé (place du Marché), rend hommage à l'artiste, qui était très attaché à la ville. Il est figuré dans son costume d'ouverture du concert de Wembley en 1986, faisant face au lac, le poing droit levé. Sculptée par Irena Sedlecka, commanditée par les membres restants de Queen ainsi que les amis et la famille de Mercury, elle fut inaugurée le par Montserrat Caballé. La pochette de l'album Made in Heaven est une photo de la statue devant le Léman.

Manifestations

modifier
 
La Tour d'Ivoire vue depuis le lac.

Le premier championnat d'Europe de hockey sur glace a eu lieu en 1910 dans la commune. La Grande-Bretagne l'a remporté.

En 2010, la ville a accueilli le 13e Sommet de la francophonie.

Tourisme

modifier
Les quais
Le quai des Fleurs entre le centre et Territet comprend des essences rares pour la région, grâce à son microclimat, qui varie de 4 à 5° par rapport à la moyenne régionale[réf. nécessaire].
Le Centre des Congrès
Le Centre Convention & Musique Montreux (2m2c), tout de verre transparent et construit en 1973, directement au bord du lac, s'est régulièrement agrandi pour prendre sa forme définitive en 1993, avec l'inauguration de la prestigieuse salle de concert de l'Auditorium Igor Stravinsky. Le Centre des Congrès abrite le fameux Montreux Jazz Festival[réf. nécessaire].
Excursions
De nombreuses randonnées sont possibles à partir de Montreux, en particulier dans le massif des Rochers de Naye desservi par le chemin de fer Montreux-Glion-Rochers de Naye, par exemple les parcours Caux-Dent de Jaman ou Caux-Rochers de Naye.
Écoles Internationales
Ville de tourisme, Montreux est également reconnue pour ses excellentes écoles hôtelières[réf. nécessaire] : l'Institut de hautes études de Glion, H.I.M. (Hotel Institute Montreux) ou encore S.H.M.S (Swiss Hotel Maganement School) à Caux.

Personnalités liées à la commune

modifier
 
Statue de Freddie Mercury au bord du Léman à Montreux, le représentant lors du concert de Wembley en 1986.

Naissances à Montreux

modifier

Habitants de Montreux

modifier

Héraldique

modifier
  Blasonnement :
Parti au 1 d'argent à trois étoiles à six rais de gueules, rangées en pal et séparées de deux croissants du même ; au 2 d'azur au moutier d'or, ouvert et maçonné de sable[41].

Notes et références

modifier
  1. a b et c « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel »  , sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  2. a b et c « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes »   [xls], sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  3. Prononciation en français européen retranscrite selon la norme API.
  4. Office fédéral de la statistique, « Statistique de la superficie standard - Communes selon 4 domaines principaux »   [xls], sur www.bfs.admin.ch, (consulté le ).
  5. Point culminant de la commune de Montreux, map.geo.admin.ch
  6. Cape au Moine, VD, Montreux, map.geo.admin.ch
  7. Dictionnaire toponymique des communes suisses (Centre de dialectologie, Université de Neuchâtel), Frauenfeld, Lausanne 2005, p. 613.
  8. Paul Fehlmann, Ethniques, surnoms et sobriquets des villes et villages en Suisse romande, Haute-Savoie et alentour, dans la vallée d'Aoste et au Tessin, Genève, Jullien, , 274 p. (ISBN 2-88412-000-9), p. 87
  9. Evelyne Lüthi-Graf, « Le Châtelard (VD) », sur Dictionnaire Historique de la Suisse, (consulté le )
  10. a b c et d Article de Swissinfo du 20 janvier 2014
  11. Site du Comité international de la Croix-Rouge [1]
  12. [2], Tribune de Genève, .
  13. « Montreux : Alphabet des communes vaudoises : Feuille des avis officiels du canton de Vaud », sur www.faovd.ch (consulté le )
  14. Charles Roux, Noms et sobriquets des Vaudois, Yens-sur-Morges, Cabédita, , 129 p. (ISBN 2-88295-339-9), p. 62
  15. Paul Fehlmann, Ethniques, surnoms et sobriquets des villes et villages en Suisse romande, Haute-Savoie et alentour, dans la vallée d'Aoste et au Tessin, Genève, Jullien, , 274 p. (ISBN 2-88412-000-9), p. 10
  16. Paul Fehlmann, Ethniques, surnoms et sobriquets des villes et villages en Suisse romande, Haute-Savoie et alentour, dans la vallée d'Aoste et au Tessin, Genève, Jullien, , 274 p. (ISBN 2-88412-000-9), p. 22
  17. Paul Fehlmann, Ethniques, surnoms et sobriquets des villes et villages en Suisse romande, Haute-Savoie et alentour, dans la vallée d'Aoste et au Tessin, Genève, Jullien, , 274 p. (ISBN 2-88412-000-9), p. 24
  18. a et b Paul Fehlmann, Ethniques, surnoms et sobriquets des villes et villages en Suisse romande, Haute-Savoie et alentour, dans la vallée d'Aoste et au Tessin, Genève, Jullien, , 274 p. (ISBN 2-88412-000-9), p. 29
  19. Paul Fehlmann, Ethniques, surnoms et sobriquets des villes et villages en Suisse romande, Haute-Savoie et alentour, dans la vallée d'Aoste et au Tessin, Genève, Jullien, , 274 p. (ISBN 2-88412-000-9), p. 18
  20. « Évolution de la population des communes 1850-2000 »  , sur Office fédéral de la statistique, (consulté le ).
  21. a b c et d « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, la nationalité (catégorie), le lieu de naissance, le sexe et la classe d'âge »  , sur Office fédéral de la statistique (consulté le ).
  22. a et b Commune de Montreux, « Résultats - Elections communales du dimanche 7 mars », sur Site officiel de la Ville de Montreux (consulté le )
  23. « Commune de Montreux - Municipalité », sur www.montreux.ch (consulté le )
  24. « Patrimoine suisse – Prix Wakker », sur patrimoinesuisse.ch (consulté le )
  25. « Tourisme local: le salut chinois - Le Régional, l'accent de votre région », sur leregional.ch (consulté le )
  26. Marcel Grandjean, L’architecture religieuse en Suisse romande et dans l’ancien diocèse de Genève à la fin de l’époque gothique : Développement, sources et contexte, vol. 157, Lausanne, coll. « Cahiers d’archéologie romande », , 805 p. (ISBN 978-2-88028-157-1), p. 224-229, 466-483.
  27. (de) Isabelle Rucki, Dorothee Huber (ed.), Architektenlexikon der Schweiz 19./20. Jahrhundert, Birkhäuser Verlag, (ISBN 3-7643-5261-2), p. 130
  28. Guide artistique de la Suisse : Jura, Jura bernois, Neuchâtel, Vaud, Genève, vol. 4a, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, , 642 p. (ISBN 978-3-906131-98-6), p. 431.
  29. Gianni Ghiringhelli, « Le pont de Brent et le pont de Fenil », Annales veveysanes, vol. 19,‎ , p. 63-83 (ISSN 2235-4905).
  30. Tour D'ivoire - SkyscraperPage.com
  31. Best Western Eurotel Riviera - SkyscraperPage.com
  32. a et b INSA, Inventaire suisse d’architecture : Montreux, Neuchâtel, Olten, Rorschach, vol. 7, Berne, Société d’histoire de l’art en Suisse, coll. « INSA », , 484 p. (ISBN 3-280-02320-3), p. 124 et 127.
  33. « The History », sur montreuxjazzlive.com via Wikiwix (consulté le ).
  34. « Claude Nobs, le jazz fait-il encore vibrer ? », sur hebdo.ch (consulté le )
  35. « Super Pop de 1971 », sur montreuxmusic.com (consulté le )
  36. « Polymanga fête ses dix ans ce week-end », sur www.20min.ch
  37. Freddie Celebration Days
  38. Freddie Mercury
  39. http://www.mymontreux.ch/tout-savoir-sur-montreux/montreux-le-saviez-vous/news/le-compositeur-de-mamy-blue-habite-montreux
  40. «Je me suis installé ici pour passer une retraite paisible», sur 24heures.ch (consulté le )
  41. « Arrêté 175.12.1 sur les armoiries communales (AAC) »  , sur www.lexfind.ch, Conseil d'État du Canton du Vaud, (consulté le ).

Voir aussi

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

modifier
  • Anthony Lambert, Switzerland: Rail, Road, Lake, Guilford, Conn.: Globe Pequot Pr., 2005 (ISBN 9781841621326).
  • Entre Arts & Lettres, Trois siècles de rayonnement culturel autour de Vevey et de Montreux, Infolio, Gollion, 2018, 520 p.

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier