Ouvrir le menu principal

Marie-Christine Arnautu

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arnautu.

Marie-Christine Arnautu
Illustration.
Fonctions
Conseillère municipale de Nice
En fonction depuis le
(5 ans, 4 mois et 14 jours)
Élection 30 mars 2014
Maire Christian Estrosi
Philippe Pradal
Groupe politique FN puis RN (présidente)
Députée européenne

(5 ans)
Élection 25 mai 2014
Circonscription Sud-Est (France)
Législature 8e
Groupe politique NI (2014-2015)
ENL (2015-2019)
Vice-présidente du Front national[N 1]

(7 ans, 1 mois et 23 jours)
Avec Louis Aliot
Alain Jamet
Florian Philippot
Jean-François Jalkh
Steeve Briois
Nicolas Bay
Président Marine Le Pen
Successeur Steeve Briois
(unique vice-président)
Conseillère régionale d’Île-de-France

(12 ans et 1 jour)
Élection 15 mars 1998
Réélection 28 mars 2004
Circonscription Seine-et-Marne
Président Jean-Paul Huchon
Biographie
Date de naissance (66 ans)
Lieu de naissance Paris (France)
Nationalité Française
Parti politique FN (1987-2018)
RN (depuis 2018)
Diplômée de Université Panthéon-Assas
Profession Cadre commercial
Religion Catholicisme
Site web arnautu.fr

Marie-Christine Arnautu, née le à Paris, est une femme politique française.

Proche de Jean-Marie Le Pen, elle est membre à partir de 1987 du Front national (FN), dont elle est vice-présidente de 2011 à 2018. Sur le plan électif, elle est conseillère régionale d'Île-de-France de 1998 à 2010, députée européenne de 2014 à 2019 et conseillère municipale de Nice depuis 2014.

Sommaire

Situation personnelleModifier

Origines et familleModifier

Son père, Alexandre Arnăutu, est né en 1923 dans la ville de Pirdop en Bulgarie, d’une famille aroumaine originaire de Macédoine grecque[1] ; Arnăutu signifie en aroumain « l'arvanite ». Opposant au régime communiste, il se réfugie en France[2]. Sa mère, Georgette Ingaramo, d'origine italienne, est née en 1920 à Avon en Seine-et-Marne. Ses parents ont été naturalisés français par décret le [3],[1].

Marie-Christine Arnautu est divorcée et mère de trois enfants dont une fille polyhandicapée, disparue en août 2016 à l'âge de 33 ans et dont Jean-Marie Le Pen était le parrain[4],[5]. Elle a pour compagnon Philippe Chevrier, ancien secrétaire départemental du Front national dans les Yvelines[6], conseiller régional d’Île-de-France et conseiller municipal de Rambouillet.

Carrière professionnelleModifier

Étudiante en droit à l'université Paris II-Assas, elle fait la connaissance en 1973 de Jean-Marie Le Pen au cours d'un dîner organisé par la « Corpo »[2], alors qu'elle cherche un travail, ayant mis un terme à sa scolarité[7]. Elle travaille par la suite comme secrétaire à la Société d'études et de relations publiques (Serp)[2], la société d’éditions phonographiques créée par ce dernier. Elle devient une amie intime de Jean-Marie Le Pen[8], et connaît Marine Le Pen depuis son enfance[2]. Plus tard, elle entre chez Air France où elle est cadre commerciale[2] jusqu'à sa démission fin 2011, intervenue pour se consacrer à la campagne présidentielle de Marine Le Pen[9]. En avril 2013, le quotidien Nice-Matin indique qu'elle est à la retraite[10].

Parcours politiqueModifier

Au Front nationalModifier

De 1986 à 1988, elle est assistante parlementaire du député Jean-Pierre Stirbois[2]. Elle adhère au Front national (FN) en juillet 1987[4]. En 1995, avec trois autres militantes du FN dont Huguette Fatna, elle figure dans une vidéo promotionnelle de Jean-Marie Le Pen pour l'élection présidentielle, dans laquelle on la voit interroger le président du Front national sur son programme[11].

Membre du bureau politique du Front national à partir de 2003, elle est nommée vice-présidente chargée des affaires sociales et membre du bureau exécutif à l'issue du congrès de Tours de 2011[12],[13]. Lors de ce congrès, qui voit l'élection de Marine Le Pen à la présidence du parti, que Marie-Christine Arnautu a soutenue face à Bruno Gollnisch[14], elle arrive en sixième position du vote des adhérents à l'élection du comité central du parti[12].

Dans le cadre de la campagne présidentielle de Marine Le Pen en 2012, elle est l'une des porte-parole de la candidate, sa conseillère politique à la famille, au handicap et aux affaires sociales, la secrétaire générale de son comité de soutien, et l'un des membres de son bureau exécutif de campagne[9],[15].

De janvier à , elle retranscrit le texte écrit à la main par Jean-Marie Le Pen en 1975, qui raconte sa vie jusqu'à la guerre d'Algérie et qui constitue la première partie de son autobiographie[8].

Le , contre l'avis de la direction du FN, elle participe au rassemblement en hommage à Jeanne d'Arc organisé par Jean-Marie Le Pen, s'exposant ainsi à d'éventuelles sanctions[16]. D'après un de ses proches, cette action a été motivée par des « menaces » de Florian Philippot à son encontre[17]. Le 2 mai, le bureau politique du FN adopte une motion demandant notamment à Marie-Christine Arnautu de quitter ses fonctions au sein des instances du parti[18]. Le , elle est suspendue de sa fonction de vice-présidente pour quinze mois[19].

En mars 2018, à l'occasion du XVIe congrès du FN, elle est élue par les adhérents au conseil national (ex-comité central), en dixième position sur cent personnes élues[20]. Elle est alors écartée des instances dirigeantes du parti pour son soutien à Jean-Marie Le Pen[21].

Mandats électifsModifier

De 1989 à 1995, elle est conseillère municipale de Vitrolles[2].

Aux élections régionales de 1998, elle figure en deuxième position derrière Jean-François Jalkh sur la liste du Front national en Seine-et-Marne[22]. Cette liste recueillant 19,71 % des votes soit quatre élus, elle fait son entrée au conseil régional d'Île-de-France[22], où elle est membre de la commission permanente et de la commission des affaires sociales[23]. Aux élections régionales de 2004, elle figure à nouveau en deuxième position derrière Jean-François Jalkh en Seine-et-Marne[24]. La liste, menée au niveau régional par Marine Le Pen, réunit 16,80 % dans le département, soit trois élus[25]. Marie-Christine Arnautu est ainsi réélue. À partir de février 2009, après le départ de Marine Le Pen (qui a décidé de s'implanter dans le Pas-de-Calais) de la présidence du groupe FN au conseil régional, Marie-Christine Arnautu en prend la tête jusqu'à la fin du mandat en 2010[26]. Pour les élections régionales de 2010 en Île-de-France, elle est tête de liste Front national. Obtenant 9,29 % des suffrages exprimés au niveau régional au premier tour, elle ne peut se maintenir au second tour[27].

Elle se présente à quatre reprises aux élections législatives, entre 1997 et 2012, dans la sixième circonscription de Seine-et-Marne. En 1997, elle y recueille 21,6 % des voix au premier tour, derrière le candidat RPR Jean-François Copé (28,7 %) et la candidate de la Gauche plurielle Nicole Bricq (22,8 %) ce qui lui permet de se qualifier au second tour[28]. Son maintien dans cette « triangulaire » du second tour, où elle rassemble 15,2 % des suffrages, provoque d'après les observateurs politiques, la perte du siège détenu par Jean-François Copé (40,7 %) au profit de Nicole Bricq (44,1 %)[28],[2]. Par la suite, elle ne parvient plus à se qualifier pour le second tour. Elle arrive troisième en 2002 avec 15,8 % des voix[29], cinquième en 2007 avec 5,6 % (Jean-François Copé est élu au premier tour)[30], troisième en 2012 avec 15,9 %[31].

Aux élections cantonales de 2011, elle se présente dans le canton de Meaux-Nord. En réalisant un score de 22,5 % au premier tour, elle se place derrière le conseiller général UMP sortant Olivier Morin (35,7 %) et devance de justesse le candidat socialiste Gérard Chomont (22,1 %), qui est éliminé[32]. Elle est battue au second tour, recueillant 35,5 % des suffrages face au candidat UMP[32].

Le , soutenue par Jean-Marie Le Pen, elle est investie par le Front national comme tête de liste pour les élections municipales de 2014 à Nice, devançant le candidat qui avait les faveurs de Marine Le Pen, Robert Ripoll[33],[34]. Elle obtient 21,10 % des voix dans le cadre d'une quadrangulaire au second tour et est élue au conseil municipal avec six autres personnes de sa liste[35]. Elle préside depuis le groupe FN (devenu RN en 2018) au conseil municipal et au conseil métropolitain.

Aux élections européennes de 2014, elle figure en deuxième position sur la liste FN conduite par Jean-Marie Le Pen dans la circonscription Sud-Est, qui obtient 28,18 % des voix[36]. Élue députée européenne[37], elle est membre de la commission des transports et du tourisme au Parlement européen, où elle figure parmi les élus les plus assidus[38].

Elle ne se représente pas lors des élections européennes de 2019[39] ni lors des élections municipales de 2020[21].

Prises de positionModifier

Hostile à l'avortement, elle est favorable au PACS[7]. En 2012-2013, elle fait partie des cadres du Front national qui prennent part aux manifestations contre le mariage entre personnes de même sexe[40]. Le , elle défile avec Bruno Gollnisch dans la manifestation organisée par Civitas avec laquelle Marine Le Pen a pris ses distances[41].

Détail des mandats et fonctionsModifier

Au niveau localModifier

Conseil municipal
  •  : conseillère municipale de Vitrolles.
  • Depuis le  : conseillère municipale de Nice.
Conseil métropolitain
Conseil régional

Au Parlement européenModifier

Au sein du FNModifier

  •  : vice-présidente du Front national, chargée des affaires sociales[N 1].

Dans la fictionModifier

Dans le roman de Frédéric Deslauriers, Les Deux-Cents jours de Marine Le Pen (2011), où Marine Le Pen gagne l’élection présidentielle de 2012, Marie-Christine Arnautu devient ministre de la Santé[42].

Dans la bande-dessinée de François Durpaire et Farid Boudjellal, La Présidente (2015), où Marine Le Pen gagne l’élection présidentielle de 2017, Marie-Christine Arnautu devient ministre de l'Harmonie sociale[43].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. a et b Suspendue du au .

RéférencesModifier

  1. a et b Marie-Christine Arnautu, « L'identité nationale de Marie-Christine Arnautu » [archive du ], sur http://www.nationspresse.info/, (consulté le 30 juin 2013).
  2. a b c d e f g et h « FN : v'là la vieille garde ! », Le Nouvel Observateur,‎ (lire en ligne[archive du ]).
  3. Journal officiel de la République française du .
  4. a et b « Marie-Christine Arnautu », sur http://www.frontnational.com/, Front national (consulté le 30 juin 2013).
  5. « Marine Le Pen » [archive du ], sur http://www.lalettrea.fr/, La Lettre A (consulté le 1er juillet 2013).
  6. Claire Checcaglini, Bienvenue au Front !, Jacob Duvernet, 2012 (ISBN 978-2847243840), p. 188.
  7. a et b Caroline Fourest et Fiammetta Venner, Marine Le Pen démasquée, Grasset, Le Livre de Poche, 2011, p. 410-411.
  8. a et b Denis Tugdual, « Jean-Marie Le Pen s'attaque enfin à ses Mémoires », L'Express,‎ (lire en ligne).
  9. a et b « Marie-Christine Arnautu », sur https://www.franceinter.fr/, France Inter, (consulté le 30 juin 2013).
  10. « Marie-Christine Arnautu candidate du FN aux élections municipales à Nice ? » [archive du ], sur http://www.nicematin.com/, Nice-Matin, (consulté le 30 juin 2013).
  11. Campagne électorale officielle du candidat Jean-Marie Le Pen pour le premier tour de l'élection présidentielle de 1995, CSA (Ina. Consulté le ..
  12. a et b Laurent de Boissieu, « Chronologie du Front national », sur http://www.france-politique.fr/, Laurent de Boissieu (consulté le 1er juillet 2013).
  13. AFP, « Gollnisch refuse le poste de vice-président du Front national », sur http://www.liberation.fr/, Libération, (consulté le 1er juillet 2013).
  14. Plana Radenovic, « Marine Le Pen vs Bruno Gollnisch », sur http://www.europe1.fr/, Europe 1, (consulté le 30 juin 2013).
  15. Présentation de l'équipe de campagne présidentielle « Copie archivée » (version du 27 juin 2018 sur l'Internet Archive), conférence de presse de Marine Le Pen, Nanterre, .
  16. Romain Herreros, « Bruno Gollnisch et Marie-Christine Arnautu présents au rassemblement du de Jean-Marie Le Pen (contre l'avis du FN) », sur huffingtonpost.fr, .
  17. Camille Romano et Olivier Faye, « Jean-Marie Le Pen appelle à l’« unité » du FN, avec trois députés européens frontistes à ses côtés », sur lemonde.fr, .
  18. « 1er-Mai : le FN demande à Gollnisch et à Arnautu de démissionner des instances du parti », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 6 juin 2016).
  19. « La vice-présidente du FN Arnautu suspendue », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 11 janvier 2017).
  20. « Marie-Christine Arnautu et Philippe Vardon ont été élus pour siéger au Conseil national du FN », sur nicematin.com, (consulté le 15 mars 2018).
  21. a et b Tristan Berteloot, « Municipales : l'identitaire Philippe Vardon investi par le Rassemblement national à Nice », sur liberation.fr, (consulté le 25 juin 2019).
  22. a et b « Régionales 1998. Résultats. Île-de-France », sur http://www.liberation.fr/, Libération, (consulté le 30 juin 2013).
  23. Yann Dubois, « Têtes de listes de premier tour pour les régionales 2010 en Île-de-France », sur 94 Citoyens (consulté le 17 août 2019).
  24. « Résultats des élections régionales 2004 - Candidats aux élections régionales - Liste Front national pour l'Île-de-France conduite par Marine Le Pen », sur http://www.interieur.gouv.fr/, ministère de l'Intérieur (consulté le 30 juin 2013).
  25. « Résultats des élections régionales 2004 - Île-de-France - Seine-et-Marne », sur http://www.interieur.gouv.fr/, ministère de l'Intérieur (consulté le 30 juin 2013).
  26. AFP, « Marine Le Pen a quitté la présidence du groupe FN à la région IDF », sur http://www.lepoint.fr/, Le Point, (consulté le 30 juin 2013).
  27. « Résultats des élections régionales 2010 - Île-de-France - Seine-et-Marne », sur http://www.interieur.gouv.fr/, ministère de l'Intérieur (consulté le 30 juin 2013).
  28. a et b « Résultats électoraux en France » [archive du ], sur http://cdsp.sciences-po.fr/, Centre de données socio-politiques, Sciences-Po (consulté le 30 juin 2013).
  29. « Résultats des élections législatives 2002 - Seine-et-Marne - 6e circonscription », sur http://www.interieur.gouv.fr/, ministère de l'Intérieur (consulté le 30 juin 2013).
  30. « Résultats des élections législatives 2007 - Seine-et-Marne - 6e circonscription », sur http://www.interieur.gouv.fr/, ministère de l'Intérieur (consulté le 30 juin 2013).
  31. « Résultats des élections législatives 2012 - Seine-et-Marne - 6e circonscription », sur http://www.interieur.gouv.fr/, ministère de l'Intérieur (consulté le 30 juin 2013).
  32. a et b « Résultats des élections cantonales 2011 - Seine-et-Marne - Meaux-Nord », sur http://www.interieur.gouv.fr/, ministère de l'Intérieur (consulté le 2 juillet 2013).
  33. « Marie-Christine Arnautu candidate du FN aux Municipales 2014 à Nice » [archive du ], sur www.nicematin.com, Nice-Matin, (consulté le 26 juin 2013).
  34. Abel Mestre, « Municipales : Jean-Marie Le Pen impose une de ses proches à Nice », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  35. « Résultat des municipales à Nice », sur www.linternaute.com (consulté le 10 décembre 2015).
  36. « Résultats des élections européennes 2014 - Circonscription Sud-Est (05) », sur http://www.interieur.gouv.fr/, ministère de l'Intérieur (consulté le 26 juin 2019).
  37. « Européennes : qui sont les nouveaux députés français ? », sur BFM TV, (consulté le 26 juin 2019).
  38. « Le bilan indigent du RN au Parlement européen », sur Le Monde, (consulté le 26 juin 2019).
  39. « L'extrême droite aux élections européennes : le jeu des sept familles », sur Fondation Jean-Jaurès, (consulté le 26 juin 2019).
  40. Chine Labbé, Gérard Bon (Reuters), « Démonstration de force des anti-mariage gay à Paris », sur http://www.lepoint.fr/, Le Point, (consulté le 30 juin 2013).
  41. « Mariage gay : Le Pen prend ses distances avec Civitas », sur http://www.lexpress.fr/, L'Express, (consulté le 30 juin 2013).
  42. Frédéric Deslauriers, Les Deux-Cents jours de Marine Le Pen, Plon, 2011, pages 20-21.
  43. François Durpaire et Farid Boudjellal, La Présidente, Les Arènes, 2015, page 55.

Liens externesModifier