Élections municipales à Nice

Les élections municipales à Nice permettent l'élection du maire et des conseillers municipaux. Depuis 1983, comme dans toutes les communes françaises de plus de 300 000 habitants, hormis Paris, Lyon et Marseille, le conseil municipal de Nice est composé de 69 conseillers municipaux.

Élection municipale de 2014Modifier

Maire sortant : Christian Estrosi (UMP)

69 sièges à pourvoir (population légale 2011 : 344 064 habitants)

Résultats de l'élection municipale des 23 et 30 mars 2014 à Nice[1]
Tête de liste Liste Premier tour Second tour Sièges
Voix % Voix % Nombre %
Christian Estrosi * UMP 51 653 44,98 54 573 48,62 52 75
Marie Christine Arnautu FN 17 910 15,59 23 691 21,11 7 10
Patrick Allemand PS-EELV 17 514 15,25 20 033 17,85 6 9
Olivier Bettati SE 11 632 10,12 13 947 12,43 4 6
Robert Injey FG 6 178 5,38
Philippe Vardon EXD 5 095 4,43
Jacques Peyrat DVD 4 239 3,69
Michel Cotta DVD 610 0,53
Inscrits 218 184 100,0 100,0
Abstentions 99 973 45,82
Votants 118 211 54,18
Blancs et nuls 3 380 1,55
Exprimés 114 831 52,63
* Liste du maire sortant

Élection municipale de 2008Modifier

Le premier tour a eu lieu le 9 mars 2008 et le second tour, le 16 mars 2008. Christian Estrosi est élu face au socialiste Patrick Allemand et au maire sortant Jacques Peyrat.

Résultats de l'élection municipale de mars 2008
Tête de liste Liste Partis Premier tour[2] Second tour[2] Sièges[3]
Voix % Voix % Sièges %
Christian Estrosi Nice Ensemble UMP-NC-MPF 43 576 35,80 51 792 41,33
49
71
Patrick Allemand Liste Changer d'ère PS-PCF-Les Verts-MRC 27 141 22,30 41 561 33,17
11
16
Jacques Peyrat* Entente républicaine Divers droite 28 161 23,14 31 952 25,50
9
13
Patrick Mottard Nice Autrement Divers gauche 7 887 6,48
Lydia Schénardi Nice d'abord FN 5 068 4,16
Hervé Caël Nice Arc-en-ciel MoDem-MEI-PRG 3 781 3,11
Philippe Vardon N.I.S.S.A Nissa Rebela 3 686 3,03
Bruno Della-Sudda Nice citoyenne Les Alternatifs-LCR 2 413 1,98
Inscrits 214 509 100,00 214 470 100,00  
Abstention 89 742 41,84 85 541 39,88  
Votants 124 767 58,16 128 929 60,12  
Blancs et nuls 3 054 2,45 3 624 2,81  
Exprimés 121 713 97,55 125 305 97,19  
* liste du maire sortant

Élection municipale de 2001Modifier

Le premier tour a eu lieu le 11 mars 2001 et le second tour, le 18 mars 2001. La liste conduite par le maire sortant Jacques Peyrat a remporté cette élection.

Résultats de l'élection municipale de mars 2001[4],[5]
Tête de liste Partis Premier tour Second tour Sièges
Voix % Voix % Sièges %
Jacques Peyrat* RPR-UDF-DL-MPF[6] 37 256 37,25  49 440 44,48
50
72,5
Patrick Mottard PS-PCF-Les Verts-PRG-MDC 28 581 28,57 45 916 41,31
14
20,3
Marie-France Stirbois FN 11 981 11,98 15 788 14,20
5
7,2
Jacqueline Mathieu-Obadia DVD 8 026 8,02
Joseph Ciccolini DVG 4 789 4,79
Jean Icart DVD-MEI 4 723 4,72
Xavier Caïtucoli MNR 3 025 3,02
Alain Roullier Nationalisme niçois 1 640 1,64
Inscrits 222 121 100,00 222 120 100,00
Abstention 117 748 53,01 106 781 48,07
Votants 104 373 46,99 115 339 51,93
Blancs et nuls 4 352 4,17 4 195 3,64
Exprimés 100 021 95,83 111 144 96,36
* liste du maire sortant

Élection municipale de 1995Modifier

Le premier tour a lieu le 11 juin 1995 et le second tour le 18 juin 1995. Cette élection est marquée par la victoire relativement surprise de la liste divers droite menée par Jacques Peyrat, alors que le RPR et l'UDF soutenait la liste conduite par le maire sortant Jean-Paul Baréty, secondé par Patrick Stefanini, un proche de Jacques Chirac. Jacques Peyrat avait quitté le Front national en septembre 1994.

Résultats de l'élection municipale de juin 1995[7]
Tête de liste Partis Premier tour Second tour Sièges
Voix % Voix % Sièges %
Jacques Peyrat Entente républicaine (DVD) 33,99 58 065 42,30
49
71,0
Jean-Paul Baréty RPR 26,23 31,82
12
17,4
Paul Cuturello PS-PCF-Les Verts-Radical-MDC 19,86 18,34
6
8,7
Jean-Pierre Gost FN 12,51 7,54
2
2,9
Rudy Salles UDF 2,94
Patrice Miran MEI 2,85
Joseph Ciccolini DVG 1,62
Inscrits 100,00 100,00
Abstention 46,17 36,64
Votants 53,83 60,36
Blancs et nuls
Exprimés

Élection du maire en 1993Modifier

En octobre 1993, le maire Honoré Bailet démissionne en raison de problèmes de santé[8]. Selon certains sondages, la victoire est alors possible pour le Front national et son leader local Jacques Peyrat si une nouvelle élection municipale devait avoir lieu[8]. C'est pourquoi le siège du RPR s'efforce alors de trouver un nouveau maire parmi les conseillers municipaux de la majorité. Le 8 novembre 1993, le gaulliste Jean-Paul Baréty, sixième adjoint d'Honoré Bailet, est élu maire de Nice[8].

Élection du maire en 1990Modifier

À la suite de la démission de Jacques Médecin en septembre 1990 en raison d'ennuis judiciaires, le conseil municipal procède à l'élection du nouveau maire. C'est le premier adjoint de Jacques Médecin, Honoré Bailet, par ailleurs sénateur RPR, qui sera élu.

Élection municipale de 1989Modifier

Le premier tour a lieu le 12 mars 1989 et le second tour le 19 mars 1989. À l'issue du premier tour, la liste du PCF fusionne avec celle du PS. Bien que Jacques Médecin soit mis en cause dans plusieurs affaires politico-financières concernant la gestion de la ville, il est réélu une nouvelle fois. Ce scrutin est par ailleurs marqué par la percée du Front national pour la première fois à une élection municipale niçoise[9].

Résultats de l'élection municipale de mars 1989
Tête de liste Partis Premier tour Second tour Sièges
Voix % Voix % Sièges %
Jacques Médecin RPR-UDF 42,86 46,76
51
74
Jean-Hugues Colonna PS 19,93 33,57
11
16
Charles Caressa PCF 8,34
Jacques Peyrat FN 18,29 19,67
7
10
Guy Marimot Éco. 6,64
Jacques Randon DVG 3,94
Inscrits 100,00 100,00
Abstention 42,42 38,87
Votants 57,58 61,13
Blancs et nuls
Exprimés

Élection municipale de 1983Modifier

La liste de Jacques Médecin remporte l'élection dès le premier tour avec 54,82 % des voix face à la liste Union de la gauche conduite par Max Gallo. Le Front national ne recueille alors que 2,62 % des voix[10].

Maire sortant : Jacques Médecin (RPR) depuis 1966

Résultats de l'élection municipale de Nice du 6 mars 1983[11]
Tête de liste Parti Premier tour Sièges
Voix %
Jacques Médecin* Union de l'opposition (RPR-UDF) 54,82 56
Max Gallo Union de la gauche (PS-PCF-MRG) 31,24 11
Nicole Weinman PR-RI diss. 6,32 2
Roubault Écologistes 3,34 0
Seiller FN 2,62 0
Panùzoli DVD 1,62 0
Inscrits 100,00
Abstentions
Votants
Blancs et nuls
Exprimés
* maire sortant

Élection municipale de 1977Modifier

Lors des élections municipales de 1977, les cinq premières villes de France sont divisées en secteurs conformément à la loi n°76-665 du 19 juillet 1976[12]. La ville de Nice est ainsi divisée en trois secteurs constitués par un regroupement de cantons et qui élisent au total 49 conseillers municipaux. Le premier secteur, composé des cantons de Nice-1, Nice-2, Nice-3 et Nice-4, élit 17 conseillers municipaux. Le deuxième secteur (Nice-5, Nice-6, Nice-7 et Nice-11) élit 18 conseillers municipaux. Enfin, le troisième secteur (Nice-8, Nice-9 et Nice-10) élit 14 conseillers municipaux[12].

Maire sortant : Jacques Médecin (RI) depuis 1966

Résultats de l'élection municipale de Nice des 13 et 20 mars 1977 (sur les trois secteurs)[13]
Tête de liste Partis Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Jacques Médecin* RI-RPR-CDS 63 360 45,37 72 888 50,33
Charles Caressa Union de la gauche (PCF-PS-MRG) 56 650 40,56 71 922 49,67
Roubault Écologistes-Mouvement des démocrates 19 222 13,76
Grover Union royaliste 421 0,30
Inscrits 100,00 100,00
Abstentions
Votants
Blancs et nuls
Exprimés 139 653 144 810
* liste du maire sortant

Élection municipale de 1971Modifier

La liste de Jacques Médecin remporte l'élection dès le premier tour en recueillant 56 491 voix soit 50,14 % des suffrages. La liste du parti communiste conduite par Virgile Pasquetti obtient 31 383 voix (27,85 %)[13].

Élection municipale de 1965Modifier

Élection municipale de 1959Modifier

Élection municipale de 1953Modifier

Maire sortant : Jean Médecin (Radical indépendant) depuis 1947

Résultats de l'élection municipale de Nice des 25 avril et 3 mai 1953[réf. nécessaire]
Tête de liste Parti Voix % Sièges
Jean Médecin* PRI-Modérés/CNIP-MRP 57,20
Virgile Barel PCF 28,65
RPF 8,90
SFIO 5,10
Inscrits 100,00
Abstentions
Votants
Blancs et nuls
Exprimés
* maire sortant

Jean Médecin est réélu maire à la suite du succès de sa liste de centre-droit réunissant les Radicaux indépendants, le CNIP et le MRP.

Élection municipale de 1947Modifier

Maire sortant : Jacques Cotta (SFIO) depuis 1945

Résultats de l'élection municipale de Nice des 19 et 26 octobre 1947[réf. nécessaire]
Tête de liste Parti Voix % Sièges
Jean Médecin PRI-Modérés/CNIP-MRP 37,80 14
Virgile Barel PCF 32,20 12
RPF 16 234 19,10 7
Jacques Cotta* SFIO 10,85 4
Inscrits 100,00
Abstentions
Votants
Blancs et nuls
Exprimés
* liste du maire sortant

Jean Médecin redevient maire à la faveur d'une coalition centriste composée des Radicaux indépendants, du CNIP, du MRP et de la SFIO.

Élection municipale de 1945Modifier

Le premier tour a lieu le 29 avril 1945 et le second tour le 13 mai 1945. À l'issue du premier tour, la liste de Jean Médecin se retire, et la liste du MRP fusionne avec celle de Jacques Cotta.

Résultats de l'élection municipale de 1945[réf. nécessaire]
Tête de liste Partis Premier tour Second tour Sièges
Voix % Voix % Sièges %
Jacques Cotta SFIO-PRRS 57
MRP
Virgile Barel PCF 42
Jean Médecin PRI-Modérés-CNIP 18
Inscrits 100,00 100,00
Abstention
Votants
Blancs et nuls
Exprimés

Élection municipale de 1935Modifier

Les élections municipales françaises de 1935 ont lieu les 5 et 12 mai. Elles se déroulent au scrutin majoritaire plurinominal avec panachage. Les électeurs peuvent faire figurer sur la liste pour laquelle ils votent, des candidats issus d'autres listes. Jean Médecin est massivement réélu maire de Nice dès le premier tour[15]. Le quotidien L'Éclaireur de Nice et du Sud-Est (de tendance conservatrice[16]) parle d'un « triomphe sans précédent », jugeant qu'il faut « remonter à la première élection d'Alfred Borriglione pour trouver pareil mouvement populaire »[15].

Jean Médecin obtient le plus grand nombre de voix (24 936). Son colistier au score le plus faible récolte 22 928 votes. Son principal adversaire est Paul Deudon, l'un de ses (anciens ?) adjoints et le député de la troisième circonscription de Nice[17]. Il arrive loin derrière avec 8 940 votes. Virgile Barel, tête de liste PCF, obtient 6 505 voix, et Antoine-René Fabiani, tête de liste SFIO, 2 464.

Résultats de l'élection municipale du 5 mai 1935[15]
Tête de liste
ou candidat isolé
Parti ou
tendance
Voix %** Voix du premier
candidat de la liste
Voix du dernier
candidat de la liste
Score médian
de la liste
Jean Médecin* AD 24 936 65,43 24 936 22 928 24 077
Paul Deudon (isolé) Gauche[17] 8 940 23,46
Virgile Barel PCF 6 505 17,07 6 505 4 991 5 156
Antoine-René Fabiani SFIO 2 464 6,47 2 464 1 282 1 422
Léon Scrivano (isolé) 682 1,79
Inscrits 47 029 100,00 %
Abstention 8 917 18,96 %
Votants 38 112 81.04 %
Blancs et nuls
Exprimés
* Maire sortant
** Le total dépasse 100 %. Les électeurs peuvent voter pour des candidats issus de différentes listes, donc pour plusieurs têtes de liste.

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. Candidatures du 1er tour pour la commune Nice
  2. a et b Résultats des élections municipales 2008 - Nice, Le Figaro. Consulté le 11 juin 2008.
  3. Résultats des élections municipales 2008 - Nice, site du ministère de l'intérieur. Consulté le 11 juin 2008.
  4. « Résultats électoraux - Municipales mars 2001 », sur http://www.nice.fr/, Ville de Nice (consulté le 12 juin 2013)
  5. « Résultats des élections municipales 2001 », sur http://www.interieur.gouv.fr/, ministère de l'Intérieur (consulté le 13 juin 2013)
  6. Roger-Louis Bianchini, « Le système Peyrat », L'Express,‎ (lire en ligne)
  7. « Historique des élections - Municipales 1995 - Nice », sur http://elections.figaro.net (lien non fonctionnel aujourd'hui), Le Figaro. Consulté le 26 juillet 2010.
  8. a b et c Florent Leclercq, « Nice, ville sous tutelle », L'Express, . Consulté le 23 juillet 2010.
  9. Alain Garrigou, « Le boss, la machine et le scandale : la chute de la maison Médecin » in Politix, 1992, volume 5, no 17, p. 8 [lire en ligne]
  10. Alain Ruggiero (dir.), Nouvelle histoire de Nice, Privat, 2006 (ISBN 978-2708983359) p. 305
  11. Jacques-François Simon, Les élections municipales de mars 1983 : L'avertissement à la gauche, Le Monde, coll. « Le Monde dossiers et documents », , 136 p.
  12. a et b Journal officiel de la République française du 20 juillet 1976, p. 4324-4325 [lire en ligne]
  13. a et b Alain Ruggiero (dir.), op. cit., p. 294
  14. a b et c « Re: Élections municipales de 1977 », sur http://www.politiquemania.com/, (consulté le 14 juin 2013)
  15. a b et c « Les élections municipales dans les Alpes-Maritimes : Le triomphe sans précédent de M. Jean Médecin, à Nice », L'Éclaireur de Nice et du Sud-Est,‎ , p. 6 (lire en ligne)
  16. Yvan Gastaut, « Éclaireur de Nice (L') », dans Ralph Schor, Dictionnaire historique et biographique du comté de Nice, Nice, Serre, 2002, (ISBN 978-2864103660)
  17. a et b Jean-Rémy Bézias, « Deudon Paul », dans Ralph Schor, Dictionnaire historique et biographique du comté de Nice, Nice, Serre, 2002, (ISBN 978-2864103660)

Voir aussiModifier