Marie-Antoinette (film, 2006)

film sorti en 2006
Marie-Antoinette
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film.

Titre original Marie-Antoinette
Réalisation Sofia Coppola
Scénario Sofia Coppola,
d'après Antonia Fraser
Acteurs principaux
Sociétés de production Columbia Pictures
American Zoetrope
Tohokushinsha Film Corporation
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de la France France
Drapeau du Japon Japon
Genre Film dramatique
Film historique
Film biographique
Durée 123 minutes
Sortie 2006


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Marie-Antoinette est un film franco-nippo-américain écrit et réalisé par Sofia Coppola, sorti en 2006. Il est adapté du livre d'Antonia Fraser, Marie-Antoinette, publié en 2001. Il s'inspire très librement de la vie de Marie-Antoinette, archiduchesse d'Autriche, dauphine puis reine de France, par son mariage avec le futur Louis XVI. Le film conte sa vie d'[1] aux journées révolutionnaires d'octobre 1789.

Le film est présenté en compétition pour la Palme d'or au Festival de Cannes 2006. En France, il est bien accueilli par la critique[2] et le par public[3] : avec 1,2 million d’entrées, il se classe 37e au box-office.

RésuméModifier

Marie-Antoinette, la plus jeune des filles de l'impératrice Marie-Thérèse d'Autriche, est une jeune archiduchesse belle, charmante et naïve. En 1770, étant la seule des filles de l'impératrice à ne pas encore être mariée et à l'âge de seulement quatorze ans, elle est envoyée en France par sa mère pour épouser le dauphin du royaume, le futur Louis XVI, afin de conclure une alliance entre les deux pays rivaux. À son arrivée en France, Marie-Antoinette est débarrassée de tous ses souvenirs d'Autriche, y compris son carlin de compagnie, et rencontre le roi Louis XV ainsi que Louis-Auguste, son futur mari. Ils arrivent au château de Versailles, où ils se marient. Ils sont encouragés à produire un héritier au trône le plus rapidement possible, mais le lendemain, il est reporté au roi que rien n'est arrivé lors de leur nuit de noces.

Le temps passe et Marie-Antoinette trouve la vie à la cour de Versailles étouffante ; étant étrangère, les courtisans la méprisent et la blâment de ne pas produire un héritier, même si la faute revient à son mari, qui refuse de consommer leur mariage. Elle apprend vite que la cour française est férue de commérages, et n'hésite pas à froisser les esprits en défiant sa formalité rituelle : elle refuse par exemple de parler et même de rencontrer Jeanne Bécu, Comtesse du Barry, la maîtresse de Louis XV. Pendant plusieurs années, Marie-Thérèse d'Autriche continue d'écrire des lettres à sa fille en lui donnant des conseils sur comment impressionner et séduire le dauphin. Les tentatives de Marie-Antoinette pour consommer le mariage restent cependant vaines et le mariage reste sans enfant. Marie-Antoinette passe la plupart de son temps à acheter des vêtements extravagants et à jouer à des jeux d'argent. Après un bal masqué, Marie-Antoinette et Louis-Auguste apprennent que le roi se meurt de la variole ; il ordonne à Madame du Barry de quitter Versailles. Après la mort de son père le , Louis XVI est couronné roi de France à dix-neuf ans et Marie-Antoinette reine de France à dix-huit ans.

Joseph II, empereur du Saint-Empire et frère de Marie-Antoinette, rend visite à cette dernière et la conseille de cesser d'organiser des fêtes à outrance, conseils qu'elle ignore. Joseph II rencontre Louis XVI à la Ménagerie royale de Versailles et lui apprend les mécaniques de l'acte sexuel à travers une métaphore que Louis XVI, féru de serrurerie, apprécie. Peu après, Louis XVI et Marie-Antoinette consomment enfin leur mariage et, le , Marie-Antoinette donne naissance à Marie-Thérèse de France. Pendant l'enfance de sa fille, Marie-Antoinette passe la plupart de son temps au Petit Trianon et commence une liaison amoureuse avec Axel de Fersen. Alors que la situation financière du pays s'envenime et que les révoltes se multiplient, l'image publique de Marie-Antoinette se détériore : son mode de vie luxurieux et son indifférence face aux problèmes des Français lui valent le surnom de « Madame Déficit ».

La reine prend en maturité et oublie de plus en plus son image sociale pour se concentrer sur sa famille et fait ce qu'elle pense être des ajustements financiers conséquents. Un an après la mort de sa mère le , Marie-Antoinette donne naissance à Louis-Joseph de France le , puis à Louis-Charles de France le et à Sophie de France le , qui meurt le , un mois avant son premier anniversaire. Alors que la Révolution française se met en place et que la Bastille est attaquée, la famille royale, contrairement au reste de la cour, décide de rester en France. Cependant, les révoltes forcent la famille à quitter Versailles pour Paris. Le film se termine sur le transfert de la famille royale au palais des Tuileries et sur la chambre de Marie-Antoinette détruite par les sans-culottes.

Fiche techniqueModifier

 
Le château de Versailles, mis en valeur dans le film, fait partie intégrante de ses protagonistes.

DistributionModifier

ProductionModifier

Lieux de tournageModifier

Le tournage se fait en partie au château de Versailles, le lundi et la nuit afin de ne pas perturber les visites. La location du lieu coûte 300 000 euros[4] et ne présente aucun endroit inédit dans un film[5].

Le tournage se déroule dans la chapelle du château de Versailles, le salon d’Hercule, la Galerie des Glaces et le salon de la Paix, l'escalier de la Reine, les galeries de Pierre du Nord et du Midi, la galerie basse, ainsi que le Petit Théâtre de la Reine pour les intérieurs et dans la Cour de Marbre, le hameau de la Reine, autour du Petit Trianon et du Pavillon français pour les extérieurs, complétés par des prises faites aux fenêtres et balcons de la Chambre du Roi, du salon des Porcelaines et de la fenêtre centrale de la Galerie des Batailles. Le jardin et le parc sont aussi présents[5].

Le tournage se fait également dans d'autres châteaux : le château de Millemont, le château de Champs-sur-Marne[6],[7], le château de Vaux-le-Vicomte, le château de Dampierre et le château de Pontchartrain. D'autres lieux sont utilisés, notamment l'hôtel de Soubise[8], siège des archives nationales ; l'hôtel de Béhague, siège de l'ambassade de Roumanie en France ; le palais Garnier ; l'Opéra-Comique et la Galerie Dorée de l'hôtel de Toulouse, siège général de la Banque de France[9]

Certaines pièces inadaptées aux tournages, notamment le petit appartement de la reine et la chambre de la Reine, sont reconstitués aux studios de Bry-sur-Marne[9].

Bande originaleModifier

 
La cinéaste Sofia Coppola, en avril 2007.

La bande originale du film mêle les registres « new wave » (avec des groupes des années 1980, tels : Bow Wow Wow, Siouxsie and the Banshees, ou encore New Order) et « classique » (baroque), avec notamment Vivaldi et Rameau. Quelques groupes plus récents y figurent également, comme Air et The Strokes. Le lien entre les époques est enfin réalisé par la présence d'artistes de musique contemporaine, comme Dustin O'Halloran et Aphex Twin. Le « teaser » et la bande-annonce du film étaient accompagnés de chansons du groupe New Order (Age of consent et Ceremony).

Cet anachronisme délibéré est, selon la réalisatrice, en adéquation avec l'adolescence des personnages[10].

Le premier air d'opéra visible dans le film, à la suite duquel Marie-Antoinette incite l'auditoire à applaudir, est « l'Air de la Folie » (« Aux langueurs d'Apollon Daphné se refusa… »), de l'opéra Platée de Jean-Philippe Rameau (acte II, scène 5).

Liste des titres[11]Modifier

Disque 1
  1. Hong Kong Garden (orchestral intro)Siouxsie and the Banshees / Reitzell
  2. AphrodisiacBow Wow Wow
  3. What Ever HappenedThe Strokes
  4. Pulling our WeightThe Radio Dept.
  5. CeremonyIan Curtis / New Order
  6. Natural's Not in ItGang of Four
  7. I Want Candy (Kevin Shields remix)Bow Wow Wow
  8. Kings of the Wild FrontierAdam and the Ants
  9. Concerto en sol majeur pour cordes et basse continue RV 151, Alla rusticaAntonio Vivaldi / Reitzell
  10. The Melody of a Fallen TreeWindsor for the Derby
  11. I Don’t Like it Like ThisThe Radio Dept
  12. PlainsongThe Cure
Disque 2
  1. Intro VersaillesBeggs / Reitzell
  2. Jynweythek ylowAphex Twin
  3. Opus 17Dustin O'Halloran
  4. Il secondo giorno (instrumental)Air
  5. Keen On BoysThe Radio Dept.
  6. Opus 23Dustin O'Halloran
  7. Les barricades mystérieusesFrançois Couperin / Reitzell
  8. Fools Rush In (Kevin Shields remix)Johnny Mercer / Bow Wow Wow
  9. Avril 14thAphex Twin
  10. K. 213[12]Domenico Scarlatti / Reitzell
  11. Tommib help bussSquarepusher
  12. Tristes apprêts, pâles flambeaux[13]Jean-Philippe Rameau / Les Arts Florissants
  13. Opus 36Dustin O'Halloran
  14. All Cats Are GreyThe Cure

AccueilModifier

Accueil critiqueModifier

Marie-Antoinette
Score cumulé
SiteNote
Metacritic65/100[Note 1]
Rotten Tomatoes57 %[14]
Allociné [15]
Compilation des critiques
PériodiqueNote

Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, le film récolte 57 % d'opinions favorables pour 214 critiques[14]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 65100 pour 37 critiques.

En France, le site Allociné propose une note moyenne de 45 à partir de l'interprétation de critiques provenant de 21 titres de presse[15].

Belles images et anachronismesModifier

Selon l'historien Jean Tulard, professeur à la Sorbonne et spécialiste de la Révolution, « c'est Versailles sauce Hollywood » (Le Figaro, ) : « Tournée dans le château, l'œuvre éblouit par un déploiement de perruques, d'éventails et de pâtisseries, une symphonie de couleurs, du rose bonbon au noir crépusculaire, une musique où Rameau côtoie les rythmes modernes, le tout masquant quelques erreurs grossières et des anachronismes volontaires. Kirsten Dunst campe une Marie-Antoinette mutine et espiègle[16]. »

« Le film est bien loin de la réalité historique » avec une « Marie-Antoinette revue et corrigée par Hollywood » selon l'historienne et spécialiste de Marie-Antoinette, Évelyne Lever, que Sofia Coppola a d'abord consultée : « Elle a ensuite fait son travail comme elle le souhaitait… et son œuvre est bien loin de la réalité historique. » « Sofia Coppola et moi, nous ne faisons pas le même métier. C'est une créatrice. Elle a sa propre vision de Marie-Antoinette[17]. »

Un beau spectacle mais sans profondeurModifier

Selon Score[18] le film est « Un numéro spécial de Vogue consacré aux coulisses de Versailles. »

Évelyne Lever regrette l'insistance sur la frivolité des premières années de la reine et que le personnage ne suive aucune progression psychologique entre le début et la fin du film soit entre 1770 et 1789 : « la Marie-Antoinette du film est la même de 15 à 33 ans[17]. » « Marie-Antoinette a été pendant plusieurs années une femme frivole, mais elle s'est transformée à Versailles et cela n'apparaît pas dans le film. C'est une Marie-Antoinette revue et corrigée par Hollywood. Dans la réalité elle ne passait pas son temps à manger des pâtisseries et à boire du champagne[17] ! »

Si toutes les critiques sont unanimes à souligner la beauté des images de Versailles[18], plusieurs évoquent un film davantage axé « sur l'adolescence » et celles émanant d'historiens se recoupent sur l'incapacité de la réalisatrice à représenter des mentalités et un monde très éloignés de l'univers américain autrement que par des clichés, critique d'autant plus évidente notamment « en comparaison des autres films historiques tels que Barry Lyndon, La Nuit de Varennes, Les Liaisons dangereuses, La Folie du roi George… » Car selon elle, « les réalisateurs de ces films, eux, étaient imprégnés de la culture de l'époque qu'ils évoquaient[17]. »

Virgin Suicides inspire la vision de Versailles (Le Monde)Modifier

Une réflexion également faite par Le Monde qui parle d'un film « rêvé par une Miss Californie, où s'orchestrent des ragots de cour de récré » ainsi que « quelques clips », observation également faite par Paris Match selon lequel « la très audacieuse Sofia Coppola interprète l'Histoire avec une telle liberté qu'elle échappe à la pesanteur de la reconstitution pour nous offrir une expérience néoromantique réellement originale. »

Après la nuit d'amour avec Louis XVI, « dans le plan qui suit, on voit Kirsten Dunst sourire aux lèvres s’allonger dans l’herbe et faire ainsi écho à Virgin Suicide où elle était laissée seule sur la pelouse d’un stade après une nuit d’amour". Ce lien direct à son premier film est un indice, non pas de la modernité du sujet traité dans Marie-Antoinette, mais plutôt de sa proximité »[19].

« Entre nostalgie et gueule de bois, Marie-Antoinette est un regard posé sur cette jeunesse passée trop vite (comme une fête à Versailles), avec le douloureux sentiment d’avoir perdu le plus précieux. Et en repensant à cette scène de A little princess, le film pour midinettes d’Alfonso Cuaron, où la jeune Sara s’écrie que « toutes les filles sont des princesses » on se dit que le talent de Sofia Coppola est d’en faire des reines. »

— David Honnorat, http://www.findeseance.com/Tout-d-une-reine

« Kitsch et rococo » selon Le Monde qui dit de Sofia Coppola : « La cinéaste s'intéresse à l'émancipation de cette noble aux perruques décadentes à laquelle elle prête des aspirations de teenager[19]. »

DistinctionsModifier

Autour du filmModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Moyenne réalisée sur 37 critiques

RéférencesModifier

  1. Marie-Antoinette quitte Vienne le 21 avril 1770. Source : Études touloises no 104 [PDF]
  2. « Marie-Antoinette : Critique presse », sur Allociné
  3. « Marie-Antoinette », sur JP’s Box-Office
  4. « C'est « Marie-Antoinette » ! », Le Parisien
  5. a et b Liste des films tournés au domaine de Versailles
  6. Claire Bommelaer, « Champs-sur-Marne, l'élégance à la française - Un haut lieu du cinéma », in Le Figaro, mardi 2 juillet 2013, page 29.
  7. « Le Château de Champs sur Marne - MARIE-ANTOINETTE », sur www.parisfaitsoncinema.com (consulté le 21 avril 2016)
  8. « L’hôtel de Soubise - MARIE-ANTOINETTE », sur www.parisfaitsoncinema.com (consulté le 23 mai 2016)
  9. a et b « Marie-Antoinette (2006) », L2TC.com - Lieux de tournage cinématographique (consulté le 21 juillet 2011)
  10. Les costumes sont également anachroniques. Source : Dossier de presse [PDF]
  11. Une liste alternative et ordonnée est consultable sur l'IMDb
  12. Sonate pour clavecin en ré mineur K 213.
  13. Air extrait de la tragédie lyrique Castor et Pollux, "Air de Télaïre".
  14. a et b (en) « Marie-Antoinette (2006) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 19 mai 2020).
  15. a et b « Marie-Antoinette - critiques presse », sur Allociné (consulté le 19 mai 2020).
  16. Jean Tulard, « Marie-Antoinette, la reine de l'écran », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 15 août 2020).
  17. a b c et d https://www.linternaute.com/savoir/interview/evelyne-lever/chat-evelyne-lever.shtml
  18. a et b http://www.allocine.fr/film/revuedepresse_gen_cfilm=57887.html
  19. a et b Jean-Luc Douin, « "Marie-Antoinette" : une reine rock et rococo », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 15 août 2020).
  20. « Marc & Pierre Meneau » (consulté le 7 janvier 2015) : « ... les fraises Marie-Antoinette que j’ai spécialement créées pour le film de Sofia Coppola. »
  21. « Madonna - Hollywood (Official Music Video) », sur YouTube

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier