Ouvrir le menu principal

Ménagerie royale de Versailles

La ménagerie de Versailles fondée par Louis XIV.

La ménagerie royale de Versailles fut le premier grand projet de Louis XIV à Versailles. Elle fut édifiée avant même la création du grand canal. Sa construction fut confiée à l’architecte Louis Le Vau qui démarre les travaux en 1663[1]. Abandonnée, à la Révolution, elle tomba en ruines et n'existe plus de nos jours, même si l'on peut encore en voir quelques traces sur des vues aériennes, une guérite et un bâtiment annexe à proximité du pavillon de la Lanterne.

Sous Louis XIVModifier

 
Veüe et perspectiue de la Ménagerie de Versaille du costé de la porte Royale, estampes du XVIIe.
 
Plan de la ménagerie sous Louis XV.

La ménagerie est construite entre 1662 et 1664[2], à l'extrémité sud du futur Grand canal, le long de la route entre Versailles et Saint-Cyr[2] mais ne sera totalement achevée qu'en 1668[3].

Elle est centrée autour d'un bâtiment octogonal couvert par en dôme en ardoise[4]. Ce bâtiment est lui-même entouré par une cour octogonale ouvrant sur sept cours séparées par des grilles et des murs pour les oiseaux et les animaux exotiques. Un balcon entoure le premier étage du bâtiment permettant une vue sur les différents enclos disposés en éventail[4]. Sur le devant du bâtiment se trouve une cour d'honneur. Pour l'agencement général des bâtiments de la ménagerie et des cours des animaux, Louis Le Vau s'est visiblement inspiré de la volière du patricien romain Varron à Casinum, qu'il connaissait sans doute grâce à une estampe de Pirro Ligorio. De là dérive l’idée du château débouchant sur un pavillon dont les enclos disposés autour reproduisent la forme[5].

Conçu comme un lieu d'apparat[6], la ménagerie de Versailles se veut un lieu de splendeur et d'émerveillement où l'on découvre des animaux exotiques et sauvages venus du monde entier. C'est un but de promenade, et une étape obligée des grandes fêtes et réceptions de Louis XIV. C'est là que toute l’Europe des Lumières vient voir des oiseaux-mouches, des colibris, perroquets et autruches, un éléphant, un dromadaire... Contrairement à la ménagerie du château de Vincennes, que Louis XIV a créée en 1661 pour le spectacle de combats d'animaux sauvages, la ménagerie de Versailles était un lieu de plaisir et de découverte pour la cour, les visiteurs, les artistes et les scientifiques. La ménagerie est ainsi fréquentée par des chirurgiens, zoologistes ou taxidermistes[6] mais également par des peintres animaliers, comme Pierre Puget[6] ou Nicasius Bernaerts[6].

La ménagerie est aussi bien entendu un objet politique pour montrer la puissance du roi. Il charge ainsi son principal ministre, Colbert, de faire venir ces animaux exotiques, rares et curieux du monde entier, par des achats de la Compagnie française des Indes orientales[7]. Colbert va d'abord s'adresser à Nicolas Arnoult, le trésorier des galères[3], car les animaux doivent presque tous transiter par le port de Marseille (et dans une moindre mesure celui de Toulon[3]). Mais la mortalité parmi les animaux est très importante, la plupart ne survivent pas au voyage[3] d'autant que sans doute pour des raisons de facilité de capture, ce sont des animaux très jeunes qui sont envoyés[3]. Pour réduire cette mortalité, Colbert demandera à partir de 1669, que les livraisons ne se fassent qu'en été[3]. Il réclame également à Arnoult des peaux et des essences végétales[3] pour Versailles et va donc lui demander de désigner une personne uniquement chargée de pourvoir la ménagerie en animaux[3]. Cela sera un dénommé Mosnier Gassion[6], qui va aller s'approvisionner au Levant, en Égypte et en Tunise[6]. Il accomplira ainsi une quarantaine de voyages[6] ramenant entre autres, des autruches et des canards d'Égypte[6]. Son frère sera même basé à Alexandrie. À partir de ce moment, sans doute vers 1691, que le peuplement de la ménagerie devient plus diversifié.

La ménagerie reçoit également les animaux offerts au roi comme cadeaux diplomatiques comme un éléphant venant du Congo et offert en 1668 par Pierre II du Portugal[Note 1] ou des félins par des princes arabes[3].

Des nobles de nombreuses cours d'Europe vont imiter la splendeur de Versailles, en créant leur propre ménagerie. Ainsi au château de Chantilly en 1663, au palais Het Loo aux Pays-Bas en 1672, au palais de Belém à Lisbonne en 1726, à Parc du Retiro à Madrid en 1774, au palais du Belvédère de Vienne en 1716, au palais de Sanssouci de Potsdam.

 
Marie-Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne, 1710.

Louis XIV, qui à l'approche de la soixantaine se lasse des animaux exotiques[6], fait agrandir et restaurer la ménagerie en 1698 par Jules Hardouin-Mansart, pour l'offrir à Marie-Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne, alors âgée de 12 ans et arrivée à la cour un an plus tôt pour être l'épouse du dauphin Louis de France, petit-fils du roi. Celle qui allait devenir une épouse énergique et illuminait la cour, fait également de la ménagerie une résidence d'agrément pour après-midis[4]. La ménagerie possède alors un jardin d'agréments, une salle « fraiche » avec jeux d'eau et décors de rocaille et même une chapelle[4]. Des bâtiments de ferme avec communs, étables, basse-cour, pigeonnier, laiterie et jardin potager lui sont ajoutés

Marie-Adélaïde s'amuse à y baratter et à y jouer la paysanne. Le château de plaisance qui surplombe la ménagerie abrite aussi ses amours adultères[6].

En 1711, le corsaire normand Jean Doublet rapporte deux lamas[4], animaux encore inconnus à la cour et qualifiés d'« étranges moutons mâle et femelle »[4].

Marie-Adélaïde meurt en 1712 à l'âge de vingt-six ans lors d'une épidémie de rougeole qui emporte également un de ses fils et son mari, marquant le début du déclin de la ménagerie.

Décadence et disparitionModifier

La ménagerie est négligée pendant la Régence, et en 1722 on y réinstalle un éléphant, et quelques animaux sauvages pour distraire le jeune Louis XV, à qui le comte de Maurepas offre un lionceau et un tigre. Le jeune roi délaisse la ménagerie — Il ne s'y rend qu'une seule fois —[6] pour se faire construire sa propre ménagerie expérimentale. L'entretien est délaissé et l'architecte Gabriel constate sa dégradation dès 1751. Les animaux sont quasiment en liberté dans des bâtiments en ruine, lorsque Louis XVI réfléchit au transfert des animaux rescapés au jardin des plantes à Paris. Avec la Révolution, la plupart des animaux sont mangés ou vendus, et on ne retrouve que cinq rescapés en 1793. Sieyès récupère le domaine en 1800. Les derniers animaux sont transférés de la ménagerie en ruine au muséum d'histoire naturelle, où l'on peut encore voir le rhinocéros de Louis XV naturalisé[7].

Le premier zoo des temps modernesModifier

Si la tradition d’entretenir près du souverain une collection d’animaux exotiques était connue dès l’Antiquité, celle créée par Louis XIV à Versailles offrait un modèle résolument nouveau, repris dans toute l’Europe. La première innovation était de rassembler en un même lieu, permanent et non plus itinérant, les animaux dispersés dans les enclos d’autres résidences royales. Par ailleurs, la Ménagerie royale était la première à opérer une classification des espèces, chacune étant répartie dans des cours adaptées[8]. Enfin, la véritable scénographie élaborée par Le Vau, avec son plan radial et le rayonnement des cours à partir d’un point d’observation surélevé, sera largement imitée, notamment en 1752 par l’empereur François Ier de Habsbourg pour son fameux zoo de Schönbrunn à Vienne (Autriche)[9].

BibliographieModifier

  • Gérard Mabille, Joan Pieragnoli, La Ménagerie de Versailles, editions Honoré Clair, 2010
  • Joan Pieragnoli, « La Ménagerie de Versailles, fonctionnement d’un domaine complexe », Versalia, no 13, 2010, p. 173-195
  • Joan Pieragnoli, « La duchesse de Bourgogne et la Ménagerie de Versailles », Fabrice Preyat (dir.), Marie-Adélaïde de Savoie, duchesse de Bourgogne, enfant terrible de Versailles, Bruxelles, Éditions de l’Université libre de Bruxelles, coll. « Études sur le XVIIIe siècle », vol. 41, 2014, p. 139-161
  • Joan Pieragnoli, « Animaux exotiques » et « Ménagerie de Versailles », Lucien Bély (dir.), Dictionnaire Louis XIV, Paris, Robert Laffont, 2015
  • Joan Pieragnoli, La cour de France et ses animaux, XVIe-XVIIe siècles, Paris, PUF, coll. « Le nœud gordien », 2016
  • Jean Nérée Ronfort, « Commandes pour la duchesse de Bourgogne à Versailles et au château de la Ménagerie », Dossiers de l’art, no 124, 2005, p. 67-89
  • Frédéric Richaud, La Ménagerie de Versailles, Le livre de poche, 2006
  • Hélène Delalex, "Versailles, Ménagerie royale de ", Encyclopædia Universalis [en ligne], URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/menagerie-royale-de-versailles/

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les archives indiquent que pour nourrir l'éléphant offert par Pierre II du Portugal, il lui était donné quotidiennement quatre-vingt livres de pain, douze pintes de vins et deux seaux de potage. L'animal vivra jusqu'en 1681 et le roi assistera à sa dissection qui révèlera qu'il s'agissait d'une femelle et non d'un mâle comme cru depuis son arrivée à la ménagerie.

RéférencesModifier

  1. Alain Baraton et Jean-Pierre Coffe, La véritable histoire des jardins de Versailles, Plon, 2007, p. 45.
  2. a et b <"La ménagerie' sur le site http://www.sculpturesversailles.fr.
  3. a b c d e f g h et i Joan Pieragnoli, La cour de France et ses animaux : (XVIe-XVIIe siècles), Paris, PUF, coll. « Le noeud gordien », (lire en ligne).
  4. a b c d e et f Les Jardins de Versailles par Pierre-André Lablaude, éd. Scala 1995. Page 72.
  5. Joan Pieragnoli, La Ménagerie de Versailles, Versalia no 15, 2010, p. 174-175.
  6. a b c d e f g h i j et k Christèle Dedebant, « Et Louis XIV créa le premier zoo... », GEO Histoire, no 29,‎ , p. 56 à 61.
  7. a et b Alain Baraton et Jean-Pierre Coffe, La véritable histoire des jardins de Versailles, Plon, 2007, p. 45-51.
  8. Hélène Delalex, « Versailles, Ménagerie royale de », Encyclopædia Universalis [en ligne],‎ (lire en ligne)
  9. Hélène Delalex, « Versailles, Ménagerie royale de » », Encyclopædia Universalis [en ligne],‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :