Ouvrir le menu principal

Méaulte

commune française du département de la Somme

Méaulte
Méaulte
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Albert
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Coquelicot
Maire
Mandat
Hugues Francomme
2014-2020
Code postal 80300
Code commune 80523
Démographie
Gentilé Méaultois
Population
municipale
1 266 hab. (2016 en diminution de 4,09 % par rapport à 2011)
Densité 118 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 58′ 56″ nord, 2° 39′ 39″ est
Altitude Min. 42 m
Max. 112 m
Superficie 10,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Méaulte

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Méaulte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Méaulte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Méaulte
Liens
Site web Site internet de Méaulte

Méaulte est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Elle fut jusque dans l'après-guerre un haut lieu de l'industrie aéronautique française.

Les habitants de Méaulte s'appellent des Méaultois ou Méaultoises[1].

GéographieModifier

Méaulte est voisine de son chef-lieu de canton Albert.

Géographie physiqueModifier

Nature du sol et du sous-solModifier

Le sol de la commune est le plus souvent argileux sur les plateaux et les bas-fonds. Le sous-sol est calcaire qui affleure sur les crêtes et sablonneux dans un vallon appelé la Sablonnière formé par des alluvions. Au lieu-dit le Bois Viot on rencontre de la terre glaise[2].

Relief, paysage, végétationModifier

Le relief de la commune est celui d'un plateau au sud et d'un vallon au centre duquel est situé le village de Méaulte[2].

HydrographieModifier

La commune de Méaulte est traversée par l'Ancre et l'un de ses affluents le Fossé (anciennement appelé Fossés d'Arrouaise). La nappe phréatique est peu profonde[2].

ClimatModifier

Le climat de Méaulte est tempéré océanique.

Géographie humaineModifier

Urbanisme et aménagement du territoireModifier

La commune de Méaulte fait partie de l'agglomération d'Albert. Le village de Méaulte a été totalement détruit pendant la Grande Guerre. Il a été reconstruit dans l'entre-deux-guerres. Des lotissements construits dans des années 1960 aux années 1980 ont étoffé le tissu urbain.

Activités économiques et de servicesModifier

  • L'activité économique de Méaulte est presque tout entière tournée vers l'aéronautique. L'entreprise Stelia Aerospace, issue de la fusion entre Sogerma et Aerolia, filiale d'Airbus Industrie, est l'un des principaux employeurs du département de la Somme[réf. nécessaire].
  • L'aéroport Albert-Picardie est situé sur la commune de Méaulte ainsi que sur la zone d'activités voisine.
  • Les services offerts dans la commune se limitent au commerce de proximité, à la poste et aux écoles maternelle et primaire.

Transports en communModifier

La localité est desservie par les autocars du réseau inter-urbain Trans'80, chaque jour de la semaine, sauf le dimanche et les jours fériés (ligne no 38 (Albert - Bray-sur-Somme - Péronne)[3].

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

On trouve plusieurs formes pour désigner Méaulte dans les textes anciens : Méalthe (1201), Miaula (1214), Miaute (1289), Mehaulte, Méaute et Melte[4].

La tradition locale dit que le nom de Méaulte signifierait : « placé au milieu de l'eau », à cause des eaux de l'Arrouaise qui se déversaient dans l'Ancre par des fossés qui longeaient le village au nord-ouest[2]. On rencontre dans la langue romane le mot melte qui désignait un territoire sur lequel s'étendait la juridiction d'un officier de justice[4].

HistoireModifier

C'est en prévision de la construction de la plate-forme aéro-industrielle de Haute-Picardie qu'ont pu être menées de larges investigations archéologiques par l'INRAP permettant d'appréhender l'évolution de l'occupation de ce territoire depuis le néolithique jusqu'à la période médiévale[5].

PréhistoireModifier

Le site de Méaulte a été occupé dès la préhistoire :

Les fouilles archéologiques ont permis de mettra au jour les deux premières maisons du Néolithique final (vers 2500-2200 av. J.-C.) découvertes dans la Somme. Les archéologues ont pu reconstituer le plan de deux constructions en torchis. L'une mesurant environ 20 m de long sur 6 m de large était prolongée par un appentis. Le mobilier retrouvé se compose d'outils en silex taillé, de vases en céramique, de fusaïoles et pesons qui révèlent des activités de filage et de tissage[6].

ProtohistoireModifier

On a retrouvé des vestiges de deux enceintes de l'âge du bronze. En 2003, lors de fouilles archéologiques effectuées pour les travaux de construction d'une piste d'aviation on a découvert des vestiges datant de l'âge du fer.

Une nécropole de la fin de l'âge du bronze a été mise au jour. À la fin de l'âge du bronze final (de 1200 à 800 av. JC) de véritables cimetières contenant des tombes à incinération apparaissent. Les douze tombes individuelles de Méaulte (première nécropole découverte dans la Somme) sont de petites fosses où sont déposés les restes de crémation[7].

AntiquitéModifier

Les fouilles ont mis au jour des vestiges de l'Antiquité :

Moyen ÂgeModifier

Des fouilles archéologiques effectuées en 2005 ont mis au jour au lieu-dit « Les Quarante-Cinq » , des vestiges d'occupation humaine datant des Xe-XIe siècles d'une superficie de 2,7 ha. Un enclos de 65 sur 60 m, percé d'une porte de 5 m de côté, donnait accès à une enceinte oblongue percée de quatre entrées. Le tout était entouré par un fossé de 3,80 m de large et de 2,50 m de profondeur. A l'intérieur de cette enceinte ont été retrouvés les vestiges d'une vingtaine d'habitations reliées par un réseau de chemins, de cours et de palissades. Cette implantation humaine établie dans la plaine - ce qui est assez rare - était située à l'actuelle limite des finages des communes de Méaulte, Fricourt et Bray-sur-Somme. Lors de l’enquête de délimitation du comté d’Amiens en 1186, ce lieu ne fut pas mentionné, alors que les habitats de Bray et Fricourt le furent[9].

Au Moyen Âge, la terre de Méaulte était divisée en plusieurs fiefs :

  • En 1214, Othon d'Encre possédait plusieurs terres à Méaulte
  • En 1279, Hugues de Sapegnies était seigneur de Méaulte[10].
  • Le fief de Condeville relevait du château d'Encre.

Epoque moderneModifier

Pendant les Temps modernes le village de Méaulte n'est marqué par aucun fait marquant.

Époque contemporaineModifier

Plusieurs événements ont marqué l'histoire de Méaulte à l'Époque contemporaine :

Pendant la Révolution française, le curé de Méaulte, Delaporte prêta serment lors de la constitution civile du clergé. Il fut élu maire de la commune en 1792[2].

La commune de Méaulte fut durement touchée pendant la Première Guerre mondiale[11],[12] et a été décorée de la Croix de guerre 1914-1918, le [13]. Le village fut reconstruit dans l'entre-deux-guerres.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Méaulte est également bombardée dès le début de la Seconde Guerre mondiale, le 10 mai 1940, lors de la Bataille de France[14].

La commune de Méaulte est un des lieu de naissance de l'industrie aéronautique. Henry Potez, originaire de Méaulte y avait installé en 1924 une usine de construction des avions Potez. À l'époque c'est l'usine aéronautique la plus moderne au monde. L'usine avait ensuite été nationalisée comme industrie stratégique pendant le Front Populaire et rattachée à la SNCAN, Société nationale de constructions aéronautiques du Nord, toujours dirigée par Potez. Après guerre, devenue Nord-Aviation, les usines de Méaulte produisent leurs derniers avions complets (Nord 3202 pour l'Alat) puis commencent à produire des éléments d'avions pour des programmes aéronautiques nationaux (voilure des Mirage III, éléments du Concorde).

Article détaillé : Potez.

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune se trouve dans l'arrondissement de Péronne du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1958 de la cinquième circonscription de la Somme.

Elle fait partie depuis 1793 du canton d'Albert[15]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est toujours membre, est modifié, passant de 26 à 67 communes.

IntercommunalitéModifier

La commune fait partie de la communauté de communes du Pays du Coquelicot, créée fin 2001.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792[2]   M. Delaporte   Curé de la paroisse
    Charles Potez-Leduc[16] Radical Minotier au moulin Vivier
Conseiller général d'Albert (1895 → 1903)
1929[16] 1940 Henry Potez Radical Avionneur, fils de Charles Potez-Leduc
Conseillet général d'Albert (1930 → 1945 et 1947 → 1959)
Maire d’Albert (1947 → 1959)
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Philippe Wallon    
mars 2008[17] En cours
(au 12 janvier 2019)
Hugues Francomme DVG Retraité
Réélu pour le mandat 2014-2020[18]

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[20].

En 2016, la commune comptait 1 266 habitants[Note 1], en diminution de 4,09 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
696755796833970940940952892
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
930926955964937862802822817
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
8167847364256038571 0698811 058
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 0161 0481 0221 0741 2591 2541 3091 3181 278
2016 - - - - - - - -
1 266--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • L'Association aéronautique histoire de Méaulte fondée en 1988 s'est donné pour mission la gestion du patrimoine historique de l'usine aéronautique de Méaulte. En outre, elle organise des conférences et des expositions, effectue des recherches historiques, collecte des témoignages d'acteurs de l'épopée aéronautique. Les membres de la direction de l'usine Aérolia et du comité d'entreprise assurent la direction de l'association.

ÉconomieModifier

L'usine aéronautique de Méaulte qui fait partie de STELIA Aerospace est le véritable poumon économique et industriel de la région. STELIA Aerospace propose des solutions globales pour les constructeurs aéronautiques et les compagnies aériennes et a été créée le 1er janvier 2015 à partir de la fusion entre Aerolia et Sogerma.

STELIA Aerospace assure la conception et la fabrication d’aérostructures, de sièges pilotes et de fauteuils passagers des classes Premium. Son chiffre d'affaires de 2.1 milliards d'euros en 2016, positionne l’entreprise comme l’un des principaux leaders sur ses pôles d’activité.

STELIA Aerospace est une filiale à 100 % d'Airbus Group qui a pour clients les constructeurs aéronautiques dont Airbus, Boeing, Bombardier, Embraer, AgustaWestland ou encore Dassault, Singapore Airlines, Etihad et Thai Airways.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Point de vue de la Croix Comtesse.
  • Domaine du Vivier, ancienne propriété de l’avionneur Henry Potez, édifiiée de 1927 à 1937 (en partie sur commune d'Albert) est l’œuvre de l'architecte Raoul Minjoz, du maître verrier Georges Tembouret, des décorateurs J. Beluze et R. Facq et du menuisier Julien Debras   Inscrit MH (1990)[24],[25].
    Propriété privée non ouverte à la visite.
  • Monument aux morts.
  • Cimetières militaires britanniques :
    • Grove town cemetery ;
    • Military cemetery.
  • Briqueterie Coisne, lieu-dit la Croix-Comtesse, construite en 1924 et disposant d'un four Hoffman. En 1962, elle employait plus de 10 salariés. C'est désormais un magasin de commerce[26].
  • Usine de construction aéronautique Potez, puis Sté nationale de construction d'avions du Nord, puis Nord Aviation, puis Aérospatiale, fondée au lendemain de la Première Guerre mondiale par Henry Potez et continuellement étendue et modernisée au cours du XXe siècle. Elle employait en 1962 plus de 1000 salariés; et, en 1983,1290 salariés[27].

Personnalités liées à la communeModifier

  • Henry Potez (1891-1981), avionneur, maire de Méaulte, conseiller général du canton d'Albert.

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Abbé Paul Decagny, L'Arrondissement de Péronne ou recherches sur les villes, bourgs, villages et hameaux qui le composent, 1844.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. habitants.fr, « Meaulte - Nom des habitants des communes françaises » (consulté le 11 août 2008)
  2. a b c d e et f Notice géographique et historique sur la commune de Méaulte, rédigée par M. Villemant, instituteur, 1898, Archives départementales de la Somme
  3. « Les horaires des lignes » Lignes du réseau Trans'80 », sur trans80.hautsdefrance.fr.
  4. a et b Abbé Paul Decagny, L'Arrondissement de Péronne ou recherches sur les villes, bourgs, villages et hameaux qui le composent, 1844
  5. « plaquette INRAP présentant rapidement les résultats de l'étude »
  6. https://www.inrap.fr/plateforme-aero-industrielle-de-haute-picardie-4003
  7. ttps://www.inrap.fr/plateforme-aero-industrielle-de-haute-picardie-4003
  8. Rapport d'activité 2004 de l’Inrap page 20-21
  9. https://books.openedition.org/irhis/1563?lang=fr
  10. a et b Abbé Paul Decagny, L'Arrondissement de Péronne ou recherches sur les villes, bourgs, villages et hameaux qui le composent, 1844
  11. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  12. Section photographique de l'armée, « Photo : Méaulte. La Grande rue du village reconquis. Au premier plan, opérateur de service cinématographique britannique photographiant le village aussitôt après sa reprise », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 24 bis, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 14 mai 2019).
  13. Journal officiel du 30 octobre 1920, p. 16879.
  14. Philippe Nivet, « La reconstruction d'Amiens : la tour et la gare Perret », Images de Picardie, INA, (consulté le 14 mai 2019).
  15. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. a et b « Un peu d'histoire », Bienvenue, sur http://www.meaulte.fr (consulté le 14 mai 2019).
  17. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 21 février 2009)
  18. « Compte-rendu de la réunion du conseil municipal du vendredi 28 mars 2014 à 19h00 » [PDF], Comptes rendus, Mairie de Méaulte (consulté le 14 mai 2019).
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  22. « A) Église de Méaulte. - [Aquarelle d'Oswald Macqueron], d'après nature, 20 août 1874. B) Méaulte (Somme) : Eglise. - [Carte postale] Grossel, Albert », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 13 mai 2019).
  23. « Église Saint-Léger », clochers.org (consulté le 11 novembre 2010)
  24. « Propriété du constructeur d'avions Henry Potez, dite Domaine du Vivier (également sur commune d'Albert) », notice no PA00116273, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. « Jardin d'agrément dit la Maison Pothez », notice no IA80000520, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Briqueterie Coisne », notice no IA00076539, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « Usine de construction aéronautique Potez, puis Sté nationale de construction d'avions du Nord, puis Nord Aviation, puis Aérospatiale », notice no IA00076540, base Mérimée, ministère français de la Culture.