Ouvrir le menu principal

Bray-sur-Somme

commune française du département de la Somme
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bray.

Bray-sur-Somme
Bray-sur-Somme
L'église Saint-Nicolas, vue depuis l'office du tourisme.
Blason de Bray-sur-Somme
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Albert
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Coquelicot
Maire
Mandat
Philippe Lando
2014-2020
Code postal 80340
Code commune 80136
Démographie
Population
municipale
1 275 hab. (2016 en augmentation de 3,57 % par rapport à 2011)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 56′ 28″ nord, 2° 43′ 06″ est
Altitude Min. 32 m
Max. 122 m
Superficie 16,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Bray-sur-Somme

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Bray-sur-Somme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bray-sur-Somme

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bray-sur-Somme

Bray-sur-Somme est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Ses habitants se nomment les Brayons.

GéographieModifier

Bray-sur-Somme est un bourg picard de la vallée de la Haute-Somme, situé sur la courbe nord d'un des méandres de ce fleuve côtier, à 29 km à l'est d'Amiens et à 17 km à l'ouest de Péronne.

Géographie physiqueModifier

Nature du sol et du sous-solModifier

Le sol de la commume est le plus souvent marécageux ou tourbeux à l'ouest et au sud. Au nord, le sol est calcaire[1].

Relief, végétation et paysageModifier

La commune est entourée de collines à l’est et à l’ouest. Au sud, on rencontre les falaises de la rive gauche. Le bourg s'étage sur le coteau ouest. Au nord, sur le plateau, se situe le bois de Bray.

HydrographieModifier

Au sud, les marais sont traversés par la Somme navigable à partir de Bray (avant la construction du canal).

Le village fut un emplacement stratégique, au cours des siècles, entre l’Artois et la Picardie grâce au passage de la Somme par quatre gués.

Géographie humaineModifier

 
Entrée dans Bray en venant de Corbie.

Le bourg de Bray-sur-Somme occupe un site de carrefour sur la route d'Amiens à Péronne et sur la route d'Albert à Montdidier. Malgré cette position, Bray-sur-Somme souffre de son enclavement car elle est située sur des routes secondaires assez éloignées des grands axes. De plus, Bray est située à proximité de villes comme Albert à 9 km ou Péronne à 12 km ce qui limite son rayonnement. Groupée autour de l'église et de la mairie, l'agglomération ne polarise que très modérément le territoire du canton qui est écartelé entre les aires d'influence de Corbie, Albert et Péronne.

Urbanisme et aménagement du territoireModifier

Le village, construit sur la rive droite de la Somme, s'est progressivement étendu sur le versant nord de la vallée.

Activités économiques et de servicesModifier

Du fait de son enclavement, la commune offre assez peu d'activités industrielles. L'offre commerciale et artisanale est celle de la proximité. Les établissements scolaires vont de la maternelle au collège. Les services de santé sont eux aussi ceux de la proximité. La commune dispose d'une maison de retraite.

Transports en commun routiersModifier

La localité est desservie par les autocars du réseau inter-urbain Trans'80, chaque jour de la semaine, sauf le dimanche et les jours fériés (ligne no 38 (Albert - Bray-sur-Somme - Péronne)[2].

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Bray-sur-Somme
Méaulte Carnoy Mametz et Fricourt
Morlancourt   Suzanne
Étinehem La Neuville-lès-Bray Cappy

ToponymieModifier

Braium serait attesté depuis environ 630.

Bray est un toponyme d’origine celtique braco, attesté dans une glose en ancien français signifiant « terrain fangeux », « marais ». Les termes français brai (au sens de « boue, goudron ») et braye (« terre grasse »), aujourd'hui tombés en désuétude en proviennent peut-être aussi.

En 1956, Bray change de nom pour devenir officiellement Bray-sur-Somme.

HistoireModifier

PréhistoireModifier

PaléolithiqueModifier

Âge du bronzeModifier

  • Des instruments en bronze ont été retrouvés dans la commune.

AntiquitéModifier

  • L'implantation gauloise et la romanisation furent confirmées par des armes, des objets divers, des monnaies trouvées lors de fouilles archéologiques.

Moyen ÂgeModifier

Haut Moyen ÂgeModifier

Période mérovingienneModifier
  • Au Riez Bazin, un cimetière mérovingien a été découvert en 1850 et fouillé en 1875.
  • En 630, Braium appartenait au domaine de l’abbaye de « Centule » (qui prendra le nom de Saint-Riquier).
Période carolingienneModifier

Moyen Âge classiqueModifier

Développement de la cité au Moyen Âge

  • La ville était fortifiée à l'ouest et au nord par des remparts et des fossés profonds. À l'est, un talus en terre, entouré de marais et surmonté d'une palissade en bois, longeait les Catiches, cours d’eau se jetant dans la rivière d’Arleux et traversant en longueur le sud de Bray jusqu'au port de la Gayette.

À chaque entrée de la ville, se trouvait une porte avec deux tours, des mâchicoulis et une herse ainsi qu'un pont à franchir. Ces portes étaient au nombre de quatre :

  • porte de Corbie, à l'ouest ;
  • porte d’Encre, au nord vers Albert ;
  • porte de Hurel, à l'est vers Cappy ;
  • porte de Wiquet, une simple poterne.
  • Bray avait un château fort, dans la rue du Castel. Sur l’autre rive de la Somme, on pouvait apercevoir un pont-levis, une porte avec ses deux tours. Il existait sur la Somme un autre pont-levis.

Bas Moyen ÂgeModifier

  • 1378 : attaque du duc de Buckingham.
  • 1423 : les Écorcheurs ravagèrent la banlieue de la cité, détruisant les moulins et les fours banaux..

Époque moderneModifier

  • Novembre 1522 : siège des Anglais et des Impériaux qui pillèrent, incendièrent la ville et massacrèrent la population. La rue des Massacres porte depuis le souvenir de cette tragédie.
  • Septembre 1536 : Adrien de Croÿ, comte de Rœux, incendia la ville.
  • 1553 : saccage de la cité par Adrien de Croÿ.
  • 1595 : assaut de Pedro Enríquez de Acevedo, comte de Fuentès, gouverneur des Pays-Bas espagnols.
  • 1598 : Bray jouit d'une période de redressement économique, on y intensifia la culture de la vigne.
  • Juillet 1636 : les Espagnols menacèrent la cité en tirant 600 coups de canon.
  • 4 août 1636 : attaque des Espagnols, commandés par Jean de Werth.
  • 1649 : les murailles furent détruites, la ville fut de nouveau incendiée par les Espagnols, une cloche fut emportée.
  • 12 avril 1653 : lors de l'assaut du prince de Condé, la porte d’Encre fut détruite puis le bourg lui-même.
  • 30 avril 1653 : l’église, les autres portes, le château fort furent détruits à leur tour. La ville perd alors toute valeur stratégique importante.
  • 1680 : Louis XIV fut de passage à Bray avec sa cour.

Époque contemporaineModifier

  • 1793 : un grand pont fut construit sur la Somme.
  • Pendant la guerre de 1870 : l'armée du général Faidherbe cantonna à Bray du 5 septembre au 24 décembre.
  • Le 26 décembre 1870, ce fut au tour de l'armée prussienne commandée par Manteuffel en personne de séjourner à Bray.

Première Guerre mondialeModifier

Bray-sur-Somme fut durement touchée par la Première Guerre mondiale.

  • En 1914, l’armée allemande, arrivée à Bray par la route de Proyart, se dirigea vers Amiens. Dans les premiers mois, la commune ne subit aucun dégât et n'eut à souffrir que d'une réquisition des chariots. Après le bombardement d'Albert le 28 septembre, par les Allemands, et son évacuation le 4 octobre 1914, le front se stabilisa autour de Bray-sur-Somme, en un arc de cercle constitué par Fricourt, Carnoy, Curlu, Frise, Herbécourt, Dompierre-Becquincourt. Bray eut la fonction très importante, 28 mois durant, de centre de ravitaillement et de repos.
  • En février 1915, les vitraux et la tour du clocher furent endommagés par des obus allemands tombés près de l’église. Les blessés du front furent soignés dans un grand cantonnement aménagé dans la localité.
  • Le 329e régiment d'infanterie du Havre, constitué de réservistes, cantonna à Bray-Sur-Somme du 15 octobre 1914 au 18 avril 1915 pour organiser les premières tranchées, les fortins, ainsi que différentes opérations militaires. Le , il résista (17e, 21e et 24e compagnies renforcée par une section de la 18e compagnie, ainsi que le 236e régiment d'infanterie) énergiquement à une attaque allemande lancée pour reprendre l'entonnoir. Dans le secteur de Carnoy, les pertes du régiment se sont chiffrées à 47 tués, 96 blessés et 6 disparus, dont 23 tués et 70 blessés à la suite de l'opération de l'entonnoir. Le régiment perdit durant la Grande guerre, 2 097 hommes, 58 officiers, 158 sous-officiers et 1 881 caporaux et soldats[4]. Une plaque commémorative, apposée dans l’église Saint-Nicolas, témoigne de leurs actions.
  • En 1916, les armées franco-britanniques préparent l’offensive et stockent munitions, armes et matériels divers. Le à 7 h 30, la bataille de la Somme fut lancée et infligea jusqu’en novembre 1916 de lourdes pertes à l'armée allemande, qui dut reculer.
  • Au printemps 1918, les Allemands, voulant reconquérir du terrain en lançant des attaques sur Péronne et Saint-Quentin, passèrent en force la Somme le . Bray-sur-Somme fut évacuée. Après la signature à Doullens du commandement unique et la désignation du général Foch comme unique chef des armées alliées, Bray fut libérée le , après de durs combats dans la vallée de la Somme et avec l’aide des Australiens.
  • Pour ses quatre années d'épreuves, le bourg se vit attribuer par le ministre André Lefèvre, le , la Croix de guerre avec citation à l’ordre de l’armée.

La reconstruction de Bray prit de nombreuses années.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Seconde Guerre mondialeModifier

  • La Seconde Guerre mondiale débuta par la mobilisation générale de 1939, et l’attente très longue de la drôle de guerre.
  • La Wehrmacht attaqua le 10 mai 1940, et subitement, les troupes allemandes traversèrent la Meuse, voulant atteindre la Somme et couper la retraite des alliés stationnés en Belgique. Le général Gamelin ordonna aux divisions de se porter sur la Somme pour interdire leur passage. De furieux combats se déroulèrent dans les villages voisins de Chuignolles, Proyart, Méricourt-sur-Somme. Beaucoup de soldats allemands furent tués et les soldats français continrent l'offensive allemande, autour de Bray, pendant plusieurs jours.
  • La localité subit l'Occupation quatre années durant, comme le reste du pays. Quelques troupes allemandes séjournèrent à Bray.
  • Fin 1942, commença la Résistance face à l'occupant.
  • Après le débarquement de Normandie, le 6 juin 1944, Bray-sur-Somme fut libérée par l’armée américaine, le 1er septembre 1944.

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1893 1902 Eugène François Républicain Propriétaire et brasseur
Conseiller général de Bray-sur-Somme (1886 → 1908)
1919 1935 Gaston Bouchend'Homme Rad. Agriculteur, brasseur
Conseiller général de Bray-sur-Somme (1925 → 1940)
mars 1958 1961 Jean-Claude Bouchend'homme Rad. Vétérinaire
Conseiller général de Bray-sur-Somme (1958 → 1961)
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1982 1989 Daniel Lagache divers droite Pharmacien
mars 1989 2001 Marcel Guyot RPR Inspecteur
Conseiller général de Bray-sur-Somme (1988 → 2001)
mars 2001 2008 Daniel Lagache divers droite Pharmacien
Conseiller général de Bray-sur-Somme (2001 → 2008)
mars 2008[5] mars 2014 Marcel Guyot UMP Inspecteur
mars 2014[6] En cours
(au 18 octobre 2019[7])
Philippe Lando   Ancien secrétaire de mairie

Politique environnementaleModifier

La localité a obtenu deux fleurs en 2016 au concours des villes et villages fleuris. En 2019, une troisième fleur récompense les efforts fournis au niveau du fleurissement[8].

JumelagesModifier

Au 23 octobre 2019, Bray-sur-Somme est jumelée avec la ville suivante[9] :

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[11].

En 2016, la commune comptait 1 275 habitants[Note 1], en augmentation de 3,57 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9641 0651 0771 3391 4471 4051 4501 5441 545
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5421 4681 4681 4211 3941 3401 3261 3101 325
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2151 2191 1258169681 0641 0851 0851 076
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 1851 2261 2421 2201 3201 3161 2841 2311 275
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Le regroupement pédagogique intercommunal géré par un syndicat intercommunal scolaire accueille 146 élèves pour l'année scolaire 2017 - 2018, au sein de l'école maternelle Les Capucines et de l'école élémentaire Jean-de-La-Fontaine. Un service de cantine avec self-service a été mis en place[14].

Culture et patrimoineModifier

Monuments et lieux touristiquesModifier

Église Saint-NicolasModifier

L'édifice en pierre du pays (calcaire jaune et tendre), élevé sur les ruines d’un ancien moutier construit par les moines de Saint-Riquier, fut associé aux heures les plus tragiques que connut l’histoire de la cité brayonne. Cette église, construite en partie durant la transition entre le style roman et le style gothique (au XIIe siècle) a subi de nombreuses transformations. Le style gothique flamboyant (XVIe siècle) est net : grandes fenêtres, absence de chapiteau en haut des colonnes. Les deux travées sont du XVIe siècle. Le clocher massif du XVIIIe siècle fut achevé en 1745, et s’élève à 35 mètres de hauteur.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Statues de la ViergeModifier

  • rue des Catiches, un petit oratoire en pierre, avec une niche abritant une statuette de la Vierge à l'Enfant[15].
  • route de Cappy, stèle triangulaire symbolisant la Trinité avec devant une statue de la Vierge à l'Enfant. La forme de triangle symbolise la Trinité[15].

Musée historiqueModifier

Ce musée, dans le bâtiment de la mairie, au niveau de la rue, il retrace la vie et l'histoire de la ville et ses environs au travers des siècles, de l’époque celte à nos jours.

Une partie de l’exposition est consacrée à la Grande Guerre. On peut y voir la maquette du canon allemand (appelé Grosse Bertha) installé sur le territoire de Chuignes en 1918. Cette maquette a été construite par Antonio Garcia, de Chuignolles, qui fut l'un des exploitants du site entre les deux guerres.

L'une des curiosités de cette exposition est sans doute la reconstitution au moyen de maquettes, de la dernière bataille livrée dans la région par Manfred von Richthofen dit le Baron Rouge et de son escadrille appelée le Cirque Volant.

LavoirsModifier

Bray possède encore deux lavoirs du XVIIIe siècle, toujours accessibles au public. Ils sont repérables par leur toit bas de tuile rouge et un petit escalier descendant depuis le trottoir.

  • Celui près du camping municipal (le lavoir de Béthisy) est annoncé par un panneau de présentation.
  • L'autre (le lavoir de Montplaisir) est situé entre le 12 et le 14 de la rue Pierre-Curie, en direction de Cappy[Note 2].

ÉtangsModifier

Aux alentours de Bray-sur-Somme, dans la haute vallée de la Somme se trouvent de nombreux étangs, paradis des pêcheurs. Ces étangs sont pour la plupart d'origine artificielle, creusés par l'homme pour en extraire la tourbe.

Le marais du Levant devrait devenir un sanctuaire lié à la pédagogie[16].

Différentes espèces de poissons peuvent être pêchées :

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

TourbièresModifier

La tourbe est un combustible fossile noirâtre, constitué par un feutrage de fibres poreuses, légères, fournies par des roseaux, joncs, laiches, carex et autres espèces des marais à eau très claire et climat tempéré et encore d’autres matières végétales telles que les sphaignes (mousses aquatiques). La tourbe était utilisée comme engrais, combustible et aussi litière pour les chevaux.

L'extraction de la tourbe remonte au XVIIIe siècle pour pallier le manque de combustible en raison des défrichements.

La production se faisait en plusieurs étapes :

  • repérage des bancs de tourbe grâce à une sorte de pelle fixée au bout d'un manche de 1,10 m de long, puis extraction par effet de levier ;
  • dépôt sur la berge et débitage en lingots ;
  • séchage (si elle manque de consistance) ou broyage : travail réalisé par les femmes.

Cimetières militairesModifier

Personnalités liées à la communeModifier

  • Nicolas de Bray (XIIIe siècle) rédigea un poème de 1 800 vers, De Gestis Ludovici VIII, qui retrace les exploits du roi Louis VIII, dédié en 1228 à l'évêque de Paris, Guillaume d'Auvergne[17].
  • Jean Noiret, en 1712, pendant la Guerre de succession d'Espagne, cet habitant de Bray a fourni à Valenciennes des informations sur l'armée ennemie au maréchal de Villars, lui permettant de remporter la victoire de Denain[17].
  • Alexandre-Désiré Turquet (1799-1871), prêtre, curé d'Harbonnières (1830) puis de Péronne (1843), auteur de "Ephémérides religieuses de Péronne"[18]. Natif de Bray-sur-Somme, chevalier de la Légion d'Honneur, il est décédé à Péronne.
  • Claude-Hector Josse (1842-?), archéologue, naturaliste, vice-président de la Société des antiquaires de Picardie (1882), auteur de "Histoire de la ville de Bray-sur-Somme", natif de Croix-Moligneaux.
  • Marie-Antoinette Beleau[pourquoi ?], restauratrice de l'ordre des Sœurs de la Charité après la Terreur. Elle mourut à Paris en 1804[17].

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune dont l'origine incertaine remonte sans doute au Moyen Âge, se blasonnent ainsi :

de gueules à la fasce cousue d'azur chargée de trois fleurs de lys d'or[19],[20].

  • Ornement extérieur : Croix de guerre 1914-1918 avec palme.
  • Citation à l'ordre de l'armée du 27 octobre 1920 : « A supporté sans faiblesse des bombardements, qui l'ont en grande partie détruite. Par sa belle attitude morale, les dommages subis, les souffrances de sa population, a mérité la reconnaissance du pays[21]. »

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  2. Cet autre lavoir rue Pierre-Curie, sur la droite quand on s'éloigne de l'hôtel de ville, est moins bien indiqué aux touristes qui sont invités (depuis la place de la Liberté) à suivre la direction d'une flèche, sans savoir jusqu'où. (Constat fin juillet 2007)

RéférencesModifier

  1. Notice géographique et historique sur la commune de Bray-sur-Somme, rédigée par Monsieur Paucquet, instituteur, 1899, Archives départementales de la Somme.
  2. « Les horaires des lignes » Lignes du réseau Trans'80 », sur trans80.hautsdefrance.fr.
  3. Info plate-forme, bulletin d'information de la plate-forme aéro-industrielle de Haute-Picardie no 4, septembre 2005
  4. Historique du 329e RI de 1914-1919 et de 1939-1940 "les anciens du 329" 40, rue Just-Viel Le Havre. Achevé d'imprimer en sur les presses de Bretteville Frères Yvetot (Seine-Inf).
  5. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté en 165 juillet 2008)
  6. « Philippe Lando est le nouveau maire de Bray-sur-Somme : Philippe Lando, pourtant deuxième sur la liste conduite par Monique Vaquette, a été élu maire dimanche 30 mars, après un premier tacle de l’opposition », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2019).
  7. Emmanuelle Bobineau, « Philippe Lando, maire de Bray-sur-Somme : « Le maire reste l’élu le plus abordable, celui que les habitants connaissent le mieux » : Il avait dit qu’il ne ferait qu’un mandat. Il tiendra parole. Philippe Lando ne se représentera pas en mars 2020 », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2019) « a commune s’est engagée dans le 0 phyto, a lancé la restauration d’une zone humide à vocation pédagogique et, surtout, a obtenu deux fleurs d’un coup au concours des villes et villages fleuris. C’était en 2016 et le premier magistrat espère que la commune aura sa 3e fleur avant la fin du mandat. (...) La création d’une police municipale, la sécurisation des rues (via un nouveau plan de circulation notamment), la restauration de l’ancienne école, et l’accent mis sur la communication sont aussi à ranger du côté des satisfactions ».
  8. Emmanuelle Bobineau, « Bray-sur-Somme décroche sa 3e fleur : Les résultats ont été publiés sur le site internet du label. Pour le maire, cela récompense le travail effectué depuis le début du mandat », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 11 novembre 2019).
  9. « Site communal, page d'accueil » (consulté le 23 octobre 2019).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  14. Courrier picard, p. 16, .
  15. a et b André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 234 (ASIN B000WR15W8).
  16. « Des espèces exotiques envahissantes menacent la biodiversité », Courrier picard,‎ , B.
  17. a b et c Abbé Paul Decagny, Histoire de l'arrondissement de Péronne et de plusieurs localités circonvoisines, tome 1, Amiens, 1865, Société des Antiquaires de Picardie
  18. « Un livre pour que « ce qui passe à Doingt-Flamicourt ne soit pas oublié » : L’association Mémoire de Doingt-Flamicourt veut consacrer un ouvrage à la vie associative locale », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juin 2019) « Jean-Paul Buire, le président (...) a retracé les différents temps forts de l’association, lors de l’assemblée générale, samedi soir. Il a d’ailleurs rappelé la publication de leur premier livre, Mémoire de Doingt-Flamicourt, qui s’est vendu à 1.250 exemplaires ; puis, d’un deuxième ouvrage, Péronne sur les traces de son passé, sorti après la découverte en 2010 dans l’église de Péronne du manuscrit Éphémérides religieuses de la ville de Péronne, rédigé au milieu du XIXe sièclepar le curé de l’époque, l’abbé Alexandre Turquet et qui raconte le long passé de la ville ».
  19. Hector Josse, Histoire de la ville de Bray-sur-Somme, 1882, Amiens, Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie, tome XXVII.
  20. « Le blason dans l'Armorial de France ».
  21. Jean Estienne et Mireille Louis, Armorial du Département et des Communes de la Somme, Abbeville, 1972, F. Paillart.