Liste des chaires du Muséum national d'histoire naturelle

page de liste de Wikipédia

Le décret du de la Convention nationale transforme le Jardin du roi en Muséum national d'histoire naturelle. Depuis les débuts du XVIIIe siècle le Jardin du roi était déjà pleinement une institution de recherche et d'enseignement d'histoire naturelle. Il était dirigé par un « intendant » mandaté par le roi et était divisé en un certain nombre de chaires chacune d'elles tenue par un enseignant-chercheur qui recevait le nom de « démonstrateur ». Le décret de 1793 qui fonde l'actuel Muséum augmente les chaires au nombre de douze et place un « professeur » à la tête de chacune d'elles. C'est l'assemblée des professeurs, par élection collégiale, qui nomme directeur du Muséum l'un des professeurs de l'institution, en remplaçant ainsi le poste d'intendant de l'ancien Jardin royal.

Allégorie de l'histoire naturelle, bas-relief du tympan surmontant le portail de l'amphithéâtre Verniquet érigé sur instructions de Buffon.

Création et histoire des chairesModifier

Le , un décret de l'Assemblée nationale demande aux démonstrateurs du Jardin du roi de rédiger un projet pour sa réorganisation. La première assemblée vote le départ de l'intendant du Jardin, le marquis de La Billarderie, et élit à l'unanimité Daubenton comme président. Il forme une commission comprenant Antoine-François Fourcroy, Bernard Lacépède et Antoine Portal. Celle-ci est chargée de rédiger le règlement de la nouvelle institution et d'en fixer le fonctionnement. Elle détermine aussi les missions du Muséum : instruire le public mais aussi de constituer des collections et de participer activement à la recherche scientifique. Le corps des professeurs et leur directeur, élu et renouvelé chaque année devant être le garant de l'indépendance de la recherche.

Mais le projet n'aboutit pas, l'Assemblée nationale ne donnant pas suite. En 1791, La Billarderie démissionne et est remplacé par Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre. Ce n'est qu'en 1793 que Joseph Lakanal (1762-1845), apportant les collections du Prince de Condé rencontre Daubenton et découvre le projet de 1790. Lakanal le porte à l'Assemblée et, dès le lendemain , obtient le vote du décret établissant le Muséum, lui donnant ainsi une existence juridique propre.

Le poste d'intendant est alors remplacé par la fonction de directeur. L'ancienne hiérarchie, notamment en démonstrateurs et sous-démonstrateurs, est abolie. Douze postes de professeurs assurent, de façon égale et collégiale, l’administration du Muséum national d'histoire naturelle. Les enseignements sont répartis en douze chaires professorales : minéralogie (Louis Jean-Marie Daubenton) ; chimie générale (Antoine-François Fourcroy) ; arts chimiques (Antoine Louis Brongniart) ; deux chaires de botanique, dans le Muséum (René Desfontaines) et dans la campagne (Antoine-Laurent de Jussieu) ; agriculture et culture des jardins, des arbres fruitiers et des bois (André Thouin) ; histoire naturelle des quadrupèdes, cétacés, oiseaux, reptile et poissons (Étienne Geoffroy Saint-Hilaire) ; histoire naturelle des insectes, vers et animaux microscopiques (Jean-Baptiste Lamarck) ; anatomie humaine (Antoine Portal) ; anatomie des animaux (Jean-Claude Mertrud) ; géologie (Faujas de Saint-Fond) ; iconographie naturelle, ou arts de dessiner et peindre toutes les productions de la nature (Gérard van Spaendonck)[1].

Au fil des années, le nombre de chaires et leur sujet de recherche et d'enseignement vont évoluer : certaines chaires sont subdivisées, d'autres regroupées, d'autres encore supprimées ou transformées en services du Muséum. Jusque dans les années 1985, l'unique instance exécutive du Muséum était l'Assemblée des professeurs titulaires des chaires, rendant compte au Ministère de l'Éducation nationale, puis également au Ministère de la Recherche et plus tard aussi à celui de l'Environnement. En mai 1968, une assemblée générale des personnels, chercheurs, techniciens et administratifs confondus, contesta l'exclusivité de l'Assemblée des professeurs comme organe décisionnel et proposa la création d'un « conseil représentatif » comptant également une assemblée des chercheurs et une troisième des techniciens et administratifs. Ce projet fut abandonné en septembre 1968 mais au fil des années et des réformes, la tutelle des ministères s'est accrue, et l'autorité de l'Assemblée des professeurs s'est réduite, au point d'en faire principalement un organe consultatif scientifique.

Le décret du met fin à l'existence des chaires du Muséum et distribue les collections et les personnes dans sept « départements de recherche » (« Écologie et gestion de la biodiversité », « Histoire de la Terre », « Hommes, natures et sociétés », « Milieux et peuplements aquatiques », « Préhistoire humaine », « Régulations, développement et diversité moléculaire » et « Systématique et évolution ») qui, en 2017, sont regroupés au sein des trois départements toujours en vigueur en 2022[2] :

  • « Homme et environnement »,
  • « Adaptations du vivant »,
  • « Origines et évolution ».

Le Muséum reste un « grand établissement » dont les missions restent principalement la conservation de collections scientifiques, la diffusion de la culture scientifique dans les spécialités propres à l'établissement, la recherche et la formation à la recherche. Il est également un campus universitaire[3],[4]. Aux XXe et XXIe siècles, l'établissement dispose d'un personnel d'environ 2200 personnes dont 200 enseignants supérieurs et formateurs, 600 chercheurs et 1400 médiateurs, techniciens de laboratoire et autres, administratifs, horticulteurs, soigneurs zootechniques, gardiens et personnels d'entretien[5].

Évolution et titulaires des chairesModifier

  • Entomologie agricole coloniale
    • 1942 à 1958 : Paul Vayssière. Cette chaire est alors renommée en entomologie agricole tropicale.
      • Entomologie agricole tropicale
        • 1958 à 1960 : Paul Vayssière. Puis cette chaire disparaît, englobée dans celle d’entomologie générale et appliquée.
  • Iconographie naturelle ou de l'art de dessiner et de peindre toutes les choses de la nature
  • Depuis le décret du , les chaires ont été remplacées par quatre "directions transversales" qui ont pour objet d'organiser la conservation du patrimoine, la formation à la recherche et la diffusion des connaissances :
    • Direction des collections ;
    • Direction des bibliothèques et de la documentation ;
    • Direction de l’enseignement, de la pédagogie et des formations ;
    • Direction de la diffusion, de la communication, de l'accueil et des partenariats ; cette dernière comporte trois départements de diffusion :
      • département des Galeries ;
      • département des Parcs botaniques et zoologiques ;
      • département du Musée de l'Homme.

BibliographieModifier

  • Jean Dorst (dir.), Muséum national d'histoire naturelle, 253 p., Fernand Nathan, Paris, 1980, (ISBN 2-09-290195-8)
  • Yves Laissus, Le Muséum national d'histoire naturelle, Gallimard, Paris, 1995
  • Stéphane Déligeorges, Alexandre Gady et Françoise Labalette, Le Jardin des Plantes et le Muséum national d'histoire naturelle, Monum, Paris, 2004, 64 p., (ISBN 2-85822-601-6)
  • Philippe Jaussaud et Édouard-Raoul Brygoo, Du Jardin au Muséum en 516 biographies, 630 p., Muséum national d'histoire naturelle, Paris, 2004, (ISBN 2-85653-565-8)
  • Annuaire et sites du Muséum national d'histoire naturelle, 40 p., MNHN, Paris, rééditions décennales.

Notes et référencesModifier

  1. Yves Laissus, Le Muséum national d'histoire naturelle, Gallimard, Paris, 1995, p. 21.
  2. Rapport d'activité du Muséum national d'histoire naturelle, année 2017 ; section « Organisation », p. 72 - [1]
  3. « Décret no 2001-916 du 3 octobre 2001 relatif au Muséum national d'histoire naturelle », Légifrance.
  4. Décret n° 2014-1107 du 1er octobre 2014 modifiant le décret n° 2001-916 du 3 octobre 2001 relatif au Muséum national d'histoire naturelle (lire en ligne), sur Légifrance.
  5. Rapport d'activité du Muséum national d'histoire naturelle, année 2018 - [2].
  6. Voir à ce propos : Jean Lhoste (1987), Les entomologistes français (1750-1950). Éditions INRA/OPIE.
  7. Parc zoologique de Paris-Vincennes : Maryvonne LECLERC-CASSAN, Les Échos, n° 16891 du 04 mai 1995, page 42.
  8. Michel Van Praët : voir « Centre Koyré », professeur de muséologie au Muséum national d'histoire naturelle : [3]
  9. Patrick Blandin : UMR 5145 du CNRS « Eco-Anthropologie et Ethnobiologie », Blandin travaillant sur l'axe « Biodiversité, systèmes écologiques et activités humaines »: voir
  10. Philippe Janvier, paléontologue : voir
  11. Yves Girault: USM « Muséologie et médiation des sciences »: voir