Ouvrir le menu principal
Laurent Marqueste
Laurent Marqueste.jpg
Laurent Marqueste.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Laurent-Honoré Marqueste
Nationalité
Activité
Formation
Distinctions

Laurent-Honoré Marqueste, né le à Toulouse et mort le à Paris[1], est un sculpteur français.

Sommaire

BiographieModifier

Laurent-Honoré Marqueste, est un sculpteur français né le à Toulouse[1].

Laurent Marqueste a étudié auprès d’Alexandre Falguière, sculpteur toulousain considéré comme l'une des figures majeures de la sculpture réaliste française au XIXe siècle, et est largement influencée par les œuvres classiques[2]. Marqueste sera aussi l'élève de François Jouffroy, ancien lauréat du prix de Rome et nommé en 1863, professeur à l'École des beaux-arts de Paris. Marqueste obtint le prix de Rome en 1871 avec son bas-relief La Flagellation de Jésus[3] et est reçu comme pensionnaire à la villa Médicis à Rome de 1872 à 1875[4].

Il commence à exposer au Salon des artistes français pour la première fois en 1874 et il en reste un fidèle exposant[5]. Jacob et l'Ange, un bas-relief en plâtre, est la première œuvre qu'il expose[2] qui lui vaut une médaille de troisième classe[5]. En 1876, il reçoit une médaille de première classe pour Persée et la Gorgone[2] et en 1878, il obtient une médaille de deuxième classe à l'Exposition universelle à Paris[2].

En 1884, il reçoit les insignes de chevalier de la Légion d'honneur et est successivement promu officier puis commandant[5]. Enfin, Laurent Marqueste reçoit la médaille d’or de l’Exposition universelle de Paris de 1889 et le grand prix de l’Exposition universelle de 1900[6].

Membre du groupe des Florentins avec Alexandre Falguière, Antonin Mercié, Paul Dubois et Henri Chapu, il enseigne à partir de 1893 à l'École des beaux-arts de Paris[6], ou il est professeur, entre autres, de la classe de jeunes filles, où il eut Raymonde Martin (1887-1977) parmi ses élèves. En 1900, il devient membre de l'Institut[5].

La renommée qu'il acquiert lui permet d'obtenir de nombreuses commandes de la Ville de Paris comme pour le jardin des Tuileries, le palais du Luxembourg, le pont Alexandre-III, l'amenant à réaliser des allégories, des groupes mythologiques et des portraits historiques[6].

Laurent Marqueste est le gendre de l'écrivain et journaliste, Léon Bienvenu dit Touchatout[7].

Laurent Marqueste meurt le à Paris[1].

Œuvres dans les collections publiquesModifier

Récompenses et distinctionsModifier

ÉlèvesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Marqueste, Laurent Honoré (1848-1920 » sur le site du catalogue général de la Bibliothèque nationale de France.
  2. a b c et d « Laurent-Honoré Marqueste (1848-1920) - Artist Detail - Fine Art Dealers MacConnal-Mas... », sur www.macconnal-mason.com (consulté le 1er décembre 2018).
  3. « La Flagellation de Jésus », sur Cat'zArts (consulté le 1er décembre 2018).
  4. J. Guiffrey, Liste des pensionnaires de l'Académie de France à Rome, donnant les noms de tous les artistes récompensés dans les concours du Prix de Rome de 1663 à 1907, Paris, 1908.
  5. a b c et d Dossier sur Persée et la Gorgone, bibliothèque du musée des Beaux-Arts de Lyon.
  6. a b et c Dictionnaire Bénézit.
  7. « La statue de Pierre de Montreuil », sur www.paristoric.com (consulté le 1er décembre 2018).
  8. « Persée et la Gorgonne – Niort », notice sur e-monumen.net.
  9. Henry Lapauze, Catalogue sommaire des collections municipales et notice historique du Palais des Beaux-Arts de Paris, Paris, 1906, p. 253.
  10. « L’Art – Paris, 4e arr. », notice sur e-monumen.net.
  11. Œuvres de Laurent Marqueste dans la base de données du musée des Augustins.
  12. Archives nationales.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier