Ouvrir le menu principal

Renée de Vériane

journaliste française
Renée de Vériane
Renée de Vériane.png
Renée de Vériane photographiée avant 1897.
Naissance

Paris
Décès
Nationalité
Française
Activités
Autres activités
Formation
Maître

Renée de Vériane, née à Paris en 1865 et morte à Paris en 1947, est une sculptrice française, qui fut aussi créatrice de jouets, illustratrice et journaliste.

Sommaire

BiographieModifier

À partir de 1885, Renée de Vériane suit les cours des sculpteurs Antonin Mercié et Laurent Marqueste, membres du « groupe des Toulousains », et d'Émile Peynot, lesquels ont ouvert des classes réservées au jeunes-filles à l'École des beaux-arts de Paris. Elle réalise des bustes et des compositions en terre cuite, parfois éditées en bronze comme la statuette intitulée Boxeur (1891), travail remarqué à l'époque.

Elle expose au Salon où elle obtient une mention honorable pour sa statue de Jean Goujon (1896). Elle est aussi l'auteur de vases et de nombreuses poupées artistiques en terre cuite émaillée. Ces dernières lui valent une certaine réputation. En 1905, elle rejoint la toute nouvelle Société des amateurs de jouets artistiques[1] aux côtés de Lafitte-Désirat. En 1913 sort un ouvrage, La Mode par les poupées, qui donne lieu à une exposition au musée Galliéra à Paris, où des figurines sont habillées par des modèles en réduction de grands couturiers[2]. Elle fait partie des artistes qui ont permis la naissance d'une nouvelle gamme de jouets français : ce mouvement naît quelques années avant la Première Guerre mondiale[3] et vise à concurrencer l'industrie allemande, dominante en Europe. Côté poupée, ce fut à Antonin Mercié que furent commandés les premiers moules ; Vériane y fut associée dès le départ et remporta le premier prix en 1904 au concours du jouet[4]. On compte aussi les travaux d'André Hellé[5].

Renée de Vériane est également journaliste et illustratrice de presse. Avant 1896, elle effectue un voyage aux États-Unis, et collabore au World et au New York Recorder sous forme de dessins et chroniques[6]. En 1904, elle adhère à la Société des dessinateurs humoristiques, seule femme membre du comité d'honneur[7]. Elle écrit également pour Le Stéphanois (1899) et pour Marguerite Durand, dans La Fronde, notamment des « sporting notes »[8], à une époque où les femmes commencent à participer à des compétitions vélocipédiques, d'escrime, de tennis, etc.

Œuvres dans les collections publiquesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Marcel Braunschvig, « Jeu et jouets », in [PDF]L'Art et l'enfant, p.213.
  2. « La Mode par les poupées », in Le Gaulois du dimanche, 1913.
  3. En 1899, la plupart des fabricants de jouets français décident de se rassembler en une fédération , la Société française des bébés et jouets (SFBJ).
  4. Deux poupées sont photographiées dans « La vie et l'image », in Revue universelle, Paris, Larousse, 1904, p.467.
  5. Extrait de Les Jouets des pays de France, Paris, Larousse, 1918, p. 181-202 (en ligne).
  6. « Mlle de Vériane », in Jules Martin, Nos peintres, sculpteurs…, Paris, Flammarion, 1897, p.366.
  7. (it) Lire note page 38, in Esposizioni d’Arte umoristica e di Caricatura tra fine Ottocento e primo Novecento in Italia, mémoire de Laurea Magistrale, Université de Venise (en ligne).
  8. [PDF] Anne Velez, Les Filles de l'eau. Une histoire des femmes et de la natation en France (1905-1939), p.255, note 120.

AnnexesModifier