Ouvrir le menu principal

J'veux du soleil (film)

film de François Ruffin et Gilles Perret prévu pour 2019
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir J'veux du soleil (homonymie).
J'veux du soleil
Réalisation François Ruffin
Gilles Perret
Sociétés de production Les 400 Clous
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre documentaire
Durée 76 minutes
Sortie 2019

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

J'veux du soleil (également typographié J'veux du soleil !) est un film documentaire français réalisé par Gilles Perret et François Ruffin, sorti en 2019. Construit comme un road movie, il retrace le voyage des deux réalisateurs du Nord au Sud de la France à la rencontre des Gilets jaunes mobilisés au bord des routes du pays en .

Après Les Jours heureux (2013), La Sociale (2016), et L'Insoumis (2018) réalisés par Gilles Perret, et Merci Patron ! (2016) réalisé par François Ruffin, J'veux du soleil ! est le premier projet commun entre les deux amis, qui se connaissent depuis plus de quinze ans.

Sommaire

SynopsisModifier

Au volant de sa Citroën Berlingo, François Ruffin, accompagné par Gilles Perret et sa caméra, sillonne les routes de France, du nord au sud, pendant six jours à la rencontre de Gilets jaunes sur les ronds-points, les péages ou les parkings d'hypermarchés. Il traversent ainsi six départements : l'Oise, la Saône-et-Loire, l'Ardèche, l'Isère, la Haute-Savoie, la Drôme, le Gard, les Bouches-du-Rhône et l'Hérault[1].

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb. Personnes participant au film :

Personnes apparaissant dans les images d'archives :

HistoriqueModifier

L'idée de réaliser un film sur les Gilets jaunes émerge lors d'une rencontre fortuite au début du mois de entre Gilles Perret, documentariste, et François Ruffin, député insoumis de la Somme et rédacteur en chef du journal Fakir. Quelques jours plus tard, les deux cinéastes partent sillonner les routes de France à bord de la voiture du « député-reporter ». Ils en reviendront au bout d'une semaine avec quelques vingt-quatre heures d'images[3].

Le , François Ruffin annonce le film sur sa chaîne YouTube, depuis la salle de montage en compagnie de Gilles Perret et de la monteuse Cécile Dubois (qui avait déjà travaillé sur Merci Patron !). Il précise que ses droits d'auteurs seront reversés au Secours populaire[4],[5]. Il explique également que « si on ne fait pas ce boulot, la trace de ce mouvement exceptionnel dans notre histoire va être faite par BFM TV, des éditorialistes, des intellectuels à chemise blanche, qui vont résumer ça à un mouvement violent, d'alcooliques, voire de fascistes et d'antisémites »[6]. L'objectif des deux réalisateurs est de donner la parole aux Gilets jaunes[3],[4] dans leur quotidien[7].

La sortie en salles en France étant prévue pour le , le montage de J'veux du soleil ! se réalise en un temps record. François Ruffin sollicite l'aide du public pour la diffusion du film, que ce soit en allant le proposer aux salles de cinéma ou en organisant des projections sur les ronds-points avec des gilets jaunes[5]. Une tournée d'avant-premières à travers toute la France précède la sortie en salles[8],[9],[10], avec un film presque finalisé[11]. La première à lieu le à Grenoble, dans l'Isère, et attire 350 personnes dans les trois salles du cinéma Le Club[12],[13]. À Marseille, où il est diffusé le au cinéma Toursky du quartier Saint-Mauront, le film est un succès : les deux séances organisées font salle comble[1] et les gérants doivent en rajouter une supplémentaire pour pouvoir accueillir tous les spectateurs[14]. J'veux du soleil réunit un total de 2 000 personnes au cours de la journée[15].

AccueilModifier

Accueil critiqueModifier

Pour Clément Pétreault, dans Le Point, « le spectateur se retrouve [...] plongé dans des intimités rarement poussées au cœur de l'actualité » face à des « témoignages [...] sincères, parfois dérangeants, souvent révoltants ». Malgré un « sens inné de la mise en scène » reconnu à François Ruffin, le critique déplore le manichéisme de ce dernier ainsi qu'une « fascination pour la souffrance »[14].

Xavier Demagny, pour France Inter, reproche aussi un montage qui « frôl[e] le manichéisme », avec la mise en parallèle des paroles de Gilets jaunes et de leurs opposants. Il indique cependant que le parti-pris est assumé et que la vision de François Ruffin est « empathique, bienveillant[e], parfois même tendre »[16].

Box-officeModifier

Références culturellesModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb. Le titre film reprend celui de la chanson J'veux du soleil du groupe Au p'tit bonheur. À la fin du documentaire, une manifestante, Marie, entonne cette chanson sur la plage en compagnie de François Ruffin puis, durant le générique, on la voit rejoindre trois membres du groupe Au p'tit bonheur pour interpréter le titre dans un studio d'enregistrement.

Outre cette chanson, le film utilise plusieurs chansons préexistantes :

D'autre part, lors d'une discussion avec des Gilets jaunes, François Ruffin explique que le mouvements lui a fait penser au film L'An 01 de Jacques Doillon, adapté de la bande dessinée éponyme de Gébé ; des extraits du film sont alors inclus dans le montage.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Christophe Deroubaix, « Film. Gilets jaunes : Ruffin donne la parole aux invisibles », sur L'Humanité, (consulté le 8 mars 2019).
  2. « J'veux du soleil ! », sur francoisruffin.fr (consulté le 13 février 2019)
  3. a et b Maurice Midéna, « Portrait de Gilles Perret, l'homme qui filme les gilets jaunes avec François Ruffin », sur Les Inrocks, (consulté le 25 janvier 2019).
  4. a et b « Après Merci Patron, François Ruffin va sortir un film sur les gilets jaunes », sur Libération, (consulté le 10 janvier 2019).
  5. a et b « François Ruffin prépare J'veux du soleil, un film sur les « gilets jaunes » », sur Culturebox, (consulté le 10 janvier 2019).
  6. « François Ruffin prépare un film sur les gilets jaunes », sur L'Express, (consulté le 10 janvier 2019).
  7. Laëtitia Forhan, « J'veux du soleil : après Merci Patron, François Ruffin donne la parole aux Gilets Jaunes », sur Allociné (consulté le 15 février 2019).
  8. « Gilets jaunes. Le film de François Ruffin en avant-première au Mans », sur Le Maine libre, (consulté le 15 février 2019).
  9. Margaux Rousset, « François Ruffin au Café des Images à Hérouville pour présenter son documentaire sur les Gilets jaunes », sur Liberté Caen, (consulté le 15 février 2019).
  10. Agnès Briançon-Marjollet, « Gilles Perret réalisateur de J'veux du soleil : « Je ne voulais pas passer à côté de quelque chose d’aussi important » », sur Le Dauphiné libéré, (consulté le 15 février 2019).
  11. « François Ruffin à l'Astrée dimanche, c'est la cohue », sur Le Dauphiné libéré, (consulté le 15 février 2019).
  12. A. H., « Gilets jaunes. François Ruffin présente son documentaire J'veux du soleil en avant-première, à Grenoble », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes, (consulté le 8 mars 2019).
  13. François Carrel, « J'veux du soleil de Ruffin : paroles brutes de gilets jaunes », sur Libération, (consulté le 8 mars 2019).
  14. a et b Clément Pétreault, « Nous avons vu le nouveau documentaire de François Ruffin », sur Le Point, (consulté le 8 mars 2019).
  15. « Le film de François Ruffin en avant-première à Garat », sur Charente Libre, (consulté le 8 mars 2019).
  16. Xavier Demagny, « Road-trip bienveillant d'Amiens à Marseille : on a vu le film de François Ruffin sur les « gilets jaunes » », sur France Inter, (consulté le 13 mars 2019).

Voir aussiModifier