Philippe Herreweghe

chef d'orchestre et chef de chœur belge
Philippe Herreweghe
Description de cette image, également commentée ci-après
Philippe Herreweghe en 2011.

Naissance (74 ans)
Gand, Drapeau de la Belgique Belgique
Activité principale chef d'orchestre, chef de chœur
Maîtres Marcel Gazelle
Gabriël Verschraegen

Philippe Herreweghe (né le à Gand) est un chef d'orchestre et chef de chœur belge.

Fondateur de l'ensemble vocal La Chapelle royale, qui s'est initialement consacré à la musique baroque française, il est un interprète renommé des œuvres vocales de Jean-Sébastien Bach (messes, passions, cantates, grands motets), et d'autres compositeurs majeurs des périodes Renaissance, baroque, classique, romantique...

BiographieModifier

Philippe Herreweghe est né à Gand d'un père spécialiste des maladies coloniales et d'une mère esthète qui lui donne ses premières leçons de piano. Formé chez les jésuites dans sa ville natale, il mène de front des études universitaires de médecine et de psychiatrie et une formation musicale au conservatoire dans la classe de piano Marcel Gazelle et d’orgue avec Gabriël Verschraegen. Au cours de la même période, il entame une carrière de chef d’orchestre, et en 1970 il crée le Collegium Vocale Gent[1].

Nikolaus Harnoncourt et Gustav Leonhardt invitent Philippe Herreweghe et le Collegium Vocale à participer à l’enregistrement de l’intégrale des cantates de Bach.

De 1977 à 1979, il fonde l’éphémère Chœur symphonique de Liège pour accompagner l’Orchestre symphonique du même nom[2].

En 1977, il crée à Paris, à l’initiative de Philippe Beaussant, Vincent Berthier de Lioncourt et Philippe Suzanne, l’ensemble La Chapelle Royale, qui se consacre à l’interprétation de la musique baroque française. Depuis, il a créé plusieurs autres ensembles avec lesquels il aborde un répertoire musical qui va de la Renaissance à la musique contemporaine : l’Ensemble vocal européen, spécialisé dans la musique polyphonique de la Renaissance, et l’Orchestre des Champs-Élysées, créé en 1991 dans l’optique de remettre en valeur le répertoire de la période classique et romantique en utilisant des instruments d’époque.

À la demande de l’Accademia Chigiana de Sienne, et depuis 2011 avec le support du programme culturel de l’Union européenne, Philippe Herreweghe collabore activement avec le Collegium Vocale Gent au développement d’un grand chœur symphonique au niveau européen.

De 1982 à 2002, Philippe Herreweghe a été directeur artistique des Académies musicales de Saintes devenu le Festival de Saintes. En outre, il a dirigé comme chef d’orchestre invité The Orchestra of the Age of Enlightenment (« L'Orchestre de l'âge des Lumières »), Concerto Köln, l’Ensemble Musique oblique, l’Orchestre royal du Concertgebouw d’Amsterdam, l’Orchestre philharmonique de Vienne et The Orchestra of St. Luke's de New York.

De 1998 à 2002, il a été premier chef (chef-dirigent) de Filharmonie (Orchestre philharmonique royal des Flandres), dont il est actuellement hoofddirigent (chef principal, position placée en dessous de celle de chef dirigeant dans l’organigramme de l’orchestre).

DiscographieModifier

Philippe Herreweghe a enregistré de nombreuses œuvres vocales de Jean Sébastien Bach (notamment la Passion selon Saint Matthieu et la Passion selon Saint Jean, la Messe en si mineur, l'Oratorio de Noël, des Motets et un grand nombre de cantates), ainsi que les Lamentations de Jérémie de Roland de Lassus, les grands motets français de Du Mont, Charpentier, Rameau, Lully, Delalande, les Messes de Requiem de Mozart, Campra, Gilles, Fauré (les 2 versions) et Brahms, Les Nuits d’été et L’Enfance du Christ de Berlioz, les oratorios de Haydn Die Jahreszeiten et Die Schöpfung, les oratorios de Mendelssohn Elias et Paulus, mais aussi le Pierrot lunaire de Schönberg, et la création de Medeamaterial de Pascal Dusapin. Il a commencé en 2004 l'enregistrement des symphonies d'Anton Bruckner.

Harmonia Mundi était sa maison de disques principale jusqu'en 2010, date à laquelle il la quitte en bons termes, pour créer son propre label, PHI, distribué par Outhere. Le premier enregistrement paru sous ce nouveau label est la quatrième symphonie de Gustav Mahler, avec l'Orchestre des Champs-Élysées. D'autres projets sont ensuite réalisés, dont un nouvel enregistrement des motets de Jean-Sébastien Bach et la Missa Solemnis de Beethoven.

RenaissanceModifier

BaroqueModifier

  • Johann, Johann-Michaël et Johann-Christoph Bach : Motets, Ricercar
  • Johann Sebastian Bach :
    • Passion selon Saint-Matthieu (1985) Harmonia Mundi
    • Motets BWV 225-230 (1986) Harmonia Mundi
    • Passion selon Saint-Jean (1988) et (2001) Harmonia Mundi
    • Messe en si mineur BWV 232 (1989) Virgin et (1998) Harmonia Mundi
    • Ich hatte viel Bekümmernis, Cantates BWV 21 et 42 (1990) Harmonia Mundi
    • Magnificat BWV 243, Cantate BWV 80 (1990) Harmonia Mundi
    • Messes BWV 234 & 235, Sanctus BWV 238 (1990) Virgin
    • Messes BWV 233 & 236 (1991) Virgin
    • Cantates pour basse BWV 82, 56 et 158 (1991) Harmonia Mundi
    • Cantates BWV 39, 73, 93, 105, 107, 131 (1992/93) Virgin
    • Oratorio de Pâques BWV 249, Cantate BWV 66 (1995) Harmonia Mundi
    • Cantates de Noël BWV 57, 110, 122 (1996) Harmonia Mundi
    • Cantates de l'Avent BWV 36, 61 et 62 (1997) Harmonia Mundi
    • Mit Fried und Freud, Cantates BWV 8, 125 et 138 (1998) Harmonia Mundi
    • Passion selon Saint-Matthieu (1999) Harmonia Mundi
    • Wir danken dir, Gott, Cantates BWV 29, 119 et 120 (2000) Harmonia Mundi
    • Passion selon Saint-Jean (2001) Harmonia Mundi
    • Cantates de Noël à Leipzig BWV 63, 91, 121 et 133, Magnificat BWV 243a (2003) Harmonia Mundi
    • O Ewigkeit, du Donnerwort, Cantates de la Trinité BWV 2, 20 et 176 (2003) Harmonia Mundi
    • Motets BWV 225-230 (2011) PHI
    • Messe en si mineur (2011) PHI
    • Ach süsser Trost ! Leipzig Cantatas BWV 25, 138, 105 et 46 (2012) PHI
    • Ich elender Mensch Leipzig Cantatas BWV 48, 73, 44 et 109 (2013) PHI
  • Carl Philipp Emmanuel Bach : Die Auferstehung und Himmelfahrt Jesu, (1992) Virgin
  • André Campra : Messe de Requiem (1987) Harmonia Mundi
  • Henry Dumont : Motets pour La Chapelle du Roy (1984) Harmonia Mundi
  • Marc-Antoine Charpentier : Motet pour l'Offertoire de la Messe Rouge H.434, Pour le Saint Sacrement au reposoir H.346, Pour la seconde fois que le Saint Sacrement vient au même reposoir, H.372, Miserere H.219 (1985) Harmonia Mundi. Diapason d’or
  • Carlo Gesualdo : Sabbato Sancto (1990) Harmonia Mundi
  • Jean Gilles : Requiem (1990) Harmonia Mundi
  • Michel-Richard de Lalande : Dies Irae, Miserere (1991) Harmonia Mundi
  • Jean-Baptiste Lully :
    • Grands Motets (1985) Harmonia Mundi
    • Armide (1993) Harmonia Mundi
  • Claudio Monteverdi : Vespro della Beata Vergine (1987) Harmonia Mundi
  • Jean-Philippe Rameau :
    • Les Grands Motets (1982) Harmonia Mundi
    • Les Indes galantes : Suite d'orchestre (1984) Harmonia Mundi
  • Johann Hermann Schein : Israelis Brünnlein (1996) Harmonia Mundi
  • Heinrich Schütz :
    • Musikalische Exequien (1987) Harmonia Mundi
    • Opus ultimum (2007) Harmonia Mundi
  • Tunder, Kuhnau, Bruhns, Graupner : Cantates allemandes, Harmonia Mundi

ClassicismeModifier

RomantismeModifier

XXe siècleModifier

DécorationsModifier

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Philippe Herreweghe | Biography & History | AllMusic », sur AllMusic (consulté le )
  2. Out.be, « Philippe Herreweghe (Salle philharmonique (OPRL)) », sur Out.be (consulté le )
  3. Ministère des affaires étrangères, du commerce extérieur et de la coopération internationale Faveurs nobiliaires

BibliographieModifier

Stephan Moens (trad. du néerlandais de Belgique), Philippe Herreweghe, Louvain-la-Neuve, Versant Sud, coll. « Parcours Musique », , 144 p. (ISBN 978-2-930358-45-1)

Livre de référence sur Philippe Herreweghe et son univers musical.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier