Ouvrir le menu principal

Benjamin Alard

organiste et claveciniste français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Alard.
Benjamin Alard
Description de cette image, également commentée ci-après
Benjamin Alard en 2017 (photo Susanne Vermeulen)

Naissance (34 ans)
Rouen, Drapeau de la France France
Activité principale Organiste et claveciniste
Formation Schola Cantorum de Bâle
Maîtres Louis Thiry, François Ménissier, Élisabeth Joyé
Récompenses

1er prix et prix du public du concours international de clavecin du Festival de musique ancienne de Bruges (2004)

1er prix du Concours d'orgue Gottfried-Silbermann de Freiburg (2007)

Benjamin Alard est un organiste, claveciniste et clavicordiste français né à Rouen le .

Etudes et concoursModifier

Originaire des Grandes-Ventes en Seine-Maritime[1], Benjamin Alard est initié à l'orgue par le curé de sa paroisse qui l'envoie rapidement à l'École nationale de musique de Dieppe[2]. Intéressé par la musique ancienne, il poursuit l'étude de l'orgue avec Louis Thiry et François Ménissier au conservatoire de Rouen et commence le clavecin avec Élisabeth Joyé à Paris.

Il est admis en 2003 à la Schola Cantorum de Bâle dans les classes de Jean-Claude Zehnder pour l'orgue et d'Andrea Marcon pour le clavecin.

En 2004, il remporte le premier prix et le prix du public au concours international de clavecin de Bruges dont le jury est présidé par Gustav Leonhardt.

En 2007, Benjamin Alard est vainqueur du Concours d'orgue Gottfried-Silbermann de Freiburg[3]. La même année, il est lauréat de la Fondation Juventus[4] et nommé dans la catégorie "Révélation instrumentale" aux Victoires de la musique classique 2008.

CarrièreModifier

En 2005, à l'âge de vingt ans, il est désigné sur concours co-titulaire du nouvel orgue construit par le facteur Bernard Aubertin pour l'église Saint-Louis-en-l'Île à Paris. Il y crée une saison de concerts, Claviers en l'Isle, où il se produit en récital et invite de jeunes talents à se faire connaître du public[5].

En 2009, dans le cadre du projet "Bach hors les murs" du Théâtre des Champs-Élysées, il participe à une intégrale de l'œuvre pour orgue de Bach[6],[7] en compagnie des organistes Francis Jacob, Bernard Foccroulle, Jan Willem Jansen et Michel Bouvard[8].

Il entame en 2012 une résidence de cinq ans au Palau de la Música Catalana de Barcelone au cours de laquelle il interprète seul l'intégrale de la musique pour clavecin de Bach. À l'invitation de la Philharmonie de Paris en 2014, il participe à une autre intégrale de ce type, mais sur instruments historiques. À cette occasion, il se produit en public pour la première fois au clavicorde[9].

Invité régulier de salles et de festivals en France (Philharmonie de Paris, Auditorium du Musée du Louvre, Théâtre des Abbesses, Festival de Saintes, Festival Radio-France Occitanie Montpellier, Folle journée de Nantes...), Benjamin Alard déploie sa carrière de concertiste aux quatre coins du monde (Corée, Japon, Russie, Turquie, Belgique, Allemagne, Canada, États-Unis).

Son activité de soliste se complète de collaborations avec de nombreux artistes, jouant régulièrement à plusieurs clavecins (avec Elisabeth Joyé notamment[10]) et en musique de chambre. En 2009, à l'invitation du Festival international de musique ancienne de Saint-Pétersbourg, il crée un spectacle original avec le metteur en scène Benjamin Lazar autour de textes et de musiques du XVIIe siècle. Benjamin Alard collabore en outre depuis 2005 avec La Petite Bande, ensemble fondé et dirigé par le violoniste Sigiswald Kuijken, dont il assure régulièrement la basse continue. En 2013, il prend la direction de l'ensemble pour une série de concerts consacrés aux concertos pour orgue de Haendel[11].

DiscographieModifier

Benjamin Alard enregistre depuis 2006, aussi bien à l'orgue qu'au clavecin, en solo ou dans le cadre de collaborations artistiques[12]. Ses CD ont été accueillis favorablement par la critique, l'enregistrement de la Clavier Übung II pour Alpha recevant même le "Choc de l'année 2011" du magazine Classica.

En , le label Harmonia Mundi annonce avoir signé Benjamin Alard pour une intégrale en quatorze volumes[13] de l'œuvre pour clavier de Bach (orgue et clavecin) à partir du printemps 2018[14].

Intégrale de l'oeuvre pour clavier de BachModifier

 
Benjamin Alard à l'orgue de la Ferté-Bernard en 2010

Autres enregistrements au clavecinModifier

Autres enregistrements à l'orgueModifier

Collaborations artistiquesModifier

RéférencesModifier

  1. « Rouen : la passion intégrale de Benjamin Alard pour Bach », www.paris-normandie.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 septembre 2018)
  2. « Ces Normands qui vont marquer l’année 2018 », www.paris-normandie.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 septembre 2018)
  3. (de) « Lauréats du Concours Silbermann de Freiburg » (consulté le 2 mai 2015)
  4. Lauréats 2007 - Juventus
  5. « Article du Monde par Renaud Machart » (consulté le 2 mai 2015)
  6. Thierry Hilleriteau, « Benjamin Alard : Bach en toute simplicité », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018)
  7. Michel Roubinet, « Une virevoltante maîtrise - Benjamin Alard interprète Bach », Concertclassic,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018)
  8. « Rencontre avec Benjamin Alard », sur Le poisson rêveur (consulté le 12 septembre 2018)
  9. « Interview de Benjamin Alard », (consulté le 2 mai 2015)
  10. « Concert à quatre mains sur deux clavecins au château d'Assas », midilibre.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 septembre 2018)
  11. (nl) « Sigiswald Kuijken bereidt opvolging voor », sur knack.be,
  12. « Benjamin Alard - Discographie », sur Benjamin Alard (consulté le 12 septembre 2018)
  13. « Interview avec Benjamin Alard | Classicagenda », sur www.classicagenda.fr, (consulté le 5 septembre 2018)
  14. « Index », sur www.harmoniamundi.com (consulté le 3 janvier 2018)
  15. « Tout Bach par Benjamin Alard ! », Qobuz,‎ (lire en ligne, consulté le 12 septembre 2018)
  16. « Composition du Grand Orgue Freytag-Tricoteaux de Béthune », sur orguebethune.fr (consulté le 26 mars 2019)
  17. « CD : Wachet auf ! par Benjamin Alard », sur www.lautremondeparis.com (consulté le 26 mars 2019)

Liens externesModifier