Ouvrir le menu principal

Guiry-en-Vexin

commune française du département du Val-d'Oise

Guiry-en-Vexin
Guiry-en-Vexin
Église Saint-Nicolas.
Blason de Guiry-en-Vexin
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Val-d'Oise
Arrondissement Pontoise
Canton Vauréal
Intercommunalité Communauté de communes du plateau du Vexin
Maire
Mandat
Michel Cathala
2014-2020
Code postal 95450
Code commune 95295
Démographie
Gentilé Guériciens
Population
municipale
166 hab. (2016 en augmentation de 4,4 % par rapport à 2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 31″ nord, 1° 50′ 59″ est
Altitude 92 m
Min. 89 m
Max. 154 m
Superficie 6,16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

Voir sur la carte administrative d'Ile-de-France
City locator 14.svg
Guiry-en-Vexin

Géolocalisation sur la carte : Val-d'Oise

Voir sur la carte topographique du Val-d'Oise
City locator 14.svg
Guiry-en-Vexin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guiry-en-Vexin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guiry-en-Vexin

Guiry-en-Vexin Écouter est une commune française située dans le département du Val-d'Oise en région Île-de-France. Ses habitants sont appelés les Guériciens.

GéographieModifier

La commune se situe dans le Vexin français, à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Paris.

Communes limitrophes de Guiry-en-Vexin[1]
Banthelu Cléry-en-Vexin Commeny
Wy-dit-Joli-Village  
Gadancourt

ToponymieModifier

Le nom du village proviendrait de l'anthroponyme latin Gurrius, suivi du suffixe -acum, le domaine de.

HistoireModifier

Le lieu est occupé dès le Néolithique comme l'atteste la présence d'une allée couverte sur le territoire de la commune.

Politique et administrationModifier

IntercommunalitéModifier

La commune, initialement membre de la communauté de communes du Plateau du Vexin, est membre, depuis le , de la communauté de communes Vexin centre.

En effet, cette dernière a été constituée le par la fusion de la communauté de communes des Trois Vallées du Vexin (12 communes), de la communauté de communes Val de Viosne (14 communes) et de la communauté de communes du Plateau du Vexin (8 communes), conformément aux prévisions du schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise approuvé le 11 novembre 2011[2].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1896   Charles-Henri de Rosset de Létourville    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 29 avril 2014)
Michel Cathala   Réélu pour le mandat 2014-2020[3],[4]

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[6].

En 2016, la commune comptait 166 habitants[Note 1], en augmentation de 4,4 % par rapport à 2011 (Val-d'Oise : +3,52 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
181161178130176154144155157
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
151144122115106144130131103
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
127109114101106105104109125
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
133142121114156175164163161
2013 2016 - - - - - - -
171166-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Monuments historiquesModifier

 
Église Saint-Nicolas.

Guiry-en-Vexin compte six monuments historiques sur son territoire.

  • Église Saint-Nicolas, rue Saint-Nicolas (classée monument historique par arrêté du 25 août 1942[9]) : Elle a été élevée sur les fondations d'une précédente église du XIIIe siècle. Son plan est en forme de croix, sans bas-côtés. Le clocher domine la façade et occupe une partie de la première travée de la nef. C'est le contraire d'un chef-d'œuvre. Avec le portail occidental et les deux premières travées de la nef, il date d'autour de 1557, et affiche le style de la Renaissance. Le reste du vaisseau central et le croisillon sud datent de la première moitié du XVIe siècle, et sont de style gothique flamboyant. On y trouve les fenêtres aux réseaux les plus élaborés du Vexin français. Le croisillon nord est la partie plus ancienne de l'église. Il remonte au XIVe siècle et ses fenêtres sont de style rayonnant tardif, mais la voûte est également flamboyante, et subdivisée en trois fois trois voûtains. Ceci vient du plan particulier du transept, qui comporte des piliers libres au nord et au sud de la croisée, et deux voûtes pour la croisée et le croisillon sud. Cette spécificité fait en grande partie l'intérêt de l'église. Elle renferme en outre l'un des plus importants statuaires du Vexin français. Toutes ces statues sont en pierre, et la plupart datent des XVe et XVIe siècles. Dix-huit parmi elles sont classées monument historique au titre objet[10],[11].
  • Château de Guiry, rue Saint-Nicolas (parc inscrit monument historique par arrêté du 11 juillet 1942 ; château, cour d'honneur, communs, verger et différents éléments du parc classés par arrêté du 14 mars 1944 ; avenue du château classée monument historique par arrêté du 10 décembre 2001[12]) : Le château est édifié en 1665 pour le marquis André de Guiry selon les plans dessinés par François Mansart, en récupérant les soubassements d’un premier édifice du XVIe siècle détruit par le feu. De style classique, le château comporte un étage et une mansarde. La façade sur la cour d'honneur s'organise sur sept travées, dont la première et la dernière en légère saillie, et les trois au centre surmontées par un fronton en arc de cercle. Le bas-relief qui l'orne n'est sculpté qu'au XIXe siècle et représente les armes des propriétaires d'alors, les Létourville. Les deux statues sous le fronton symbolisent deux des quatre Vertus cardinales, la Justice et la Force[11].
  • Ruines du château du Cabin, au fond du parc du château (inscrites monument historique par arrêté du 17 février 1950[13]) : Ce château a été érigé en seigneurie au XVe siècle[11]. (Non visibles depuis le domaine public.)
  • Croix pattée sur la route du Tillay, près de la RD 14 (inscrite monument historique par arrêté du 17 février 1950[14]) : Les croix pattées, au nombre de dix-sept seulement sur le territoire, sont pourtant considérées comme emblématiques du Vexin français. Elles paraissent déjà comme motifs sur des sarcophages mérovingiens. Toujours monolithiques, elles sont généralement constituées de trois courtes branches d'égale longueur, aux extrémités très élargies[15]. En l'occurrence, seulement les extrémités supérieure et inférieure sont élargis, et les deux bras sont ceux d'une croix latine ordinaire.
  • Calvaire Saint-Nicolas, rue Saint-Nicolas, à l'angle avec la route du Tillay (inscrite monument historique par arrêté du 22 novembre 1985[16]) : Sculpté en 1855 par le maçon Firmin Denise[11], elle se singularise par sa colonne en spirale et la boule décorée s'interposant entre la colonne et la croix proprement dite (pouvant être interprétées comme un serpent et une pomme), aux extrémités flammées. Une croix pattée est par ailleurs gravée dans le socle.
  • Allée couverte du Bois-Couturier, au lieu-dit le Bois-Couturier dans le bois de Morval (classée monument historique par arrêté du 24 mai 1958[17]) : Cette allée couverte était une sépulture collective. La chambre souterraine mesure 8 m de long sur 2 m de large. Deux cents squelettes y ont été retrouvés. Particularité rare, le bouchon de pierre qui refermait la chambre mortuaire a été trouvé sur les lieux ; il est conservé au musée archéologique départemental du Val-d'Oise avec une réplique de l'allée. Le vestibule et la couverture sont constitués de dalles calcaires, toujours en place et intactes. C'est l'unique dolmen du département dont le chevet soit arrondi. L'accès se fait par un sentier de petite randonnée balisé depuis la rue du Lavoir.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres éléments du patrimoineModifier

  • Musée archéologique départemental du Val-d'Oise, rue Saint-Nicolas : Il est installé depuis 1983 dans le centre du village dans un bâtiment moderne bien intégré au site. Les deux niveaux, un au rez-de-chaussée et un au sous-sol, s'organisent autour d'un atrium permettant de laisser entrer le jour, et contenant un jardin de ruines. Les façades extérieures sont dissimulées derrière des murs en moellons de calcaire caractéristiques de la région. Le musée présente aux visiteurs plus de 35 000 pièces de la préhistoire au XVIIIe siècle provenant des diverses fouilles archéologiques réalisées à travers le département. Le site gallo-romain de la commune voisine de Genainville occupe une place de choix dans les collections et a motivé l'implantation d'un musée archéologique dans cette partie du Vexin. Des expositions temporaires régulièrement organisées s'intéressent à l'archéologie sous tous ces aspects et dépassent le cadre thématique découlant des collections[11],[18]. L'entrée est gratuite pour tout public. Il est à noter l'existence d'une association, l'AAMADVO, créée en 1986, dont l'un des buts est de promouvoir et soutenir les activités du musée archéologique (et du musée de l'outil à Wy-dit-Joli-Village, situé à 2 km), mais aussi faire connaître le patrimoine régional à ses adhérents.
  • Fontaine publique, en bas de la route du Thillay, non loin de la croix Saint-Nicolas : Son emplacement est pris dans un talus et délimité par un mur de soutènement en hémicycle. La fontaine se compose d'une auge taillée dans un bloc de pierre et d'une pompe du XIXe siècle.
  • Lavoir ouvert, sur le chemin rural n° 14 de Banthelu à Guiry : De loin, l'on n'en aperçoit qu'un muret assez bas, du fait que le lavoir se situe en dessous du niveau du sol. L'on y accède par un escalier. Le bassin en béton est subdivisé en deux compartiments et alimenté par une source.
  • Le bois de Morval est une forêt départementale de 61 hectares, agréable lieu de promenade classé site Natura 2000 au vu de son intérêt floristique et faunistique. Contrairement à ce que son nom indique, le site comprend des pelouses calcicoles en pente et d'anciens vergers. Ces habitats contrastent avec l'humidité du fond du ru de la Défonce. Le bois de Morval abrite également l'allée couverte mentionnée ci-dessus, ainsi que les deux piliers d'un portail et une guérite, vestige dit « La Loge ». Depuis Guiry, le bois de Morval est accessible par un sentier de petite randonnée balisé, partant de la rue du Lavoir.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

 

Les armes de Guiry-en-Vexin se blasonnent ainsi : D'argent aux trois quintefeuilles de sable, au chef d'azur semé de fleurs de lys d'or brisé d'un lambel d'hermine.

Guiry-en-Vexin au cinéma et à la télévisionModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jacques Sirat, Guide historique de Guiry-en-Vexin, Guiry-en-Vexin, Centre de recherches archéologiques du Vexin français, , 46 p.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « Communes limitrophes de Guiry-en-Vexin » sur Géoportail.
  2. « Schéma départemental de coopération intercommunale du Val-d'Oise » [PDF], Préfecture du Val-d'Oise, (consulté le 31 octobre 2014), p. 14-15
  3. Site officiel de la préfecture du Val d‘Oise-liste des maires, 3 août 2009 [PDF])
  4. « Les maires du Val-d'Oise » [PDF], Les élus du Val-d'Oise, (consulté le 13 septembre 2015).
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. « Église Saint-Nicolas », notice no PA00080085, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  10. Bernhard Duhamel, Guide des églises du Vexin français : Guiry-en-Vexin, Paris, Éditions du Valhermeil, , 344 p. (ISBN 2-905684-23-2), p. 163-165.
  11. a b c d et e Jacques Sirat et Stéphane Gasser, « Le patrimoine des communes du Val-d’Oise : Guiry-en-Vexin », Collection Le Patrimoine des Communes de France, Paris, Flohic Éditions, vol. II,‎ , p. 1000-1002 (ISBN 2-84234-056-6).
  12. « Château de Guiry », notice no PA00080082, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. « Ancien château dit le Cabin », notice no PA00080083, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  14. « Croix sur le chemin de Tillay », notice no PA00080084, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Les croix pattées, emblèmes du patrimoine vexinois », sur Parc naturel régional du Vexin français (consulté le 2 novembre 2012).
  16. « Calvaire Saint-Nicolas », notice no PA00080081, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Allée couverte du Bois-Couturier », notice no PA00080080, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « Le musée archéologique du Val-d'Oise », sur Conseil général du Val-d'Oise, .