Guillaume aux Blanches Mains

cardinal catholique
Guillaume aux Blanches Mains
Image dans Infobox.
Couronnement de Philippe Auguste.
Fonctions
Cardinal
à partir de
Cardinal-prêtre (d)
Église Sainte-Sabine de Rome
-
Archevêque catholique
Archidiocèse de Reims
-
Chanoine
Collégiale Saint-Quiriace de Provins
jusqu'en
Archevêque catholique
Archidiocèse de Sens-Auxerre
-
Hugues de Toucy (d)
Évêque diocésain
Diocèse de Chartres
-
Évêque catholique romain
à partir de
Doyen du chapitre de la cathédrale (d)
Cathédrale Saint-Étienne de Meaux
-
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité
Prêtre catholique de rite romainVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Parentèle
Autres informations
Religion
Consécrateur
Maîtres
COA Cardinal de Champagne.svg
Blason
Sceau de Guillaume de Champagne.jpg
Sceau

Guillaume de Champagne, dit Guillaume de Blois ou Guillaume aux Blanches Mains, né en 1135, mort en 1202 à Laon, fut évêque de Chartres (1164-1176), archevêque de Sens (1169-1176), puis archevêque de Reims (1176-1202). À ce titre, il fut le premier duc et pair de Reims.

En tant que seigneur de Reims, il sut désamorcer une tension « communale » et mettre en place une charte, la charte willelmine, base d'un échevinage sélectif et par là même d'un système communal qui traversa les siècles. Il est aussi à l'origine de la loi de Beaumont, inspirée de la précédente charte et qui devint à son tour une source d'inspiration.

BiographieModifier

Il était fils de Thibaut II, comte de Blois et de Champagne, et de Mathilde de Carinthie. Sa sœur, Adèle de Champagne, épousa le roi Louis VII le Jeune le et fut la mère de Philippe II Auguste.

Destiné très jeune à une carrière ecclésiastique, il fut éduqué par Bernard de Clairvaux. Chanoine de Saint-Quiriace de Provins, puis prévôt des églises de Soissons et de Troyes, il fut élu évêque de Chartres en 1164. Malgré son jeune âge et les réticences du pape Alexandre III, il fut confirmé à ce siège. En 1168, il fut également nommé légat apostolique. En 1169, le chapitre de Sens le choisit comme archevêque, mais il conserva le diocèse de Chartres.

Il eut à combattre des hérésies en son diocèse : Raoul de Coggeshall rapporte qu'il fit brûler deux femmes de Reims reconnues comme publicani.

Il accorda des privilèges à la cité de Villeneuve-l'Archevêque qui venait d'être fondée et organisa le rétablissement des règles qui s'étaient relâchées dans certains monastères.

À la mort de l'archevêque Henri de France en , le chapitre de Reims le choisit pour lui succéder et il renonça alors aux diocèses de Chartres et de Sens. En 1179, il fut créé cardinal et sacra roi de France son neveu Philippe II de France.

Il se rendit deux fois en Angleterre, en 1178 et 1180, sur la tombe de saint Thomas Becket[1] ; la première fois pour accompagner le roi de France Louis VII venu en pèlerinage pour obtenir la guérison de son fils[2].

Il accorda en 1182 plusieurs chartes dont la « charte willelmine » (du nom de son auteur Willermus ou Guillaume) qui était destinée aux bourgeois de Reims et qui resta en usage pendant plus de cinq siècles[3]. Il accorda aussi la « charte d'Heutrégiville et Saint-Masmes », plus ancienne et moins libérale que la plupart des autres textes qu'il écrivit. Il fut également à l'initiative de la « loi de Beaumont »[4], loi qui affranchissait, entre autres, les habitants des localités de toute servilité envers le seigneur.

Sa complaisance dans l'affaire de la répudiation par Philippe II Auguste de son épouse Ingeburge de Danemark compliquèrent ses relations avec le pape. Il perdit son titre de légat, et dut se rendre à Rome, en 1201, pour se justifier[5]. Il rentra en France, fut victime d'un malaise et d'une attaque de paralysie à Laon et mourut[1].

RéférencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b Demouy 2005, p. 635.
  2. Jean Favier, Les Plantagenêts, Fayard 2004 p. 517
  3. Desportes 1979, p. 56-92.
  4. Henri d'Arbois de Jubainville, Loi de Beaumont (texte latin inédit), Bibliothèque de l'école des chartes, 1951, volume 12, no 12, pp. 248-256.
  5. Demouy 2005, p. 436.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Patrick Demouy, Genèse d'une cathédrale : Les archevêques de Reims et leur Église aux XIe et XIIe siècles, Langres, Éditions Dominique Guéniot, , 814 p. (ISBN 2-87825-313-2), « Guillaume de Champagne (1176-1202) », p. 436, 631-635.
  • Pierre Desportes, Reims et les Rémois au XIIIe et XIVe siècles, Éditions Picard, , 743 p..
  • Abbé Portagnier, « Guillaume-aux-Blanches-Mains », Travaux de l'Académie nationale de Reims, vol. 60, nos 3-4,‎ 1875-1876, p. 179 (lire en ligne, consulté le ).

Liens externesModifier