Groupe antijuif

(Redirigé depuis Groupe antisémite)

Groupe antijuif
Image illustrative de l’article Groupe antijuif
Arrivée des députés antisémites à la Chambre lors de la rentrée parlementaire de 1898.
Chambre Chambre des députés (Troisième République)
Législature(s) VIIe législature
Fondation 1898
Disparition 1902
Fusionné dans Groupe républicain nationaliste
Action libérale
Président Édouard Drumont
Secrétaire général Émile Morinaud
Représentation
29 / 586
Idéologie Antisémitisme
Nationalisme français

Le groupe antijuif (également appelé groupe antisémite nationaliste) est un groupe parlementaire à la Chambre des députés de la Troisième République française. Formé au printemps 1898, il s'est montré peu actif pendant le reste de la VIIe législature (1898-1902).

HistoireModifier

 
Relève de la garde devant la Grande synagogue d'Alger pendant les émeutes de 1898.

Attisé nationalement par l'affaire Dreyfus et, localement, par les troubles antijuifs algériens, l'antisémitisme politique fait son entrée à la Chambre après les élections législatives de 1898. L'un des nouveaux élus n'est autre que le polémiste Édouard Drumont, auteur de La France juive et directeur de La Libre Parole.

C'est sous sa présidence que le groupe antijuif se forme le autour d'une quinzaine de députés[1], bientôt rejoints par d'autres adhérents. Le , ce « groupe antisémite nationaliste » publie un manifeste réaffirmant la culpabilité de Dreyfus et la nécessité « de délivrer la France entière du joug des juifs »[2].

À l'image du caractère composite de l'antisémitisme de Drumont, qui emprunte aussi bien à l'antijudaïsme catholique traditionnel qu'à l'anticapitalisme de la gauche révolutionnaire, le groupe est très hétéroclite, associant des monarchistes (royalistes ou bonapartistes) à des républicains nationalistes, ralliés, progressistes ou radicaux, ainsi qu'à d'anciens blanquistes souvent passés par le boulangisme. Le groupe n'étant pas fermé, plusieurs de ses membres sont également inscrits à d'autres formations parlementaires : cinq d'entre eux font ainsi partie du groupe radical-socialiste avant d'en être exclus le [N 1].

Parmi les revendications portées par le groupe figurent la libération de l'agitateur antijuif Max Régis[3] et l'abrogation du décret Crémieux[4]. Drumont et 65 autres députés déposeront d'ailleurs une proposition de loi dans ce sens le [5]. Leurs revendications seront combattues à la tribune par le socialiste Gustave Rouanet[6].

La faiblesse idéologique de son dénominateur commun et la médiocrité oratoire de son président expliquent la marginalité puis la disparition rapide du groupe antijuif, qui semble s'être fondu dès 1899 dans les rangs peu organisés de l'opposition de droite, notamment via le groupe de la Défense nationale présidé par Georges Berry[7]. De plus, la répression de l'agitation nationaliste antidreyfusarde à partir de 1899 puis les dissensions causées par la rupture entre Drumont et Jules Guérin ont entraîné de nombreuses défections.

Afin de préparer les élections de 1902, l'équipe de La Libre Parole crée en 1901 un comité électoral, le Comité national antijuif, qui soutient plusieurs candidats antisémites[N 2]. Mais la plupart de ces derniers, ainsi que Drumont lui-même, sont battus, ce qui empêche la formation d'un nouveau groupe antijuif[8]. La sensibilité antisémite reste cependant présente à la Chambre, principalement au sein du groupe républicain nationaliste et de celui de l'Action libérale (catholiques ralliés), qui accueillent une douzaine de membres de l'ancien groupe de Drumont[N 3].

MembresModifier

Édouard Drumont, le général Jacquey et Émile Morinaud, respectivement président, vice-président et secrétaire du groupe (dessins de Maurice Dulac, 1898).

Membres communs à la liste donnée par La Libre Parole en [N 4],[9] et à celle établie par Laurent Joly en 2007[N 5] :

Membres ne figurant que sur une de ces deux listes :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Il s'agit de Denis, Dumas, Faure, Ferrette et Morinaud (Bertrand Joly, p. 423).
  2. Le Comité national antijuif a son siège aux bureaux de La Libre Parole, 14 boulevard Montmartre. Drumont en est le président, le journaliste André de Boisandré assure les fonctions de secrétaire tandis que l'administrateur du journal, Charles Devos, est le trésorier du comité. Plusieurs autres collaborateurs du journal en sont membres d'honneur (Viau, p. 288), tels Léon Daudet, Renauld d'Élissagaray, ou Gaston Méry. Parmi les candidats soutenus par le comité, Viau cite (p. 293-301) Charles Bernard, Boisandré, Jousselin, Albert Monniot, Adrien Papillaud, Georges Thiébaud, Albert Congy, Firmin Faure et Lucien Millevoye. Seuls ces trois derniers seront élus.
  3. La Croix du 9 avril 1904 (p. 2) cite Galot et Maussabré pour le groupe de l'Action libérale, auquel appartiennent également Daudé, Denis, de l'Estourbeillon, Jacquey et Massabuau, membres du groupe républicain nationaliste. Dans ce dernier, on retrouve Faure (Le Temps, 5 février 1904, p. 3), Ferrette, Gervaize, Lasies et Millevoye.
  4. a et b Liste de 19 membres donnée par La Libre Parole (citée dans Le Progrès de Mascara du 18 juin 1898, p. 2) et reprise par Raphaël Viau (p. 180).
  5. a b c d e f g h i j et k Liste de 28 membres établie par Laurent Joly (p. 43-45 et n. 45), à partir des travaux de Bertrand Joly, d'un document d'archive non daté (AN, F7 12459) et des souvenirs du journaliste Jean Drault (Drumont, la France juive et La Libre Parole, Paris, Société française d’éditions littéraires et techniques, 1935, p. 78-79) : quinze noms sont communs à ces trois sources, quinze autres à deux d'entre elles, tandis que deux de ces derniers noms, jugés « improbables », ont été retirés par l'historien.

RéférencesModifier

  1. Le Matin, 2 juin 1898, p. 2.
  2. a b et c « Manifeste du groupe antijuif », L'Intransigeant, 31 octobre 1898, p. 2.
  3. a et b Le Matin, 4 juin 1898, p. 1.
  4. La Lanterne, 12 juin 1898, p. 2.
  5. Bertrand Joly, p. 446.
  6. Gustave Rouanet, L'Antisémitisme algérien, discours prononcé à la Chambre des députés les 19 et 24 mai 1899, Paris, La Petite République, 1899.
  7. Le Temps, 26 octobre 1898, p. 3.
  8. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w et x Lucien Victor-Meunier, « La fin de l'antisémitisme », Le Rappel, 2 mai 1902, p. 1.
  9. 19 noms cités également dans Le Temps du 5 juin 1898 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2356494/f3.item.r=Morinaud.zoom

BibliographieModifier

  • Bertrand Joly, Histoire politique de l'affaire Dreyfus, Fayard, 2014, p. 353.
  • Laurent Joly, « Antisémites et antisémitisme à la Chambre des députés sous la IIIe République », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 3/2007, (no 54-3), p. 43-70.
  • Raphaël Viau, Vingt ans d'antisémitisme 1889-1909, Paris, Fasquelle, 1910.
  • « Les Antisémites à la Chambre », Almanach de la Libre Parole pour 1899, Paris, 1898, p. 67-72.

Voir aussiModifier