Ouvrir le menu principal

Grande synagogue d'Alger

bâtiment en Algérie
La grande synagogue d'Alger, carte postale de 1902.

La grande synagogue d'Alger est une ancienne synagogue dans la casbah d'Alger en Algérie[1].

Inaugurée en 1865, elle est pendant près de cent années l'un des lieux de culte de la communauté juive algéroise. Dans les années 1960, elle est profanée et saccagée[2] par des émeutiers du FLN[3]. En 1962, à l'indépendance du pays et suite à l'exode de la communauté juive, la synagogue est confisquée puis transformée en mosquée[4]. On renomme officiellement le lieu Djamâa Farès, mosquée Farès mais pour beaucoup d'habitants elle reste nommée la Djamâa Li houd (جامع اليهود), signifiant « la mosquée des juifs »[5],[6],[7].

Relève de la garde devant la synagogue d’Alger pendant les émeutes de 1898.

Voir aussiModifier

Lien externeModifier

RéférencesModifier

  1. Salah Guemriche, Alger la Blanche : biographies d'une ville, Paris, EDI8, , 416 p. (ISBN 2262040397)   p. 340
  2. http://colloque-algerie.ens-lsh.fr/communication.php3?id_article=215%7Ctitle=ENS LSH - Colloque - Pour une histoire critique et citoyenne, le cas de l’histoire franco-algérienne|author=Comite scientifique du colloque|publisher=colloque-algerie.ens-lsh.fr
  3. http://bibliotheque-numerique-aiu.org/records/item/10012-saccage-de-la-grande-synagogue-d-alger-par-des-emeutiers-fln
  4. The Shengold Jewish Encyclopedia https://books.google.de/books?id=UKWGUfmQD4be9ATGt4DoDg&id=dwICJoLCfhQC&dq=Algiers&q=Algiers#v=snippet&q=Algiers&f=false
  5. Louhal Nourreddine, « La concurrence déloyale fait rage dans les marchés couverts d’Alger: Les camelots gangrènent l’activité commerciale », Liberté,‎ (lire en ligne)
  6. Farida Rahmani et Mounir Bouchenaki, La Casbah d'Alger: un art de vivre des Algériennes, Paris-Méditerranée, (ISBN 9782842721749) :

    « En face du marché Djamâa-Lihoud, s'élève l'ancienne synagogue, aujourd'hui Djamâa Fares »

  7. Dominique Auzias, Alger 2010-11, Petit Futé, (ISBN 2746924048), p. 168