Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Gouvernement Jean-Marc Ayrault (1)

premier gouvernement de Jean-Marc Ayrault
Ce gouvernement n’a duré qu’un mois. Attention à ne pas le confondre avec le gouvernement Jean-Marc Ayrault (2).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gouvernement Jean-Marc Ayrault.

Le premier gouvernement Jean-Marc Ayrault est le trente-cinquième gouvernement de la Cinquième République française.

Gouvernement Jean-Marc Ayrault I
Ve République

Président François Hollande
Premier ministre Jean-Marc Ayrault
Formation
Fin
Durée 34 jours
Composition initiale
Parti(s) PS-PRG-EELV
Ministres 18
Secrétaires d'État 16
Femmes 17
Hommes 17
Représentation

Le Premier ministre a été nommé par un décret du président de la République en date du [1].

Les autres membres ont été nommés par un décret présidentiel en date du [2] ; il s'agit du premier gouvernement nommé par le président de la République François Hollande.

Ce gouvernement compte, outre le Premier ministre, trente-quatre membres et est le premier en France à respecter une stricte parité hommes-femmes.

Sommaire

ContexteModifier

Le , au second tour de l'élection présidentielle française de 2012, François Hollande est élu président de la République face au président sortant Nicolas Sarkozy. Il prend ses fonctions le , à l'issue de l'investiture du président de la République française[3], et nomme, le même jour, Jean-Marc Ayrault (PS) au poste de Premier ministre[1], qui succède à François Fillon (UMP).

Le Premier ministre est issu des rangs du Parti socialiste, ce qui n'avait pas été le cas depuis le gouvernement Lionel Jospin (1997-2002).

Au lendemain des élections législatives des 10 et 17 juin 2012, Jean-Marc Ayrault remet au président de la République la démission de son gouvernement. François Hollande le charge alors de nommer un nouveau gouvernement[4].

Composition (décrets du 15 et du 16 mai 2012)Modifier

Parité hommes-femmesModifier

Pendant sa campagne présidentielle, François Hollande n'a voulu dévoiler aucune information sur le futur gouvernement, si ce n'est que la parité hommes-femmes serait respectée, ce qui est le cas sans prendre en compte le Premier ministre : 18 ministres, dont 9 hommes et 9 femmes, et 16 ministres délégués, dont 8 hommes et 8 femmes.

C'est la première fois dans l'Histoire de la République française, que la parité dans un gouvernement est respectée[5].

Composition politiqueModifier

Le Premier ministre, 16 des 18 ministres et 13 des 16 ministres délégués sont des militants du Parti socialiste (PS). À ceux-ci s'ajoutent deux membres du Parti radical de gauche (PRG) (une ministre et une ministre déléguée), deux issus d'Europe Écologie Les Verts (EELV) (une ministre et un ministre délégué) et une seule personnalité provenant de la société civile.

Seule Fleur Pellerin n'exerçait aucun mandat électif au moment de sa nomination. Parmi les autres, on compte :

Parmi les 35 membres du gouvernement, 5 ministres ont déjà exercé une responsabilité gouvernementale par le passé[6] : Laurent Fabius (ancien Premier ministre de François Mitterrand de 1984 à 1986 et ancien ministre de l'Économie de Lionel Jospin de 2000 à 2002), Pierre Moscovici (ancien ministre délégué aux Affaires européennes de Lionel Jospin de 1997 à 2002), Michel Sapin (ancien ministre de l'Économie de Pierre Bérégovoy de 1992 à 1993 et ancien ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l’État de Lionel Jospin de 2000 à 2002), Jean-Yves Le Drian (ancien secrétaire d'État à la Mer d'Édith Cresson de 1991 à 1992) et Marylise Lebranchu (ancienne secrétaire d'État aux PME, au Commerce, à l'Artisanat et à la Consommation sous le gouvernement Jospin de 1997 à 2000 puis garde des Sceaux de Lionel Jospin de 2000 à 2002).

Composition par âgeModifier

La moyenne d'âge de l'ensemble du gouvernement à sa nomination est de 52 ans[6].

Parmi les ministres de plein exercice (le Premier ministre et les 18 ministres), la moyenne d'âge est de 54 ans. Laurent Fabius (65 ans) et Najat Vallaud-Belkacem (34 ans) sont respectivement doyen et benjamine des ministres de plein exercice, mais aussi de l'ensemble du gouvernement[6].

Pour les ministres délégués, la moyenne d'âge est de 50 ans. La doyenne est Michèle Delaunay (65 ans) et la benjamine Sylvia Pinel (34 ans).

Premières mesuresModifier

Lors du premier conseil des ministres, le 17 mai 2012, le président de la République française, le Premier ministre et les 34 ministres baissent leurs salaires de 30 % ; c'était une promesse de campagne de François Hollande. Ils signent aussi une « charte de déontologie » qui leur interdit de cumuler, par exemple, un portefeuille ministériel avec un poste de maire ou de président de région. Ils doivent également « se garder de tout conflit d'intérêt »[7].

Répartition des ministèresModifier

Premier ministreModifier

Image Fonction Nom Parti
  Premier ministre Jean-Marc Ayrault PS

MinistresModifier

Image Fonction Nom Parti
  Ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius PS
  Ministre de l'Éducation nationale Vincent Peillon PS
  Garde des Sceaux, ministre de la Justice Christiane Taubira Walwari (app. PRG)
  Ministre de l'Économie, des Finances et du Commerce extérieur Pierre Moscovici PS
  Ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine PS
  Ministre de l'Égalité des territoires et du Logement Cécile Duflot EELV
  Ministre de l'Intérieur Manuel Valls PS
  Ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie Nicole Bricq PS
  Ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg PS
  Ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social Michel Sapin PS
  Ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian PS
  Ministre de la Culture et de la Communication Aurélie Filippetti PS
  Ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche Geneviève Fioraso PS
  Ministre des Droits des femmes, porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem PS
  Ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire Stéphane Le Foll PS
  Ministre de la Réforme de l'État, de la Décentralisation et de la Fonction publique Marylise Lebranchu PS
  Ministre des Outre-mer Victorin Lurel PS
  Ministre des Sports, de la Jeunesse, de l'Éducation populaire et de la Vie associative Valérie Fourneyron PS

Ministres déléguésModifier

Image Fonction Ministre de rattachement Nom Parti
  Ministre délégué au Budget Ministère de l'Économie, des Finances et du Commerce extérieur Jérôme Cahuzac PS
  Ministre déléguée à la Réussite éducative Ministre de l'Éducation nationale George Pau-Langevin PS
  Ministre délégué aux Relations avec le Parlement Premier ministre Alain Vidalies PS
  Ministre déléguée Ministre de la Justice, garde des Sceaux Delphine Batho PS
  Ministre délégué à la Ville Ministre de l'Égalité des territoires et du Logement François Lamy PS
  Ministre délégué aux Affaires européennes Ministre des Affaires étrangères Bernard Cazeneuve PS
  Ministre déléguée aux Personnes âgées et à la Dépendance Ministre des Affaires sociales et de la Santé Michèle Delaunay PS
  Ministre déléguée à l'Artisanat, au Commerce et au Tourisme Ministre du Redressement productif Sylvia Pinel PRG
  Ministre délégué à l'Économie sociale et solidaire Ministère de l'Économie, des Finances et du Commerce extérieur Benoît Hamon PS
  Ministre déléguée à la Famille Ministre des Affaires sociales et de la Santé Dominique Bertinotti PS
  Ministre déléguée aux Personnes handicapées Ministre des Affaires sociales et de la Santé Marie-Arlette Carlotti PS
  Ministre délégué au Développement Ministre des Affaires étrangères Pascal Canfin EELV
  Ministre déléguée aux Français de l'étranger et à la Francophonie Ministre des Affaires étrangères Yamina Benguigui DVG
  Ministre délégué aux Transports et à l'Économie maritime Ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie Frédéric Cuvillier PS
  Ministre déléguée aux Petites et Moyennes entreprises, à l'Innovation et à l'Économie numérique Ministre du Redressement productif Fleur Pellerin PS
  Ministre délégué aux Anciens combattants Ministre de la Défense Kader Arif PS

ActionsModifier

  • Réduction de la rémunération du chef de l'État, du Premier ministre et des membres du gouvernement de 30 %.
  • Signature d'une charte de déontologie et publication des déclarations d'intérêts par les membres du gouvernement, circulaire du Premier ministre étendant ces exigences aux membres des cabinets et plafonnant leurs effectifs.
  • Augmentation de 25 % de l'allocation de rentrée scolaire dès la rentrée 2012.
  • Abrogation de la circulaire dite « Guéant » sur les étudiants étrangers qui restreignait la liberté de travailler en France pour les étudiants étrangers.
  • Retour à la retraite à 60 ans à taux plein pour ceux qui ont cotisé la totalité de leurs annuités.
  • Limitation à 450 000 euros brut par an la rémunération maximale accordée aux patrons des entreprises publiques.
  • Augmentation du SMIC au 1er juillet 2012 de 2 % soit 0,6 % hors inflation.

Élections législativesModifier

Vingt-cinq ministres sont candidats aux élections législatives qui ont lieu les 10 et . Jean-Marc Ayrault a annoncé que les ministres battus aux élections législatives quitteraient le gouvernement[8].

À l'issue du vote, tous les ministres sont élus (six dès le premier tour[9], les autres lors du second[10]).

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier