Flavy-le-Martel

commune française du département de l'Aisne

Flavy-le-Martel
Flavy-le-Martel
Mairie et écoles du centre.
Blason de Flavy-le-Martel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Saint-Quentin
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Saint-Quentinois
Maire
Mandat
Patrick Julien
2020-2026
Code postal 02520
Code commune 02315
Démographie
Gentilé Flavien(ne)s
Population
municipale
1 669 hab. (2019 en augmentation de 1,64 % par rapport à 2013)
Densité 130 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 42′ 50″ nord, 3° 11′ 38″ est
Altitude Min. 63 m
Max. 158 m
Superficie 12,83 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Quentin
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Ribemont
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Flavy-le-Martel
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Flavy-le-Martel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Flavy-le-Martel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Flavy-le-Martel
Liens
Site web flavy-le-martel.com

Flavy-le-Martel est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

GéographieModifier

Représentations cartographiques de la commune
 
  Mairie
 
Carte OpenStreetMap
 
Carte topographique
 
Avec les communes environnantes
1 : carte dynamique ; 2 : carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique ; 4 : avec les communes environnantes

Communes limitrophesModifier

La commune est desservie par les trains TER Picardie à la gare de Flavy-le-Martel, sur la ligne d'Amiens à Laon.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Flavy-le-Martel est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Quentin, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 120 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des solsModifier

 
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (60,7 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (62,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (58,6 %), forêts (20,4 %), zones urbanisées (11,8 %), eaux continentales[Note 3] (4,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (2,3 %), zones agricoles hétérogènes (2,1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

HistoireModifier

 
L'église vers 1870
Dessin de Joachim Malézieux.
(1851-1906)

On a retrouvé au sud du territoire (vers le Coquerel) des pointes de flèches, de lances, des couteaux, des grattoirs, des scies… datant de l'époque néolithique. Des traces de forges gallo-romaines, des monnaies romaines attestent de la présence humaine pendant l’Antiquité. Si les documents écrits de l’époque mérovingienne sont inexistants, notre connaissance du passé se précise ensuite : au IXe siècle, le pays, jusqu'à l'Oise, appartient à la « Maison de Vermandois », qui donna en fief Flavy à des seigneurs particuliers. C'est ainsi qu'en 1150, le domaine appartient à un certain Eudes (ou Odon), dont les successeurs se transmettront le fief jusqu’à la fin du XVe siècle.

Parmi les nombreux seigneurs, parfois célèbres, nous pouvons évoquer, dans l'ordre chronologique :

Marie de Luxembourg (1462-1546) héritière de la maison de Luxembourg-Saint-Pol, elle épouse François de Bourbon; chef de la maison de Bourbon-Vendôme, elle est l'arrière grand-mère du roi de France Henri IV. Elle fut duchesse de Vendôme, dame de La Fère, Ham, Vendeuil, comtesse de Saint Pol, de Ligny, de Marle et de Soissons mais aussi seigneur de « Flavy »  ;

Jeanne d'Albret, reine de Navarre, mère de Henri IV, fut seigneur de Flavy en 1570.

En 1590, Henri IV assiège et s'empare du château de Savriennois, occupé par les Ligueurs. Son camp était établi à Annois[8].

Politique et administrationModifier

Liste des maires de la communeModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1910 après 1910 M. Tavernier-Renaux[9]    
Les données manquantes sont à compléter.
1983 2001 Gilbert Levert    
mars 2001 mars 2008 Robert Sansalone    
mars 2008[10] mai 2020 Danielle Lanco DVG Retraitée de l'enseignement
Réélue pour le mandat 2014-2020[11]
mai 2020[12] En cours
(au 28 mai 2020)
Patrick Julien    

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune se trouve dans l'arrondissement de Saint-Quentin du département de l'Aisne. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de l'Aisne depuis 1988, elle faisait partie jusqu'en 1986 de la quatrième circonscription de l'Aisne.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Saint-Simon[13]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle fait désormais partie du canton de Ribemont.

IntercommunalitéModifier

La commune faisait partie de la communauté de communes du canton de Saint-Simon (C32S), créée fin 1994.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (sous réserve de certaines dérogations bénéficiant aux territoires de très faible densité), le préfet de l'Aisne a adopté un nouveau schéma départemental de coopération intercommunale par arrêté du 30 mars 2016[14] qui prévoit notamment la fusion de la communauté de communes du canton de Saint-Simon et de la communauté d'agglomération de Saint-Quentin, aboutissant au regroupement de 39 communes comptant 83 287 habitants[15].

Cette fusion est intervenue le , et la commune est désormais membre de la communauté d'agglomération du Saint-Quentinois[16].

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18].

En 2019, la commune comptait 1 669 habitants[Note 4], en augmentation de 1,64 % par rapport à 2013 (Aisne : −1,61 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 8001 6731 8471 9572 3662 3752 3652 4722 454
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3782 3922 3242 2762 2712 1742 1622 0111 946
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 8301 8101 8411 3611 4731 4391 4071 5101 522
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 5071 5431 5601 5041 5631 5201 5711 5781 636
2015 2019 - - - - - - -
1 6761 669-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

  • Louis Brassart-Mariage (1875-1933), architecte de la maison de retraite Charles-Lefèvre.
  • James Mac Connell, pilote américain, abattu le 19 mars 1917 au-dessus du village. Une stèle commémore son sacrifice[20].
  • André Brulé, sous-lieutenant FFI, héros de la Résistance, arrêté le , torturé, mort en déportation. Le conseil municipal du décide d'honorer sa mémoire en dénommant rue André-Brulé l'ancienne Grand'Rue[21].

HéraldiqueModifier

  Blason
D’hermine à la croix de gueules chargée de cinq coquilles d’or[22].
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1914-1918
Détails
Blason adopté par la municipalité.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. « Flavy-le-Martel : un village chargé d'histoire » (version du 2 août 2017 sur l'Internet Archive), sur flavy-le-martel.com [PDF].
  9. « Annuaire administratif 1910 Flavy-le-Martel », histoire locale, sur http://www.flavy-le-martel.com (consulté le ).
  10. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  11. « Ces maires déjà installés », Le Journal de Ham, no 14,‎ , p. 3
  12. « À Flavy-le-Martel, Patrick Julien et ses adjoints élus », L'Aisne nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Les conseillers ont élu cinq adjoints ».
  13. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. « Arrêté préfectoral du 30 mars 2016 portant Schéma départemental de coopération intercommunale de l'Aisne » [PDF], Approbation du nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, Préfecture de l'Aisne (consulté le ).
  15. « Schéma départemental de coopération intercommunale » [PDF], Intercommunalité dans l'Aisne, Préfecture de l'Aisne, (consulté le ), p. 34 et 41-44.
  16. Préfecture de l'Aisne, « Arrêté n°2016-1077 en date du 15 décembre 2016 portant fusion de la communauté d’agglomération de Saint-Quentin et de la communauté de communes du canton de Saint-Simon - Recueil des actes administratifs de la préfecture de l'Aisne du mois de décembre 2016 - Partie 2 » [PDF], sur http://www.aisne.gouv.fr/, (consulté le ), p. 55-59.
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  20. « Flavy- le- Martel : Des Américains se recueillent », Journal de Ham, no 16,‎ , p. 24.
  21. « Rue André Brulé », Les rues du village, sur http://www.flavy-le-martel.com (consulté le ).
  22. « 02314 Flavy-le-Martel (Aisne) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).