Ordre du Croissant (Maison capétienne d'Anjou-Sicile)

décoration française
Collier de l'ordre.


L'ordre du Croissant est un ordre de chevalerie français du Moyen Âge.

Premier ordre du Croissant (1268)Modifier

Un premier ordre du Croissant fut créé à Messine, en 1268, par Charles d'Anjou, frère du roi de France Louis IX, en mémoire de la bataille du lac Ficin, dans la plaine de Tagliacozzo, près de l'Aquila, où il vainquit et fit prisonnier Conradin, petit-fils de l'empereur Frédéric II.

 
Une assemblée de l'ordre en habit. Miniature extraite de la Passion de saint Maurice et de ses compagnons, Bibliothèque de l'Arsenal, Ms.940

Il le conféra aux gentilshommes et princes allemands qui l'avaient secondé dans cette guerre, et à plusieurs autres seigneurs qu'il désirait attacher à sa cause.

Les chevaliers devaient justifier de quatre degrés de noblesse du côté paternel. Cet ordre subsista peu de temps.

Deuxième ordre du Croissant (1448)Modifier

 
Angers, rue de Saint-Aignant, la maison de l'estaigner où se réunissaient les chevaliers de l'ordre, au-dessus de la porte et sous la fenêtre se trouve le blason.

L’ordre du croissant, fut fondé le à Angers par René d'Anjou dit le Bon, roi de Sicile et de Jérusalem, en l'honneur de saint Maurice[Lequel ?], dans la continuité de l'ordre de la Croix fondé par Louis Ier d'Anjou[1].

Nul ne pouvait y être reçu ni porter le croissant, « s'il n'était duc, prince, marquis, comte, vicomte ou issu d'ancienne chevalerie, et gentilhomme de ses quatre lignées, et que sa personne fut sans vilain cas de reproche ». Cette préoccupation nobiliaire se retrouve dans la plupart des ordres fondés à cette période, comme la Toison d'or et la Jarretière[1]

On comptait parmi les membres de ce nouvel ordre des personnages importants comme le duc de Milan Francesco Sforza ou encore le comte de Vaudémont Ferry II de Lorraine.

Les trente-six chevaliers formant l'ordre portaient un manteau de velours rouge cramoisi doublé de satin blanc, un mantelet de velours blanc, et un habit long de même couleur, sur le côté droit duquel était cousu un croissant d'or. Sur ce croissant était gravé le mot loz. Le vieux français loz, en style de rébus, voulait dire « loz en croissant », с'est-à-dire qu'« en avançant en vertus, on mérite des louanges ».

Le collier de l'ordre était fait d'une chaîne d'or à trois rangs, à laquelle était suspendu, par trois chaînettes d'or, un croissant d'or également. On reconnaissait la valeur et la générosité des chevaliers, aux ferrets d'aiguillette d'or, correspondant au nombre de batailles ou sièges au cours desquels ils avaient combattu.

L'ordre du croissant ne survécut pas à son créateur René d'Anjou lui-même. Le pape Pie II le supprima par une bulle vers l'année 1460[2], ou sous son successeur désigné en 1464, Paul II, ennemi de René d'Anjou. Il s'éteignit progressivement dans les 25 années suivantes, entre 1480 et 1486[3],[4].

Certaines associations se réclament aujourd'hui de l'ordre du Croissant.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Algayres Muriel, « La justification du statut nobiliaire par la mise en scène du tournoi en Europe occidentale. Le Livre des tournois de René d'Anjou », Hypothèses, 2008/1 (11), p. 87-96. [1]
  2. Augustin-Jules-Esprit Fabre, Histoire de Marseille, M. Olive, 1829, p. 508-509
  3. « Il est certain que l'ordre du Croissant a été fondé le 11 août 1448, sous l'invocation de saint Maurice, patron de la ville d'Angers, et qu'il n'eut que seize ans de durée (remarque : 1448+16 = 1464) car une bulle du pape Paul II, ennemi de René, vint le supprimer vers 1460 ». (…) « Il doit y avoir ici quelque méprise, Paul II n'étant monté sur le trône pontifical qu'en 1464, après la mort de Pie II. » (Revue de l’Anjou, 1860 page 480.). « D'abord supprimé temporairement par le pape en 1460, l'ordre du Croissant disparut définitivement peu de temps après la mort de son fondateur, en 1480; il n'avait donc existé que pendant trente-deux ans. »(Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France, 1897, page 183.).
  4. L’Ordre du Croissant fondé par René d'Anjou roi de Naples et de Sicile et comte de Provence fut aboli selon les sources plutôt vers 1464 (Louis François de Villeneuve-Bargemont, Histoire de René d'Anjou, 1825, page 288.) ou tomba en extinction après 1486 quand la Provence fut unie à la France (Gustav Adolph Ackermann, Ordensbuch, Sämtlicher in Europa blühender und erloschener Orden und Ehrenzeichen Annaberg, 1855, p 208 n° 81.).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Palliot, La Vraye et Parfaite Science des Armoiries, 1660
  • Gourdon de Genouillac, Dictionnaire des ordres de chevalerie, 1860
  • Encyclopédie méthodique, Histoire Tome I, Panckoucke, Paris, 1784, p. 48-49 et p. 109.

Liens externesModifier