Ouvrir le menu principal

Famille de Fontanges

de Fontanges
Image illustrative de l’article Famille de Fontanges
Armes

Blasonnement De gueules au chef d'or chargé de 3 fleurs de lys d'azur.
Pays ou province d’origine Haute-Auvergne
Preuves de noblesse
Admis aux honneurs de la Cour 1757

La famille de Fontanges est une des familles subsistantes de la noblesse française d'extraction chevaleresque, sur preuves de 1373, originaire de la Haute-Auvergne. Elle donna de nombreuses branches pour la plupart éteintes.

Cette famille compte parmi ses membres des officiers généraux, des officiers supérieurs, un aumônier de la reine Marie-Antoinette sacré plus tard évêque, etc.

HistoireModifier

OrigineModifier

La famille de Fontanges est originaire du bourg de Fontanges situé en Haute-Auvergne, à proximité de Salers, dans l'actuel département du Cantal où elle possédait de toute ancienneté un château-fort aujourd'hui en ruine juché sur un rocher.

On trouve mention de ce patronyme depuis le Xe siècle mais sans preuves de filiation à ce jour avec la famille actuelle.

  • En 932, Guillaume de Fontanges fait une donation au monastère de Mauriac (Cantal) pour le repos de l'âme de son épouse, Anglinia[1]
  • le 27 janvier 1178, à Beaulieu en Limousin, Géraud de Fontanges, qualifié de chevalier illustre, prend part victorieusement à un combat singulier ordonné par Raymond II, vicomte de Turenne à la suite d'une décision de justice (au Moyen Âge, le duel est une des trois formes du jugement de Dieu). Il combat contre le chevalier Aymeric de Saint-Céré qui était accusé d'avoir par trahison tué Astorg de Saint-Céré, son cousin[2].
  • Maurin de Fontanges est mentionné dans le cartulaire de l'abbaye de la Valette en 1244. On trouve aussi Hugues de Fontanges, chevalier croisé, en 1248 dont les armes et le nom figurent à la Salle des Croisades du Palais de Versailles[2].

La filiation de cette famille est établie depuis Aymeric de Fontanges, damoiseau, recensé en 1373 qui mourut après 1418 et dont le fils Guillaume, vivant en 1399 aurait été le père d'Olivier de Fontanges marié à Geneviève de Veilhan[3],[4].

Chaix d'Est-Ange écrit cependant : « On observe que ces filiations ne sont prouvées que par un acte de cession du 15 septembre 1433, produit en copie informe d'une écriture du commencement du présent siècle, et par une enquête du 14 octobre 1468, produite aussi en copie informe d'une écriture du temps, mais que ces copies ont tous les caractères de la bonne foi et que la première de ces filiations est encore appuyée d'une ancienne généalogie manuscrite déposée au Cabinet de l'Ordre du Saint-Esprit »[4].

Guyot de Fontanges, écuyer, seigneur de Fontanges (mort vers 1520), officier aux ordres du roi Louis XI, dans les compagnies des seigneurs d'Estouteville et de Balsac, épousa en 1461, Marguerite de Curières, fille d'Antoine, sgr d'Hauteroche. Il en eut, entre autres enfants, deux fils, Rigaud et Louis, qui furent les auteurs de deux grandes branches[4].

L'importance du nombre de fiefs de cette famille témoigne de sa nombreuse descendance depuis le Moyen Âge jusqu'à la fin de l'Ancien Régime. Cependant, la plupart des branches se sont éteintes, et le Catalogue de la noblesse française de Régis Valette n'enregistre plus que sept descendants mâles en 2007.

Elle est admise aux Honneurs de la cour en l'année 1787[5].

La famille de Fontanges est membre de l'ANF depuis le 15 juin 1957[6],[7].

DescendanceModifier

Branche Aînée : seigneurie de Fontanges (éteinte)Modifier

  • Olivier de Fontanges, seigneur de Fontanges, écuyer (mort vers 1464), lieutenant dans une compagnie d'ordonnance sous les ordres du roi Charles VII. Il épouse Geneviève de Veilhan, dont
  • Guyot de Fontanges, écuyer, seigneur de Fontanges (mort vers 1520), officier aux ordres du roi Louis XI, dans les compagnies des seigneurs d'Estouteville et de Balsac. Il épouse en 1461, Marguerite de Curières, fille d'Antoine, sgr d'Hauteroche, dont
  • Rigaud de Fontanges, écuyer, seigneur de Fontanges et Palemont. Il sert avec son père en 1499 dans la compagnie de Robert de Balsac, sénéchal de l'Agenois. Il épouse Anne de Montjou, dame dudit lieu et de Cropières, dont
  • Nicolas de Fontanges, écuyer, seigneur de Fontanges, Palemont, Montjou, Cropières. Homme d'armes dans la compagnie du duc d'Albany de 1520 à 1522. Mort vers 1549. Il avait épousé Antoinette de Flaghac, dont
  • Annet de Fontanges, écuyer, seigneur de Fontanges, Puechmourier, Palemont, Cropières, etc. Mort en 1599. Il avait épousé en 1555 Gilberte André de Ludesse, dont
  • Pètre-Jean de Fontanges, chevalier, seigneur de Fontanges, Palemont, Cropières, Saint-Juéry, etc. Il épouse en 1590, Jeanne de La Rouë, dont
  • Guillemine de Fontanges, dernière descendante de la branche aînée, héritière du fief de Fontanges, mariée le 3 août 1616 à Louis de Scorailles, 2e du nom, chevalier, seigneur de Roussille. Leur fils, Jean-Rigal de Scorailles, héritier du fief de Fontanges (1618-1701), épouse Éléonore de Plas : leur fille Marie Angélique de Scorailles dite la duchesse de Fontanges (1661-1681) devient favorite du roi Louis XIV. Elle hérite à son tour le fief de Fontanges, que le roi érige en duché.

La branche aînée de la famille de Fontanges s'est éteinte au début du XVIIe siècle.

Branches cadettes éteintesModifier

  • 1 /Branche des seigneurs de Velzic
  • 8/Branche des seigneurs de Masclas et de La Borie

Branche subsistante des seigneurs de CouzanModifier

Première branche aînée (éteinte)

  • Charles I de Fontanges, baron de Couzan (1740-1804), lieutenant de dragons dans le régiment de Nicolaï, épouse Antoinette de Chalus, dame de Couzan, le 18 février 1765, dont

Branche éteinte.

2e branche aînée (subsistante)

  • Louis de Fontanges de Couzan (1817-1890), 2e fils de Charles II de Fontanges et d'Agathe Borel de Brétizel, Saint-Cyr 1838, général de division, commandeur de la Légion d'honneur, épouse Caroline Marguerite Noémie Audibert (1832-...), dont
  • Roger de Fontanges de Couzan (1869-1957), épouse Marie Agnès Vincent d'Hantecourt (1875-1952), dont
  • Aymeric de Fontanges de Couzan (1916-1980), épouse Margerite-Marie Carrelet, née en 1920, dont postérité.

Branche cadette (subsistante)

  • Maurice de Fontanges (1819-1894), 3e fils de Charles II de Fontanges et d'Agathe Borel de Brétizel, polytechnicien, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, officier de la Légion d'honneur, épouse Anne Louis de Chérisey (1821-1916), dont
  • Hugues de Fontanges (1847-1921), colonel, Ier régiment de cuirassiers, officier de la Légion d'honneur, épouse Edme Jacqueline Odette Gauthier d'Hauteserve (1853-1921), dont postérité.
  • Jacques de Fontanges (1850-1926), chef d'escadron de cavalerie, chevalier de la Légion d'honneur, épouse Marguerite de Geres de Camarsac (1857-1892), dont:
    • Henri de Fontanges (1881-1962), épouse Anne de Galon (x,x) dont postérité
    • Jean de Fontanges (1885-1967), commandant de réserve, officier de la Légion d'honneur, épouse Christine de Rostang (1887-1967) dont postérité.

PersonnalitésModifier

  • Guillaume de Fontanges (branche de Velzic), maintenu dans sa noblesse par ordonnance de M. de Fortia, intendant d'Auvergne, le 8 octobre 1666[2].
  • Jean-Pierre de Fontanges (branche de Masclas et de La Borie), colonel du régiment de Poitou infanterie, sous les ordres du prince Louis-Armand de Conti, chevalier de l'ordre de Saint-Louis. Mort le 31 mars 1754[2].
  • Charles de Fontanges (banche de Couzan), lieutenant de dragons dans le régiment de NicolaÏ. Fait les campagnes de la guerre de Sept Ans. Prend sa retraite en 1763[2].
  • Charles-Guy de Fontanges (branche de La Clidelle), garde du corps du roi Louis XVI dans la compagnie de Beauvau, chevalier de l'ordre de Saint-Louis en 1786, prend part à la campagne des princes en 1792.
  • Charles-Maurice de Fontanges (branche de Couzan), polytechnicien, inspecteur général des Ponts et chaussées, officier de la Légion d'honneur. Mort le .
  • Géraud Maurice, Marie Joseph de Fontanges (branche de Couzan) (1882-1967), polytechnicien, artilleur, général de division, commandeur de la Légion d'honneur.
  • Guillaume de Fontanges (branche de Couzan) (1914-1983), pilote de guerre, lieutenant-colonel, commandeur de la Légion d'honneur, auteur du livre de mémoires Les Ailes te portent, Nlles éditions latines, 2000.
  • Jacques de Fontanges (branche de Couzan) (1916-1944), Saint-Cyr, promotion du Soldat inconnu (1936-1938), lieutenant au 8e régiment de tirailleurs marocains,( 8° RTM) , il participe à la campagne d'Italie en 1943. Il est cité pour son héroïsme à l'ordre de la brigade et à celui du corps d'armée. Puis, engagé dans la campagne de France en 1944, il est Mort pour la France au combat d'Héricourt, le 19 novembre 1944. Décoré de la Légion d'honneur à titre posthume.
  • Philippe Marie Jean de Fontanges (branche de Couzan) (1920-2012), aumônier de l'École d'application de la cavalerie de Saumur.
  • Nicolas de Fontanges (Branche de Couzan) (1975 - ), colonel commandant du 5e régiment de Dragons. Chevalier de la Légion d'honneur.

Armes, blasons, deviseModifier

  : De gueules au chef d'or chargé de 3 fleurs de lys d'azur.

Devise : Tout Ainsi Font Anges

PossessionsModifier

La famille de Fontanges, avec ses nombreuses branches, a eu de nombreuses possessions, parmi lesquelles:

Seigneuries de Fontanges, Palemont, Montjou, Cropières, Puechmouriez, Jussac, Saint-Juery, Velzic, La Vernière, Auberoques, Tinières, La Besserette, du Chambon, de Masclas, Maumont, Vernines, Hauteroche, Fournol, Saint-Hilaire, Boscage, La Clidelle, Albiat, La Fauconnière, Couzan, de La Borie, Besseix, Blanchefort, Fargues...

AlliancesModifier

Notes et référencesModifier

  1. C-d'E-A, Dictionnaire des familles françaises...Évreux, éd. Paul Hérisset, 1922, T.18, p. 286 (selon Borel d'Hauterive)
  2. a b c d e f g h i j k et l Bouillet, Nobiliaire d'Auvergne, page 77 à 85.
  3. Henri Jougla de Morenas, Grand Armorial de France, tome 4, pages 23-24.
  4. a b et c Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, volume 18, pages 286 à 289.
  5. Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, Robert Laffont, 2007, p. 85
  6. AR 2265 - 22 septembre 1784. Certificat de noblesse délivré par Antoine Marie d'Hozier de Sérigny pour l'admission dans la maison royale de Saint-Louis à Saint-Cyr (BN Nouveau d'Hozier 137)
  7. Annuaire de l'ANF, Albédia, Aurillac, 2017, p. 40
  8. Thérèse Celeste du Fresne de Kerlan, descendante en ligne féminine de la Famille Bahezre de Lanlay, originaire de Plesidy en Bretagne
  9. Baron de Bläy de Gaïx, Lettres de Mgr de Fontanges, évêque de Lavaur, Honoré Champion, Paris, 1912
  10. Il est sacré évêque de Nancy, le 17 août 1783 par le cardinal Étienne-Charles de Loménie de Brienne

BibliographieModifier

Articles connexesModifier