Louis II de Bourbon-Condé

prince de sang royal français - personnalité politique (1621-1686)

Louis II de Bourbon-Condé dit le Grand Condé, d'abord désigné par le titre de duc d'Enghien, né le à Paris et mort le à Fontainebleau[1], est un prince du sang français, cousin[2]de Louis XIV, et l'un des meilleurs généraux du Grand Siècle.

Louis II de Bourbon-Condé
Description de cette image, également commentée ci-après
Le Grand Condé,
huile sur toile de Justus van Egmont, vers 1654-1658,
Chantilly, musée Condé.

Titre

Prince de Condé


(39 ans, 11 mois et 15 jours)

Prédécesseur Henri II de Bourbon-Condé
Successeur Henri-Jules de Bourbon-Condé
Fonctions militaires
Grade militaire Lieutenant-général
Faits d’armes Bataille de Rocroi
Bataille de Fribourg
Bataille d'Alerheim
Bataille de Lens
Bataille de Seneffe
Conflits Guerre de Trente Ans
Fronde des princes
Guerre de Dévolution
Guerre de Hollande
Biographie
Titulature Duc de Bourbon
Duc de Montmorency
Duc d'Enghien
Prince de Condé
Prince du sang
Duc de Bellegarde
Duc de Fronsac
Duc de Châteauroux
Comte de Sancerre
Comte de Charolais
Seigneur de Chantilly
Dynastie Maison de Condé
Distinctions Grand maître de France
Pair de France
Autres fonctions Gouverneur du Berry
Surnom Le « Grand Condé »
Naissance
Paris, Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Décès (à 65 ans)
Fontainebleau, Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Père Henri II de Bourbon-Condé
Mère Charlotte-Marguerite de Montmorency
Conjoint Claire-Clémence de Maillé
Enfants Henri-Jules de Bourbon-Condé
Religion Catholicisme

Description de l'image Coat of Arms of Louis II de Bourbon-Condé.svg.

Engagé à la fin de la guerre de Trente Ans comme général de l'armée française, il devient célèbre dans toute l'Europe dès l'âge de 21 ans à l'issue de la bataille de Rocroi (1643), au cours de laquelle il inflige une sévère défaite à l'armée espagnole pourtant réputée invincible. Il devient ensuite un des principaux meneurs de la Fronde des princes contre le cardinal Mazarin au début des années 1650, et se met ensuite un moment au service de l'Espagne, avant de rentrer en France, gracié par Louis XIV.

Le Grand Condé porte de nombreux titres, hérités ou attribués : premier prince du sang, pair de France, prince de Condé, duc de Bourbon, duc d'Enghien, duc de Montmorency, duc de Châteauroux, duc de Bellegarde, duc de Fronsac, comte de Sancerre (1646-1686), comte de Charolais ; il a également détenu la fonction de gouverneur du Berry et le gouvernement de Bourgogne.

BiographieModifier

Origines familiales et formationModifier

La branche des princes de Condé est issue du fils cadet de Charles IV de Bourbon, Louis (1530-1569), arrière-grand-père du Grand Condé, tandis que la dynastie royale est issue d'Antoine (1518-1562), son fils aîné, père d'Henri IV. Durant les guerres de religion (1562-1598), les membres des deux branches font partie du camp protestant, ce qui n'empêche pas des rivalités, notamment entre Henri IV et son cousin germain Henri de Bourbon-Condé (1552-1588), mort dans des conditions suspectes.

Louis II est le fils d'Henri II de Bourbon-Condé (1588-1646), qui a été héritier présomptif d'Henri IV de 1596 à 1601, date de la naissance de Louis XIII. Dans les années 1620, Henri II détient notamment la fonction de gouverneur du Berry, dont Louis II héritera à sa mort. L'héritier présomptif de Louis XIII est alors son frère Gaston (1608-1660), dont la situation matrimoniale est telle que les Condé peuvent avoir l'espérance d'arriver un jour sur le trône de France, du moins jusqu'à la naissance tardive de Louis XIV, en 1638.

Sa mère, Charlotte-Marguerite de Montmorency (1594-1650), est la petite-fille du connétable Anne de Montmorency. En 1629, après qu'elle a donné naissance à un second fils, Armand, son mari part pour son gouvernement du Berry, en emmenant Louis.

Celui-ci, qui a jusque là été éduqué assez sévèrement par des précepteurs à l'hôtel de Condé, poursuit ses études au collège des jésuites de Bourges.

En 1640, son père le fait entrer dans l'armée et il participe au siège d’Arras[3].

Des fiançailles politiques avec la nièce de Richelieu (1633-1641)Modifier

Un projet de mariage est élaboré dès le début des années 1630 entre le prince du sang Louis II, qui est assez proche du trône de France jusqu'à la naissance de Louis XIV, et la nièce du cardinal de Richelieu, Claire-Clémence de Maillé (1628-1694), fille d'Urbain, marquis de Brézé. Les fiançailles ont lieu en 1633, entre deux enfants de 12 et 5 ans.

Pour Henri II de Bourbon-Condé, Claire-Clémence doit apporter une dot considérable, en contrepartie d'un degré de noblesse sans commune mesure avec celui des Condé.

Pour Richelieu, c'est la perspective de devenir l'oncle de la reine de France. En effet, le mariage de Louis XIII, né en 1601, et d'Anne d'Autriche, est encore dépourvu de descendance. L'héritier présomptif avant Henri II, puis Louis II, Gaston d'Orléans, n'a pas eu de fils de son premier mariage (1626) et le second (1632) a été conclu sans l'autorisation du roi.

Malgré le changement de situation dû aux naissances royales de Louis XIV (1638), puis de Philippe d'Orléans (1640), le mariage est réalisé en 1641, alors que les deux fiancés (20 et 13 ans) n'ont aucun attrait l'un pour l'autre. Le duc d'Enghien proteste contre la contrainte qui lui est alors imposée, en vain.

Général au service de la France (1643-1648)Modifier

 
Buste en bronze du Grand Condé par Antoine Coysevox, 1688, musée du Louvre.

Le duc d'Enghien montre dans la carrière militaire un génie précoce.

En 1643, à l'âge de 21 ans, Louis XIII lui confie le commandement honorifique de l'armée de Picardie, sous les ordres de François de L'Hospital. Il s'agit de barrer la route à l'armée du roi d'Espagne Philippe IV, qui envahit la France à partir des Pays-Bas espagnols.

Le , cinq jours après la mort de Louis XIII, il remporte avec héroïsme l'éclatante victoire de Rocroi, brisant ainsi la réputation d'invincibilité des tercios. Ce très jeune général est comparé dans toute l'Europe comme un égal de César et d'Alexandre[4].

Il est ensuite envoyé sur le Rhin, aux côtés de Turenne. Il bat les Allemands à Fribourg, puis remporte avec Turenne la bataille d'Alerheim en 1645 contre Franz von Mercy. En 1646, il s'empare de Dunkerque.

Fin décembre 1646, à la mort de son père, il devient le 4e prince de Condé.

Envoyé en Catalogne, il ne réussit pas à prendre Lérida ; mais il remporte bientôt en Artois la victoire de Lens sur l'archiduc Léopold-Guillaume qui amène la paix avec les Habsbourg d'Autriche en 1648 (traité de Münster), tandis que la guerre franco-espagnole continue.

La période de la FrondeModifier

Pendant les troubles de la Fronde, il adopte une attitude ambiguë. Il défend d'abord le parti de la cour, la régence durant la minorité de Louis XIV étant assumée par sa mère Anne d'Autriche, secondée par le cardinal Mazarin, premier ministre, puis il prend parti contre Mazarin qu'il appelle « le faquin écarlate ». Son soutien à la reine mère Anne d'Autriche permet d'abord la signature de la paix de Rueil. Néanmoins, en 1649, par rivalité avec Mazarin qu'il considère comme un usurpateur étranger, il sympathise avec la cause de la Fronde. Remportant toutes les batailles entre 1643 à 1648, il réclame pour lui l’amirauté et pour ses amis tous les postes de responsabilité dans l’armée[4]. Le , lui, son frère le prince de Conti et son beau-frère le duc de Longueville sont jetés en prison par la reine-régente et Mazarin, qui veulent refréner ses ambitions. Leur captivité dure 13 mois.

Le , devant l'union des Frondes, Mazarin s'enfuit et libère les princes. Condé prend la tête de la Fronde des princes, malgré la majorité de son grand cousin, Louis XIV. Il négocie avec le roi Philippe IV d'Espagne et le Lord Protecteur anglais, Oliver Cromwell. Il lève des troupes, marche sur Paris. Contre lui, Louis XIV âgé de 14 ans réussit à gagner Turenne qui prend la tête des troupes royales et défait le prince à la bataille de Bléneau le , à Étampes en mai puis au faubourg Saint-Antoine à Paris. La duchesse de Montpensier, Anne-Marie-Louise d'Orléans (la Grande Mademoiselle), fait tirer les canons sur les troupes royales pour permettre à son cousin de se réfugier dans Paris.

Au service de l'Espagne (1654-1659)Modifier

Déchu et condamné à mort, Condé se réfugie aux Pays-Bas et passe au service de l'Espagne[5], Condé est battu par Turenne en août 1654 lors de la bataille du secours d'Arras, vainqueur lors du siège de Valenciennes, et de nouveau battu en 1658 à la bataille des Dunes.

Le traité des Pyrénées d'avril 1659 consacre plusieurs articles (79 à 88) au cas du prince de Condé, qui est autorisé par Mazarin à rentrer en France en recouvrant ses biens. Le pardon royal est proclamé à Aix-en-Provence, peu avant le mariage de Louis XIV et de l'infante Marie-Thérèse d'Autriche.

Les années 1660 et 1670 : le retour en grâceModifier

Néanmoins, dans un premier temps, Louis XIV écarte Condé de tout emploi militaire ou civil. Il va donc consacrer les années 1660 à l'embellissement de son château de Chantilly, où il entretient une petite cour plus libre que celle de Versailles. Il vit pratiquement séparée de son épouse, qui réside en général à Paris, ou à Saint-Maur pendant l'été.

La guerre s'étant rallumée entre la France et l'Espagne, Condé retrouve un commandement dans les armées du roi. Dans le contexte de la guerre de Dévolution (1667-1668), il conquiert le comté de Bourgogne (actuelle Franche-Comté), possession du roi d'Espagne au terme d'une campagne de trois semaines. Le comté est cependant restitué au roi d'Espagne par le traité d'Aix-la-Chapelle.

En janvier 1671, un scandale éclate autour de la princesse de Condé : à la suite d'un incident survenu à l'hôtel de Condé, la rumeur se répand qu'elle a eu une liaison avec un domestique. Le prince de Condé demande alors au roi une lettre de cachet qui l'assigne à résidence dans le château Raoul à Châteauroux, où elle restera jusqu'à sa mort en 1694.

En avril 1671, le prince de Condé invite Louis XIV et une partie de la cour de Versailles à une grande fête (23-25 avril). Cette fête est marquée par le suicide du maître d'hôtel François Vatel, en raison d'un retard dans la livraison des poissons (pour plusieurs centaines de personnes) pour le repas du vendredi 24 avril. Malgré cet événement, ces fêtes marquent la complète réconciliation entre le roi et le prince de Condé.

Il combat à nouveau aux côtés des armées royales de Turenne lors de la guerre de Hollande, en 1672, où il bat le Guillaume III d'Orange-Nassau à la bataille de Seneffe en 1674, puis passe en Alsace pour défendre cette province contre Raimondo Montecuccoli, généralissime des armées de l'empire germanique après la mort de Turenne en 1675.

Le roi le reçoit en grande pompe à Versailles, en haut du grand escalier de marbre, au milieu de toute la cour. Condé, perclus de rhumatismes, a de la peine à monter et fait un peu attendre Louis XIV. Alors qu'il présente des excuses, le roi lui dit avec politesse : « Mon cousin, quand on est chargé de lauriers comme vous, on ne peut marcher que difficilement ».

Dernières années à ChantillyModifier

Sévèrement touché par la goutte[5], il finit sa vie dans son château de Chantilly, entouré de musiciens et de poètes, cultivant les lettres et conversant avec Racine et Boileau.

Son fils Henri Jules de Bourbon lui succède comme 5e prince de Condé et 4e duc d'Enghien.

Toute sa vie, Louis de Condé a été l'âme du parti libertin. Voltaire lui reproche comme un signe de sénilité sa conversion au parti dévot les deux dernières années de sa vie[6]. En effet, signe non-équivoque de cette conversion, Jacques-Bénigne Bossuet prononce sur son cercueil une oraison funèbre — un chef-d'œuvre du genre (Oraison funèbre de très haut et très puissant prince Louis de Bourbon).

FamilleModifier

AscendanceModifier

 
Château de Chantilly du prince Louis II de Bourbon-Condé.
 
Détail de la statue représentant le Grand Condé, par le sculpteur David d'Angers (1817). Exposé dans la Galerie David d'Angers, Angers.

Fils d'Henri II de Bourbon-Condé, prince du sang, et de Charlotte-Marguerite de Montmorency, baronne de Châteaubriant et de Derval, dont le roi de France Henri IV tombe amoureux et qui sera la marraine de Louis XIV.

Ses trois frères aînés étant morts en bas âge, Louis reçoit le titre de « duc d'Enghien ». Il fait de solides études chez les Jésuites, à Bourges, et à l'âge de 17 ans, gouverne le duché de Bourgogne pour son père. Il est élevé dans l'idée que le trône peut lui échoir si la branche aînée des Bourbon vient à manquer d'héritier[4], ce qui assure chez lui une grande fierté et une forte ambition (parfois à défaut de la fidélité).

Mariage et descendanceModifier

Pour des raisons politiques[7], il épouse le Claire-Clémence de Maillé, âgée de seulement 13 ans, fille d'Urbain de Maillé-Brézé (1597-1650) et de Nicole du Plessis de Richelieu[8]. Il en a trois enfants, dont deux meurent en bas âge :

Après avoir vainement cherché à faire annuler son mariage à la mort du cardinal de Richelieu, ne lui pardonnant pas d'avoir brisé son amour de jeunesse, Condé finit par faire enfermer sa femme à Châteauroux en 1671, sous le prétexte d'une liaison qu'elle aurait eue avec un page.

FilmographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. ou le 11 novembre, selon les sources.
  2. Leur ancêtre commun le plus récent est Charles IV de Bourbon (1489-1537), grand-père d'Henri IV, dont Louis XIV est le petit-fils, et d'Henri de Bourbon-Condé dont Louis II est le petit-fils.
  3. La France est alors impliquée dans la guerre de Trente Ans, qui oppose dans le Saint-Empire les princes catholiques (notamment l'empereur, chef de la maison de Habsbourg) et protestants, ainsi que le roi de Suède, la France étant généralement alliée aux protestants, ennemis des Habsbourg. Depuis 1635, la France est en guerre contre l'Espagne, dont le roi (de la maison des Habsbourg d'Espagne), est aussi le souverain des Pays-Bas espagnols, dont les frontières méridionales, celles du comté d'Artois et du duché de Luxembourg, sont proches de Paris. La guerre de Trente Ans prend fin en 1648 (traité de Münster), la guerre franco-espagnole en 1659 (traité des Pyrénées).
  4. a b et c Simone Bertière, Un cousin de Louis XIV, ardent et rebelle, mécène éclairé de Chantilly, Canal Académie, 5 février 2012
  5. a et b Musée de l'Armée, « Le Grand Condé (1621-1686) »
  6. Cf. Le Siècle de Louis XIV, conclusion du chap. XI.
  7. Le duc d'Enghien fut d'abord amoureux de Marthe Poussard dite mademoiselle du Vigean, qui entra dans les Carmélites puis désira se marier à l'amie de sa sœur, la Grande Mademoiselle mais son mariage fut arrangé par son père.
  8. (sœur du cardinal de Richelieu)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Louis II de Bourbon-Condé » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (lire sur Wikisource)
  • Louis de Bourbon prince de Condé, dans Charles Perrault, Les Hommes illustres qui ont paru en France pendant ce siècle, chez Antoine Dezallier, 1697, tome 1, p. 23-24 (lire en ligne)
  • Henri Chérot, Trois éducations princières au XVIIe siècle: le Grand Condé, son fils, le duc d'Enghein, son petit-fils, le duc de Bourbon 1630-1684, d'après les documents originaux, Société de Saint-Augustin, Desclée, De Brouwer et Cie, 1896, 302 p, illustré de 30 gravures
  • Henri Malo, Le Grand Condé, Editions Albin Michel, 1937, 512 p.
  • Katia Béguin, Les princes de Condé. Rebelles, courtisans et mécènes dans la France du grand siècle, éd. Champ Vallon, Seyssel, 1999, 463 p.
  • Simone Bertière, Condé, le héros fourvoyé, Éditions de Fallois, 2011, 542 p.
  • Dominique Paladilhe, Le Grand Condé : Héros des armées de Louis XIV, Pygmalion, 2008 (ISBN 978-2756400082)
  • Joseph Louis Ripault-Desormeaux, Histoire de Louis de Bourbon, Paris 1766-1768, 4 volumes in-12.
  • Voltaire, Le siècle de Louis XIV (1751) (Wikisource)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier