Ouvrir le menu principal

Bataille de Steinkerque

bataille de la guerre de la Ligue d'Augsbourg
Bataille de Steinkerque
Description de cette image, également commentée ci-après
Estampe du XVIIe siècle.
Informations générales
Date
Lieu Steenkerque
(Belgique actuelle)
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau du royaume de France Royaume de FranceDrapeau de l'Angleterre Royaume d'Angleterre
Drapeau des Provinces-Unies Provinces-Unies
Drapeau du Danemark Danemark
Drapeau du Royaume d'Écosse Royaume d'Écosse
Commandants
Maréchal de LuxembourgGuillaume d'Orange
Forces en présence
80 000 hommes80 000 hommes
Pertes
9 000 hommes8 000 à 12 000 hommes

Guerre de la Ligue d'Augsbourg

Batailles

Philippsburg · Sac du Palatinat · Baie de Bantry · Mayence · Walcourt · Fleurus · Cap Béveziers · Boyne · Staffarda · Québec · Coni · Mons · Leuze · Aughrim · La Hougue · Namur (1692) · Steinkerque · Lagos · Neerwinden · La Marsaille · Charleroi · Saint-Malo · Rivière Ter · Camaret · Texel · Dieppe · Bruxelles · Namur (1695) · Dogger Bank · Carthagène · Barcelone · Baie d'Hudson

Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 50° 38′ nord, 4° 04′ est

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Bataille de Steinkerque

La bataille de Steinkerque (aujourd'hui Steenkerque en Belgique wallonne) eut lieu le 3 août 1692 et se solda par une victoire française sur la Ligue d'Augsbourg.

HistoireModifier

Après la prise de Namur par les Français, ceux-ci établissent une forte position défensive. De leur côté, les alliés (majoritairement des Anglo-Hollandais), dont le nouveau commandant en chef est Guillaume d'Orange, décident de lancer une attaque surprise à l'aube du 3 août.

Le 2 août, le maréchal de Luxembourg, commandant de l'armée des Flandres, apprend par un espion que les Coalisés feront "grand fourrage" le lendemain, sur la droite française, et s'attend donc à une belle journée calme. Pourtant, le comte de Tracy découvre que l'ennemi se livre à de considérables mouvements de troupes et avertit son supérieur.

Le 3 août au matin, l'armée française est attaquée, l'attaque de l'avant-garde alliée surprend complètement les Français mais leur armée principale perd beaucoup de temps durant sa marche. Ainsi, les Français ont le temps d'organiser une ligne de défense efficace quand débute l'attaque principale, aux alentours de midi. Néanmoins, les premières lignes françaises perdent du terrain mais une extrême confusion règne dans l'armée alliée avec notamment la cavalerie hollandaise qui gêne la progression de l'infanterie anglaise. Pris de court, le maréchal de Luxembourg ordonne à ses brigades de se ranger en ligne dès que possible, et masse son infanterie en un pâté de 5 rangs. La cavalerie est déployée derrière l'infanterie, et sur les ailes afin de couvrir les flancs.

Le maréchal de Luxembourg donne l'ordre de contre-attaquer et, après de rudes combats, les alliés sont repoussés. A neuf heures, l'ennemi débouche entre Rebecq et le Petit-Enghien, au nord de Steinkerque. Mais le terrain très accidenté entrave leur avance. Il faudra une heure pour que les coalisés soient au contact, ce qui ôte quelque peu l'effet de surprise. Les Coalisés portent leur coups sur l'aile droite des troupes françaises, mais toute cohésion tactique est illusoire en un lieu si peu commode. Par fraction séparée, toutes les lignes françaises prendront part à l'action. Par ailleurs, au cours de l'engagement, les piquiers abandonnent leurs armes obsolètes pour ramasser les fusils de l'ennemi. Enfin, le maréchal de Boufflers arrive d'Enghien à marche forcée avec ses dragons, il charge la cavalerie ennemie. Voyant que les pertes subies par son infanterie sont sévères et que la bataille est en train de lui échapper, Guillaume d'Orange donne l'ordre de la retraite, il a perdu 10 000 soldats et 9 drapeaux qui iront décorer la nef de la Cathédrale Notre-Dame de Paris, et 10 canons. Les Français, ayant également souffert de lourdes pertes, ne sont pas en état de poursuivre leurs adversaires[1].

Lien externeModifier

Notes et référencesModifier