Ouvrir le menu principal

Famille Viénot de Vaublanc

Famille Viénot de Vaublanc
Image illustrative de l’article Famille Viénot de Vaublanc
Armes

Blasonnement De gueules au lion passant d'or, au chef d'argent chargé d'un soleil de gueules, accosté de deux grappes de raisins de sable (alias de pourpre)
Devise « Dieu aidant »
Période XVIIe siècle - XXIe siècle
Pays ou province d’origine Bourgogne
Fiefs tenus Mimande, Meix Brocard, Vaublanc, Bousselange
Demeures Château de Mimande
Château de Couzan
Charges Ministre de l'Intérieur du roi Louis XVIII
Député
Chambellan du roi de Bavière
Ministre au Portugal
Conseiller général
Fonctions militaires Maréchal des camps et armées du roi
Inspecteur en chef aux revues de la Grande Armée
Récompenses civiles Ordre de la Légion d'honneur
Récompenses militaires Ordre de Saint-Louis
Preuves de noblesse
Autres Écoles royales militaires 1768, 1770, 1781

La famille Viénot de Vaublanc est une famille subsistante de la noblesse française, originaire de Bourgogne, anoblie en 1697 par une charge de secrétaire du roi[1].

Elle compte parmi ses membres un maréchal des camps et armées du roi en 1780 et un ministre de l'Intérieur du roi Louis XVIII.

HistoireModifier

La famille Viénot de Vaublanc est originaire de Beaune, en Côte-d'Or.

Charles Viénot (1654-1732) est anobli par une charge de secrétaire du roi près la cour des comptes de Dole le [2],[1],[3],[4].

Elle fait ses preuves de noblesse pour les écoles royales militaires en 1768, 1770 et 1781[3],[4],[5].

La branche ainée est installée au château de Mimande[6], à Chaudenay (Saône-et-Loire), aux XVIIIe et XIXe siècles[7].

 
Château de Mimande (propriété de la branche ainée jusqu'au début du XXe siècle)

La branche cadette s'est établie au XVIIIe siècle dans le Loiret.

Situation contemporaineModifier

La famille Viénot de Vaublanc a été admise à l'ANF en 1946[8].

Selon Régis Valette, spécialiste de la noblesse française, il y a 35 porteurs masculins de cette famille en 1989 et 45 en 2007[1].

Généalogie simplifiéeModifier

 
Vincent-Marie Viénot de Vaublanc (1756-1845)
 
Vincent-Victor Henri Viénot de Vaublanc (1803-1874)
  • Louis Viénot (1628-1669), demeurant à Beaune, avocat à la Cour, épouse en 1653 Jeanne Ferry. C'est cette dernière qui déclare le blason de la famille Viénot à d'Hozier en 1696.
    • Charles Ier Viénot (1654-1732), fils de Louis, seigneur de Mimande, Meix Brocart (dont la terre de Vaublanc), secrétaire du roi, secrétaire et notaire près la Cour des comptes de Dole du 3 mars 1697 au 25 mai 1717 puis simple secrétaire de cette date jusqu'à 1719[2], il épouse le 12 avril 1681 Agathe Bérardier fille d'un maire de Beaune.
      • Charles II Viénot de Vaublanc (1685-1755), fils ainé de Charles Ier, écuyer, seigneur de Mimande et de Vaublanc, épouse en 1719 Philiberte de Jannel.
        • Charles III Viénot de Vaublanc (1721-1804), fils ainé de Charles II, maréchal des camps et armées du roi le 1er mars 1780, chevalier de Saint-Louis, il épouse en 1753 Marguerite Bonguelet (+1784).
          • Jacques-Henri Viénot de Vaublanc (1764-1810), fils de Charles III, émigré, épouse en 1801, Françoise Joséphine Le Viste de Montbrian. (À l'origine de la branche ainée subsistante)
        • Jean-Bernard Viénot de Vaublanc (1722-1796) premier fils cadet de Charles II, épouse en 1767 Adélaïde Payneau.
          • Vivant-François Viénot de Vaublanc (1770-1853), deuxième fils de Jean-Bernard, maire de Villemoutiers (Loiret) de 1822 à 1830, il épouse Marie Thérèse Lemaire du Charmoy.
          • André Viénot de Vaublanc (1777-1866), troisième fils de Jean-Bernard, maire de Montargis de 1817 à 1819[9], il épouse Éléonore Potrelot de Grillon. (À l'origine de la branche cadette subsistante)
        • Vivant-François Viénot de Vaublanc (1725-1798), deuxième fils cadet de Charles II, major aux îles du Levant, à Saint-Domingue, il épouse en 1754 Catherine (ou Charlotte) Perreau.
          • Vincent-Marie Viénot de Vaublanc (1756-1845), fils ainé de Vivant-François, chevalier puis baron de l'Empire en 1809 (autorisé par lettres patentes du 22 mars 1812 à transmettre son titre de baron à son petit-fils Henri Martial Segond), député du Calvados, préfet de la Moselle (1804-1815), conseiller d'État, ministre d'État et de l'Intérieur (1815-1816), etc.[3],[4], il épouse en 1779 Marie-Charlotte Saillenfest de Fontenelles (1759-1831).
          • Jean-Baptiste Bernard Viénot de Vaublanc (1761-1812), fils cadet de Vivant-François, inspecteur en chef aux revues de la Grande Armée pendant la campagne de Russie, il épouse en 1794 Sophie Pyon de Meslot (1778-?). (AP)
            • Jean-Antoine Alphonse Viénot de Vaublanc (1802-1843), fils ainé de Jean-Baptiste Bernard, capitaine au 64e de ligne en 1830, il épouse en 1830 Louise Thérèse de La Croix d'Azolette (1806-?), (AP). (À l'origine de la branche benjamine subsistante)
            • Vincent-Victor Henri Viénot de Vaublanc (1803-1874), fils cadet de Jean-Baptiste Bernard, historien, chambellan à la cour du royaume de Bavière, il épouse en 1841 Jeanne de Raisme. (SP)

(...)

  • Roger Viénot de Vaublanc (1900-1983), capitaine de vaisseau, s'est illustré lors de l'évacuation de son navire l'Orage coulé en 1940

PersonnalitésModifier

AlliancesModifier

Les principales alliances de la famille Viénot de Vaublanc sont : Ferry (1653), Bérardier (1681), de Jannel (1719), Bonguelet (1753), Perreau (1754), Payneau (1767), Le Viste de Montbriant, Lemaire du Charmoy, Potrelot de Grillon, Saillenfest de Fontenelle, Pyon de Meslot (1794), de La Croix d'Azolette (1830), de Raisme (1841), de Buttet, Caillard d'Aillières, de Fontanges, Jourdain de Thieulloy, de La Motte de Broön de Vauvert, de Laparre de Saint-Sernin, de Larminat, de Mascureau, de Suremain, de Thoisy, de Tournemire,de Beaumont d'Autichamp, de Courrèges d'Ustou, Bernard de Dompsure, d'Anthouard de Vraincourt, de Lamberterie du Cros, etc.

Armes et deviseModifier

Figure Blason napoléonien de Vincent-Marie Viénot de Vaublanc de 1809 à 1845
Vincent-Marie Viénot de Vaublanc (1756-1845), président de l'Assemblée législative (1791), président du corps législatif puis préfet de la Moselle (1805-1814), grand officier de la Légion d'honneur, baron de l'Empire (1809), chevalier de l'Ordre de Saint-Lazare, ministre de l'Intérieur (1815-1816)

Coupé, au premier mi-parti d'azur, à la tour d'argent, maçonné de sable et du quartier des barons préfets ; au second de gueules au lion léopardé d'argent.

Figure Blasonnement à partir de 1815
  Famille Viénot de Vaublanc

De gueules au lion passant d'or, au chef d'argent chargé d'un soleil de gueules, accosté de deux grappes de raisins de sable (alias de pourpre)

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Régis Valette, Catalogue de la noblesse française, éd. Robert Laffont, 2007, p.189, (ISBN 2-221-05925-5)
  2. a et b Notice sur la Chambre des comptes de Dole suivie d'un armorial, page 298, Roger de Lurion, 1892
  3. a b c et d E. de Séréville et F. de Saint-Simon, Dictionnaire de la noblesse française, 1975, page 987
  4. a b c et d Raoul de Warren, Grand Armorial de France, tome 6, page 454
  5. Dictionnaire de la vraie noblesse, Éditions Tallandier, Paris, 2008, page 281, (ISBN 978-2-84784-498-6)
  6. Selon Jean-Joseph Expilly, il y a 18 feux dépendant de ce hameau selon son ouvrage de 1766, soit environ soixante-dix personnes. Dictionnaire géographique, historique et politique des Gaules et de la ....
  7. Fonds Viénot de Vaublanc, archives de la ville de Beaune, série Z, présenté par l'archiviste Émilie Rouilly, décembre 2010
  8. Annuaire de l'ANF, Albédia, Aurillac, 2017, p.69
  9. Les grandes heures de Montargis: ses monuments, ses hommes célèbres, ses événements marquants, Paul Gache, 1980 [1]

BibliographieModifier

ArchivesModifier

  • Fonds Viénot de Vaublanc, archives de la ville de Beaune, série Z, présenté par l'archiviste Émilie Rouilly, décembre 2010.
  • Fonds Viénot et Vaublanc, 239 AP, page 303, État sommaire des fonds d'archives privées, Centre historique des archives nationales. [7]

Articles connexesModifier