Éric Diard

personnalité politique française
(Redirigé depuis Eric Diard)

Éric Diard
Illustration.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(3 ans, 2 mois et 24 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 12e des Bouches-du-Rhône
Législature XVe
Groupe politique LR
Prédécesseur Vincent Burroni

(10 ans)
Élection 16 juin 2002
Réélection 17 juin 2007
Circonscription 12e des Bouches-du-Rhône
Législature XIIe et XIIIe
Groupe politique UMP
Prédécesseur Vincent Burroni
Successeur Vincent Burroni
Maire de Sausset-les-Pins

(16 ans, 5 mois et 10 jours)
Prédécesseur Pierre Peleyrol
Successeur Bruno Chaix
Biographie
Date de naissance (55 ans)
Lieu de naissance Marseille (Bouches-du-Rhône)
Nationalité Française
Parti politique RPR
UMP
Les Républicains

Éric Diard, né le à Marseille (Bouches-du-Rhône), est un homme politique français.

BiographieModifier

Il est élu député le , pour la XIIe législature (2002-2007), dans la Douzième circonscription des Bouches-du-Rhône. Il fait partie du groupe UMP. Réélu en 2007, il perd son mandat de député lors des élections du 17 juin 2012 au profit du socialiste Vincent Burroni. Il redevient député suite aux élections législatives du [1].

Il a participé au voyage à Bagdad des trois députés UMP, en compagnie de Didier Julia et Thierry Mariani en .

Il est président du Conseil national du bruit[2].

Il parraine Laurent Wauquiez pour le congrès des Républicains de 2017, scrutin lors duquel est élu le président du parti[3].

MandatsModifier

Activité de députéModifier

Il est signataire d'un amendement adopté en séance plénière le , et qui permettait le maintien de l'huile de palme parmi les agrocarburants jusqu'en 2026[4],[5],[6]. L'adoption de l'amendement suscite une vive émotion, et lors d'un second vote le lendemain, le même amendement est rejeté[7].

Il regrette que son parti se désintéresse de la protection de l’environnement : « Sur l’environnement, on est à côté de la plaque. On parle développement durable comme dans les années 80. On veut être le parti de la ruralité et des seniors, sans voir qu’une grande partie de cet électorat nous préférera le Rassemblement national. Et nous sommes à zéro ou presque chez les jeunes »[8].

En 2019, il est l'auteur d'un rapport parlementaire sur le communautarisme islamiste dans les services publics. Se basant sur des auditions de hauts fonctionnaires et d'acteurs de terrain qui y sont confrontés, un ouvrage est publié sur le même sujet par le député l'année suivante, Radicalisation au cœur des services publics (avec Henri Vernet, Lattès)[9].

Anciens mandatsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le 19 mai 2018).
  2. Arrêté du 4 juin 2008 portant nomination du président du Conseil national du bruit sur Légifrance.
  3. Ludovic Vigogne, « La liste des 136 parrains de Laurent Wauquiez », lopinion.fr, 11 octobre 2017.
  4. « L’Assemblée nationale maintient l’huile de palme parmi les biocarburants, Matignon demande un second vote », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 15 novembre 2019)
  5. Laure Equy, « Huile de palme : l'Assemblée doit procéder à un second vote », Libération,‎ (lire en ligne)
  6. Emma Donada, « Qui sont les députés qui ont voté pour le report à 2026 l'exclusion de l'huile de palme des biocarburants ? », Libération,‎ (lire en ligne)
  7. « L’Assemblée rejette l’amendement controversé sur l’huile de palme », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 15 novembre 2019)
  8. Dominique Albertini, « Pour LR, l’heure de se mettre au vert », sur Libération.fr,
  9. Nadjet Cherigui, « Comment les islamistes ont noyauté le service public », Le Figaro Magazine,‎ , p. 38-44 (lire en ligne).

Liens externesModifier