Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dive.

Julien Dive
Illustration.
Julien Dive en 2017.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(3 ans, 4 mois et 30 jours)
Élection 20 mars 2016
Réélection 18 juin 2017
Circonscription 2e de l'Aisne
Législature XIVe et XVe
Groupe politique LR
Prédécesseur Xavier Bertrand
Maire d'Itancourt

(3 ans, 3 mois et 13 jours)
Élection
Prédécesseur Maurice Coutte
Successeur Régis Nollet
Biographie
Date de naissance (34 ans)
Lieu de naissance Saint-Quentin (France)
Nationalité Français
Parti politique UMP puis LR
Diplômé de Université de Valenciennes
Profession Chef de projet

Julien Dive, né le à Saint-Quentin (Aisne), est un homme politique français, membre du parti Les Républicains.

Élu député en 2016 lors d'un scrutin partiel pour remplacer Xavier Bertrand, démissionnaire après son élection à la présidence du conseil régional des Hauts-de-France, il est le plus jeune député masculin de la XIVe législature.

Sommaire

BiographieModifier

Études et carrière professionnelleModifier

Après des études au collège Suzanne-Deustch de Moÿ-de-l'Aisne, puis Josquin-Dès-Près de Beaurevoir, il entre au lycée Saint-Jean à Saint-Quentin.

Après l'obtention du baccalauréat, il entre en 2003 au Prytanée national militaire de La Flèche afin d'y préparer le concours de l'ESM Saint-Cyr pour devenir officier dans l'armée. Finalement, il obtient une licence d'économie à l'université de Valenciennes puis un master en entrepreneuriat et management des PME à l'IAE de Valenciennes en 2008.

En 2007, Julien Dive fait ses études en apprentissage. Il prépare ainsi son master en alternance dans un pôle de compétitivité pour la construction et l'accompagnement au montage des projets de R&D, aux côtés des équipementiers et des TPE-PME de l'industrie automobile. Il devient ensuite chef de projet dans l'industrie. Issu d'une famille de commerçants et maraîchers Saint-Quentin, Julien Dive a toujours été attaché à la défense des commerces de proximité[réf. nécessaire].

Parcours politiqueModifier

DébutsModifier

En 2003, à l'âge de 18 ans, il adhère à l'UMP et milite pour les Jeunes Populaires de l'Aisne, dont il deviendra le responsable départemental en 2009. Proche de Xavier Bertrand, ce dernier lui confiera notamment la responsabilité de son association politique « La Manufacture » pour la région Picardie.

Julien Dive devient conseiller municipal d'Itancourt en , puis est élu maire de la commune après les élections municipales de 2014[1]. Lors des élections départementales de 2015, il se présente dans le canton de Ribemont en binôme avec Orane Gobert. Il arrive troisième au premier tour de l'élection avec 25,59 % et décide de se maintenir au second tour dans une triangulaire, face aux binômes du FN, arrivé en tête au premier tour, et du PS. Il termine troisième avec 22,82 % des voix[1].

DéputéModifier

À la suite des élections régionales de 2015, Xavier Bertrand démissionne de son mandat de député de la 2e circonscription de l'Aisne, pour se consacrer à la présidence de la région Hauts-de-France. Julien Dive se présente à la primaire organisée au sein des Républicains pour choisir le candidat à la députation. Le , il obtient 55 % des voix, contre 40 % pour l’adjoint au maire de Saint-Quentin, Thomas Dudebout, et 5 % pour le maire de Gricourt, Roland Varlet[2]. Le , il remporte l'élection législative partielle au second tour avec 61,14 %, face à la candidate du FN[3]. Il entre en fonction le et devient le plus jeune député masculin de la XIVe législature[1], Marion Maréchal-Le Pen étant la benjamine.

Durant l'été 2016, il propose la mise en place d'un grand emprunt national pour soutenir les filières agricoles frappées par des baisses historiques en matière de rendement au cours de la saison de moisson[4].

Le , il est réélu député dans la 2e circonscription de l'Aisne avec 64,97 % des voix, face à la candidate du FN[5]. Membre de la commission des Affaires économiques, il y exerce la fonction de « whip » du groupe Les Républicains[réf. nécessaire].

En raison de la loi sur le cumul des mandats, il cède son siège de maire d'Itancourt à son premier adjoint, Régis Nollet, le [6]. Il conserve néanmoins une place de choix au sein de la municipalité en tant que conseiller municipal délégué aux compétences de l’État[7].

Depuis le , il est président de la mission parlementaire sur le suivi de la stratégie de sortie du glyphosate[8].

Détail des mandats et fonctionsModifier

À l’Assemblée nationaleModifier

Au niveau localModifier

Au sein de partisModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier