Liste des ducs de Longueville

page de liste de Wikipédia
(Redirigé depuis Duc de Longueville)

Le comté puis duché de Longueville tient son nom de la ville de Longueville-sur-Scie, actuellement dans le département de Seine-Maritime[1]. Il fut donné à Jean bâtard d'Orléans comte de Dunois et vicomte de Châteaudun, fondateur de la Maison d'Orléans-Longueville, mari de Marie d'Harcourt (héritière des vicomté de Melun, comté de Tancarville, seigneurie de Varenguebec, charges de chambellan et connétable de Normandie, seigneurie de Montreuil-Bellay, seigneurie de Gournay, comté de Montgomery (St-Germain, Sainte-Foy), vicomté d'Abbeville, baronnie de Parthenay, principauté de Châtelaillon...). Dunois « bâtard d'Orléans » et Marie d'Harcourt sont les parents du comte François Ier, époux d'Agnès de Savoie, père de François II le premier duc et Louis Ier le deuxième duc, qui suivent. Le titre de comte de Dunois est attaché au duché jusqu'à Charles-Paris ci-dessous.

Le duché non successible en ligne féminime s'éteint en 1694

Liste des ducsModifier


Marie de Nemours (1649 - ), demi-sœur des précédents (fille du duc Henri II et de Louise de Bourbon-Soissons ci-dessus), leur succéda aux comté de Saint-Pol, comté de Dunois, comté de Tancarville, duché d'Estouteville, comté souverain-principauté de Neuchâtel et Valangin jusqu'à sa mort sans héritier direct en 1707, mais pas au duché de Longueville, non successible en ligne féminine, et qui s'éteignit donc en 1694. La succession des autres fiefs, sauf St-Pol vendu en 1705 aux Melun d'Epinoy (d'où les Rohan-Soubise), se partagea entre les Bourbons-Soissons-Noyers (issus de Françoise, la sœur du duc Léonor, citée plus haut ; d'où les d'Albert de Luynes comtes de Dunois et de Noyers, seigneurs de Coulommiers et barons de Bonnétable) et la descendance des deux filles du duc Léonor, aussi évoquées plus haut (les Goyon-Matignon puis Grimaldi de Monaco, seigneurs du duché d'Estouteville et sires de Gacé ; et les Colbert de Seignelay comtes de Tancarville et sires de Gournay, d'où les Montmorency-Piney-Luxembourg). Neuchâtel et Valangin, dont la succession fut une affaire internationale, passèrent aux rois de Prusse, même si les d'Albert de Luynes-comtes de Dunois se décorent du titre de prince de Neuchâtel et Valangin.

Notes et référencesModifier

  1. Jean-Luc Gazan, Historique des paroisses du canton de Longueville-sur-Scie, 1998

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier