Ouvrir le menu principal

Henri II de Savoie-Nemours

prélat catholique

Henri II de Savoie
Image illustrative de l’article Henri II de Savoie-Nemours
Portrait de Henri II de Savoie-Nemours par Robert Nanteuil, 1652, au château de Nemours[1], Nemours, n° inv. 2017.0.68[2].
Biographie
Naissance
Paris
Décès (à 33 ans)
Paris
Évêque de l’Église catholique
Archevêque émérite de Reims
Archevêque-duc de Reims
et pair de France
Primat de la Gaule belgique

Orn ext primat duc et pair.svg
Armoiries Savoie-Nemours.svg
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Henri II de Savoie-Nemours, né à Paris le , mort à Paris le , fut d'abord un homme d'Église français du XVIIe siècle avant de renoncer à la pourpre pour hériter des titres et possessions de sa famille dont il était le dernier représentant. Il est archevêque de Reims de 1651 à 1657. Il hérite à la mort de son frère Charles-Amédée en 1652 des titres de duc de Genève, de Nemours et d'Aumale.

BiographieModifier

Fils cadet d'Henri Ier de Savoie, duc de Genève et de Nemours, et d'Anne de Lorraine, duchesse d'Aumale, Henri II, naquit à Paris en 1625.

D'abord voué à l’état ecclésiastique, il fit ses études avec beaucoup de succès et fut nommé, en 1651, archevêque de Reims. Il dut renoncer à sa carrière religieuse, étant devenu le dernier des Savoie-Nemours par la mort de Charles-Amédée, son frère, tué en duel par le duc de Beaufort. Il quittait alors « un état qu’il aurait honoré par ses vertus[3] ».

Il épouse le Marie Anne d'Orléans, dite Mademoiselle de Longueville, (1625 † 1707), fille d'Henri II d'Orléans, duc de Longueville, et de Louise de Soissons. Ils n'eurent pas d'enfants.

Ce mariage étonna beaucoup[3] ; on ne comprenait pas que la plus riche héritière de France voulût épouser un cadet, dont l’esprit était assez scolastique, la personne défigurée par une fâcheuse maladie à laquelle il était sujet, sans biens, sans établissement et sans considération[4]. Il paraît que mademoiselle de Longueville se repentit d’avoir donné son consentement à cette union ; mais il était trop tard. Le duc de Nemours fut saisi par la fièvre en sortant de l’Église, et de ce moment il n’eut pas un seul instant de santé.

Il mourut le . Son cœur fut déposé dans l’église Saint-Louis des Jésuites, comme il l’avait demandé expressément, et son corps transporté dans le tombeau de sa famille, à Annecy. En lui finit la branche des princes de Savoie-Nemours, établie en France.

À sa mort, le duché de Nemours, qui était un fief concédé à son ancêtre Philippe de Savoie, retourne à la Couronne de France (Louis XIV puis son frère Philippe d'Orléans), tandis que les duchés de Genève et d'Aumale passèrent à sa nièce Marie-Jeanne-Baptiste de Savoie. Sa veuve devient, en 1694, princesse de Neuchâtel et des Dombes, ainsi que duchesse d'Estouteville.

AscendanceModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.