Ouvrir le menu principal

Dorothea Wierer
Image illustrative de l’article Dorothea Wierer
Contexte général
Sport Biathlon
Période active Depuis 2007
Biographie
Nationalité sportive Drapeau : Italie Italienne
Naissance (29 ans)
Lieu de naissance Brunico
Taille 1,60 m
Poids de forme 57 kg
Club Fiamme Gialle
G.S. Forestale
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques d'hiver 0 0 2
Championnats du monde 1 2 3
Coupe du monde (globes) 3 3 2
Coupe du monde (épreuves individuelles) 7 11 10

Dorothea Wierer, née le 3 avril 1990 à Brunico/Bruneck, est une biathlète italienne, première de son pays à s'adjuger le gros globe de cristal de la Coupe du monde lors de la saison 2018-2019. Elle a aussi gagné le petit globe de cristal de l'individuel en 2016 et celui de la poursuite en 2019. Elle totalise 46 podiums en coupe du monde, dont 7 victoires individuelles. Elle a remporté la mass-start des Championnats du monde 2019 à Östersund (première médaille d'or d'une biathlète italienne aux Mondiaux). A son actif également, deux médailles de bronze olympiques, ainsi que deux médailles d'argent et trois de bronze aux championnats du monde. Elle fait également partie des rares athlètes qui ont gagné au moins une course dans chaque spécialité du biathlon.

CarrièreModifier

Dorothea Wierer est entrée en équipe nationale de biathlon, au cours de l'année 2007[1] et a pris son premier départ en Coupe du monde à Oberhof en 2009. Wierer est apparue rapidement comme un nouvel espoir du biathlon italien avec ses cinq titres aux Championnat du monde juniors dont trois en 2011, devenant ainsi la première à réaliser le triplé dans cette compétition[2].

De 2012 à 2015 : médailles aux Mondiaux et aux Jeux olympiquesModifier

En 2013 à Nove Mesto, lors de la troisième édition des Championnats du monde auxquels elle participe, Dorothea Wierer obtient la médaille de bronze du relais féminin en compagnie de Michela Ponza, Karin Oberhofer et Nicole Gontier, en réalisant un sans-faute au tir. Elle réalise un nouveau sans-faute dans le relais mixte italien qui termine à la 4ème place.

Au cours de la saison, elle parvient à intégrer trois fois le top 20 en course individuelle de Coupe du monde dont elle finit à la 38ème place du classement général.

Lors des Jeux olympiques de Sotchi, Wierer décroche la médaille de bronze dans l'épreuve du relais mixte (2 × 6 + 2 × 7,5 km), en compagnie de Karin Oberhofer, Dominik Windisch et Lukas Hofer, derrière la Norvège et la République Tchèque. Elle s'était auparavant distingué lors de l'épreuve de sprint olympique, terminant à la 6ème place avec un sans-faute au tir où sa rapidité d'exécution fait sensation (42 secondes pour les deux séances, record de l'épreuve).

Quelques semaines plus tard, elle accède à son premier podium individuel en Coupe du monde en terminant troisième de la poursuite de Pokljuka, devançant Darya Domrachevagrâce à un sans-faute au dernier tir debout. Elle termine la saison à la 16ème place de la Coupe du monde.

Aux Championnats du monde 2015 à Kontiolahti, elle obtient une nouvelle médaille de bronze en relais féminin avec Lisa Vittozzi, Karin Oberhofer et Nicole Gontier, derrière l'Allemagne et la France, deux jours après avoir réalisé une belle performance sur l'épreuve de l'individuel : elle échoue en effet au pied du podium du 15 km, devancée de 4/10e de seconde par Kaisa Mäkäräinen pour la médaille de bronze et de 1,6 seconde par Gabriela Koukalová pour la médaille d'argent.

Au cours de la saison, elle monte à plusieurs reprises sur le podium : deux secondes places lors des sprints de Oberhof et de Pokljuka, ainsi qu'une troisième place lors de la poursuite à Östersund. Elle termine la Coupe du monde à la 7ème place.

De 2016 à 2018 : premières victoires et petit globe en Coupe du mondeModifier

En décembre 2015 à Östersund, elle remporte sa première victoire en Coupe du monde lors de l'individuel 15 km[3] grâce à un 20/20 au tir qui lui permet de devancer de 14 secondes Marie Dorin-Habert. Elle ajoute un autre succès dans la discipline à Ruhpolding avec un nouveau tir parfait et une large avance de 55 secondes sur Mäkärainen. Une 8ème place lors de l'individuel des Mondiaux d'Oslo lui permet de gagner le petit globe de cristal de la spécialité[4], avec seulement 2 points d'avance sur Dorin-Habert et 26 points sur Koukalova.

Elle remporte sa première mass start lors de l'étape de Canmore le [5] : au coude-à-coude avec Dorin-Habert et Koukalova avant le dernier tir debout, un sans-faute lui assure la victoire. Au cours de la saison, elle fait preuve de régularité avec 7 places sur le podium (3 secondes places et 4 troisièmes places). Elle termine la Coupe du monde à la 3ème place du classement général avec 944 points, derrière Gabriela Koukalová, 1074 points, et Marie Dorin-Habert, 1028 points.

Lors des Championnats du monde à Oslo, dans des conditions climatiques difficiles, elle s'adjuge la médaille d'argent en poursuite à 48 secondes derrière l'intouchable Laura Dahlmeier, auteure d'un sans-faute au tir.

Dorothea Wierer ne parvient pas à décrocher de nouveaux succès et elle doit se contenter d'une seconde place en poursuite à Nove Mesto, ainsi que de deux troisièmes places sur la mass start de Nove Mesto et a poursuite d'Östersund. La régularité de ses résultats lui permet cependant d'atteindre la 5ème place au classement final de la Coupe du monde. Les Championnats du monde 2017 à Hochfilzen se révèlent décevants pour elle, avec comme meilleure performance une 8ème place à la mass-start.

Dorothea Wierer renoue avec la victoire le 11 janvier 2018 en remportant l'Individuel 15 km de Ruhpolding avec un sans-faute au tir lui permettant de devancer de 12 secondes Mäkärainen. Elle signe également deux secondes places lors des poursuites d'Oberhof (remontant depuis la 16ème place au départ grâce à un sans-faute au tir) et d'Antholz (derrière Dahlmeier) devant son public. Elle termine également 3ème du sprint de Hochfilzen. Le 20 février, lors des Jeux de Pyeongchang 2018, elle s'adjuge avec Lukas Hofer, Dominik Windisch et Lisa Vittozzi une nouvelle médaille de bronze olympique en relais mixte, épreuve remportée par la France devant la Norvège. Elle n'obtient en revanche pas de médaille individuelle, une faute lors du dernier tir debout de la mass-start (qu'elle termine à la sixième place) la prive notamment de podium.

Elle maintient son rang en Coupe du monde avec une nouvelle 5ème place au classement général final, et remporte avec l'équipe italienne le petit globe de relais mixte (devançant la Norvège après une victoire lors de l'ultime course à Kontiolahti).

Saison 2018-2019 : titre mondial, gros globe et petit globeModifier

Début de saison très brillantModifier

A l'approche de la nouvelle saison, Dorothea Wierer évoque son objectif de finir dans le Top 5 en Coupe du monde et aussi d'échapper aux soucis de santé récurrents des années précédentes qu'elle attribue à sa mauvaise gestion du stress [6]. Le départ inattendu des entraîneurs Patrick Oberegger et Patrick Favre oblige à une importante restructuration du staff italien [7].

Portée par une forme étincelante, Wierer remporte sa première victoire en sprint à Hochfilzen le 13 décembre 2018 (première italienne à signer une victoire dans cette discipline depuis Nathalie Santer en 2000[8]) en battant Kaisa Mäkäräinen de 6/10e de seconde à l'arrivée, après avoir terminé deux fois derrière elle en sprint et en poursuite à Pokljuka. Elle porte dès le début de la saison le maillot jaune de leader de la Coupe du monde[9]. Son aisance derrière la carabine (rapidité et précision) lui permet presque systématiquement de gagner du temps sur toutes ses rivales en sortant du pas de tir[10]. Elle est ensuite sur la troisième marche du podium de la poursuite d'Hochfilzen malgré quatre erreurs au tir[11], ce qui montre ses progrès sur les skis par rapport aux saisons précédentes, et, le lendemain en remontant de la 11ème à la 1ère place, elle est le maillon fort du relais féminin italien qui s'impose devant la Suède et la France[12].

La troisième étape à Nove Mesto confirme les bonnes dispositions de l'italienne. Ses deux erreurs au tir lors du sprint l'éloignent du podium, mais elle décroche cependant une place dans le Top 10 qui lui permet de garder toutes ses chances pour la poursuite du lendemain. Un 19/20 et une bonne glisse lui permettent de lutter jusqu'au bout pour la victoire en poursuite : en tête avant le dernier tir debout, elle doit patienter 30 secondes à cause d'une rafale de vent et elle est finalement battue au sprint par la norvégienne Marte Olsbu Roeiseland qui gagne sa deuxième course en deux jours. La mass start voit le retour en forme d'Anastasia Kuzmina qui remporte sa première course de la saison. Dorothea Wierer reste dans son sillage après le dernier tir debout, mais elle fléchit dans les deux derniers kilomètres et se laisse déborder par Paulina Fialkova et Anaïs Chevalier.

Avant la trêve des fêtes de fin d'année, Dorothea Wierer occupe la première place du classement avec 381 points, devant les surprenantes Paula Fialkova, 345 points, et Lisa Vittozzi, 276 points. Sa réussite au tir culmine à 91,5 %, soit un niveau qu'elle n'avait jamais atteint auparavant[13]. Elle confie être désormais plus sereine sur le pas de tir, mais elle ne s'attend cependant pas à pouvoir garder son dossard jaune de leader tout au long de la saison[14].

Milieu de saison : exploit à AntholzModifier

Les deux étapes allemandes marquent un fléchissement dans les performances de Dorothea Wierer. Elle obtient deux Top 6 lors de la poursuite d'Oberhof (où elle est pénalisée par une chute[15]) et du sprint de Ruhpolding, mais subit deux contre-performances qui la freinent dans la course au grand Globe. Forte de ses deux premières victoires en Coupe du Monde, sa compatriote Lisa Vittozzi s'annonce comme sa principale rivale. Pour expliquer cette baisse de forme, Wierer évoque le dur travail foncier auquel elle a consenti durant le break de fin d'année en espérant que ce travail payera sur la durée[16].

La sixième étape de la Coupe du monde se déroule sur les terres italiennes d'Antholz. Une pression particulière est donc sur les épaules de la porteuse du dossard jaune dont les supporters italiens attendent un exploit[17]. Dorothea Wierer montre de bonnes dispositions lors du sprint et est en tête aux temps intermédiaires avant le tir debout. Mais, au cours de la séance, elle ne parvient pas à se relâcher complètement et commet une erreur sans parvenir à tirer à sa cadence habituelle. En terminant 8ème à seulement 15 secondes de la biathlète victorieuse Markéta Davidová, elle garde toutes ses chances sur la poursuite. Samedi 26 janvier, Dorothea Wierer montre dès le départ de très belles dispositions sur les skis et, malgré une faute sur le premier tir couché, elle reste au contact avec les meilleures. Le moment-clé de la course intervient lors du premier tir debout où elle se mesure à Laura Dahlmeier qui commet une erreur et laisse partir Wierer seule en tête avec Vittozzi. On croit alors à un doublé italien, mais dans le dernier kilomètre Dahlmeier vient s'intercaler. Wierer remporte à la fois sa deuxième victoire de l'hiver et la première victoire en poursuite de sa carrière. Elle devient la première biathlète italienne à vaincre à domicile, devant son public [18]. Après l'arrivée, au bord des larmes, elle considère qu'il s'agit de la plus belle victoire de toute sa carrière[19]. Le lendemain, sur la mass start, Wierer est encore au rendez-vous des meilleures jusqu'au dernier tir debout où elle concède une erreur qui la prive de podium. Elle termine cependant à une honorable 5ème place qui la conforte en tête de la Coupe du monde avec 34 points d'avance sur Lisa Vittozzi et 124 points sur Marte Olsbu Roeiseland.

Les épreuves organisées sur le territoire américain ne permettent pas à Wierer de conserver son dossard jaune. Tout d'abord, dans le froid glacial canadien, elle est en tête à mi-course de l'individuelle, mais sa carabine se bloque lors de la 3ème séance de tir et elle se désunit pour finir au-delà de la 20ème place. Puis, à Salt Lake City, après un sprint dans le Top 10, elle sombre au tir lors de la poursuite avec 8 erreurs au total. Elle se console le lendemain en remportant le relais mixte simple avec Lukas Hofer [20].

Championne du monde de la mass-start à ÖstersundModifier

Les débuts des Mondiaux semblent confirmer les difficultés passagères de Wierer au tir : elle commet 4 fautes lors du relais mixte, 2 au sprint et 8 à la poursuite. Les conditions climatiques changeantes d'Ostersund expliquent partiellement ces performances en retrait car son mode de tir très engagé ne tolère pas la moindre imprécision. Elle décroche cependant la médaille de bronze du relais mixte avec ses partenaires habituels [21].

La suite des épreuves s'avère beaucoup plus favorable pour elle : ses 90% de réussite en individuelle lui permettent d'atteindre la 8ème place, loin cependant de Vittozzi (médaille d'argent) qui prend une avance conséquente au classement général de la Coupe du monde. Avec 91 % de réussite dans le relais mixte simple, Wierer met dans les meilleures conditions Lukas Hofer pour aller décrocher la médaille d'argent derrière la Norvège [22]. Un coup de froid sur la digestion l'empêche de concourir dans le relais italien, ce qui lui permet d'avoir un jour de repos supplémentaire avant la dernière épreuve des Mondiaux.

Le dimanche 17 mars, Wierer s'aligne à la mass start sans grande certitude, dans des conditions climatiques hostiles. Sa cadence à ski semble moins performante que lors des épreuves précédentes, mais un double sans faute aux tirs couchés lui permet de figurer dans le peloton de tête. Huit biathlètes se présentent dans cet ordre sur le pas de tir du premier tir debout qui s'annonce périlleux avec un vent très capricieux : Wierer, Yurlova, Tandrevold, Preuss, Egan, Kryuko, Herrmann et Aymonier. En 22 secondes, Wierer abat toutes les cibles avec beaucoup d'aisance alors que ses adversaires commettent entre 1 et 5 erreurs. Elle se retrouve ainsi seule en tête avec une marge de 30 secondes sur sa première poursuivante, Yurlova. Au dernier tir, Wierer n'échappe pas à la nervosité qui accompagne généralement les séances décisives. La deuxième balle est à 1,5 cm à gauche de la cible et la dernière est 2 cm en bas à droite. Pendant que Wierer accomplit ses deux tours de pénalité, Yurlova se concentre au pas de tir : si elle parvient au sans-faute, elle devient championne du monde. Elle commet finalement une erreur sur la 4ème balle juste en dessous de la cible, ce qui propulse Wierer seule en tête dans le dernier tour avec 10 secondes d'avance. Malgré la fatigue et les douleurs musculaires, Dorothea Wierer se bat sur ses skis jusqu'au bout pour décrocher, de haute lutte, son premier titre mondial [23],[24].

Le bilan des Mondiaux s'avère très flatteur pour l'Italie avec deux titres (mass-start pour Windisch chez les hommes) et notamment une médaille en chaque métal pour Wierer. Au classement de la Coupe du monde, Vittozzi et Wierer ont désormais le même nombre de points (852, mais Wierer porte le maillot jaune compte tenu d'un plus grand nombre de victoires que sa coéquipière), ce qui apporte un piment particulier aux dernières épreuves de la saison, d'autant plus que l'attribution des petits globes de spécialité s'avère très indécise.

Premier gros globe de cristal pour l'Italie, ainsi qu'un petit globeModifier

Le stade d'Holmenkollen accueille la dernière étape de la Coupe du monde. Lors du sprint, un coup de théâtre se produit : alors que Wierer assure la 11e place, Vittozzi ne parvient pas à gérer le stress de l'événement en commettant 5 erreurs au tir, ce qui la repousse au-delà de la limite de qualification pour la poursuite. En conséquence, Dorothea Wierer fait un pas important vers l'obtention du gros globe de cristal [25]. Lors de la poursuite, malgré un tir moyen pour elle, elle obtient assez de points pour s'adjuger le petit globe de la spécialité devant Roeiseland et Kuzmina.

Au départ de la mass-start, dernière course de la saison, trois biathlètes peuvent encore prétendre au titre suprême : Wierer, Vittozzi et Kuzmina qui vient de remporter haut la main les deux courses précédentes. Tout se joue lors du premier tir couché : Wierer fait le sans-faute alors que Kuzmina et Vittozzi commettent respectivement 2 et 3 fautes qui les éloignent définitivement de la tête de course. Malgré 3 erreurs au second tir couché, Wierer parvient à gérer sa course sans paniquer et devance au classement général Lisa Vittozzi de 22 points et Anastasia Kuzmina de 34 points. A presque 29 ans, Dorothea Wierer signe la plus belle saison de sa carrière grâce à sa constance (au moins 17 points obtenus dans toutes les courses), sa régularité (7 podiums et 21 fois dans le Top 12) et sa combativité, parvenant à contenir la pression du dossard jaune en étant à l'attaque sur le tir et sur les skis.

Dorothea Wierer marque durablement l'histoire du biathlon italien et tous les superlatifs accompagnent son triomphe [26]. La presse italienne signale qu'au-delà du biathlon seuls deux autres sportifs hivernaux du pays ont réussi à gagner la même année un titre mondial et la Coupe du monde : le lugeur Armin Zöggeler et le skieur alpin Gustav Thöni[27].

PalmarèsModifier

Jeux olympiquesModifier

Palmarès aux Jeux olympiques d'hiver
Épreuve / Édition Individuel Sprint Poursuite Départ en masse Relais Relais mixte
Jeux olympiques 2014
  Sotchi
6e 17e 26e 6e  
Jeux olympiques 2018
  Pyeongchang
7e 18e 15e 6e 9e  

Légende :

  •   : première place, médaille d'or
  •   : deuxième place, médaille d'argent
  •   : troisième place, médaille de bronze
  • — : Non disputée par Wierer

Championnats du mondeModifier

Palmarès aux Championnats du monde
Épreuve / Édition Individuel Sprint Poursuite Mass start Relais Relais mixte Relais mixte simple
Mondiaux 2011
  Khanty-Mansiysk
- 28e 9e 21e 4e  
Mondiaux 2012
  Ruhpolding
41e 61e 12e  
Mondiaux 2013
  Nove Mesto
58e 21e 30e   4e  
Mondiaux 2015
  Kontiolahti
4e 20e 9e 27e   7e  
Mondiaux 2016
  Holmenkollen
8e 5e   20e 7e 8e  
Mondiaux 2017
  Hochfilzen
16e 21e 10e 8e 5e 4e  
Mondiaux 2019
  Östersund
8e 10e 20e      

Légende :

  •   : première place, médaille d'or
  •   : deuxième place, médaille d'argent
  •   : troisième place, médaille de bronze
  •   : épreuve inexistante à cette date
  • DNF : n'a pas terminé l'épreuve
  • — : épreuve pas disputée par la biathlète

Coupe du mondeModifier

  • 1 gros globe de cristal en 2019.
  • 2 petits globe de cristal :
    • Vainqueure du classement de l'individuelle en 2016.
    • Vainqueure du classement de la poursuite en 2019.
  • 46 podiums :
    • 28 podiums individuels : 7 victoires (dont un titre aux championnats du monde), 11 deuxièmes places (dont une médaille d'argent aux championnats du monde) et 10 troisièmes places.
    • 18 podiums en relais : 4 victoires, 5 deuxièmes places et 10 troisièmes places (dont deux médailles de bronze olympique en mixte et trois médailles de bronze aux mondiaux en féminin).

Dernière mise à jour le 17 mars 2019

Classements en Coupe du monde par saisonModifier

Saison Classement général final Sprint Poursuite Individuel Mass Start
2010-2011 54e 58e 46e - 20e
2011-2012 91e 77e - - -
2012-2013 38e 40e 29e 39e -
2013-2014 16e 18e 15e 7e 21e
2014-2015 7e 4e 5e 14e 13e
2015-2016 3e 3e 2e 1re 8e
2016-2017 5e 8e 5e 23e 5e
2017-2018 5e 8e 4e 6e 11e
2018-2019 1re 2e 1re 7e 2e

VictoiresModifier

Édition / Épreuve Sprint Poursuite Individuel Mass start Total
2015-2016   Östersund
  Ruhpolding
  Canmore 3
2017-2018   Ruhpolding 1
2018-2019   Hochfilzen   Antholz-Anterselva   Östersund (Ch. du monde) 3
Total 1 1 3 2 7

Dernière mise à jour le 17 mars 2019

Championnats du monde juniorsModifier

Épreuve / Édition   Martell 2007   Ruhpolding 2008   Canmore 2009   Torsby 2010   Nove Mesto 2011
Sprint 16e 8e 4e 13e   Or
Poursuite 14e 21e   Or 11e   Or
Individuel 10e   Or 7e 6e   Or
Relais 12e   Bronze   Bronze -   Argent

Jeux mondiaux militaires d'hiverModifier

Épreuve / Édition   Annecy 2013
Sprint par équipes   Or
Patrouille féminine   Argent

RéférencesModifier

  1. Fiche FISI de Dorothea Wierer
  2. (it) Francesco Paone, Storica Dorothea Wierer: è medaglia d'oro anche nell'individuale, sur wintersport-news.it, le 2 février 2011
  3. Première victoire pour Dorothea Wierer à Ostersund, Marie Dorin-Habert 2e, lequipe.fr, 3 décembre 2015
  4. Biathlon expertise, « novembre 2017 », sur expertisebiathlon.com (consulté le 13 décembre 2018)
  5. (it) « Biathlon-primo-urlo-dominik-windisch », sur Gazzetta.it
  6. « Biathlon - Wierer malade à cause du stress (ski-nordique.net) », sur www.ski-nordique.net (consulté le 7 janvier 2019)
  7. « Biathlon : La Norvège embauche Oberegger (ski-nordique.net) », sur www.ski-nordique.net (consulté le 18 mars 2019)
  8. « Biathlon: Wierer da urlo, si prende la sprint di Hochfilzen », sur Gazzetta.it, (consulté le 13 décembre 2018)
  9. Mirko Hominal, « Quel match ! », sur ski-nordique.net, (consulté le 13 décembre 2018)
  10. Mirko Hominal, « Biathlon - Wierer pour conserver le jaune (ski-nordique.net) », sur ski-nordique.net, (consulté le 13 décembre 2018)
  11. Simon Farvacque, « Kaisa Makarainen remporte la poursuite de Hochfilzen, devant Paulina Fialkova et Dorothea Wierer », sur Eurosport, (consulté le 17 décembre 2018)
  12. Mirko Hominal, « Italie, Suède, France », sur ski-nordique.net, (consulté le 17 décembre 2018)
  13. (it) « Biathlon, le percentuali al poligono di Dorothea Wierer: il confronto con le stagioni precedenti. Serve questa costanza per la Coppa del Mondo », sur OA Sport (consulté le 7 janvier 2019)
  14. (it) Gaia Piccardi, « Biathlon, Dorothea Wierer non sbaglia più: «Ho stupito anche me stessa» », sur Corriere della Sera, (consulté le 7 janvier 2019)
  15. Eurosport, « Dans le coup pour la gagne, Wierer et Bescond ont chuté », sur Video Eurosport, (consulté le 31 janvier 2019)
  16. (it) « Biathlon - Dorothea Wierer: "Ho lavorato tanto durante la pausa e sono convinta che pagherà" », sur Fondo Italia, (consulté le 22 janvier 2019)
  17. « Biathlon - Antholz - Pression sur les Italiennes (ski-nordique.net) », sur www.ski-nordique.net (consulté le 29 janvier 2019)
  18. (en) IBU, «  Home Stadium Pursuit Victory for Dorothea Wierer - International Biathlon Union - IBU », sur International Biathlon Union - biathlonworld.com, (consulté le 26 janvier 2019)
  19. (it) « BIATHLON: FIOCCHI MUNIZIONI AL TOP CON DOROTHEA WIERER E LA NAZIONALE ITALIANA | La Dea della caccia » (consulté le 29 janvier 2019)
  20. « Salt Lake | relais mixte simple : l’Italie en or, la France en bronze | Nordic Mag | N°1 du Ski Nordique », sur Nordic Mag | N°1 du Ski Nordique, (consulté le 18 mars 2019)
  21. (it) « Biathlon - Dorothea Wierer: "Sono felice perché ci siamo confermati anche ai Mondiali" », sur Fondo Italia, (consulté le 18 mars 2019)
  22. (it) « L’Italia è d’argento in staffetta con Wierer e Hofer », sur La Gazzetta dello Sport - Tutto il rosa della vita (consulté le 18 mars 2019)
  23. « Championnats du monde : Dorothea Wierer remporte la mass start », sur L'ÉQUIPE (consulté le 18 mars 2019)
  24. (it) « Mondiali, Mass Start donne: Wierer, storico oro! “E dire che stavo male” », sur La Gazzetta dello Sport - Tutto il rosa della vita (consulté le 18 mars 2019)
  25. Mirko Hominal, « Kuzmina, Wierer et Aymonier peuvent sourire », sur ski-nordique.net, (consulté le 22 mars 2019)
  26. (it) « Dorothea Wierer: tra record e prime volte, nell'olimpo del biathlon italiano », sur Fondo Italia, (consulté le 25 mars 2019)
  27. La gazzetta dello Sport, « Biathlon, fantastica Wierer fa la storia! È sua la Coppa del Mondo generale », sur La Gazzetta dello Sport - Tutto il rosa della vita, (consulté le 25 mars 2019)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :