Ouvrir le menu principal

Cublac

commune française du département de la Corrèze

Cublac
Cublac
Le bourg de Cublac.
Blason de Cublac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Arrondissement Brive-la-Gaillarde
Canton Saint-Pantaléon-de-Larche
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bassin de Brive
Maire
Mandat
Jean-Marc Brut
2014-2020
Code postal 19520
Code commune 19066
Démographie
Gentilé Cublacois
Population
municipale
1 674 hab. (2016 en diminution de 4,23 % par rapport à 2011)
Densité 83 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 08′ 38″ nord, 1° 18′ 21″ est
Altitude 300 m
Min. 88 m
Max. 326 m
Superficie 20,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte administrative de la Corrèze
City locator 14.svg
Cublac

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

Voir sur la carte topographique de la Corrèze
City locator 14.svg
Cublac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cublac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cublac
Liens
Site web cublac.correze.net

Cublac est une commune française située dans le département de la Corrèze, en région Nouvelle-Aquitaine.

La commune est connue pour son ancienne exploitation de charbon qui a laissé plusieurs vestiges.

Ses habitants sont appelés les Cublacois.

GéographieModifier

 
La Logne en limites de Mansac et Cublac.

Dans la partie sud-ouest du département de la Corrèze, dans le bassin de Brive et comprise dans l'unité urbaine de Terrasson-Lavilledieu[1], la commune de Cublac est bordée au sud sur plus de quatre kilomètres par la Vézère, et à l'est sur plus de trois kilomètres par les méandres de son affluent, la Logne, ainsi qu'à l'ouest par le Ribeyrol, affluent de l'Elle.

L'altitude minimale, 82 mètres, se trouve au sud, là où la Vézère quitte la commune et entre sur celle de Terrasson-Lavilledieu. L'altitude maximale avec 326 mètres est localisée au nord-ouest, près du lieu-dit la Valette-Basse, en limite de la commune de Brignac-la-Plaine.

À l'intersection des routes départementales (RD) 2 et 3, le bourg de Cublac se situe, en distances orthodromiques, à moins de deux kilomètres au nord-nord-est du centre-ville de Terrasson et dix-huit kilomètres à l'ouest de Brive-la-Gaillarde.

Le territoire communal est également desservi par les RD 39 et 147. L'autoroute A89 traverse la partie nord de la commune mais l'échangeur le plus proche (no 18, celui de Terrasson), se trouve sur la commune voisine de Mansac, à sept kilomètres du bourg de Cublac par la route.

Communes limitrophesModifier

Cublac est limitrophe de cinq autres communes, dont trois dans le département de la Dordogne. À l'ouest, Beauregard-de-Terrasson n'est limitrophe que par un simple quadripoint.

HistoireModifier

En 935, une chapelle annexe de la paroisse de Brignac est édifiée à Cublac[2]. Cublac devient à son tour une paroisse en 1107 et l'église qui y est construite est consacrée en 1131 par l'évêque de Limoges[2]. Détruite lors des guerres de religion, l'église actuelle, dédiée à saint Barthélemy, est reconstruite en 1490, puis modifiée au XIXe siècle par l'ajout du portail et du porche actuels[2].

MinesModifier

Du charbon est découvert le grâce à l'initiative de l'intendant de la généralité de Limoges, Anne Robert Jacques Turgot. La houille est exploitée sur le territoire de Cublac entre 1781 et 1914 par plusieurs compagnies. La production est faible, généralement comprise entre 1 000 et 3 500 tonnes par an[3],[4].

École BossuetModifier

À la suite de la loi de séparation des Églises et de l'État de 1905, le petit séminaire de Brive-la-Gaillarde est transféré en 1907 à l'école Bossuet de Cublac sur le site de Notre-Dame-de-la-Cabane[5]. Il compte alors parmi ses professeurs les préhistoriens Jean Bouyssonie et son frère Amédée qui en est directeur[6]. C'est un établissement d’enseignement secondaire ecclésiastique où les élèves, tous internes, rentrent très rarement chez eux. Son isolement et son éloignement de Brive entraînent une baisse des effectifs sous un niveau critique en 1932, ce qui motive son déménagement à Brive dans un nouvel établissement inauguré le [7].

Les bâtiments abandonnés tombent en ruine. En 2017, un projet de transformation du site en hôtel de luxe est présenté[8].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

 
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001 (réélu en mars 2014) En cours Jean-Marc Brut UMP-LR Agriculteur

Politique de développement durableModifier

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2009[9].

Politique environnementaleModifier

Dans son palmarès 2017, le Conseil national des villes et villages fleuris de France a attribué deux fleurs à la commune au Concours des villes et villages fleuris[10].

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2016, la commune comptait 1 674 habitants[Note 1], en diminution de 4,23 % par rapport à 2011 (Corrèze : -0,38 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9761 0679901 0761 0841 0861 1181 1561 188
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1781 2411 2141 1951 1901 1781 2131 3031 278
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2151 0911 1301 0871 1341 0351 1041 0311 026
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 0211 0621 1321 3771 5601 5151 5341 7181 670
2016 - - - - - - - -
1 674--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

L'église Saint-Barthélémy date des XVe et XIXe siècles[2].

  • Notre-Dame de la Cabane.

Le lieu-dit la Rochette a des demeures typiques constituées de pierres rouges.

Les vestiges miniers de l'exploitation du charbon (emplacements de puits, ruines, outils et corons) sont mis en valeur le long de sentiers de découvertes agrémentés de panneaux explicatifs. Cinq grands panneaux consacrés à l'histoire du village et des mines sont installés sous la halle publique[4].

Personnalités liées à la communeModifier

  • Jean Bouyssonie (1877-1965) et son frère Amédée, professeurs à l'école Bossuet de Cublac[6].

CinémaModifier

Plusieurs films et séries ont été tournés dans la commune en particulier, en 1990 : Les enfants de Lascaux de Maurice Bunio.

HéraldiqueModifier

  Blason Coupé, au 1er d'azur à une épée haute d'argent posée en pal, accompagnée de deux croissants aussi d'argent, au 2d d'or à l'arbre arraché de sinople.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Insee, unité urbaine 2010 de Terrasson-Lavilledieu, consulté le 23 août 2016.
  2. a b c et d Notes diverses de la « Société d'Art et d'Histoire de Sarlat et du Périgord Noir », à l'intérieur de l'église, vues le 1er août 2015.
  3. Auteur inconnu, Le patrimoine de notre village : Petra et Ignis : la pierre et le feu, la pierre qui brûle : le charbon, Commune de Cublac (lire en ligne [PDF]).
  4. a et b « Les mines de charbon corréziennes ... un patrimoine méconnu » [vidéo], sur France 3 Limousin.
  5. www.artefact.fr, « Histoire et Patrimoine - Ville de Cublac », sur www.cublac.correze.net (consulté le 10 février 2018)
  6. a et b Fanny Defrance-Jublot, « Quand des abbés lèvent le doute sur les néandertaliens », sur Pour la Science, (consulté le 7 février 2015)
  7. Aurélie Verlhac, « Du petit séminaire à l'école Bossuet : Petit historique d’une institution », sur http://www.anciensedmichelet.net, (consulté le 8 février 2015)
  8. « Hôtellerie - Les premières images du futur hôtel "cinq étoiles" de Cublac en Corrèze », www.lamontagne.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 10 février 2018)
  9. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Cublac, consultée le 26 octobre 2017
  10. Site des villes et villages fleuris, consulté le 15 janvier 2018.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :