Ouvrir le menu principal

Liste des évêques de Limoges

page de liste de Wikipédia

Sommaire

Évêques antérieurs à l'an MilModifier

La plus ancienne liste d'évêques de Limoges est due à Adémar de Chabannes, moine de l'abbaye Saint-Martial. Rédigée entre 1021 et 1034, elle situe l'arrivée de Martial au Ier siècle ; il aurait été à la tête du diocèse durant 28 ans (« Primus episcopus Lemovicensis est beatus Marcialis apostolus : sedit annis XXVIII »).

Selon Adémar, les premiers successeurs de Martial seraient Alpiniacus, Anteliniacus, Ebulius, Atticus, etc[note 1]. Les affirmations, ou plutôt les affabulations d'Adémar de Chabannes (dont le manuscrit original est conservé dans la bibliothèque de Leyde, aux Pays-Bas) ont été reprises au XVIIe siècle par Bonaventure de Saint-Amable [1], puis dans Gallia Christiana nuova[note 2].

Comme l'ont montré divers érudits au XIXe siècle, notamment H. de Lasteyrie, les dates mentionnées par Adémar et Bonaventure à propos de saint Martial et des premiers évêques de Limoges ne résistent pas à une élémentaire critique. Il est d'ailleurs établi qu'Adémar, moine de l'abbaye Saint-Martial de Limoges, dans le souci de magnifier l'évangélisateur du Limousin, n'avait pas craint de produire un faux à l'appui de ses affirmations[2].

Beaucoup plus fiable paraît la liste d'évêques établie en 1910 par Mgr Duchesne (voir bibliographie), que nous reproduisons ci-dessous. Elle n'est sans doute pas exempte d'omissions, ou d'erreurs, faute de sources fiables, en particulier entre le milieu du IIIe siècle, période présumée du prêche de saint Martial dans le Limousin, et l'épiscopat de Ruricius II.

  • Saint Martial, apôtre d'Aquitaine et premier évêque de Limoges
  • Aurélien de Limoges, second évêque
  • 485–507 : Rurice de Limoges ou Ruricius ou Rorice[note 3]
  • attesté en 535, 541, 549 : Ruricius II[note 4]
  • Exocius, siégea 5 ans, son épitaphe est connue
  • mentionné en 579 et 591 : Ferréol de Limoges ou Ferreolus[note 5]
  • attesté en 632 : Saint Loup[note 6]
  • Simplicius
  • attesté en 650 : Felix, se fait représenter en 650 au concile de Chalon
  • Rusticus
  • attesté en 683 : Autsindus (Antsinus ou Antsmus)
  • attesté en 696, 697, 700 : Emenus
  • Agericus
  • Sacerdos
  • Reginpertus, il est cité comme chapelain du palais du roi d'Aquitaine dans un diplôme que Louis le Pieux émet en 794 dans son palais de Jocondiacum (aujourd'hui Le Palais-sur-Vienne)[3]. Il est encore évêque en 817.
  • attesté en 832 et 843 : Odacear
  • attesté en 846, 849, 855, 860 : Stodilus
  • attesté en 860 : Aldo
  • Geito
  • attesté en 870, 897, 898 : Anselmus
  • 898–944 : Turpio (Turpion d'Aubusson)
  • 958–963 : Ebulus II
  • 969989 : Hildegaire

On note par ailleurs dans certaines hagiographies :

Évêques de l'an Mil à la Révolution françaiseModifier

Cette liste diffère assez peu de celle donnée par la Gallia Christiana nuova. Nous la maintenons en indiquant entre crochets les différences les plus notables, et en ajoutant le cas échéant quelques précisions.

XIe siècleModifier

  • 9901012 : Alduin, frère du précédent
  • 10121020 : Géraud, neveu des deux précédents, tous trois de la proche parentèle des vicomtes de Limoges
  • 10291051 [1052] : Jourdain de Léron ou Laron
  • 10521073 : Itier Chabot
  • 10761086 [1080] : Guy de Léron ou Laron
  • 10871095 [1096] : Humbauld de Saint-Sèvère
  • 10981100 : Guillaume d'Uriel [milieu 1097 ou 1098]

XIIe siècleModifier

XIIIe siècleModifier

XIVe siècleModifier

XVe siècleModifier

XVIe siècleModifier

XVIIe siècleModifier

XVIIIe siècleModifier

Évêques depuis 1802Modifier

XXe siècleModifier

XXIe siècleModifier

Notes et référencesModifier

Notes
  1. La liste d'Adémar « multiplie les noms d'évêques dans le dessein évident de combler la longue période qui s'étend du Ier siècle, date de la mort supposée de saint Martial d'après la légende » (R. Limouzin-Lamothe, Le Diocèse de Limoges des origines à la fin du Moyen Âge, Paris, Leroux, 1951)
  2. Saint Martial y est présenté comme le premier évêque de Limoges, sans qu'aucune date ne soit précisée. Le second évêque, en revanche, "S[anctus] Aurelianus", est cité à la date de 89. Si l'on en croit Grégoire de Tours, qui écrivait au VIe siècle, le pape Fabien, au milieu du IIIe siècle, aurait délégué six missionnaires, parmi lesquels Martial, afin d'évangéliser l'ensemble de la Gaule.
  3. La correspondance de Maurice de Limoges est connue.
  4. Selon la tradition, Ruricius II serait le neveu de Rurice de Limoges le précédent évêque, et aurait présidé aux obsèques de saint Junien?
  5. Ferréol de Limoges est célébré à Nexon lors des ostensions septennales.
  6. Les reliques de saint Loup se trouvent à l'église Saint-Michel-des-Lions à Limoges. Nommé sous Clothaire II, signa la charte de l'abbaye de Solignac en 632.
  7. a et b Les historiens et généalogistes ont de fortes raisons de croire qu'Eustorge et son neveu Gérald du Char appartiennent à la maison de la Roche-Aymon.
  8. C'est sous l'impulsion de Sebrand Chabot que fut organisée une armée afin de combattre les Brabançons qui ravageaient la région ; ces pillards furent mis en déroute dans la région d'Ahun vers 1182 ou 1183, et poursuivis jusque dans la Combraille.
  9. Coadjuteur depuis 1615, Raymond de La Marthonie se signale en promulguant les nouveaux statuts de son diocèse (les « ordonnances synodales »), qui durcissent les règles de vie des curés et réforme certains anciens ordres religieux. Voir J. Aulagne, La réforme catholique du dix-septième siècle dans le diocèse de Limoges, Paris/Limoges, Champion/Ducourtieux, 1906.
Références
  1. Histoire de saint Martial, apôtre des Gaules (...), Clermont, Jacquart, 1671-1684, 3 vol.
  2. Voir notamment Alfred Leroux, La légende de saint Martial dans la littérature et l'art anciens, Ducourtieux et Gout, Limoges, 1911
  3. Jean-François Boyer, Limoges, ville ducale et royale dans l'Aquitaine du Haut Moyen Âge, dans Congrès archéologique de France, 172e session, Haute-Vienne romane et gothique. L'âge d'or de son architecture. 2014, Société française d'archéologie, p. 25, (ISBN 978-2-901837-61-9)
  4. Nominis : Saint Cessateur
  5. Forum orthodoxe.com : saints pour le 15 novembre du calendrier ecclésiastique
  6. M. de Saint-Allais (Nicolas Viton), Nobiliaire universel de France: ou Recueil général des ..., vol. 14, p. 187, note de bas de page.
  7. François de La Fayette évêque de Limoges sur Lemouzi

BibliographieModifier

  • Gallia Christiana Nuova, tome II ("Ecclesia Lemovicensis") et addenda du tome III.
  • A.D., Liste chronologique des évêques de Limoges, dans Le Chroniqueur du périgord et du Limousin, 1854, p. 42-45 (lire en ligne)
  • Mgr L. Duchesne, Fastes épiscopaux de l'ancienne Gaule, Paris, Fontemoing, 1910 (tome II : "L'Aquitaine et la Lyonnaise")
  • R. Limouzin-Lamothe, Le diocèse de Limoges des origines à la fin du Moyan âge, Paris/Strasbourg, Leroux, 1951

Ouvrages cités par "Draconius" (à compléter) :

  • LGE, tome XXII, p. 260
  • ANNUAIRE HISTORIQUE 1846 (année 1847), p. 167-170
  • TRÉSOR DE CHRONOLOGIE=TC, p. 1434-1436
  • FRANCE ÉPISCOPAT, article en DHGE
  • L´épiscopat français de Clément VIII à Paul VI (1592-1973) - pages 157 à 543. Tous les évêques et archevêques de France en fonction entre le 30 janvier 1592 et 1973.