Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Rue de l'Université (Paris)

rue du 7ème arrondissement de Paris, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue de l’Université.
arrt
Rue de l’Université
Rue de l'Université au carrefour de l'avenue Rapp.
Rue de l'Université au carrefour de l'avenue Rapp.
Situation
Arrondissement 7e
Quartier Saint-Thomas-d'Aquin
Invalides
Gros-Caillou
Début Rue des Saints-Pères, n° 20
Fin Allée Paul-Deschanel, n° 11
Morphologie
Longueur 2 785 m
Largeur 10,50 à 15 m
Géocodification
Ville de Paris 9557
DGI 9527

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de l’Université
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de l’Université est située à Paris dans le 7e arrondissement.

Sommaire

Situation et accèsModifier

La rue longue de 2 785 m et de largeur variable, entre 10,50 mètres et 15 mètres, est plane et parallèle à la Seine dont elle n'est distante que de quelques centaines de mètres.
Elle débute, à l'est, à hauteur du carrefour avec la rue des Saints-Pères et prend une direction ouest-nord-ouest, croise le boulevard Saint-Germain puis reprend plein ouest à hauteur du Palais Bourbon, franchit l'esplanade des Invalides, croise le boulevard de la Tour-Maubourg puis l’avenue Bosquet et l’avenue Rapp, elle oblique alors un peu vers le sud, croise l’avenue de la Bourdonnais avant de finir en impasse sur l’allée Paul-Deschanel sur le square nord-est de la tour Eiffel.

Origine du nomModifier

 
La rue de l’Université lors des inondations de janvier 1910.

Au XIIe siècle, l'Université de Paris fit l'acquisition d'un territoire situé le long de la Seine, à l'ouest de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés à qui il appartenait auparavant. Ce territoire fut dénommé Pré-aux-Clercs (première mention en 960) : soit parce que les étudiants (appelés autrefois « clercs ») venaient s'y détendre pendant leurs périodes de repos, soit parce que la montre ou revue des sujets du roi de la Basoche s'y déroulait chaque année (cette association ne fut reconnue qu'en 1303).
Le Pré-aux-Clercs était également le théâtre de nombreux duels.

En 1639, l'Université revendit le Pré-aux-Clercs et celui-ci fut loti pour devenir un nouveau quartier de Paris dont la rue principale prit le nom de rue de l'Université. Par la suite, avec les extensions successives de la ville, cette rue fut prolongée jusqu'au Champ de Mars, traversant au passage l'esplanade des Invalides. La rue longeait un bras de la Seine jusqu'au rattachement de l'île des Cygnes à la fin du XVIIIe siècle.

HistoriqueModifier

Jusqu'en 1838, la rue de l'Université était composée de deux parties distinctes[1] :

Un arrêté préfectoral du 31 août 1838 prescrit la réunion de ces deux parties sous la seule et même dénomination de rue de l'Université.

Première partie, comprise entre les rues des Saints-Pères et d'IénaModifier

Plusieurs plans lui donnent indifféremment les noms de rue de l'Université et rue de la Sorbonne. Jaillot pense que cette double dénomination lui avait été assignée par le peuple, qui confondait assez ordinairement la Sorbonne avec l'Université.
En 1529, ce n'était encore qu'un chemin nommé le chemin des Treilles, parce qu'il conduisait à l'île des Treilles, dite depuis île Maquerelle ou île des Cygnes.
L'Université ayant aliéné le Pré-aux-Clercs en 1639, on commença des constructions sur ce chemin, qui prit alors le nom de rue de l'Université.
En 1650, la moitié seulement était bâtie.
Une décision ministérielle du 15 floréal an V (4 mai 1797), signée Bénézech, et une ordonnance royale du 7 mars 1827, ont fixé la moindre largeur de cette partie de rue à 10,50 mètres[1].

Deuxième partie, comprise entre la rue d'Austerlitz et l'avenue de La BourdonnaisModifier

« Séance du 15 juillet 1793. — Sur le rapport des administrateurs du département des travaux publics, concernant l'alignement à donner nu prolongement de la rue de l'Université, depuis l'Esplanade des Invalides jusqu'au champ de la Fédération; le corps municipal après avoir vu le plan présenté par les dits administrateurs, et avoir entendu le procureur de la commune, arrête que le côté gauche de la rue de l'Université sera prolongé en ligne droite jusqu'à la distance de 179 toises 2 pieds de l'angle droit de la rue Saint-Jean, où il formera un coude, et se dirigera également sur une ligne droite jusqu'à l'angle extérieur du mur du fossé qui borde le champ de la Fédération, et que le côté droit dudit prolongement de rue suivra la même direction, à 36 pieds du côté opposé carrément et parallèlement; autorise en conséquence les administrateurs des travaux publics à donner des alignements conformément à cette direction. Signé Pache et Coulombeau. »[2]
Une décision ministérielle du 8 brumaire an X (30 octobre 1801), signée Chaptal, fixe la largeur de cette partie, à 12 mètres, depuis l'Esplanade des Invalides jusqu'à la rue de la Vierge. Pour le surplus, cette même largeur est adoptée par le ministre de l'intérieur Champagny, le 10 avril 1806. Une ordonnance royale du 8 février 1848 fixe à 11,65 mètres la moindre largeur de cette voie publique.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

Le quadrilatère compris entre les rues Surcouf, de l'Université, Jean-Nicot et le quai d'Orsay se trouve dans l'ancienne île des Cygnes.

  • Dans cette rue se trouvait l'hôtel de Montbazon, construit par Jean-Baptiste Leroux désormais détruit.
  • no 3 : Boutique de la créatrice de bijoux Line Vautrin, entre le début des années 1950 et 1962[3].
  • no 5 : Hôtel du marquis de Gamaches, construit par Jean-Baptiste Leroux, très remanié.
  • no 6 : Façade ; hôtel de Montmorency en 1787[4].
  • no 8 : façade
  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
  • no 11 : Intéressant immeuble sur rue, vers 1844, siège de la fondation Hugot du Collège de France.
  • no 13 : Hôtel de Feydeau de Brou, construit au début du XVIIIe siècle pour Marie-Anne Voysin, veuve de Messire Denys Feydeau, seigneur de Brou, président au Grand Conseil. L'hôtel est notamment la résidence parisienne de Paul Esprit Feydeau de Brou (1682-1767), garde des sceaux de France. L'ambassade de Venise s'y établit aux environs de 1772[5]. Il abrite par la suite une manufacture de glace et une académie à monter à cheval, puis le service hydrographique de la Marine en 1817 qui y effectue d'importantes transformations qui dénaturent complètement le bâtiment originel. De 1971 à 1978, l'hôtel est entièrement démoli, à l'exception de la cour, du portail et de la façade pour accueillir l'École nationale d'administration, puis à partir de 2007, l'Institut d'Etudes Politiques de Paris (Sciences Po).
  • no 15 : Hôtel d'Aligre, construit à la fin du XVIIe siècle pour Jacques Laugeois d'Imbercourt, décor intérieur exécuté vers 1806 pour Claude de Beauharnais, peut-être par Charles Percier et Pierre-François-Léonard Fontaine.
  • no 16 : boutique dans le style de la Renaissance, début du XIXe siècle.
  • no 17 : Hôtel Bochart de Saron, construit en 1639 pour François Lhuillier et surélevé d'un étage en 1650. En 1769[6], Jean Baptiste Gaspard Bochart de Saron (1730-1794), premier président du parlement de Paris et cousin des Lhuillier, fait reconstruire l'hôtel à partir des anciens bâtiments par l'architecte Joseph-Abel Couture et l'entrepreneur Mathias Pasquier[7] et y adjoint la partie entre cour et jardin ainsi que la folie. Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord y habite à son retour des États généraux de Versailles en 1789 jusqu'en 1792, date de son départ pour l'Angleterre. Au XIXe siècle, Jean François Aimé Dejean, général de la Révolution française, y meurt le , puis l'hôtel appartient à Marguerite Wilson, qui l'a hérité de ses parents et y établit sa résidence parisienne. Il appartient aujourd'hui aux éditions Gallimard.
  • no 18-20 : Immeubles de rapport construits vers 1666 pour l'hospice des Incurables. Claude François Chauveau-Lagarde, avocat de Marie-Antoinette et de Charlotte Corday habita cette adresse, avant que François-René de Chateaubriand ne s'y installe[5].
  • no 21 : Hôtel de Bragelonne, également appelé hôtel de La Salle, est construit en 1639 pour Thomas de Bragelonne, premier président du Parlement de Metz, puis amputé par le percement de la rue Sébastien-Bottin. En 1818, à son retour d'exil, Cambacérès acheta cet hôtel à son ami le général Antoine François Andréossy et y résida jusqu'à sa mort en mars 1824. L'hôtel a abrité des services du ministère de l'Économie et des Finances (direction générale des douanes et des droits indirects ; Dette Publique) avant d'être cédé en 2007 (ou 2005 ?) à un fonds d'investissement (Carlyle) qui le vendit en 2012 à la société de Gérard Lhéritier, Aristophil, spécialisée dans l’expertise et la commercialisation de manuscrits. À la suite de déboires financiers, la société est placée sous l’autorité d’un administrateur judiciaire, Gérard Philippot, et l’hôtel particulier remis en vente au début de 2015 avant d'être cédé, en juillet de la même année, à la foncière LFPI Reim détenue par des caisses de retraite pour un peu plus de 30 millions d'euros[8].
  • no 23 : Hôtel construit pour Jean Levasseur, secrétaire du Roi, au milieu du XVIIe siècle (direction générale des douanes et des droits indirects).
  • no 24 : Hôtel de Sénecterre, hôtel de rapport construit par Thomas Gobert (vers 1630-vers 1708) en 1685, remanié en 1777 par Nicolas Ducret et Denis-Claude Liégeon. Sur rue, deux bâtiments ont été réunis en 1837 par l'architecte Moitié pour le baron Nougarède de Fayet. Siège du ministère du commerce et de l'artisanat.
  • no 33 : Hôtel Le Vayer, bâtiment élevé après 1845 dans le style Louis XV par Henry Froelicher pour le comte Aymar de Nicolaï, marquis de Bercy, sur l'emplacement d'un hôtel édifié avant 1717 pour le président François Duret (appelé successivement hôtel de Cosnac, 1730, de Nesle, 1745 et de Montesquiou). A servi de siège à la Commission de récupération artistique, chargée des opérations de récupération d'oeuvres d'art, livres et archives, sortis du territoire national par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • no 37 : Studio 37, bâtiment universitaire dédié à la recherche sur le son et l'image, l'enregistrement, la musicologie des années 1950 et l échantillonnage (sample) sonore et vidéo. Loué à la RTF, il fonctionne jour et nuit jusqu'en 1964 et son transfert à la Maison de la Radio (la RTF devient l'ORTF)[9].
  • no 41 : C'est ici, à son domicile parisien que meurt subitement le , l'écrivain Alphonse Daudet.
  • n° 44 : en 1834, "Aux deux bottes uniques", Monsieur Mourey," Bottier breveté"
  • no 51 : Hôtel de Longueil (dit aussi de Maisons, puis d'Angervilliers, puis de Soyecourt, puis Pozzo di Borgo), construit par Pierre Cailleteau dit « Lassurance » à partir de 1706 pour le président François Duret qui le revend en 1707 à Claude de Longueil, marquis de Maisons. L'intérieur est transformé en 1749-1751 par Pierre Mouret pour Louis-Armand de Seiglières de Belleforière, marquis de Soyecourt. Boiseries du grand salon sculptées par Jacques Verberckt peut-être avec l'aide de Jean Liottier. Portail de 1783-1784 longtemps attribué à Claude-Nicolas Ledoux. L'hôtel est remanié au XIXe siècle par Joseph-Antoine Froelicher pour la famille Pozzo di Borgo. Il est aujourd'hui divisé en appartements. Karl Lagerfeld y a longtemps vécu[10]. Résidence de Philippe Pozzo di Borgo, il a été vendu le 21 avril 2010 à l'État Gabonais pour environ 100 millions d'euros dans des circonstances douteuses. Le président du Gabon Ali Bongo serait le principal bénéficiaire de la transaction[11],[12].L'hôtel particulier dispose d'un site de présentation.
  • no 53 : Emplacement de l'ancien hôtel d'Auvergne, puis de Tencin et de Mailly, construit en 1705 par Pierre Cailleteau dit Lassurance.
  • no 69 : Emplacement de l'ancien hôtel de Chalais : Construit en 1786 par Jean-Baptiste Louis Élisabeth Le Boursier pour Élie Charles de Talleyrand-Périgord, prince de Chalais et la princesse, née Marie-Caroline de Poyanne de Baylens, sur un terrain acquis de l'architecte Florentin Gilbert. La négociation ne fut conclue qu'en alors que le prince avait obtenu son permis de construire dès le . Le plan et l'élévation sur rue ont été conservés. Le portail était encadré de colonnes doriques nichées. En 1807 il est acquis par le maréchal Soult, duc de Dalmatie. L'hôtel de Dalmatie est réaménagé par Trou dit Henry. Il est détruit dans le cadre du percement du boulevard Saint-Germain en 1868, sous Haussmann.
  • no 78 : Hôtel Hocquart, construit en 1754 dans un style Louis XV tardif rappelant les constructions de Contant d'Ivry par l'architecte Jean Damun, de même que l'hôtel semblable du 75 rue de Lille (anciennement rue de Bourbon) qui lui fait face et en est séparé par leurs jardins. Cette opération faisait partie d'une spéculation immobilière montée sur des terrains ayant appartenu à Jules Hardouin-Mansart, entre la rue de Bourbon et la rue de l'Université, par le banquier Pierre Salle, Pierre-Louis Brunet et Le Franc de Jettonville. L'avant-corps central de l'élévation sur jardin, à trois pans, est orné de pilastres ioniques. Après avoir abrité le siège de la Compagnie du Midi, l'hôtel a été restauré dans les années 1980 pour la compagnie « La Prévoyance vie » par l'architecte Francis Chirot et le décorateur Jean Prudhomme-Bené. Abrite le bureau de représentation de Taipei en France.
  • no 82 : Alphonse de Lamartine y a résidé de 1837 à 1853.
  • no 83 : À cet emplacement s'élevait une maison dans laquelle mourut Turgot en 1781[5].
  • no 98 : Hôtel abritant les locaux du CEVIPOF, Centre de recherches politiques de Sciences Po (laboratoire de la Fondation nationale des sciences politiques, associé au CNRS depuis 1968).

Plaques commémorativesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

BibliographieModifier

Notes, sources et référencesModifier

  1. a et b Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments
  2. Registre du corps municipal, tome 40, page 6670.
  3. Dominique Paulvé, « Charmeuse de métal », Vanity Fair n°28, octobre 2015, pages 154-159.
  4. Jacques Hillairet - Dictionnaire historique des rues de Paris - T.2, p. 582
  5. a, b et c Jean-Paul Clébert, Promenade dans les rues de Paris : La rive gauche et la Seine, Club des Libraires de France, 1958, p.212.
  6. Le permis de construire est daté de 1770 (Michel Gallet, Les Architectes parisiens du XVIIIe siècle : Dictionnaire biographique et critique, Paris, Éditions Mengès, , 494 p. (ISBN 2-8562-0370-1), p. 164).
  7. M. Gallet, Op. cit., p. 164
  8. Le Figaro du 10 juillet 2015.
  9. 37 rue de l’Université, au cœur de l’élaboration d’une recherche sur le son et l’image, Louis Mesuret, Ina, La Documentation française, publié en 2010
  10. « Hôtel Pozzo Di Borgo », germainpire.info (consulté le 6 octobre 2015)
  11. http://blogs.mediapart.fr/blog/paul-okili-boyer/090811/gabonle-pozzo-di-borgo-le-grand-vol-du-clan-bongo
  12. « Gabon: les dessous de l’achat de l’hôtel "Pozzo Di Borgo" à Paris », Le Blog de Benoît ILLASSA - Une passion pour le BENIN (consulté le 6 octobre 2015)
  13. Marion Joseph et Laure Kermanac'h, « Où les candidats ont installé leur QG de campagne 2012 », lefigaro.fr, 10 janvier 2012.
  14. Renaud Belleville, « Nicolas Sarkozy a loué son QG de campagne (à l’ombre de la Tour Eiffel) », lopinion.fr, 31 juillet 2016.
  15. Liste générale des représentants du Peuple composant le corps législatif