Rue de l'Université (Paris)

rue du 7ème arrondissement de Paris, France

La rue de l’Université est située à Paris dans le 7e arrondissement.

7e arrt
Rue de l’Université
Voir la photo.
Rue de l'Université au carrefour de l'avenue Rapp.
Voir la plaque.
Situation
Arrondissement 7e
Quartier Saint-Thomas-d'Aquin
Invalides
Gros-Caillou
Début 20, rue des Saints-Pères
Fin 11, allée Paul-Deschanel
Morphologie
Longueur 2 785 m
Largeur 10,50 à 15 m
Géocodification
Ville de Paris 9557
DGI 9527
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de l’Université
Géolocalisation sur la carte : 7e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 7e arrondissement de Paris)
Rue de l’Université
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Situation et accès

modifier
 
Plaque ancienne.

La rue longue de 2 785 m et de largeur variable, entre 10,50 mètres et 15 mètres, est plane et parallèle à la Seine dont elle n'est distante que de quelques centaines de mètres.

Elle débute, à l'est, à hauteur du carrefour avec la rue des Saints-Pères et prend une direction ouest-nord-ouest, croise le boulevard Saint-Germain puis reprend plein ouest à hauteur du palais Bourbon, franchit l'esplanade des Invalides, croise le boulevard de la Tour-Maubourg puis l’avenue Bosquet et l’avenue Rapp ; elle oblique alors un peu vers le sud, croise l’avenue de La Bourdonnais avant de finir en impasse sur l’allée Paul-Deschanel sur le square nord-est de la tour Eiffel.

Origine du nom

modifier
 
La rue de l’Université lors des inondations de janvier 1910.

Au XIIe siècle, l'université de Paris fit l'acquisition d'un territoire situé le long de la Seine, à l'ouest de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés à qui il appartenait auparavant. Ce territoire fut dénommé « Pré-aux-Clercs » (première mention en 960) : soit parce que les étudiants (appelés autrefois « clercs ») venaient s'y détendre pendant leurs périodes de repos, soit parce que la « montre » ou revue des sujets du roi de la Basoche s'y déroulait chaque année (cette association ne fut reconnue qu'en 1303).

Le Pré-aux-Clercs était également le théâtre de nombreux duels.

En 1639, l'Université revendit le Pré-aux-Clercs et celui-ci fut loti pour devenir un nouveau quartier de Paris dont la rue principale prit le nom de « rue de l'Université ». Par la suite, avec les extensions successives de la ville, cette rue fut prolongée jusqu'au Champ-de-Mars, traversant au passage l'esplanade des Invalides. La rue longeait un bras de la Seine jusqu'au rattachement de l'île des Cygnes à la fin du XVIIIe siècle.

Historique

modifier

Jusqu'en 1838, la rue de l'Université était composée de deux parties distinctes[1] :

Un arrêté préfectoral du prescrit la réunion de ces deux parties sous la seule et même dénomination de « rue de l'Université ».

Le 7 juin 1918, durant la Première Guerre mondiale, un obus lancé par la Grosse Bertha explose au no 102 rue de l'Université[2].

Première partie, comprise entre les rues des Saints-Pères et d'Iéna

modifier

Plusieurs plans lui donnent indifféremment les noms de « rue de l'Université » et « rue de la Sorbonne ». Jaillot pense que cette double dénomination lui avait été assignée par le peuple, qui confondait assez ordinairement la Sorbonne avec l'Université.

En 1529, ce n'était encore qu'un chemin nommé le « chemin des Treilles », parce qu'il conduisait à l'île des Treilles, dite depuis île Maquerelle ou île des Cygnes.

L'Université ayant aliéné le Pré-aux-Clercs en 1639, on commença des constructions sur ce chemin, qui prit alors le nom de « rue de l'Université ».

En 1650, la moitié seulement était bâtie.

Une décision ministérielle du 15 floréal an V (), signée Bénézech, et une ordonnance royale du , ont fixé la moindre largeur de cette partie de rue à 10,50 mètres[1].

Seconde partie, comprise entre la rue d'Austerlitz et l'avenue de La Bourdonnais

modifier

« Séance du 15 juillet 1793. — Sur le rapport des administrateurs du département des travaux publics, concernant l'alignement à donner nu prolongement de la rue de l'Université, depuis l'Esplanade des Invalides jusqu'au champ de la Fédération ; le corps municipal après avoir vu le plan présenté par les dits administrateurs, et avoir entendu le procureur de la commune, arrête que le côté gauche de la rue de l'Université sera prolongé en ligne droite jusqu'à la distance de 179 toises 2 pieds de l'angle droit de la rue Saint-Jean, où il formera un coude, et se dirigera également sur une ligne droite jusqu'à l'angle extérieur du mur du fossé qui borde le champ de la Fédération, et que le côté droit dudit prolongement de rue suivra la même direction, à 36 pieds du côté opposé carrément et parallèlement ; autorise en conséquence les administrateurs des travaux publics à donner des alignements conformément à cette direction. Signé Pache et Coulombeau[3]. »

Une décision ministérielle du 8 brumaire an X (), signée Chaptal, fixe la largeur de cette partie, à 12 mètres, depuis l'esplanade des Invalides jusqu'à la rue de la Vierge. Pour le surplus, cette même largeur est adoptée par le ministre de l'Intérieur Champagny, le . Une ordonnance royale du fixe à 11,65 mètres la moindre largeur de cette voie publique.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire

modifier
  • No 21 : hôtel de Bragelonne, également appelé « hôtel de La Salle », est construit en 1639 pour Thomas de Bragelonne, premier président du Parlement de Metz, puis amputé par le percement de la rue Sébastien-Bottin. L'ambassadeur américain en France Albert Gallatin y résida en 1816. En 1818, à son retour d'exil, Cambacérès acheta cet hôtel à son ami le général Antoine François Andréossy et y résida jusqu'à sa mort en . En 1921, l'hôtel appartient au duc de la Salle de Rocheinaure[10].
    L'hôtel a abrité des services du ministère de l'Économie et des Finances (Direction générale des douanes et des droits indirects et Dette publique) avant d'être cédé en 2007 (ou 2005 ?) à un fonds d'investissement (Carlyle) qui le vendit en 2012 à la société de Gérard Lhéritier, Aristophil, spécialisée dans l’expertise et la commercialisation de manuscrits. À la suite de déboires financiers, la société est placée sous l’autorité d’un administrateur judiciaire, Gérard Philippot, et l’hôtel particulier remis en vente au début de 2015 avant d'être cédé, en juillet de la même année, à la foncière LFPI Reim détenue par des caisses de retraite pour un peu plus de 30 millions d'euros[11].
  • No 23 : hôtel construit pour Jean Levasseur, secrétaire du Roi, au milieu du XVIIe siècle (Direction générale des douanes et des droits indirects).
  • No 24 : hôtel de Sénecterre. Hôtel de rapport construit par Thomas Gobert (vers 1630 – vers 1708) en 1685. L’hôtel est acquis en 1772 par le comte de Sénecterre, qui lui laisse son nom. Il est remanié en 1777 par Nicolas Ducret et Denis-Claude Liégeon. Sur rue, deux bâtiments sont réunis en 1837 par l'architecte Moitié pour le baron Nougarède de Fayet. En 1908, l'hôtel est acquis par la mairie de Paris, qui en laisse la jouissance au ministère du Commerce et de l'Artisanat, qui l'utilise comme siège. En octobre 2013, la branche Haute Couture de la Maison Yves Saint-Laurent dirigée alors par le créateur Hedi Slimane s'y installe après une complète rénovation de deux ans[12],[13].
  • No 33 : hôtel Le Vayer, bâtiment élevé après 1845 dans le style Louis XV par Henry Froelicher pour le comte Aymar de Nicolaï, marquis de Bercy, sur l'emplacement d'un hôtel édifié avant 1717 pour le président François Duret (appelé successivement « hôtel de Cosnac », 1730, « de Nesle », 1745 et « de Montesquiou »). A servi de siège à la Commission de récupération artistique, chargée des opérations de récupération d'œuvres d'art, livres et archives, sortis du territoire national par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale.
  • No 34 bis : Arsène Lupin y demeure sous le nom de duc de Charmerace[14].
  • No 36 : la revue Les Temps modernes, fondée en 1944 par Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, y avait son siège.
  • No 37 : Studio 37, bâtiment universitaire destiné à la recherche sur le son et l'image, l'enregistrement, la musicologie des années 1950 et l'échantillonnage (sample) sonore et vidéo. Loué à la RTF, il fonctionne jour et nuit jusqu'en 1964 et son transfert à la Maison de la Radio (la RTF devient l'ORTF)[15].
  • No 41 : c'est ici, à son domicile parisien que meurt subitement le , l'écrivain Alphonse Daudet, comme le signale un panneau en façade.
  • No 43 : en 1856, cet hôtel, décrit comme « neuf » et composé de trois appartements, est à louer[16] ; en 1881, il est à nouveau à louer pour 12 000 francs par an ; situé « entre cour et jardin », il comprend trois grands salons « magnifiquement décorés », une grande salle à manger, cinq chambres de maîtres, salle de bains, petit jardin, écurie et remise pour 4 chevaux et 4 voitures, 10 chambres de domestiques[17]. Plusieurs membres de la noblesse ont habité à cette adresse, dont un duc et un vicomte de Noailles, le premier dans les années 1870[18] et le second dans les années 1920[19].
  • No 44 : en 1834, Aux deux bottes uniques, monsieur Mourey, bottier breveté.
  • No 46 : le général Claude-François de Malet y habitait lors de son coup d'État.
  • No 51 : hôtel de Longueil (dit aussi de Maisons, d'Angervilliers, de Soyecourt, Pozzo di Borgo), construit par Pierre Cailleteau dit Lassurance à partir de 1706 pour le président François Duret, qui le revend en 1707 à Claude de Longueil, marquis de Maisons. L'intérieur est transformé en 1749-1751 par Pierre Mouret pour Louis-Armand de Seiglières de Belleforière, marquis de Soyecourt. Les boiseries du grand salon sont sculptées par Jacques Verberckt, peut-être avec l'aide de Jean Liottier. Le portail de 1783-1784,   Classé MH, est longtemps attribué à Claude-Nicolas Ledoux. L'hôtel est remanié au XIXe siècle par Joseph-Antoine Froelicher pour la famille aristocrate corse Pozzo di Borgo. Il est ensuite divisé en appartements. Le couturier et styliste Karl Lagerfeld (1933-2019) y vit près de trente ans, en occupant l'aile gauche[20]. Propriété des Pozzo di Borgo, il est vendu le à l'État gabonais pour environ 100 millions d'euros dans des circonstances douteuses, devenant ainsi un symbole de bien mal acquis. Le président du Gabon Ali Bongo serait le principal bénéficiaire de la transaction[21].
  • No 53 : emplacement de l'ancien hôtel d'Auvergne, puis de Tencin et de Mailly, construit en 1705 par Pierre Cailleteau dit Lassurance.
  • No 60 : l'architecte Charles Frédéric Chassériau y a résidé entre 1820 et 1830.
  • No 69 : emplacement de l'ancien hôtel de Chalais. Construit en 1786 par Jean-Baptiste Louis Élisabeth Le Boursier pour Hélie-Charles de Talleyrand-Périgord, prince de Chalais et la princesse, née Marie-Caroline de Poyanne de Baylens, sur un terrain acquis de l'architecte Florentin Gilbert. La négociation ne fut conclue qu'en alors que le prince avait obtenu son permis de construire dès le . Le plan et l'élévation sur rue ont été conservés. Le portail était encadré de colonnes doriques nichées. En 1807, il est acquis par le maréchal Soult, duc de Dalmatie. L'hôtel de Dalmatie est réaménagé par Trou dit Henry. Il est détruit dans le cadre du percement du boulevard Saint-Germain en 1868, sous Haussmann.
  • No 78 : hôtel Hocquart, construit en 1754 dans un style Louis XV tardif rappelant les constructions de Contant d'Ivry par l'architecte Jean Damun, de même que l'hôtel semblable du 75, rue de Lille (anciennement rue de Bourbon) qui lui fait face et en est séparé par leurs jardins. Cette opération faisait partie d'une spéculation immobilière montée sur des terrains ayant appartenu à Jules Hardouin-Mansart, entre la rue de Bourbon et la rue de l'Université, par le banquier Pierre Salle, Pierre-Louis Brunet et Le Franc de Jettonville. L'avant-corps central de l'élévation sur jardin, à trois pans, est orné de pilastres ioniques. Après avoir abrité le siège de la Compagnie du Midi, l'hôtel a été restauré dans les années 1980 pour la compagnie La Prévoyance vie par l'architecte Francis Chirot et le décorateur Jean Prudhomme-Bené. Abrite le bureau de représentation de Taipei en France.
  • No 81 : emplacement de la fontaine marchande de l’Université[22].
  • No 82 : Alphonse de Lamartine y a résidé de 1837 à 1853.
  • No 83 : à cet emplacement s'élevait une maison dans laquelle mourut Turgot en 1781[7].
  • No 90 : Albert Ier de Monaco y est né en 1848.
  • No 91 : hôtel de La Rochefoucauld-Montbel (Arthur / Jules de La Rochefoucauld-Montbel).
  • No 93 : hôtel de La Rochefoucauld (Aymery / Gabriel / Anne de La Rochefoucauld).
  • No 95 : légation de Norvège dans les années 1900[23].
  • No 98 : hôtel ayant abrité les locaux du CEVIPOF, Centre de recherches politiques de Sciences Po (laboratoire de la Fondation nationale des sciences politiques, associé au CNRS depuis 1968), avant son déménagement dans le campus « 1, Saint-Thomas », dans l'hôtel de l'Artillerie.
  • No 100 : c’est à cette adresse que l’avocat pénaliste Olivier Metzner (1949-2013) installe son cabinet au début des années 2000, décrit par certains observateurs comme le cabinet « le plus puissant de Paris »[24].

Plaques commémoratives

modifier

Notes et références

modifier
  1. a et b Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments.
  2. [bpt6k4605797h/f6.item lire en ligne] sur Gallica
  3. Registre du corps municipal, tome 40, p. 6670.
  4. Dominique Paulvé, « Charmeuse de métal », Vanity Fair, no 28, octobre 2015, p. 154-159.
  5. a et b Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, t. 2, p. 582.
  6. Françoise Magny (dir.), Le Faubourg Saint-Germain : Rue de l'Université, Paris, Institut Néerlandais / Délégation à l'action artistique de la Ville de Paris, , p. 23-33.
  7. a b et c Jean-Paul Clébert, Promenade dans les rues de Paris. La rive gauche et la Seine, Club des Libraires de France, 1958, p. 212.
  8. Le permis de construire est daté de 1770. Michel Gallet, Les Architectes parisiens du XVIIIe siècle : dictionnaire biographique et critique, Paris, Éditions Mengès, , 494 p. (ISBN 2-8562-0370-1), p. 164.
  9. M. Gallet, op. cit., p. 164.
  10. « Lieux de mémoire américains à Paris », sur usembassy.gov (consulté le ).
  11. Carole Papazian, « À Paris, l’hôtel de La Salle a été vendu un peu plus de 30 millions d’euros », Le Figaro, immobilier.lefigaro.fr, 10 juillet 2015.
  12. FashionNetwork com FR, « Saint Laurent installe ses ateliers Rive Gauche », sur FashionNetwork.com (consulté le )
  13. « Yves Saint Laurent fait son retour à la Couture », sur journalduluxe.fr (consulté le ).
  14. Jean-Bernard Litzler, « Sur les traces du «vrai» Arsène Lupin, à travers Paris », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  15. Louis Mesuret, « 37, rue de l’Université, au cœur de l’élaboration d’une recherche sur le son et l’image, Ina, La Documentation française, 2010.
  16. Le Siècle, 3e colonne, 19 janvier 1856, sur RetroNews.
  17. Le Monde illustré, 3e colonne, 11 juin 1881, sur RetroNews.
  18. Guide du libraire-bouquiniste, 1873-1874, sur Gallica.
  19. Revue d’histoire diplomatique, 1er janvier 1921, sur Gallica.
  20. Gaspard Dhellemmes, « De Karl Lagerfeld à la famille Bongo, les hôtes si particuliers de l’hôtel Pozzo di Borgo », Le Monde, 19 novembre 2023.
  21. « Photo Mystère #150 : un hôtel particulier à Paris », Le Monde, 26 juin 2023.
  22. Observations relatives aux fontaines marchandes, Paris, Procès-verbal de la Commission du Vieux Paris, , page 9.
  23. Annuaire diplomatique et consulaire de la République française, Berger-Levrault, 1907, p. 473.
  24. Vincent Monnier, « Olivier Metzner, histoire d’un héritage impossible », L’Obs, 18 avril 2014.
  25. Natacha Coquery, « Les hôtels parisiens du XVIIIe siècle : une approche des modes d'habiter », Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine, vol. 38, no 2,‎ , p. 220 (DOI 10.3406/rhmc.1991.1587, lire en ligne, consulté le )
  26. Jean-Aymar Piganiol de LaForce, Description historique de la ville de Paris et de ses environs. Tome huitième, chez Humaire, (lire en ligne), p 172,173
  27. Eugène (1857-1927) Photographe Atget, « Hôtel de Locmaria - 1730 : Rue de l'Université 102 : [photographie] / [Atget] », sur Gallica, 1900-1901 (consulté le )
  28. Marion Joseph et Laure Kermanac'h, « Où les candidats ont installé leur QG de campagne 2012 », lefigaro.fr, 10 janvier 2012.
  29. Farid Chenoune, « Le bal de Magic-City », dans Nicolas Liucci-Goutnikov, Over the Rainbow, Centre Pompidou (ISBN 9782844269539).
  30. Renaud Belleville, « Nicolas Sarkozy a loué son QG de campagne (à l’ombre de la Tour Eiffel) », lopinion.fr, 31 juillet 2016.
  31. Liste générale des représentants du Peuple composant le corps législatif.
  32. « DHÔME André, Léon, Lucien », maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr, consulté le 11 juillet 2018.

Bibliographie

modifier

Annexes

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier