Comité de vigilance des intellectuels antifascistes

organisation politique française

Le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, ou Comité de vigilance antifasciste (CVIA), est une organisation politique française fondée en 1934[1], qui se divisa en 1936 puis périclita en 1939.

Comité de vigilance des intellectuels antifascistes
Histoire
Fondation
Dissolution
Cadre
Sigle
CVIAVoir et modifier les données sur Wikidata
Type
Pays
Organisation
Fondateur
François Walter (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Idéologie
Manifeste du Comité d'action antifasciste et de vigilance, 1934.

Résolument internationaliste, ce comité regroupait principalement des intellectuels francophones de gauche décidés à s'opposer à la montée du fascisme en France comme en Europe.

Historique du CVIA

modifier
 
Vigilance no 2, bulletin bimensuel du Comité d'action antifasciste et de vigilance, .

Le CVIA a été fondé en mars 1934 en réaction aux violences anti-parlementaires du 6 février 1934[2]. L'initiative en revient à Pierre Gérôme (pseudonyme de François Walter, auditeur à la Cour des comptes)[3] qui avait d'abord contacté la CGT (André Delmas[4] et Georges Lapierre, dirigeants du Syndicat national des instituteurs (SNI))[5].

Le CVIA sera créé sous le patronage de trois personnalités emblématiques de la diversité de la gauche :

Le texte fondateur du CVIA est le manifeste « Aux travailleurs » (5 mars 1934), qui appelle à défendre « ce que le peuple a conquis de droits et de libertés publiques »[6]. Son succès sera remarquable, recueillant en quelques semaines 2 300 adhésions et, à la fin 1934, plus de 6000 signataires[3] (professeurs et instituteurs, écrivains, journalistes).

Rassemblant en mars 1934 les trois grandes familles de la gauche, le CVIA apparaît comme un précurseur du Front populaire.

Le CVIA se déchirera dès 1936, prouvant la difficulté à conjuguer à gauche l'antifascisme et le pacifisme. Les partisans de la fermeté face à Hitler, même au prix d'une guerre, quittent le CVIA en deux temps :

Ne restent donc plus que les pacifistes extrêmes (Michel Alexandre, Léon Émery). Certains anciens membres du CVIA se retrouveront dans la collaboration « républicaine » avec l'Allemagne (collaborer pour obtenir en échange la paix et le rétablissement de la République) au sein de la Ligue de pensée française. D'autres comme, André Delmas, Georges Lefranc ou encore André Salembier s'illustreront par leurs prises de positions pro-nazie[7].

Malgré ces errements, le CVIA restera un grand moment de l'histoire de la gauche et de l'antifascisme :

Le CVIA éditait le bulletin Vigilance (ISSN 2495-8123).

Personnalités membres du CVIA

modifier

Groupe dirigeant fondateur

modifier
  • François Walter (pseudonyme : Pierre Gérôme, auditeur à la Cour des comptes)
  • Paul Rivet (ethnologue socialiste)
  • Alain (philosophe et écrivain, radical)
  • Paul Langevin (physicien, sympathisant communiste)
  • André Delmas (SNI, CGT)
  • Georges Lapierre (SNI, CGT)

Autres membres

modifier

Notes et références

modifier
  1. Serge Wolikow, Le Front populaire en France, Éditions Complexe, 1996, page 68.
  2. Bernard Ménager, « Antifascisme et pacifisme, la section lilloise du Comité de Vigilance des intellectuels antifascistes », Revue du Nord, no 372,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. a et b Nicole Racine, « GÉRÔME Pierre (pseudonyme de François WALTER) », dans Le Maitron, Maitron/Editions de l'Atelier, (lire en ligne)
  4. André Delmas (1899-1979) , membre de la commission permanente du SNI (à partir de 1926) puis secrétaire général (1932-1940) (cf. Notice du Maitron)
  5. Socialistes à Paris: 1905-2005 sur books.google.fr, consulté le 21 juin 2013.
  6. Le manifeste du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, biosoc.univ-paris1.fr.
  7. Simon Epstein, Un paradoxe français : antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance, Paris, Albin Michel, coll. « Histoire », , 622 p. (ISBN 978-2-226-17915-9, OCLC 876574235), p. 98-101.
  8. « AUDRY Colette », sur Le Maitron (consulté le ).
  9. « BASCH Victor », sur Le Maitron (consulté le ).
  10. Richard Deacon, The French Secret service, p. 152.
  11. « CHAMBELLAND Maurice, Louis, Nicolas », sur Le Maitron (consulté le ).
  12. « CASSOU Jean, Raphaël, Léopold », sur Le Maitron (consulté le ).
  13. « CHAMSON André », sur Le Maitron (consulté le ).
  14. « MONATTE Pierre, dit LÉMONT Pierre », sur Le Maitron (consulté le ).
  15. « PHILIP André, Jean, Louis », sur Le Maitron (consulté le ).
  16. « SOUSTELLE Jacques », sur Le Maitron (consulté le ).

Voir aussi

modifier

Bibliographie

modifier
  • Raymond Aron, Mémoires : 50 ans de réflexion politique, Paris, Julliard, , 778 p. (ISBN 978-2-260-00332-8, OCLC 895470283), p. 133-158.
  • Nicole Racine-Furlaud, « Pacifistes et antifascistes. Le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes », dans Anne Roche et Christian Tarting (dir.), Des années trente. Groupes et ruptures, Paris, Éditions du CNRS, 1985.
  • Nicole Racine, « Le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes », dans Jean-François Sirinelli (dir.), Dictionnaire historique de la vie politique française, Paris, Presses universitaires de France, 1995.

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier