Ouvrir le menu principal

Rue de la Victoire (Paris)

rue de Paris, France
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue de la Victoire.

9e arrt
Rue de la Victoire
Image illustrative de l’article Rue de la Victoire (Paris)
Situation
Arrondissement 9e
Quartier Chaussée-d’Antin
Début Rue La Fayette
Fin Rue Joubert
Historique
Création Avant 1672
Dénomination 1833
Ancien nom Ruellette aux Marais-des-Porcherons
Ruelle des Postes
Rue Chanterelle
Rue Chantereine
Géocodification
Ville de Paris 9748

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de la Victoire
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de la Victoire se trouve à Paris dans le 9e arrondissement.

Situation et accèsModifier

Origine du nomModifier

Elle prend le nom de « rue de la Victoire » le 8 nivôse an VI (), sur la longueur des deux rues, en l'honneur de la campagne d’Italie du général Bonaparte, qui y possédait un hôtel. Elle reprit le nom de « Chantereine » en 1816 lors de la Restauration puis retrouva son nom actuel en 1833.

HistoriqueModifier

Indiquée sur le plan de Jouvin de Rochefort de 1672, sous le nom de « ruellette aux Marais-des-Porcherons », par suite de son voisinage avec le château des Porcherons de la rue Saint-Lazare, elle fut en 1734, appelée « ruelle des Postes » entre la rue de la Chaussée-d'Antin et la « rue des Trois-Frères » (actuelle rue Taitbout), puis devenue une rue, elle prend le nom de « rue Chanterelle » et « rue Chantereine », s'agissant du tronçon « rue des Trois-Frères » — rue du Faubourg-Montmartre, à cause des grenouilles dites reinettes et de leur chant, qu'on y entendait dans les marécages environnants.

En nivôse an VI (1798), il fut décidé « pour consacrer le triomphe des armées françaises que la rue Chantereine prendrait le nom de rue de la Victoire ».

Après Waterloo, elle redevint « rue Chantereine », et ce n'est que depuis 1833, par ordre de Adolphe Thiers, qu'elle reprit son nom de « rue de la Victoire » « qu'elle avait reçu de l'autorité municipale, à l'époque où Napoléon, général en chef de l'armée d'Italie, vint habiter l'hôtel qu'il possédait dans cette rue, lorsqu'il apporta au Directoire le traité de Campo-Formio ».

Elle est prolongée jusqu'à la rue Joubert en 1847.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • No 44 : grande synagogue de Paris.
  • No 46 : emplacement du théâtre Olympique, en activité de 1801 à 1806, remplacé par les Bains Chantereine.
  • No 48 : emplacement de la salle Herz. Hector Berlioz y donna pour la première fois Le Carnaval romain (1844) et L'Enfance du Christ (1854).
  • Nos 58-60 : emplacement de l’ancien hôtel Beauharnais d'où Napoléon Bonaparte a organisé le coup d'État du 18 Brumaire. Il fut démoli en 1862, lors du percement de la rue de Châteaudun, son emplacement se situe sur la chaussée et le trottoir des nos 49 et 51 de la rue de Châteaudun, et son entrée par l'actuel no 60 de la rue de la Victoire[1].
  • No 63 : la Banque Hottinguer (ancienne banque personnelle de Napoléon).
  • No 65 : Hayashi Tadamasa, arrivé à Paris en qualité d’interprète, finit par s'installer en France et crée en 1883 une entreprise d’importation d’objets d’art d’Extrême-Orient et d’estampes japonaises. Introduit dans le cercle des japonisants, il joue un rôle déterminant pour les collectionneurs en ouvrant en 1890 cette boutique qui devient un lieu incontournable pour les amateurs d’art japonais. Les années 1880 marquent l’apogée du japonisme[2].
  • No 92 : emplacement de l'atelier du peintre Henri-Georges Morisset (1841-1899) et de son associé Édouard Viénot, où ils réalisaient des portraits peints d'après photographies[3].
  • No 98, un musée de plus de douze salles, fin XIXe siècle, où Frédéric Moreau exposait le résultat de ses fouilles dans l'Aisne de plus de six mille sépultures couvrant La Tène au temps des Mérovingiens[4].
  • No 98 bis (à l'angle de la rue Joubert) : hôtel de l'architecte français François-Joseph Bélanger. Après sa libération de la prison Saint-Lazare pendant la Révolution, il le réaménagea dans le style pompéien pour son épouse, la danseuse Mlle Dervieux[5].
  • Jusqu'à sa destruction en 1826, l'hôtel Thellusson possédait une entrée par cette rue. Il occupait l'essentiel de l'îlot qui se trouve au sud de la rue, entre la rue Saint-Georges et la rue Chauchat. C'est sur son emplacement que la rue Laffitte a été prolongée.

Notes et référencesModifier

  1. Bernard Chevallier, « L'Hôtel de la rue de la Victoire », Napoléon, hors-série, no 2, octobre 2005, p. 77.
  2. Julie Maraszak, Sociabilités familiales intellectuelles et artistiques, autour d'une femme artiste au XIXe siècle. Eva Gonvzalès (1849-1883), Université de Bourgogne, 2016, p. 130.
  3. La Tribune de l'art, no 498, 30 décembre 2014.
  4. F. Moreau, Catalogue des objets antiquités. Collection Caranda, Saint-Quentin, 1895.
  5. Alain Rustenholz, Les Traversées de Paris, Évreux, Parigramme, , 647 p. (ISBN 2-84096-400-7).

BibliographieModifier

  • Charles Lefeuve, « Rue de la Victoire », Histoire de Paris rue par rue, maison par maison, 1875.
  • « Rue de la Victoire », www.paris-pittoresque.com (notice en ligne).