Ouvrir le menu principal

Coupe du monde féminine de football

compétition de football féminin
Cet article traite de la Coupe du monde féminine de football. Pour la Coupe du monde masculine de football, voir Coupe du monde de football.
Coupe du monde féminine de football
Description de l'image FIFA.svg.
Généralités
Sport FootballVoir et modifier les données sur Wikidata
Création 1970
Organisateur(s) FIFA (depuis 1991)
Périodicité 4 ans
Participants 24 qualifiés[1]
Site web officiel fr.fifa.com/womensworldcup

Palmarès
Tenant du titre Drapeau : États-Unis États-Unis
Plus titré(s) Drapeau : États-Unis États-Unis (3 titres)
Meilleure(s) buteuse(s) Drapeau : Brésil Marta (16 buts)
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la compétition en cours voir :
Coupe du monde féminine de football 2019

La Coupe du monde féminine de football ou Coupe du monde féminine de la FIFA est une compétition internationale de football qui se déroule ordinairement tous les quatre ans. Elle est organisée par la FIFA et met aux prises des sélections nationales. Il s'agit de l'équivalent féminin de la Coupe du monde de football masculine. La première édition officielle se déroule en 1991 en Chine, dont les États-Unis sortent vainqueur. À noter qu'avant 1991 quelques tournois mondiaux sans caractère officiel avaient déjà été organisés.

Seules quatre nations sont au palmarès de la Coupe du monde. Les États-Unis détiennent le record avec trois titres, suivis de l'Allemagne, deux victoires en finale. La Norvège et le Japon remportent chacune la Coupe du monde à une reprise.

Le titre de champion du monde féminin de football est détenu par les États-Unis depuis 2015 et est actuellement remis en jeu lors de la Coupe du monde féminine de football 2019, disputée en France.

Sommaire

HistoireModifier

Origine de la compétitionModifier

 
Le trophée, exposé en 2019.

Après plusieurs compétitions organisées sans l'aval de la FIFA, et réunissant des équipes internationales dans les années 1970-1980[2] (dont la première Coppa del Mondo 1970 puis le Mundialito de 1981 à 1988), la FIFA décide lors du déroulement la Coupe du monde de football de 1986 au Mexique d'étudier la mise en place d'une véritable Coupe du monde féminine de football réunissant donc les meilleures sélections féminines mondiales. La FIFA organise dans un premier temps en 1988 en Chine un Tournoi international féminin, disputé sous forme amicale, qui permet de tester et valider le projet. La première édition officielle est programmée pour 1991. La périodicité du mondial féminin est normalement fixée à 4 ans, en année impaire suivant immédiatement la tenue du mondial masculin.

Les années 1990 dominées par les États-UnisModifier

Premier tournoi mondial féminin officiel organisé par la FIFA, la Coupe du monde féminine de 1991 se déroule en République populaire de Chine avec un plateau composé de douze nations. La FIFA décide également d'incorporer pour la première fois dans une compétition internationale des femmes au sein du corps arbitral. Cette édition voit le couronnement des États-Unis emmenés par le trio Michelle Akers, Carin Jennings et April Heinrichs (qui ont inscrit vingt buts à elles trois) face à la Norvège en finale sur le score de 2 à 1. En 1995, la Norvège prend sa revanche en Suède en battant en finale l'Allemagne (2-0). Après avoir été accueillie en Asie et en Europe, la Coupe du monde a lieu sur le continent nord-américain en 1999 aux États-Unis et les Américaines remportent pour la deuxième fois le trophée après une séance de tirs-aux-buts contre la Chine et confirme après son titre olympique en 1996 à Atlanta sa suprématie sur le football féminin dans les années 1990.

Les années 2000 dominées par l'AllemagneModifier

Dans les années 2000, l'hégémonie américaine est mise à mal par l'équipe d'Allemagne. Tout d'abord en 2003, de nouveau organisée aux États-Unis après l'alerte au SRAS en Chine qui devait a priori organiser l'événement, l'Allemagne s'empare du titre après avoir vaincu les États-Unis 3 à 0 en demi-finale puis la Suède 2 à 1 après prolongations en finale. En 2007 en Chine, l'Allemagne conserve son titre contre le Brésil 2 à 0 après avoir largement dominé un tournoi où elle n'aura pas encaissé le moindre but. En 2011, l'Allemagne accueille la compétition avec l'espoir de remporter un troisième titre consécutif. Cependant, malgré trois victoires en trois matches lors de la phase de poules, la sélection allemande se fait contre toute attente éliminer par le Japon, futur vainqueur, dès les quarts de finale sur le score de 1 à 0 à l'issue des prolongations.

Évolution de l'épreuveModifier

 
Match France-Allemagne du 5 juillet 2011

La première édition de 1991 en Chine réunit douze équipes qui lors d'un premier tour sont réparties en trois groupes de quatre, les premières, deuxièmes et les deux meilleures troisièmes se qualifiant pour les quarts de finale. Cette formule est reconduite en 1995. En 1999, le nombre de participants augmente à seize équipes, réparties en quatre groupes de quatre au premier tour, les deux premiers de chaque poule se qualifiant pour les quarts de finale. Cette formule est reconduite jusqu'en 2011. Depuis 2015 le tournoi réunit 24 équipes, réparties en six groupes de quatre. En plus des deux premiers de chaque groupe qualifiés pour le tour suivant, les quatre meilleurs troisièmes sont repêchés afin de compléter le tableau des huitièmes de finale. Un match pour la troisième place est organisé entre les deux équipes demi-finalistes vaincues. Pour accéder à la Coupe du monde, les équipes doivent se qualifier dans des tours préliminaires dans leur propre fédération continentale (les mêmes que les hommes à savoir l'UEFA, l'OFC, l'AFC, la CAF, le CONMEBOL et la CONCACAF). Enfin le pays organisateur est automatiquement qualifié pour la phase finale.

La première Coupe de 1991 s'est déroulée en Chine, la suivante, en 1995, en Suède avant d'être disputée à deux reprises aux États-Unis en 1999 et 2003. Cette dernière avait été initialement prévue en Chine mais l'apparition du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) la même année amena la FIFA à l'attribuer de nouveau aux États-Unis notamment grâce au succès de l'édition précédente, puis de ré-attribuer l'édition de 2007 à la Chine. Le pays organisateur de la Coupe du monde de 2011 est l'Allemagne[3], et le Canada en 2015. La France est retenue pour l'édition 2019[4]. La FIFA décide fin 2010 qu'à partir de l'édition 2015, le nombre d'équipes participantes est de 24.

TrophéeModifier

Le trophée actuel est conçu par William Sawaya et fabriqué à la main par les spécialistes milanais Sawaya & Moroni. Le trophée reflète l'athlétisme, le dynamisme et l'élégance du football féminin. En bronze plaqué or, aluminium poli et granit Verde Candeias, il mesure 47 cm de haut et pèse 4,6 kg. Posé sur un pied conique renforçant l'esprit d'élévation du design, il s'étire vers le ciel en une spirale qui enveloppe un ballon de football en son sommet. Les noms des pays ayant gagné le tournoi sont gravés sous la base[5].

Palmarès et statistiquesModifier

Coupe du monde de la FIFAModifier

Tableau d'honneurModifier

Année Pays Hôte Finale Petite finale
  Champion Score   Finaliste   Troisième Score Quatrième
1991  
Chine
 
États-Unis
2 − 1  
Norvège
 
Suède
4 - 0  
Allemagne
1995  
Suède
 
Norvège
2 − 0  
Allemagne
 
États-Unis
2 - 0  
Chine
1999  
États-Unis
 
États-Unis
0 − 0
(t.a.b. : 5 - 4)
 
Chine
 
Brésil
0 − 0
(t.a.b. : 5 - 4)
 
Norvège
2003  
États-Unis
 
Allemagne
2 − 1
(a.p., b.e.o.)
 
Suède
 
États-Unis
3 − 1  
Canada
2007  
Chine
 
Allemagne
2 − 0  
Brésil
 
États-Unis
4 − 1  
Norvège
2011  
Allemagne
 
Japon
2 − 2
(t.a.b. : 3 - 1)
 
États-Unis
 
Suède
2 − 1  
France
2015  
Canada
 
États-Unis
5 − 2  
Japon
 
Angleterre
1 − 0
(a.p.)
 
Allemagne
2019  
France

Palmarès par nation et confédérationModifier

L'équipe des États-Unis est la meilleure nation au palmarès de la Coupe du monde féminine. Elle totalise trois titres en 1991 et 1999 et 2015, une place de finaliste 2011 et trois troisièmes places. L'équipe d'Allemagne se classe deuxième avec deux victoires en 2003 et 2007, ainsi qu'une place de finaliste en 1995. La Norvège inscrit son nom au palmarès en 1995 et le Japon en 2011.

Finalistes Demi-finalistes
Rang Équipe Titres
remportés
2e place 3e place 4e place Éliminations en
1/4 de finale
Éliminations au 1er tour

(tournois à 12 en 1991 et 1995,

tournois à 16 de 1999 à 2011)

ou en 8e de finale

Éliminations

au
1er tour

(tournois à 24,

à partir de 2015)

Participations[6]
1   États-Unis      
1991, 1999, 2015
 
2011
     
1995, 2003, 2007
- - - - 8
2   Allemagne    
2003, 2007
 
1995
- 2
1991, 2015
2
1999, 2011
- - 8
3   Norvège  
1995
 
1991
- 2
1999, 2007
1
2003
2
2011, 2015
- 8
4   Japon  
2011
 
2015
- - 1
1995
4
1991, 1999, 2003, 2007
- 8
5   Suède -  
2003
   
1991, 2011
- 2
1995, 1999
2
2007, 2015
- 8
6   Brésil -  
2007
 
1999
- 2
2003, 2011
3
1991, 1995, 2015
- 8
7   Chine -  
1999
- 1
1995
4
1991, 2003, 2007, 2015
- - 7
8   Angleterre - -  
2015
- 3
1995, 2007, 2011
- - 5
9   Canada - - - 1
2003
1
2015
4
1995, 1999, 2007, 2011
- 7
10   France - - - 1
2011
1
2015
1
2003
- 4
11   Australie - - - - 3
2007, 2011, 2015
3
1995, 1999, 2003
- 7
12   Danemark - - - - 2
1991, 1995
2
1999, 2007
- 4
13   Russie - - - - 2
1999, 2003
- - 2
14   Nigeria - - - - 1
1999
5
1991, 1995, 2003, 2007, 2011
1
2015
8
15   Corée du Nord - - - - 1
2007
3
1999, 2003, 2011
- 4
16   Italie - - - 1
1991
1
1999
- 3
17   Taïwan - - - - 1
1991
- - 1
18   Corée du Sud - - - - - 2
2003, 2015
- 3
18   Colombie - - - - - 2
2011, 2015
- 2
20   Cameroun - - - - - 1
2015
- 2
20   Suisse - - - - - 1
2015
- 1
20   Pays-Bas - - - - - 1
2015
- 2
23   Nouvelle-Zélande - - - - - 3
1991, 2007, 2011
1
2015
5
24   Ghana - - - - - 3
1999, 2003, 2007
- 3
24   Mexique - - - - - 2
1991, 2011
1
2015
3
26   Argentine - - - - - 2
2003, 2007
3
27   Guinée équatoriale - - - - - 1
2011
1
27   Thaïlande - - - - - - 1
2015
2
27   Côte d'Ivoire - - - - - - 1
2015
1
27   Équateur - - - - - - 1
2015
1
27   Espagne - - - - - - 1
2015
2
27   Costa Rica - - - - - - 1
2015
1
33   Chili - - - - - - - 1
33   Écosse - - - - - - - 1
33   Jamaïque - - - - - - - 1
33   Afrique du Sud - - - - - - - 1
  • Participants à la Coupe du monde 2019
  • Récapitulatif par nationModifier

    Palmarès par nation par édition
    Équipe   1991   1995   1999   2003   2007   2011   2015 Part. Confédération
      Allemagne Quatrième Finaliste 1/4 de finale Vainqueur Vainqueur 1/4 de finale Quatrième 7 UEFA
      États-Unis Vainqueur Troisième Vainqueur Troisième Troisième Finaliste Vainqueur 7 CONCACAF
      Norvège Finaliste Vainqueur Quatrième 1/4 de finale Quatrième 1er tour 1/8 de finale 7 UEFA
      Brésil 1er tour 1er tour Troisième 1/4 de finale Finaliste 1/4 de finale 1/8 de finale 7 CONMEBOL
      Suède Troisième 1/4 de finale 1/4 de finale Finaliste 1er tour Troisième 1/8 de finale 7 UEFA
      Chine 1/4 de finale Quatrième Finaliste 1/4 de finale 1/4 de finale - 1/4 de finale 6 AFC
      Canada - 1er tour 1er tour Quatrième 1er tour 1er tour 1/4 de finale 6 CONCACAF
      France - - - 1er tour - Quatrième 1/4 de finale 3 UEFA
      Russie - - 1/4 de finale 1/4 de finale - - - 2 UEFA
      Italie 1/4 de finale - 1er tour - - - - 2 UEFA
      Danemark 1/4 de finale 1/4 de finale 1er tour - 1er tour - - 4 UEFA
      Angleterre - 1/4 de finale - - 1/4 de finale 1/4 de finale Troisième 4 UEFA
      Corée du Nord - - 1er tour 1er tour 1/4 de finale 1er tour - 4 AFC
      Corée du Sud - - - 1er tour - - 1/8 de finale 2 AFC
      Taipei 1/4 de finale - - - - - - 1 AFC
      Japon 1er tour 1/4 de finale 1er tour 1er tour 1er tour Vainqueur Finaliste 7 AFC
      Australie - 1er tour 1er tour 1er tour 1/4 de finale 1/4 de finale 1/4 de finale 6 AFC
      Nigeria 1er tour 1er tour 1/4 de finale 1er tour 1er tour 1er tour 1er tour 7 CAF
      Ghana - - 1er tour 1er tour 1er tour - - 3 CAF
      Guinée équatoriale - - - - - 1er tour - 1 CAF
      Nouvelle-Zélande 1er tour - - - 1er tour 1er tour 1er tour 4 OFC
      Argentine - - - 1er tour 1er tour - - 2 CONMEBOL
      Colombie - - - - - 1er tour 1/8 de finale 2 CONMEBOL
      Mexique - - 1er tour - - 1er tour 1er tour 3 CONCACAF
      Thaïlande - - - - - - 1er tour 1 AFC
      Côte d'Ivoire - - - - - - 1er tour 1 CAF
      Équateur - - - - - - 1er tour 1 CONMEBOL
      Espagne - - - - - - 1er tour 1 UEFA
      Costa Rica - - - - - - 1er tour 1 CONCACAF
      Cameroun - - - - - - 1/8 de finale 1 CAF
      Pays-Bas - - - - - - 1/8 de finale 1 UEFA
      Suisse - - - - - - 1/8 de finale 1 UEFA

    Légende :

    • Vainqueur
    • Finaliste
    • Troisième
    • Quatrième
    • 1/4 de finale
    • 1/8 de finale

    StatistiquesModifier

    Les États-Unis totalisent le plus grand nombre de titres (3) tandis qu'aucune équipe n'a perdu en finale plus d'une fois. Les États-Unis ont également le record du nombre de finales jouées (4). Le record de deux victoires consécutives est détenu par l'Allemagne, en 2003 et 2007, les États-Unis sont les seuls à être toujours montés sur le podium (7 fois en autant d'éditions). Enfin, le Japon (en 2011) est le seul à être sacré champion du monde après avoir perdu un match durant la compétition.

    Le plus grand écart de buts en finale est de +3 et est établi lors de la victoire 5-2 des États-Unis sur le Japon en 2015. Le plus grand nombre de buts marqués dans une finale est atteint en 2015. Le plus petit nombre est réalisé en 1999, avec aucun but.

    Le pays organisateur remporte la finale à une seule reprise, aux États-Unis en 1999.

    JoueusesModifier

    La Chinoise Ma Li inscrit le premier but de l'histoire de la Coupe du monde en marquant lors du match d'ouverture de la Coupe du monde en Chine contre la Norvège[7].

    • La Brésilienne Marta détient le record de buts marqués en Coupe du monde avec 15 buts le 9 juin 2015
    • La Brésilienne Formiga est la buteuse la plus âgée de la Coupe du monde féminine à l'âge de 37 ans.

    L'Allemande Birgit Prinz a inscrit 14 buts, suivie de Abby Wambach avec 13 buts, puis de l'Américaine Michelle Akers qui en compte 12[8], qui est la meilleure buteuse sur une seule édition avec 10 buts en 1991.

    Distinctions individuellesModifier

    À la fin de chaque tournoi de la Coupe du monde, plusieurs trophées sont attribués aux joueuses et aux équipes qui se sont distinguées par rapport aux autres dans différents aspects du jeu.

    Depuis la première édition en 1991 (sauf mention), quatre trophées officiels sont décernés[9] :

    • le Soulier d'or pour la meilleure buteuse ;
    • le Ballon d'or pour la meilleure joueuse de la Coupe du monde ;
    • le Gant d'or pour la meilleure gardienne de but (prix attribué depuis 2011) ;
    • le Trophée du Fair-Play de la FIFA pour l'équipe qui fait preuve du plus bel esprit sportif et du meilleur comportement.
    Coupe du monde Soulier d'or Buts Ballon d'or Gant d'or Palmarès du prix du fair-play
      Chine 1991   Michelle Akers 10   Carin Jennings -   Allemagne
      Suède 1995   Ann-Kristin Aarønes 6   Hege Riise -   Suède
      États-Unis 1999   Sissi
      Sun Wen
    7   Sun Wen -   Chine
      États-Unis 2003   Birgit Prinz 7   Birgit Prinz -   Chine (2)
      Chine 2007   Marta 7   Marta -   Norvège
      Allemagne 2011   Homare Sawa 5   Homare Sawa   Hope Solo   Japon
      Canada 2015   Célia Šašić 6   Carli Lloyd   Hope Solo   France
      France 2019

    Compétitions internationales non-officielles précédant la Coupe du monde féminine de la FIFAModifier

    Année Nation hôte Vainqueur Finaliste Score
    1970   Italie   Danemark   Italie 2-0
    1971   Mexique   Danemark   Mexique 3-0
    1981   Japon   Italie   Danemark 1-1
    1984   Italie   Italie   Allemagne 3-1
    1985   Italie   Angleterre   Italie 3-2
    1986   Italie   Italie   États-Unis 1-0
    1988   Italie   Angleterre   Italie 2-1
    1988   Chine   Norvège   Suède 1-0

    Couverture par les médias et spectateursModifier

    Lors de la Coupe du monde 2007 disputée en Chine, environ 200 pays ont diffusé les images de la compétition. La finale entre l'Allemagne et le Brésil fut suivie par 9,05 millions de téléspectateurs en Allemagne (soit 50,5 % de l'audience totale) par la ZDF, en comparaison à la précédente finale lors de la Coupe du monde 2003 disputée aux États-Unis entre l'Allemagne et la Suède qui avait attiré 11,38 millions d'Allemands (mais 33,8 % de l'audience totale) dans un taux d'horaire de fin de soirée[10].

    Pour la première fois lors de la Coupe du monde 2011, toutes les rencontres sont retransmises en haute définition, avec deux caméras dans les buts et deux steadicams utilisés dans tous les matches. Certains de ces matches comprennent 18 caméras, dont une spidercam et une caméra embarquée dans un hélicoptère[11]. Ce tournoi est le premier du football féminin faisant l'objet d'un album d'autocollants Panini, disponible seulement en Allemagne[12].

    La finale de la Coupe du monde 2015 devient le match de football le plus regardé de tous les temps aux États-Unis avec 25,4 millions de téléspectateurs (+41 % par rapport à la finale de 2011). Le précédent record était le match États-Unis-Portugal lors de la Coupe du monde masculine de 2014, avec 18,2 millions de téléspectateurs. Au Japon, la finale 2015 a été vue par 11,6 millions d'amateurs, +18 % par rapport à la finale de 2011 (également États-Unis-Japon). En France, la chaîne W9 a battu le record d'audience historique de la TNT avec le quart de finale France-Allemagne, regardé par 4,1 millions de personnes en moyenne, avec un pic à 5,3 millions vers 23h30[13].

    Notes et référencesModifier

    1. À partir de 2015
    2. (en) Karel Stokkermans, « Women's World Cup », sur rsssf.com, (consulté le 10 février 2011)
    3. « L'Allemagne organisera la Coupe du monde féminine 2011 », fifa.com
    4. Anthony Hernandez, « Football : onze raisons de suivre le Mondial féminin », Le Monde,‎ (lire en ligne)
    5. « La Tournée du Trophée de la Coupe du Monde Féminine », fifa.com
    6. L'édition 2019 à venir est déjà comptabilisée dans ce tableau.
    7. (en) David Shannon, « Women's World Cup 1991 (China) », RSSSF, (consulté le 6 juillet 2011)
    8. (en) Sébastien Duret, « Women's World Cup 1991-2007 - Final Tournaments – All Goal Scorers », RSSSF, (consulté le 6 juillet 2011)
    9. « Règlement Coupe du monde féminine de la FIFA, Allemagne 2011 », FIFA (consulté le 13 juillet 2011), p. 36 et 37 [PDF]
    10. Les diffuseurs gagnent leur pari, sur fifa.com
    11. « Une couverture télévisée exceptionnelle », sur fifa.com, (consulté le 24 juin 2011)
    12. (en) Helen Pidd, « Panini's football stickers for women's World Cup prove to be a sellout », The Guardian, (consulté le 16 juin 2011)
    13. Xavier Allain, « La Coupe de monde féminine de football bat des records d'audience à travers le monde », Le Figaro, le 8 juillet 2015

    Voir aussiModifier

    Sur les autres projets Wikimedia :

    Articles connexesModifier