Coupe du monde féminine de football 2011

compétition de football
(Redirigé depuis Coupe du monde de football féminin 2011)
Coupe du monde féminine de football 2011
Description de l'image Logo Coupe Monde Football Féminin 2011.png.
Généralités
Sport Football
Organisateur(s) FIFA et DFB
Édition 6e
Lieu(x) Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Date du 26 juin
au
Participants 16
Épreuves 32 rencontres
Site(s) 9 stades
Site web officiel
Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Allemagne Allemagne
Vainqueur Drapeau : Japon Japon
Deuxième Drapeau : États-Unis États-Unis
Troisième Drapeau : Suède Suède
Buts 84 (moyenne 2,63)
Meilleure joueuse Drapeau : Japon Homare Sawa
Meilleure(s) buteuse(s) Drapeau : Japon Homare Sawa (5 buts) But inscritBut inscritBut inscritBut inscritBut inscrit

Navigation

La Coupe du monde féminine de football 2011 est la sixième édition de la Coupe du monde féminine de football et s’est déroulée du 26 juin au en Allemagne. Il s’agit de la deuxième phase finale de Coupe du monde se disputant sur le continent européen. Le pays organisateur a été choisi en octobre 2007 par la Fédération internationale de football association (FIFA).

Les sélections nationales de 126 pays participent à une phase de qualification en 2010, dans le but de désigner les 15 équipes disputant le tournoi final en compagnie de l’équipe d'Allemagne, qualifiée d’office en tant que pays organisateur.

Le Japon remporte son premier titre de champion du monde en battant en finale les États-Unis et devient la première équipe asiatique à s'imposer dans la compétition.

Sommaire

Préparation de l'événementModifier

Désignation du pays hôteModifier

 
Logo de la candidature allemande

Six pays déclarent être intéressés pour l'organisation de la Coupe du monde féminine de football 2011 : l'Allemagne, l'Australie, le Canada, la France, le Pérou et la Suisse. La Fédération allemande de football annonce ses intentions d'organiser le tournoi le 26 janvier 2006, avec le soutien de la chancelière allemande Angela Merkel[1]. Les six nations annoncent officiellement leur intérêt le 3 mai 2007 auprès de la FIFA.

Les dossiers de candidature doivent être remis le 1er août 2007. La Suisse abandonne le 29 mai 2007 à cause de la présence de deux candidats européens que sont la France et l'Allemagne. Le 27 août 2007, la France abandonne également, avec en échange un soutien de l'Allemagne pour leur candidature à l'organisation du Championnat d'Europe de football 2016[2]. Plus tard, l'Australie (le 12 octobre 2007) et le Pérou (le 17 octobre 2007) se désistent également, laissant seulement comme candidats le Canada et l'Allemagne. Le 30 octobre 2007, le comité exécutif de la FIFA à Zurich attribue l'organisation du tournoi à l'Allemagne[3].

Comité d'organisationModifier

 
La présidente du comité d'organisation Steffi Jones

L'organisation du tournoi 2011 est confiée par la FIFA à la Fédération allemande de football (DFB) et à son comité d'organisation de la coupe du monde féminie de la FIFA Allemagne 2011. La présidente du comité d'organisation allemand est l'ancienne footballeuse internationale allemande Steffi Jones[4],[5].

Le 25 janvier 2009, Steffi Jones annonce la composition du comité d'organisation. Celui-ci comporte un coordinateur général, Uli Wolter, qui s'était occupé de l'organisation de la Coupe du monde de football 2006 dans la ville de Leipzig. Quatre départements sont créés : Heike Ulrich s'occupe de l'organisation, l'ancienne internationale allemande Doris Fitschen prend en charge le marketing, Winfried Naß est à la tête du département « Villes et stades » tandis que Jens Grittner s'occupe de la communication[5].

L'Américaine Mia Hamm occupe la fonction d'ambassadrice internationale de la coupe du monde. Sandra Minnert, Renate Lingor, Britta Carlson et Silke Rottenberg, anciennes internationales allemandes, ainsi que la championne paralympique de tir Manuela Schmermund sont les ambassadrices nationales de la compétition[6].

Villes et stades retenusModifier

Après l'annonce de la candidature allemande, 23 villes du pays manifestent leur souhait d'accueillir des matchs de la compétition. Parmi une première sélection de 12 sites, ce sont finalement neuf stades qui sont retenus :

Sites de la Coupe du monde 2011
Augsbourg Berlin Bochum Dresde Francfort
Impuls Arena Stade olympique de Berlin Rewirpowerstadion Rudolf-Harbig-Stadion Commerzbank-Arena
Capacité: 24 661 Capacité: 74 000 Capacité: 24 000 Capacité: 32 066 Capacité: 49 000
         
Leverkusen Mönchengladbach Sinsheim Wolfsbourg
BayArena Borussia-Park Rhein-Neckar-Arena Volkswagen-Arena
Capacité: 30 000 Capacité: 46 000 Capacité: 26 000 Capacité: 25 000
       

Le Stade olympique de Berlin, où s'est disputée la finale de la Coupe du monde masculine 2006, accueille le match d'ouverture de la compétition. La Commerzbank-Arena à Francfort accueille la finale.

Acteurs de la Coupe du mondeModifier

Équipes qualifiéesModifier

La FIFA réfléchit à l'augmentation du nombre de nations participantes, qui passerait de 16 à 24, pour répondre à la popularité croissante du football féminin et de la Coupe du monde féminine. Cette proposition de Sepp Blatter, le président de la Fédération Internationale, n'en est qu'au stade de la discussion. En effet la victoire écrasante de l'Allemagne 11-0 contre l'Argentine lors du match d'ouverture de l'édition 2007[7] a relancé le débat sur l'accroissement du nombre d'équipes qui nécessiterait de trouver 24 nations de niveau comparable.

Néanmoins, le 14 mars 2008, le comité exécutif de la FIFA décide de garder le nombre de participants à 16, pour ne pas niveler par le bas la compétition[8].

Les épreuves qualificatives pour la Coupe du monde féminine de football 2011 se déroulent d'avril 2009 à novembre 2010. En tant que pays hôte, l'Allemagne est qualifiée d'office, tandis que les autres équipes passent par les qualifications continentales. La plupart des confédérations utilisent leurs compétitions continentales régulières - la Coupe d'Asie de football féminin 2010, le Championnat d'Afrique de football féminin 2010, le Championnat d'Océanie de football féminin 2010, le Sudamericano Femenino 2010 et la Gold Cup féminine 2010 - pour déterminer les équipes qualifiées. L'exception vient de l'UEFA, qui organise des éliminatoires. Une place a été déterminée par un barrage entre une nation de l'UEFA et de la CONCACAF.

Les 16 équipes nationales qualifiées pour la phase finale
par confédération et par expérience
Europe (UEFA)
5 places dont une au pays hôte
Amérique du Sud (CONMEBOL)
2 places
Afrique (CAF)
2 places
Océanie (OFC)
1 place
Amérique du Nord, Centrale et Caraïbes (CONCACAF)
3 places
Asie (AFC)
3 places
 
Équipes qualifiées pour la phase finale

ArbitresModifier

Ci-dessous, la liste des 16 arbitres retenues pour le Mondial, répartie sur les six principales confédérations de football[9].

UEFA : CONCACAF : CONMEBOL : CAF :
AFC : OFC :

JoueusesModifier

La sélection définitive des 21 joueuses qui disputeront le Mondial en Allemagne est présentée à la FIFA au plus tard le 16 juin. Le remplacement de joueuses sérieusement blessées est autorisé jusqu'à la veille du premier match de Coupe du monde de la sélection.

Déroulement de la phase finaleModifier

Les rencontres du tournoi se disputent selon les lois du jeu, qui sont les règles du football définies par l'International Football Association Board (IFAB).

La compétition se dispute sur deux tours. Le premier tour se joue par groupes de quatre équipes, la répartition des équipes dans les différents groupes étant déterminée par tirage au sort. Le deuxième tour est une phase à élimination directe.

Tirage au sortModifier

Le dimanche 28 novembre 2010, soit la veille du tirage, la FIFA publie la liste des chapeaux utilisés pour le tirage au sort, ainsi que les règles de désignation de ceux-ci[10].

Un groupe est formé d'une équipe de chaque chapeau. Les têtes de séries sont dans le premier chapeau. Les autres chapeaux sont composés selon des critères géographiques pour respecter la limite par groupe d'une nation par continent, excepté pour le groupe A comprenant deux équipes européennes.

Les têtes de série se composent de l'Allemagne, pays organisateur, et des équipes les mieux classées du dernier classement FIFA en date (novembre 2010) des confédérations de l'AFC, de la CONCACAF et de la CONMEBOL.

Répartition des équipes avant le tirage au sort
Chapeau 1 Chapeau 2 Chapeau 3 Chapeau 4

  Allemagne
  Japon
  États-Unis
  Brésil

  Australie
  Corée du Nord
  Canada
  Mexique

  Nigeria
  Guinée équatoriale
  Nouvelle-Zélande
  Colombie

  Angleterre
  France
  Norvège
  Suède

Le tirage au sort a lieu le lundi 29 novembre 2010 à 19h30 (CET) au Centre des congrès de Francfort.

Composition des quatre groupes pour le premier tour
Groupe A Groupe B Groupe C Groupe D
  Allemagne   Japon   États-Unis   Brésil
  Canada   Nouvelle-Zélande   Corée du Nord   Australie
  Nigeria   Mexique   Colombie   Norvège
  France   Angleterre   Suède   Guinée équatoriale

Premier tourModifier

 
Cérémonie d'ouverture au stade olympique de Berlin avant Allemagne-Canada.

Les seize équipes sont réparties en quatre groupes de quatre. Chacune affronte les trois autres de son groupe. À l'issue des trois journées, les deux meilleures équipes de chaque groupe, soit huit au total, se qualifient pour les quarts de finale, où les premiers ont l'avantage théorique d'affronter des deuxièmes.

Règles de départageModifier

Chaque équipe reçoit trois points pour une victoire et un pour un match nul. La FIFA a déterminé que le départage se fait comme suit (il s'agit du même règlement pour tous les groupes de qualification et de phase finale) :

  1. le plus grand nombre de points obtenus dans tous les matches du groupe ;
  2. la différence de buts dans tous les matches du groupe ;
  3. le plus grand nombre de buts marqués dans tous les matches du groupe ;
  4. le plus grand nombre de points obtenus dans les matches de groupe entre les équipes à égalité ;
  5. la différence de buts particulière dans les matches de groupe entre les équipes à égalité ;
  6. le plus grand nombre de buts marqués dans les matches de groupe entre les équipes à égalité ;
  7. le critère du fair-play basé sur le nombre de cartons jaunes et rouges reçus.
  8. tirage au sort par la commission d’organisation de la FIFA.

Groupe AModifier

 
Match France-Allemagne du 5 juillet 2011
Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1   Allemagne 9 3 3 0 0 7 3 +4
2   France 6 3 2 0 1 7 4 +3
3   Nigeria 3 3 1 0 2 1 2 -1
4   Canada 0 3 0 0 3 1 7 -6

     Équipe qualifiée ou victorieuse; Pts = points; J = joués; G = gagnés; N = nuls; P = perdus;
Bp = buts pour; Bc = buts contre; Diff = différence de buts

Match Date Lieu Équipe 1 Résultat Équipe 2
1 26 juin 2011 Berlin Allemagne   2 – 1   Canada
2 26 juin 2011 Sinsheim Nigeria   0 – 1   France
9 30 juin 2011 Francfort Allemagne   1 – 0   Nigeria
10 30 juin 2011 Bochum Canada   0 – 4   France
17 5 juillet 2011 Mönchengladbach France   2 – 4   Allemagne
18 5 juillet 2011 Dresde Canada   0 – 1   Nigeria

Groupe BModifier

 
L'équipe du Japon lors du mach face à l’Angleterre.
Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1   Angleterre 7 3 2 1 0 5 2 +3
2   Japon 6 3 2 0 1 6 3 +3
3   Mexique 2 3 0 2 1 3 7 -4
4   Nouvelle-Zélande 1 3 0 1 2 4 6 -2

     Équipe qualifiée ou victorieuse; Pts = points; J = joués; G = gagnés; N = nuls; P = perdus;
Bp = buts pour; Bc = buts contre; Diff = différence de buts

Match Date Lieu Équipe 1 Résultat Équipe 2
3 27 juin 2011 Bochum Japon   2 – 1   Nouvelle-Zélande
4 27 juin 2011 Wolfsbourg Mexique   1 – 1   Angleterre
11 1er juillet 2011 Leverkusen Japon   4 – 0   Mexique
12 1er juillet 2011 Dresde Nouvelle-Zélande   1 – 2   Angleterre
19 5 juillet 2011 Augsbourg Angleterre   2 – 0   Japon
20 5 juillet 2011 Sinsheim Nouvelle-Zélande   2 – 2   Mexique

Groupe CModifier

 
Match Corée du Nord-Colombie du 6 juillet 2011
Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1   Suède 9 3 3 0 0 4 1 +3
2   États-Unis 6 3 2 0 1 6 2 +4
3   Corée du Nord 1 3 0 1 2 0 3 -3
4   Colombie 1 3 0 1 2 0 4 -4

     Équipe qualifiée ou victorieuse; Pts = points; J = joués; G = gagnés; N = nuls; P = perdus;
Bp = buts pour; Bc = buts contre; Diff = différence de buts

Match Date Lieu Équipe 1 Résultat Équipe 2
5 28 juin 2011 Dresde États-Unis   2 – 0   Corée du Nord
6 28 juin 2011 Leverkusen Colombie   0 – 1   Suède
13 2 juillet 2011 Sinsheim États-Unis   3 – 0   Colombie
14 2 juillet 2011 Augsbourg Corée du Nord   0 – 1   Suède
21 6 juillet 2011 Wolfsbourg Suède   2 – 1   États-Unis
22 6 juillet 2011 Bochum Corée du Nord   0 – 0   Colombie

Groupe DModifier

 
Le onze de départ brésilien avant le match Brésil-Norvège du 3 juillet 2011
Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff
1   Brésil 9 3 3 0 0 7 0 +7
2   Australie 6 3 2 0 1 5 4 +1
3   Norvège 3 3 1 0 2 2 5 -3
4   Guinée équatoriale 0 3 0 0 3 2 7 -5

     Équipe qualifiée ou victorieuse; Pts = points; J = joués; G = gagnés; N = nuls; P = perdus;
Bp = buts pour; Bc = buts contre; Diff = différence de buts

Match Date Lieu Équipe 1 Résultat Équipe 2
7 29 juin 2011 Mönchengladbach Brésil   1 – 0   Australie
8 29 juin 2011 Augsbourg Norvège   1 – 0   Guinée équatoriale
15 3 juillet 2011 Wolfsbourg Brésil   3 – 0   Norvège
16 3 juillet 2011 Bochum Australie   3 – 2   Guinée équatoriale
23 6 juillet 2011 Francfort Guinée équatoriale   0 – 3   Brésil
24 6 juillet 2011 Leverkusen Australie   2 – 1   Norvège

Phase à élimination directeModifier

Quarts de finale Demi-finales Finale
 9 juillet, Wolfsbourg      13 juillet, Francfort      17 juillet, Francfort
   Allemagne  0
   Japon  1ap  
   Japon  3
 10 juillet, Augsbourg
     Suède  1  
   Suède  3
   Australie  1  
   Japon  2 (3)tab
 9 juillet, Leverkusen
     États-Unis  2 (1)
   Angleterre  1 (3)
 13 juillet, Mönchengladbach
   France  1 (4)tab  
   France  1
 10 juillet, Dresde Troisième place
     États-Unis  3  
   Brésil  2 (3)  16 juillet, Sinsheim
   États-Unis  2 (5)tab      Suède  2
   France  1

Quarts de finaleModifier

Match 25 Allemagne   0 – 1 ap   Japon Volkswagen-Arena, Wolfsbourg

20:45
(0 – 0) Maruyama   108e Spectateurs : 26 067
Arbitrage :   Quetzalli Alvarado
Rapport

Match 26 Angleterre   1 – 1 ap   France BayArena, Leverkusen

18:00
Scott   59e (0 – 0)   88e Bussaglia Spectateurs : 26 395
Arbitrage :   Jenny Palmqvist
Rapport
Smith  

Carney  
Stoney  
Rafferty  
White  

Tirs au but
3 – 4
Abily  

Bussaglia  
Thiney  
Bompastor  
Le Sommer  


Match 27 Suède   3 – 1   Australie Impuls Arena, Augsbourg

13:00
Sjögran   11e
Dahlkvist   16e
Schelin   52e
(2 – 1)   40e Perry Spectateurs : 24 605
Arbitrage :   Silvia Reyes
Rapport

Match 28 Brésil   2 – 2 ap   États-Unis Rudolf-Harbig-Stadion, Dresde

17:30
Marta   68e (pén.)   92e (0 – 1)   2e (csc) Daiane
  65e Buehler
  120e Wambach
Spectateurs : 25 598
Arbitrage :   Jacqui Melksham
Rapport
Cristiane  

Marta  
Daiane  
Francielle  

Tirs au but
3 – 5
Boxx  

Lloyd  
Wambach  
Rapinoe  
Krieger  

Demi-finalesModifier

Match 29 Japon   3 – 1   Suède Commerzbank-Arena, Francfort

20:45
Kawasumi   19e   64e
Sawa   60e
(1 – 1)   10e Öqvist Spectateurs : 45 434
Arbitrage :   Carol Anne Chenard
Rapport

Match 30 France   1 – 3   États-Unis Borussia-Park, Mönchengladbach

18:00
Bompastor   55e (0 – 1)   9e Cheney
  79e Wambach
  82e Morgan
Spectateurs : 25 676
Arbitrage :   Kirsi Heikkinen
Rapport

Match pour la troisième placeModifier

Match 31 Suède   2 – 1   France Rhein-Neckar-Arena, Sinsheim

17:30
Schelin   29e
Öqvist   68e
Hammarström   82e
(1 – 0)   56e Thomis Spectateurs : 25 475
Arbitrage :   Kari Seitz
Rapport

FinaleModifier

Match 32 Japon   2 – 2 ap   États-Unis Commerzbank-Arena, Francfort

20:45
Miyama   81e
Sawa   117e
(0 – 0, 1 – 1)   69e Morgan
  104e Wambach
Spectateurs : 48 817
Arbitrage :   Bibiana Steinhaus
Rapport
Miyama  

Nagasato  
Sakaguchi  
Kumagai  

Tirs au but
3 – 1
  Boxx

  Lloyd
  Heath
  Wambach

Japon
États-Unis
 
Japon :
G 21 Ayumi Kaihori
D 2 Yukari Kinga
D 3 Azusa Iwashimizu   120+1e
D 4 Saki Kumagai
D 15 Aya Sameshima
M 6 Mizuho Sakaguchi
M 10 Homare Sawa
M 11 Shinobu Ohno   66e
M 8 Aya Miyama   97e
A 7 Kozue Ando   66e
A 9 Nahomi Kawasumi
Remplaçantes :
A 17 Yūki Nagasato   66e 
A 18 Karina Maruyama   66e    119e
A 20 Mana Iwabuchi   119e 
Entraîneur :
  Norio Sasaki
 
 
États-Unis :
G 1 Hope Solo
D 11 Ali Krieger
D 19 Rachel Buehler
D 3 Christie Rampone
D 6 Amy LePeilbet
M 9 Heather O'Reilly
M 10 Carli Lloyd
M 7 Shannon Boxx
M 15 Megan Rapinoe   114e
A 12 Lauren Cheney   46e
A 20 Abby Wambach
Remplaçantes :
A 13 Alex Morgan   46e 
M 17 Tobin Heath   114e 
Entraîneur :
  Pia Sundhage

Joueuse du match :
  Ayumi Kaihori

Arbitres assistantes :
  Marina Wozniak
  Katrin Rafalski
Quatrième arbitre :
  Jenny Palmqvist

Statistiques, classements et buteursModifier

StatistiquesModifier

Les 16 équipes présentes disputent un total de 32 rencontres : 24 au premier tour et 8 dans la phase à élimination directe. Un total de 84 buts sont marqués, soit 2,63 par match. Les arbitres distribuent 63 cartons jaunes et 4 cartons rouges. L'affluence totale est de 847 501 spectateurs.

Nombre d'équipes par confédération et par tourModifier

Confédération Phase de groupes Quarts de finale Demi-finales Finale Victoire
AFC 3 2 1 1 1
CONCACAF 3 1 1 1
UEFA 5 4 2
CONMEBOL 2 1
CAF 2
OFC 1
Total 16 8 4 2 1

Ballon d'or de la meilleure joueuseModifier

Le Ballon d'or est la récompense attribuée à la meilleure joueuse de la coupe du monde 2011.

Classement du Ballon d'or[11]
Place Joueuse
    Homare Sawa
    Abby Wambach
    Hope Solo

Soulier d'or de la meilleure buteuseModifier

Le Soulier d'or est attribué à la meilleure buteuse de la compétition. Le classement du Soulier d'or est établi selon le nombre de buts marqués puis, en cas d'égalité entre plusieurs joueuses, selon le nombre de passes décisives délivrées. En cas de nouvelle égalité, la buteuse la mieux classée est celle ayant eu le plus faible temps de jeu pendant la coupe du monde.

Classement du Soulier d'or[12]
Place Joueuse Buts Passes décisives Temps de jeu
    Homare Sawa 5 1 593
    Marta 4 2 390
    Abby Wambach 4 1 600
4   Lisa Dahlkvist 3 0 527
5   Aya Miyama 2 4 599
6   Lauren Cheney 2 3 460
7   Lotta Schelin 2 2 540
8   Alex Morgan 2 1 217
9   Inka Grings 2 1 254
10   Jill Scott 2 1 390
  Kerstin Garefrekes 2 1 390
  Cristiane 2 1 390

Autres récompensesModifier

Le Gant d'or est attribué à la meilleure gardienne de but de la compétition. Le Prix du fair-play de la FIFA est attribué à l'équipe ayant fait preuve du plus bel esprit sportif et du meilleur comportement.

Prix annexes[11]
Prix Lauréat
Gant d'or   Hope Solo
Prix du fair-play   Japon
Meilleure jeune joueuse   Caitlin Foord

Équipe-type de la compétitionModifier

Les meilleures joueuses de la Coupe du monde font partie d'une équipe-type sélectionnée par la FIFA. Voici l'équipe idéale de la Coupe du monde 2011[13] :

Équipe-type
Gardiennes Défenseurs Milieux défensifs Milieux offensifs Attaquantes

  Ayumi Kaihori
  Hope Solo

  Alex Scott
  Laura Georges
  Érika
  Saskia Bartusiak
  Sonia Bompastor
  Elise Kellond-Knight

  Shannon Boxx
  Homare Sawa
  Caroline Seger
  Jill Scott

  Kerstin Garefrekes
  Shinobu Ohno
  Louisa Necib
  Genoveva Añonma
  Aya Miyama
  Lauren Cheney

  Lotta Schelin
  Marta
  Abby Wambach

Classement de la compétitionModifier

Le classement complet des 16 équipes ayant participé au tournoi prend en compte, en plus du stade de la compétition atteint, le nombre total de points obtenus, puis la différence de buts et enfin le nombre de buts inscrits. Le nombre de points est calculé de la même manière que pour le premier tour, à savoir en attribuant 3 points pour un match gagné, 1 point pour un match nul et 0 point pour une défaite.

Classement de la Coupe du monde
Place Nation Stade de la compétition
    Japon
Vainqueur
    États-Unis
Finale
    Suède
Demi-finale
4   France
Demi-finale
5   Brésil
Quarts de finale
6   Angleterre
7   Allemagne
8   Australie
9   Nigeria
Premier tour
10   Norvège
11   Mexique
12   Nouvelle-Zélande
13   Corée du Nord
14   Colombie
15   Guinée équatoriale
16   Canada

Aspects socio-économiques de la coupe du mondeModifier

Couverture médiatiqueModifier

La couverture télévisée de l'événement est sans précédent pour le football féminin. Pour la première fois, toutes les rencontres sont retransmises en haute définition, avec deux caméras dans les buts et deux steadicams utilisés dans tous les matchs. Certains de ces matchs comprennent 18 caméras, dont une spidercam et une caméra embarquée dans un hélicoptère[14].

En Allemagne, les chaînes publiques ARD et ZDF diffusent les 32 matchs en direct. En Europe, tous les matchs sont disponibles sur Eurosport dans 34 pays et territoires tandis que l'Union européenne de radio-télévision prend en charge la couverture radiophonique. En France, certains matchs de l'équipe de France sont diffusés par Direct 8. Au Royaume-Uni, les matchs de l'équipe nationale sont retransmis sur BBC Red Button ainsi que sur le site web des sports de la BBC[15] , la finale étant diffusée sur BBC Three. ESPN et ESPN2 assurent la diffusion aux États-Unis tandis qu'ESPN3 et Xbox Live offrent des multiplex en ligne[16]. CBC/Radio-Canada retransmettent la compétition en français et en anglais au Canada. Univision le fait en espagnol pour l'Amérique du Nord. La SBS possède les droits de retransmission en Australie et Al Jazeera retransmet le Mondial au Moyen-Orient et en Afrique du Nord[14].

Ce tournoi est le premier du football féminin ayant fait l'objet d'un album d'autocollants Panini, disponible seulement en Allemagne[17].

SponsorsModifier

Le Mondial est grandement financé par des sponsors liés à la FIFA et au comité d'organisation. On distingue des sponsors internationaux et des sponsors nationaux, qui ne peuvent faire de la publicité pour leur engagement qu'en Allemagne, alors que les sponsors internationaux ont le droit de le faire dans le monde entier.

Les sponsors internationaux sont au nombre de 6 : Adidas, Coca-Cola, Emirates, Hyundai, Sony et Visa. Les six sponsors nationaux du comité d'organisation allemand sont Deutsche Bahn (les chemins de fer allemands), Deutsche Post (poste allemande), Allianz (assurance), Commerzbank (banque), Deutsche Telekom (société de télécommunications) et Rewe (coopérative de commerçants allemands).

BilletterieModifier

Environ un million de billets sont disponibles, dont 900 000 au grand public[18]. 350 000 billets sont à prix réduit, à destination des familles, des clubs et des écoles, qui font partie des cibles principales du comité d'organisation. Au 22 juin 2011, 700 000 billets ont été vendus[19].

Ballon, logo, mascotte, et slogan officielsModifier

 
Speedcell, le ballon officiel
 
Mascotte de l'épreuve, Karla Kick

Fabriqué par Adidas, le Speedcell est le ballon officiel de la coupe du monde de football de 2011[20]. Il est présenté le à Francfort.

Le logo officiel de la compétition, nommé Arena Deutschland, est présenté par Steffi Jones et Franz Beckenbauer lors des finales de la Coupe d'Allemagne de football et de la Coupe d'Allemagne féminine de football le 19 avril 2008. Il présente un stade avec des bandes aux couleurs de l'Allemagne, noir, rouge et or, et un pictogramme du trophée de la coupe du monde féminine dans le coin supérieur droit. Il est l'œuvre de l'agence de publicité de Stuttgart WVP[21].

La mascotte du tournoi, la chatte Karla Kick, est présentée lors du match d'ouverture de la Coupe du monde féminine de football des moins de 20 ans 2010 le 13 juillet 2010. La mascotte est créée par l'agence de Francfort GMR Marketing. Selon Jones, la mascotte « représente la gaieté, la grâce et l'athlétisme qui caractérisent le football féminin »[22].

Le 22 avril 2009, le slogan de la compétition est présenté en allemand : « 20Elf von seiner schönsten Seite ! », et en anglais : « The beautiful side of 20Eleven! ».

PrimesModifier

Prime en USD
Premier tour 250 000
Quarts de finale 350 000
Quatrième 550 000
Troisième 650 000
Finaliste 800 000
Vainqueur 1 000 000

Le montant total des primes offertes pour le tournoi est de 7,6 millions de dollars américains, soit 1,2 millions de dollars de plus par rapport à l'édition précédente[20]. Avant le tournoi, chaque équipe participante reçoit 75 000 dollars pour les coûts de préparation. La distribution des 6,2 millions de dollars restants se déroule selon le tableau ci-contre[20].

ControversesModifier

Droits de l'hommeModifier

Deux journalistes iraniennes, militantes des droits des femmes, sont arrêtées alors qu'elles allaient couvrir le Mondial féminin, l'une d'entre elles pour la chaîne de télévision allemande Deutsche Welle[23],[24].

Avant le début du tournoi, la sélectionneuse nigériane Eucharia Uche aurait déclaré au New York Times : « Les lesbiennes dans notre équipe étaient vraiment un gros problème, mais depuis que je suis sélectionneuse, le problème est réglé. Il n'y a plus de joueuses lesbiennes dans mon équipe »[25], propos homophobes dénoncés par la FIFA[26]. Eucharia Uche dément avoir tenu ces propos[27].

Guinée équatorialeModifier

La Guinée équatoriale est accusée par des équipes africaines d'avoir aligné des hommes lors de matchs de qualification : les sœurs Bilinguisa et Salimata Simpore ont ainsi été écartées pour la Coupe du monde[28]. Par ailleurs, l'attaquante Jade Boho est suspendue pour des problèmes de nationalité, ayant joué pour la sélection espagnole au cours des cinq années précédentes[29].

DopageModifier

La gardienne remplaçante colombienne Yineth Varón est suspendue pour le premier match du Groupe C Suède-Colombie, suite à des irrégularités décelées dans l'échantillon A du contrôle anti-dopage effectué le 25 juin à Leverkusen[30]. L'échantillon B confirme les résultats du premier échantillon[31]. La joueuse renvoyée en Colombie aurait d'après la fédération de son pays caché au médecin de la sélection qu'elle suivait un traitement hormonal[32]. Le 25 août 2011, la Commission de Discipline de la FIFA suspend la joueuse pour toute compétition ou activité liée au football pendant deux ans[33].

Les Nord-Coréennes Song Jong-sun et Jon Pok-sim sont testées positif à un stéroïde anabolisant après des tests effectués après les deux premiers matchs de la Corée du Nord, et n'ont donc pas été alignées pour le dernier match contre la Colombie, où toute la sélection est contrôlée[32]. Le 16 juillet, la FIFA annonce que trois autres joueuses nord-coréennes sont contrôlées positives ; leurs identités ne sont pas révélées[34]. Le 25 août 2011, la Commission de Discipline de la FIFA suspend Pok Sim-jong, Myong Hui Hong, Un Byol Ho et Un Hyang Ri pour 18 mois, Jong Sun Song pour 14 mois et le médecin nord-coréen, le Dr Jong Ae Nam est suspendu pour toute compétition ou activité liée au football pendant six ans. De plus, la Fédération nord-coréenne doit s'acquitter d'une amende de 400 000 dollars, correspondant à la prime gagnée lors du Mondial. Enfin, la sélection nord-coréenne est exclue du prochain Mondial au Canada en 2015[33].

Notes et référencesModifier

  1. (de) « Rede von Bundeskanzlerin Angela Merkel », sur deutschland.de,‎ (consulté le 3 juin 2011)
  2. (de) Markus Juchem, « WM 2011: Frankreichs Rückzug offenbar beschlossene Sache », sur womensoccer.de,‎ (consulté le 3 juin 2011)
  3. « La FIFA choisit l'Allemagne », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 3 juin 2011)
  4. (en) « Organisation Chart - FIFA Women’s World Cup 2011™ - Organising Committee Germany », sur fifa.com,‎ (consulté le 24 juin 2011)
  5. a et b (de) « FIFA Frauen-WM 2011, Organisationskomitee », sur dfb.de (consulté le 24 juin 2011)
  6. « Les ambassadrices de la Coupe du monde Féminine de la FIFA 2011 », sur fifa.com (consulté le 24 juin 2011)
  7. l'Europe de tous les records
  8. (en) « FIFA keeps 16 teams for 2011 Women's World Cup, rejects attempt to increase to 24 », sur sports.espn.gp.com,‎ (consulté le 8 juin 2011)
  9. (en) « List of referees and assistant referees », sur fifa.com,‎ (consulté le 8 juin 2011)
  10. « Procédure du tirage au sort », sur fifa.com,‎ (consulté le 8 juin 2011)
  11. a et b « Coupe du monde féminine de la FIFA 2011 - Prix », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ (consulté le 18 juillet 2011)
  12. « Soulier d'or adidas », sur fr.fifa.com, FIFA (consulté le 17 juillet 2011)
  13. « Carton plein pour Sawa », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ (consulté le 18 juillet 2011)
  14. a et b « Une couverture télévisée exceptionnelle », sur fifa.com,‎ (consulté le 24 juin 2011)
  15. (en) « BBC follows England in 2011 FIFA Women's World Cup », sur bbc.co.uk,‎ (consulté le 16 juin 2011)
  16. (en) « 2011 FIFA Women’s World Cup Schedule on ESPN », ESPNMediaZone,‎ (consulté le 16 juin 2011)
  17. (en) Helen Pidd, « Panini's football stickers for women's World Cup prove to be a sellout », The Guardian,‎ (consulté le 16 juin 2011)
  18. (en) « Tickets available for sought-after matches », sur fifa.com,‎ (consulté le 14 juin 2011)
  19. (de) « WM-Splitter: Weitere Ticket-Schallmauer durchbrochen », sur dfb.de,‎ (consulté le 22 juin 2011)
  20. a, b et c (en) « FIFA Women's World Cup Germany 2011™ - History & Numbers - Statistical Kit 2 », FIFA,‎ (consulté le 10 juillet 2011)
  21. (en) « Germany 2011 emblem unveiled », sur fifa.com,‎ (consulté le 24 juin 2011)
  22. « Coupe du monde 2011 : à la découverte de Karla Kick ! », sur footofeminin.fr,‎ (consulté le 24 juin 2011)
  23. (de) Johannes Korge, « Iran hindert prominente Fotografin an WM-Reise », Der Spiegel, 25 juin 2011.
  24. « Nouvelles arrestations de journalistes en Iran », RFI, 17 juillet 2011.
  25. « FOOT. “Il n'y a plus de lesbiennes dans mon équipe” », Le Nouvel Observateur, 30 juin 2011.
  26. « Mondial féminin : la FIFA dénonce les propos homophobes de la sélectionneuse du Nigeria », Le Monde, 30 juin 2011.
  27. « Position de la FIFA concernant les propos discriminatoires », FIFA, 30 juin 2011.
  28. « Des hommes parmi les femmes ? », footafrica365.fr, 24 juin 2011.
  29. « Deux joueuses suspendues », radio-canada.ca, 6 juillet 2011.
  30. (en) « Varon banned from World Cup », espn.go.com, 28 juin 2011.
  31. (en) Bob Bench, « North Korean Players Fail Drug Tests at Women’s World Soccer Championship », bloomberg.com, 7 juillet 2011
  32. a et b « Mondial de foot féminin : deux joueuses nord-coréennes contrôlées positif », lemonde.fr, 7 juillet 2011
  33. a et b « Décisions de la Commission de Discipline de la FIFA », fifa.com, 25 août 2011
  34. « Cinq Nord-Coréennes positives », eurosport.fr, 16 juillet 2011

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

Documents de la Fédération internationale de football association (FIFA)
  • (fr) Comité exécutif de la FIFA, Règlement de la coupe du monde de la FIFA, Allemagne 2011, . [texte intégral (consulté le 8 juin 2011)]