Ouvrir le menu principal

Carli Lloyd

joueuse de football américaine
Ne doit pas être confondu avec Carli Lloyd, joueuse américaine de volley-ball.

Carli Lloyd
Image illustrative de l’article Carli Lloyd
Carli Lloyd en septembre 2011
Situation actuelle
Équipe Drapeau : États-Unis Sky Blue FC
Numéro 10
Biographie
Nom Carli Anne Lloyd
Nationalité Drapeau : États-Unis Américaine
Naissance (37 ans)
Lieu Delran (États-Unis)
Taille 1,72 m (5 8)[1]
Poste Milieu central/Avant-centre
Parcours junior
Saisons Club
2001-2004 Drapeau : États-Unis Rutgers Scarlet Knights
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1999 Drapeau : États-Unis Central Jersey Splash
2000 Drapeau : États-Unis New Brunswick Power
2001 Drapeau : États-Unis S.J Banshees
2004 Drapeau : États-Unis New Jersey Wildcats 01 0(1)
2009 Drapeau : États-Unis Chicago Red Stars 16 0(2)
2010 Drapeau : États-Unis Sky Blue FC 05 0(0)
2011 Drapeau : États-Unis Atlanta Beat 10 0(2)
2013-2014Drapeau : États-Unis Western New York Flash 36 0(18)
2015-2017 Drapeau : États-Unis Houston Dash 27 0(11)
2017 Drapeau : Angleterre Manchester City 08 0(2)
2018- Drapeau : États-Unis Sky Blue FC 18 0(4)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
2002-2005 Drapeau : États-Unis États-Unis espoirs
2005- Drapeau : États-Unis États-Unis 287 (119)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 7 juillet 2019

Carli Anne Lloyd, née le 16 juillet 1982 à Delran Township dans le New Jersey, est une joueuse de football américaine évoluant au poste de milieu de terrain ou d'attaquante. Elle est membre de l'Équipe des États-Unis de soccer féminin. Elle gagne deux médailles d'or olympiques en 2008 et en 2012 en marquant tous les buts de son équipe en finale, face au Brésil (1-0) et quatre ans plus tard contre le Japon (2-1). Carli Lloyd est la capitaine de la formation qui remporte la Coupe du monde 2015 au Canada où elle inscrit trois buts en treize minutes au cours de la finale remportée devant le Japon 5-2 le 5 juillet 2015 à Vancouver. Elle devient également la meilleure joueuse féminine de 2015 le 11 janvier lors de la cérémonie du Ballon D'Or 2016

JeunesseModifier

Fille de Stephen et Pamela Lloyd, Carli est élevée, avec son frère Stephen et sa sœur Ashley, dans le Delran Township[2], communauté du New Jersey à 20 minutes environ de Philadelphie. Lloyd commence à jouer au football à l'âge de cinq ans[3]. Sa mère, Pamela, donnera des explications concernant les débuts de sa fille : « At that age, it was coed, and Carli was hanging with the boys. She always loved it and showed a lot of ability from an early age, but she also has always worked hard. »[Note 1]'[4].

Carli Lloyd étudie à la Delran High School de 1997 à 2000 et joue au football sous la tutelle de Rudy Klobach[5]. Au lycée, Lloyd est connue pour son excellent contrôle de balle et sa faculté à distribuer les ballons depuis le milieu de terrain[4].

Carrière professionnelleModifier

Carrière en clubModifier

Entre 2001 et 2004, Lloyd joue au football pour l'Université Rutgers avec les Rutgers Scarlet Knights. Elle est élue recrue de l'année en 2001 et elle est dans l'équipe d'étoiles de la conférence All-Big East de la NCAA pendant 4 saisons consécutives.

Durant la saison des vacances scolaires, elle joue dans la W-League : au Central Jersey Splash en 1999, au New Brunswick Power en 2000, au South Jersey Banshees en 2001 et au Wildcats du New Jersey en 2004. Avec ces derniers, elle remporte le titre de la Conférence de l'Est de la W-League.

Lors de la création de la ligue professionnelle américaine Women's Professional Soccer, Lloyd est repêchée par les Red Stars de Chicago. Durant la saison 2009, elle joue 16 matchs (14 titularisations, 1313 minutes) et marque 2 buts. Après cette saison décevante, Lloyd n'est pas protégée par son club au repêchage de la ligue et est déclarée agent libre sans contrat. Elle est recrutée par Sky Blue FC puis échangée au cours de la saison 2010 au Atlanta Beat. Elle y joue le reste de la saison 2010 et la saison 2011.

Le 11 janvier 2013, elle est mise à disposition du Western New York Flash, jouant dans la nouvelle National Women's Soccer League[6].

Carrière en sélectionModifier

États-Unis -21 ansModifier

Carli Lloyd fait partie de l'équipe féminine des moins de 21 ans avant d'accéder à l'équipe senior des Etats-unis, à 23 ans. Avec cette équipe de jeunes, elle participe à quatre reprises à la Nordic Cup[7] et remporte autant de titres dans la compétition entre 2002 et 2005. Elle délivre une passe décisive lors de l'édition 2003 de la compétition et permet à son équipe de remporte sur le score de 1 but à 0 son match face au Danemark. L'année suivante, elle participe à l'ensemble des matchs de son équipe et marque 2 buts et délivre une passe décisive[7]. En 2005, elle marque trois buts dans la compétition dont un durant dernier match de la Nordic Cup contre la Norvège (victoire 4-1)[8].

Equipe seniorModifier

Sa première apparition en équipe nationale des États-Unis a lieu le 10 juillet 2005 contre l'Ukraine. Elle inscrit son premier but le 1er octobre 2006 contre la Taïwan.

Nommée meilleure joueuse lors de l'Algarve Cup en 2007, elle est une titulaire indiscutable de la sélection américaine. En 2008 à l'occasion des Jeux olympiques de 2008 à Pékin, elle inscrit l'unique but de la finale entre sa sélection et le Brésil durant les prolongations, permettant aux États-Unis d'inscrire pour la troisième fois son nom au palmarès de cette compétition en quatre éditions.

En avril 2010 elle subit une blessure à la cheville qui l'éloigne du jeu de l'équipe nationale pour la saison . Elle reprend l'entraînement, juste à temps pour commencer les préparatifs de la Coupe du monde féminine 2011 avec le Tournoi des quatre nations en Chine en janvier 2011. Lors de la Coupe du monde féminine 2011 qui voit les Américaines échouer en finale, elle marque un but lors de la victoire 3-0 contre la Colombie.

Elle fait partie de l'équipe américaine championne olympique aux Jeux olympiques d'été de 2012.

Lors de la Coupe du monde féminine 2015, elle devient la première joueuse à inscrire un triplé dans une finale (3e, 5e, 16e), dont l'un depuis le milieu du terrain. Elle permet ainsi à l'équipe des États-Unis de remporter son 3e titre en battant le Japon 5-2. À la suite de ses performances, Carli Lloyd est nommée Ballon d'Or (meilleure joueuse du tournoi), confirmant une fois de plus qu'elle est une joueuse des grands rendez-vous.

Style de jeuModifier

Bien qu'elle ait été critiquée, présentée comme très irrégulière et perdant beaucoup de ballons au début de sa carrière, Carli Lloyd est rapidement devenue l'une des meilleures joueuses du monde[9]. Elle est principalement connue pour sa détermination, son mental et son professionnalisme[9]. Battante et persévérante[9], elle possède une excellente technique, tant au niveau de ses contrôles que de ses passes ou ses tirs[10]'[11]'[12]. Son endurance, sa force et ses tacles lui permettent d'épauler ses coéquipiers défensivement, mais ses projections vers l'avant, son positionnement et sa qualité dans les derniers gestes lui permettent, aussi, de participer à l'animation offensive de son équipe[9]'[11]. Toutes ses qualités offensives et défensives lui permettent ainsi d'occuper l'intégralité des postes au milieu de terrain. Carli Lloyd commence sa carrière en tant que milieu de terrain défensif mais son positionnement devient de plus en plus offensif au fil de sa carrière. Elle préfère d'ailleurs être en soutien de ses attaquants, haut sur le terrain[9]'[13]. Lloyd se forge rapidement une réputation de "clutch player", c'est-à-dire de joueuse décisive dans les grands moments, puisqu'elle marque régulièrement des buts clés pour son équipe[9] - comme son triplé en finale de coupe du monde 2015. Dotée d'une frappe puissante, elle est capable de marquer depuis n'importe quelle position sur le terrain - comme son lob en finale de la coupe du monde 2015 - et peut conclure des actions aussi bien des pieds que de la tête[11]'[12].

Vie privéeModifier

Carli Lloyd vit avec son fiancé, Brian Hollins, à Mount Laurel dans le New Jersey[14]. Elle a aidé l'organisation Habitat for Humanity International[15].

StatistiquesModifier

En clubModifier

Statistiques de Carli Lloyd au 11 mai 2019[16]
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s) Compétition(s)
continentale(s)
Autres compétitions Total
Division M B M B C M B C M B M B
2009   Chicago Red Stars W-League 16 2 - - - - - - - 16 2
Sous-total 16 2 - - - - - - - - 16 2
2010   Sky Blue FC W-League 5 0 - - - - - - - - 5 0
Sous-total 5 0 - - - - - - - - 5 0
2011   Atlanta Beat WPS 10 2 - - - - - - - - 10 2
Sous-total 10 2 - - - - - - - - 10 2
2013   Western New York Flash NWSL 15 8 - - - - - Séries 2 2 17 10
2014   Western New York Flash NWSL 19 8 - - - - - - - - 19 8
Sous-total 36 18 - - - - - - - - 36 18
2015   Houston Dash NWSL 12 4 - - - - - - - - 12 4
2016   Houston Dash NWSL 7 5 - - - - - - - - 7 5
Sous-total 19 9 - - - - - - - - 19 9
2017   Manchester City (prêt) FA WSL 4 0 0 0 WCL 4 1 - - - 8 1
Sous-total 4 0 - - - 4 1 - - - 8 1
2017   Houston Dash NWSL 8 2 - - - - - - - - 8 2
Sous-total 8 2 - - - - - - - - 8 2
2018   Sky Blue FC NWSL 18 4 - - - - - - - - 18 4
2019   Sky Blue FC NWSL 3 2 - - - - - - - - 3 2
Sous-total 21 6 - - - - - - - - 21 6
Total sur la carrière 117 37 0 0 - 4 1 - 2 2 123 40

PalmarèsModifier

Notes et référencesModifier

NoteModifier

  1. A cet âge-là, c'était mixte, et Carli traînait avec les garçons. Elle a toujours aimé ça et montrait d'excellentes capacités pour son jeune âge, mais elle était également très travailleuse.

RéférencesModifier

  1. (en) Liste complète des équipes à la Coupe du monde 2019, sur www.fifadata.com
  2. « Sports Briefing », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  3. (en-US) « Carli Lloyd Interview - Womens Soccer United »
  4. a et b « Carli Lloyd: A Bear Necessity Delran's Junior Midfielder Is At The Controls. »
  5. Juliet Macur, « Nation’s Roars for Carli Lloyd Are Missing the Voice of a Cherished Fan », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  6. (en) Graham Hays, « NWSL allocation easier said than done », sur espn.go.com, (consulté le 12 janvier 2013)
  7. a et b « Nordic Cup (Women U-20/U-21/U-23) », sur www.rsssf.com
  8. « U.S. women win Nordic Cup again », sur ESPNFC.com
  9. a b c d e et f Caitlin Murray, « Carli Lloyd: complicated, inconsistent ... and officially the world's best », sur the Guardian,
  10. (en-US) « A Star (Still) in the Making », sur NBC SportsWorld,
  11. a b et c « Carli Lloyd: A Bear Necessity Delran's Junior Midfielder Is At The Controls. », sur philly-archives
  12. a et b « Unstoppable Carli Lloyd Just Keeps 'Chugging Along' », sur espnW
  13. Caitlin Murray, « How Carli Lloyd found freedom to become USA's big-goal hunter », sur the Guardian,
  14. « U.S. women's soccer team star Carli Lloyd returns to home turf in Lumberton after winning gold medal at Olympics », sur philly-archives
  15. « WDEL 101.7FM - Habitat for Humanity gets kick out of soccer stars », sur wdel.com
  16. « Statistiques de Carli Lloyd », sur scoresway.com
  17. L'Américaine Carli Lloyd meilleure joueuse de l'année

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :