Comte romain

Comte romain désigne un titre de comte de la noblesse pontificale qui était accordé par bref des souverains pontifes, principalement à des citoyens étrangers à l'État du Vatican.

HistoriqueModifier

L’annexion en 1791 des États pontificaux en France marqua la fin de la souveraineté du pape sur le Comtat Venaissin et sur Avignon. Après avoir retrouvé sa souveraineté en 1815 au Congrès de Vienne, le pape Pie VII rétablit la noblesse pontificale et les titres de noblesse pontificale.

Dans les brefs la formulation officielle était « comte du palais apostolique et de la cour du Latran »[1] mais « comte romain » devint la forme en usage qui remplaça l'ancien titre de « comte palatin ».

Selon le contenu du bref papal, le titre de comte romain pouvait être personnel ou héréditaire[2].

Du dix-neuvième siècle à 1931, les souverains pontifes accordèrent 431 titres de comte à des Français dont 155 héréditaires et 66 subsistants[3].

L’obtention d’un titre de comte romain ne faisait pas accéder le bénéficiaire à la noblesse de son pays, même si parfois celui-ci obtenait l’autorisation du port du titre dans son pays[4].

Depuis 1931 l'anoblissement héréditaire est supprimé dans l'État du Vatican et en 1964 le pape Paul VI annonça qu'il n'y aurait plus de création de titres de noblesse pontificale.

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier