Ouvrir le menu principal

Claude de La Châtre de La Maisonfort

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Châtre et Maisonfort.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Louis de La Châtre.

Claude de La Châtre
Baron de La Maisonfort
Claude de La Châtre de La Maisonfort
Portrait du maréchal de La Châtre

Naissance 1536
Décès 14 décembre 1614 (à 78 ans)
à Genouilly (Cher)
Origine Drapeau du royaume de France Royaume de France
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France

Croix de Lorraine.png Ligue catholique

Arme Cavalerie
Dignité d'État Maréchal de France
Années de service 1553-1610
Conflits Guerres de religion
Distinctions Chevalier de l'ordre du Saint-Esprit
Autres fonctions Gouverneur du Berry (1569-1588)

Claude de La Châtre (1536-1614), gouverneur du Berry (1569-1588), seigneur et baron de La Maisonfort, est un capitaine catholique des guerres de religion qui fut créé Maréchal de France.

BiographieModifier

Claude de La Châtre[1] appartient à une vieille famille féodale du Berry. Élevé comme page d’Anne de Montmorency, il entre dans la compagnie du connétable au poste d'archer dès 1553. L'année suivante, il prend part à la bataille de Renty dans la cornette de son second fils Henri de Montmorency-Damville[2]. En 1556 et 1557, La Châtre accompagne le duc de Guise en Piémont et en Lombardie, puis participe à la reprise de Calais (1558), dont il rédige une relation.

Engagé dans le camp catholique pendant les guerres de religion, il se distingue à la bataille de Dreux en 1562. Introduit dans le conseil de guerre du roi et créé chevalier de l'ordre de Saint-Michel en 1566, il reçoit le commandement d'une compagnie de cinquante hommes d'armes en 1568 et entre au conseil d'État. Il devient, en 1569, gouverneur du Berry, par échange de sa charge dans le bailliage de Blois avec Gilles de Souvré, marquis de Courtanvaux. Pendant la troisième guerre de Religion, il rejoint l'armée du duc d'Anjou et participe aux batailles de Jarnac et de La Roche-L'Abeille, puis sauve Bourges d'une surprise protestante venue de Sancerre.

En 1573, La Châtre est chargé de reprendre Sancerre, qui capitule par grande famine après sept mois de siège. Il négocie la capitulation de la ville forte avec les chefs protestants, dont Jean de Léry, pasteur auteur du Voyage fait en la terre du Brésil.

En 1575, il est envoyé à Londres en tant qu'ambassadeur extraordinaire afin de conforter l'entente entre la France et l'Angleterre. Il rejoint par la suite le parti des Malcontents, combat aux côtés du duc d'Alençon, puis l'accompagne dans son expédition aux Pays-Bas en tant que commandant de sa cavalerie légère.

À la mort du duc d'Alençon en 1584, La Châtre se rapproche du duc de Guise et rallie la Ligue en 1585. Le 21 décembre 1585, il est reçu dans l'Ordre du Saint-Esprit. Durant l'automne 1587, il se distingue au cours de la campagne contre les reîtres, participant notamment au combat d'Auneau. En 1588, La Châtre est destitué par Henri III de sa charge de gouverneur du Berry. Après l'assassinat du roi, il refuse d’abord de reconnaître Henri IV et se saisit du Berry pour le parti de la Ligue[3], tout en faisant partie de l'état-major de l'armée ligueuse commandée par le duc de Parme. En 1593, il est fait maréchal de France par le duc de Mayenne. Il fait finalement sa soumission en 1594, remet au roi les villes d’Orléans et de Bourges, en récompense de quoi il est confirmé dans ses charges de maréchal de France et de gouverneur d'Orléans et de Bourges.

Après la mort d’Henri IV, Louis XIII le fait lieutenant général de l’armée qu’il envoie au siège de Juliers en 1610. Son action contraint l’évêque de Strasbourg à remettre cette ville aux mains de l’Électeur de Brandebourg. En récompense, il tient la fonction de connétable de France au sacre de Louis XIII le 17 octobre 1610, le duc de Montmorency (Henri ci-dessus, † en avril 1614), âgé et malade, ne pouvant se rendre à Reims.

Claude de La Châtre meurt le 14 décembre 1614 à Genouilly (Cher) et est inhumé en la Sainte-Chapelle de Bourges.

Son fils aîné Louis, baron de Maisonfort, eût la survivance du gouvernement du Berry[4].

Mariage et descendanceModifier

Claude de La Châtre épousa en 1564 Jeanne de Chabot, fille de Guy Ier, baron de Jarnac. La couple eut sept enfants:

ArmoiriesModifier

Figure Nom du prince et blasonnement
  Armes de la maison de La Châtre

De gueules, à la croix ancrée de vair.[5]

 
 
Armes du baron de La Maisonfort

Écartelé : aux 1 et 4, de gueules, à la croix ancrée de vair (de La Châtre) ; aux 2 et 3, de gueules, à trois têtes de loup d'argent (Saint-Amadour).[5]

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Gaspard Thaumas de La Thaumassière, Histoire de Berry sur Google Livres, Paris, 1689.
  2. Nicolas Le Roux, « L'exercice de la fidélité entre loyauté et rébellion : le parcours politique du maréchal de la Ligue Claude de La Châtre », Revue d'histoire moderne et contemporaine, 1996, p. 195-213.
  3. Généalogie en Bas-Berry.
  4. Philippe Le Bas : Louis de La Châtre In France : dictionnaire encyclopédique, volume 9, Firmin Didot Frères, 1843 p. 825 (voir en ligne).
  5. a et b Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or, , 204 p. (ISBN 978-2-86377-140-2).

BibliographieModifier

  • Nicolas Le Roux : L'exercice de la fidélité entre loyauté et rébellion : le parcours politique du maréchal de la Ligue Claude de La Châtre, In : Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 43 N°2, Avril-juin 1996. pp. 195-213, (voir en ligne).

Liens externesModifier