Ouvrir le menu principal

Clásico RCN 2016

Édition 2017 du Clásico RCN, course cycliste colombienne
Clásico RCN 2016 Cycling (road) pictogram.svg
Clasico RCN 2016 el podio final.jpg
Le podium final du Clásico RCN 2016.
Généralités
Course56e Clásico RCN
Étapes9
Dates23 septembre – 1 octobre 2016
Distance1 656,4 km
PaysCOL Colombie
Lieu de départTurbo
Lieu d'arrivéeEl Carmen de Bolívar
Partants187
Arrivants140
Résultats
VainqueurESP Óscar Sevilla (EPM-Tigo-Une-Área Metropolitana)
DeuxièmeBOL Óscar Soliz (Movistar Team América)
TroisièmeCOL Alexander Gil (Aguardiente Antioqueño-Lotería de Medellín)
Meilleur grimpeurCOL Miguel Ángel Rubiano (China Continental of Gansu Bank)
Meilleur sprinteurCOL Javier Gómez (Boyacá Raza de Campeones)
Meilleur jeuneCOL Hernán Aguirre (Manzana Postobón)
RégularitéCOL Sebastián Molano (Manzana Postobón)
Meilleure équipeCOL Aguardiente Antioqueño-Lotería de Medellín
◀ 20152017 ▶
Documentation Wikidata-logo S.svg

Le Clásico RCN Claro 2016 "La Carrera de La Paz" est la cinquante-sixième édition du Clásico RCN. Elle se dispute du 23 septembre au 1er octobre 2016, en Colombie.

La course mène les coureurs de Turbo (département d'Antioquia) à El Carmen de Bolívar (département de Bolívar).

Vingt équipes disputent la compétition pour un total de cent quatre-vingt dix coureurs inscrits[1].

Le Colombo-espagnol Óscar Sevilla remporte son troisième Clásico RCN, après ses victoires en 2008 (es) et en 2012.

Sommaire

PrésentationModifier

ParcoursModifier

Initialement prévu en dix étapes, les organisateurs ont été dans l'obligation d'annuler la dernière car la date du 2 octobre coïncidait avec le jour du référendum pour la paix. Ainsi le contre-la-montre de clôture est annulé. La neuvième étape devient le dernier jour de compétition et son parcours subit des modifications. Les municipalités de San Juan Nepomuceno et San Jacinto, villes de départ et d'arrivée de la dixième étape sont incluses dans son itinéraire. Alors que les huit premières étapes ne subissent pas (ou peu) de changement par rapport au parcours dévoilé au cours de l'été[2]. Appelée "La Carrera de La Paz" (le chemin de la paix), la 56e édition se veut, par les organisateurs, un tribut au processus de paix et devait commencer et se terminer dans des lieux des plus affectés par le conflit armé. Ainsi la première étape part de la municipalité de Turbo, où opérèrent pendant de nombreuses années les guérillas des FARC et de l'ELN ainsi que les paramilitaires des AUC, des bandes criminelles et autres narcotrafiquants[3].

Le parcours d'environ 1 700 km visite sept départements de la Colombie. Le premier d'entre eux est celui d'Antioquia, puis les coureurs entrent dans les départements de Boyacá, de Santander, de Cesar, de Magdalena, d'Atlántico et terminent par celui de Bolívar[4]. Le vainqueur 2014 Óscar Soliz relève une journée clé, celle passant par l'Alto del Escobedo[5], lors de la troisième étape. Rodrigo Pacheco, de la formation "Mundial de Tornillos", pense que la journée de la veille est cruciale et appelle à la vigilance ses coureurs, car même si ce n'est pas à proprement parler une étape de montagne, il met en exergue la difficulté des quarante derniers kilomètres[6]. Pour Luis Alfonso Cely, de l'équipe "Strongman - Campagnolo - Wilier", c'est un parcours difficile où les cinq premières étapes définiront le classement final, à charge, pour l'équipe du leader de la course, de contrôler les échappées et attaques lors des étapes planes[7]. Jorge Arbeláez, chez "Coldeportes - Claro", et Alex Cano abondent dans ce sens, l'un en constatant que les deux étapes décisives seront la deuxième et surtout la troisième arrivant à La Ceja, avec deux cols difficiles à franchir[8], l'autre, en voyant un parcours scinder en deux, exigeant jusqu'à Bucaramanga, puis monotone[9].

Équipes participantesModifier

Finalement ce sont vingt formations qui disputent la compétition[1]. Une vingt et unième équipe était pressentie pour disputer le Clásico RCN 2016 mais le "Team Avalom" avec des hommes expérimentés comme Giovanni Báez ou Marlon Pérez[4] ne prend pas le départ.

Équipes[1] Principaux engagés[1]
Movistar Team América Omar Mendoza, Óscar Soliz, Edwin Sánchez, Jaime Castañeda, Cristian Talero, Brayan Ramírez, Stiber Ortiz
Aguardiente Antioqueño - Indeportes Antioquia - IDEA - Lotería de Medellín Alex Cano, Cristhian Montoya, Alexander Gil, Rafael Montiel, Mauricio Ardila, Jairo Salas
Strongman - Campagnolo - Wilier Carlos Becerra, Diego Cano
Manzana Postobón Juan Pablo Villegas, Hernán Aguirre, Sebastián Molano, Juan Felipe Osorio
EPM Tigo - Une - Área Metropolitana Óscar Sevilla, Fabio Duarte, Juan Pablo Suárez, Óscar Álvarez, Edwin Carvajal, Edward Beltrán, Weimar Roldán
Aguardiente Néctar - 4WD Rent a Car - LICICU Freddy Montaña, Jahir Pérez
GW Shimano - Chaoyang - Envía - Kixx Alexis Camacho
Mundial de Tornillos - Pijaos - Super Tools Mauricio Ortega, Robinson Chalapud, Fabio Montenegro
Alcaldía de Manizales James Jaramillo
Coldeportes - Claro - Zenú Camilo Gómez, Luis Felipe Laverde, Miguel Ángel Rubiano, John Martínez, Carlos Julián Quintero
Arroz Sonora - Dimonex John Alexander Pico, José Serpa, Fernando Camargo, Yelko Gómez, Cristian Tamayo, Danny Osorio
EBSA Antonio Alarcón, Juan Pablo Forero
Boyacá Raza de Campeones Heiner Parra, Yeison Chaparro, Carlos Parra, Diego Ochoa, Javier Gómez
Flowerpack - Zar - JB Ropa Deportiva - Farbe Fabio Avendaño, Anderson Paredes
Carnaval del Pollo - Tolima Pasión Juan Carlos Apache
Sogamoso ciudad incluyente - Argos - Cooservicios - IRDS Albeiro Rabón
Bakano Juan José López, Daniel Avellaneda
Pinturas BLER - Team Wilches - Colpatria Daniel Balsero
Autolarte - Rali Panama Fernando Ureña, Sebastián Tamayo
FF AA Fuerzas Armadas - Ejército Nacional Leonardo Rodríguez, Wilmar Castro

Favoris et prétendantsModifier

"Revistamundociclistico" dresse une liste de favoris, une dizaine de jours avant la première étape. Les deux derniers vainqueurs que sont Omar Mendoza et Óscar Soliz sont à même de reconduire leur titre. Le plus dangereux adversaire est, pour ce site spécialisé, Óscar Sevilla, déjà deux fois titré sur le Clásico RCN. Le vainqueur du dernier Tour de Colombie, Mauricio Ortega, malgré la cessation d'activités de sa formation "Supergiros Redetrans", recueille des suffrages. L'équipe "Coldeportes - Claro", par l'intermédiaire de son chef de file Camilo Gómez, a l'intention de renouer avec le titre. Puis la revue cite Danny Osorio, troisième en 2014, soutien principal d'Ortega dans la Vuelta 2016, carte maîtresse du "Team Sonora - Dimonex", comme un coureur à ne pas négliger, à l'instar d'Alex Cano, leader de la formation "Aguardiente Antioqueño"[4].

Une semaine avant le départ, Víctor Hugo Peña, directeur sportif de la nouvelle équipe "Arroz Sonora - Dimonex", annonce que le titre est l'objectif de son équipe. Pour cela, il mise sur les qualités de trois hommes José Serpa, Fernando Camargo et Danny Osorio. Pour les victoires d'étape en cas d'arrivée massive, il a toute confiance dans les qualités de sprinteur de Cristian Tamayo. Selon lui, les adversaires les plus redoutables sont Alex Cano, Óscar Sevilla et Luis Felipe Laverde. Il doute des capacités d'adaptation de Mauricio Ortega au parcours de cette nouvelle édition[10].

Óscar Soliz annonce l'objectif des "Movistar", garder le titre dans la formation pour la troisième année consécutive. Pour cela, il s'appuie sur une équipe unie, un état de forme optimal et se méfie des leaders de l'équipe "EPM - Une" que sont Óscar Sevilla et Fabio Duarte. Soliz n'oublie pas de mentionner comme rivaux potentiels Cano et Gómez[5].

Le directeur sportif Jair Bernal de l'équipe "Aguardiente Néctar" se félicite de l'annulation du contre-la-montre de clôture, talon d'Achille de ses coureurs. Avec des coureurs expérimentés comme Freddy Montaña et Jahir Pérez, il espère monter sur le podium final. Le favori numéro 1 est, pour lui, Óscar Sevilla et, à un degré moindre, Alex Cano[11]. Comme son homologue, Rodrigo Pacheco, de la formation "Mundial de Tornillos", voit d'un bon œil l'absence de contre-la-montre. Il affiche d'ailleurs son ambition : la victoire dans cette nouvelle édition du Clásico RCN, grâce à sa nouvelle recrue Mauricio Ortega ou à Robinson Chalapud. À la longue liste d'adversaires éventuels pour le titre, il ajoute Alexis Camacho de la "GW Shimano"[6].

Luis Alfonso Cely, le directeur technique de l'équipe "Strongman - Campagnolo - Wilier", rêve de gagner le titre, ou tout au moins de le disputer, et d'être sur le podium le dernier jour. Les objectifs sont de remporter le classement général et le classement des moins de vingt-trois ans, avec, respectivement, Carlos Becerra (vice-champion 2015) et Diego Cano, vainqueur de la Vuelta de la Juventud. Cely voit en Óscar Sevilla, le plus dangereux rival mais il cite aussi Mauricio Ortega, Alex Cano, Robinson Chalapud et Alexis Camacho, vainqueur de plusieurs courses lors du second semestre[7].

Jorge Arbeláez, son homologue chez "Coldeportes - Claro", manquant de véritables spécialistes du contre-la-montre, se satisfait de son absence. Il annonce clairement l'objectif de sa formation : gagner la 56e édition du Clásico RCN. Il voit comme rivaux Óscar Sevilla et Alex Cano[8]. Dans une interview réalisée durant la Vuelta a Boyacá, malgré une forme insatisfaisante, ce dernier se fixe comme objectif de monter sur le podium et sur la marche la plus haute possible. Il voit l'équipe "EPM - Une" comme la plus forte du plateau, avec des coureurs tout-terrains. Pour Cano, le fait d'avoir, comme les "Movistar ou les "Coldeportes - Claro", plusieurs hommes susceptibles de s'imposer leur octroie un avantage sur ce type de parcours[9].

Les étapesModifier

Récit de la courseModifier

1re étapeModifier

Sebastián Molano s'impose au sprint et enfile le premier maillot de leader.

 
L'arrivée dans les rues d'Apartadó.

Jamais depuis la création du Clásico RCN, en 1961, une étape n'est partie ou arrivée dans l'Urabá antioqueño. C'est la première fois qu'une étape se déroule dans la région côtière du golfe d'Urabá, principale zone de production bananière de Colombie. L'étape Turbo - Necoclí - Turbo - Apartadó - Carepa - Apartadó développe 148,5 km. De Turbo, le peloton part plein nord rejoindre Necoclí, à 45 km de là. Puis fait demi-tour, repasse par Turbo pour rejoindre au sud, Carepa, en passant par la ville arrivée, Apartadó, km 118. Les concurrents effectue un nouveau demi-tour, à Carepa, prenne la direction du nord et de la ligne d'arrivée, située à Apartadó, après encore 16 km d'effort. Trois étapes volantes et quatre sprints spéciaux agrémentent cette étape[12] de plaine.

Finalement, ce sont 187 coureurs[N 1] qui s'élancent dans la région caribéenne du département d'Antioquia. La première fugue d'importance est à l'actif de quatre coureurs, dont Carlos Julián Quintero et Cristian Talero. Au km 30, ils ont déjà plus de quatre minutes d'avance. Le but de Talero est de remporter le classement des étapes volantes d'où sa présence dans l'échappée. Il en profite pour remporter la première étape volante et trois sprints spéciaux (ce qui lui permet d'être en tête de ce classement). À un peu plus de 50 km de l'arrivée, les fugitifs sont rattrapés par un premier groupe. En effet, la chasse vigoureuse pour tenter de ramener le peloton sur les fuyards à scinder le groupe principal. Ainsi, quelques éléments dont Óscar Sevilla, Omar Mendoza, vainqueur sortant ou Mauricio Ortega, titré dans le Tour de Colombie 2016 s'isolent et détiennent jusqu'à min 10 s d'avance sur un peloton, emmené par les Manzana Postobón, pour leur sprinter Sebastián Molano. Ils seront repris par le peloton dans les vingt derniers kilomètres. Le sprint massif semble inévitable lorsque cinq puis trois concurrents Jhon Martínez, Óscar Álvarez et Sebastián Tamayo se détachent. Ils ne prennent qu'une trentaine de secondes d'avance mais résistent jusqu'au deux derniers kilomètres. L'étape se termine bien par un sprint serré où Sebastián Molano s'impose d'un souffle devant Weimar Roldán, pour avoir célébré trop tôt sa victoire. Le cinquième succès de la saison de Molano lui permet de s'emparer de la tête des classements général individuel, des moins de 23 ans et de la régularité. Par ailleurs, dans la municipalité de Necoclí, une chute oblige deux coureurs à se retirer Cristián Martínez et Freddy Montaña, leader de la formation cundinamarquesa "Aguardiente Néctar" et troisième de l'édition 2010. Le nombre élevé de bonifications distribuées lors des étapes a permis de voir les chefs de file des équipes disputer les sprints intermédiaires. Ainsi, un des principaux favoris Óscar Sevilla grappille trois secondes lors de la deuxième étape volante (Diego Ochoa faisant de même dans la dernière). Le Colombo-espagnol prend la tête des classements annexes du combiné et des étapes volantes[13],[14],[15].

2e étapeModifier

Óscar Sevilla remporte l'étape et prend la tête du classement général individuel.

C'est un nouveau parcours inédit dans le sud de l'Urabá antioqueño qui attend les 184[N 2] coureurs. Ces derniers doivent relier Chigorodó, ville natale de Jaime Castañeda, à Uramita, après 142,3 km. Les concurrents ont à traverser les municipalités de Mutatá et de Dabeiba. Deux étapes volantes et deux sprints spéciaux sont en hors d'œuvre du premier col de l'épreuve. Les participants sortent de la région de l'Urabá, en franchissant l'Alto de las Sandalias, col de première catégorie dont le sommet se situe à vingt kilomètres de l'arrivée[16].

Une échappée de dix-neuf coureurs avec Mauricio Ardila occupe le devant de la scène. Elle obtient jusqu'à min 40 s d'avance. La fugue est condamnée sous l'impulsion de la Movistar Team América et revue peu après Dabeiba et les premiers hectomètres de montée. Le premier contact avec la montagne a permis de définir les capacités des principaux favoris. Des hommes comme Óscar Sevilla, Mauricio Ortega, Alex Cano, Camilo Gómez ou bien Óscar Soliz s'échappent du peloton. Mais le tenant du titre Omar Mendoza est la principale victime de l'ascension de l'Alto de las Sandalias. Il arrive à Uramita avec min 36 s de retard sur le vainqueur du jour. Mauricio Ortega est le premier à s'afficher en s'isolant dans ledit col. Il passe en tête au sommet et s'empare du maillot du meilleur grimpeur. Rejoint dans la descente, vingt-deux concurrents arrivent ensemble. Grâce au travail de ses coéquipiers Edward Beltrán et Edwin Carvajal qui ont permis cette arrivée groupée, Óscar Sevilla peut disputer ses chances. Sevilla lance le sprint de loin et conserve quelques centimètres d'avantage sur Alex Cano[17],[18]. Outre celui de leader de la course, de nombreux maillots distinctifs changent de propriétaires. Ainsi Sevilla cède celui des étapes volantes à Jairo Salas pour s'emparer de celui de la régularité. Tandis que le Vénézuélien Anderson Paredes prend la tête des moins de 23 ans[19].

3e étapeModifier

Óscar Sevilla conserve sa place de leader du Clásico RCN dont la troisième étape est remportée par son coéquipier Juan Pablo Suárez.

Cette journée est considérée comme l'étape reine de cette 56e édition. Elle se déroule entièrement dans le département d'Antioquia, comme les deux précédentes. Le départ est donné de Santa Fe de Antioquia, dans l'Occidente antioqueño. La course prend la direction du sud jusqu'à la municipalité de Venecia puis tourne à l'ouest jusqu'à La Ceja, dans l'Oriente antioqueño, terme du périple, après 175,1 km. Malgré deux sprints spéciaux et trois étapes volantes, c'est un itinéraire de haute montagne qui est proposé aux 181 concurrents encore en course avec sept cols répertoriés et notamment celui de première catégorie de l'Alto de Minitas. Pourtant la principale difficulté de la journée se situe dans l'ascension de l'Alto del Escobedo, col classé hors-catégorie qui culmine à 2 578 mètres[20]. Mauricio Ortega que personne n'a pu suivre la veille dans la seule grimpée de la journée, a reconnu le parcours, l'a apprécié et se déclare candidat à la victoire d'étape[18].

Une échappée matinale de vingt-cinq coureurs, où prennent place Carlos Becerra, Juan Pablo Suárez et Miguel Ángel Rubiano, se forment. Au km 80, la fugue a min 50 s d'avance sur le peloton. Les montées répétitives laissent seulement un trio en tête (Rubiano, Suárez et Didier Chaparro) dans l'ascension de l'Alto de Minitas. Le peloton est éparpillé. Au sommet (km 117), min 50 s séparent la triplette du groupe de favoris. Dans l'Alto del Escobedo, Rubiano distance Suárez et Chaparro, tandis que Mauricio Ortega est irrémédiablement écarté du groupe des favoris. Ses coéquipiers Robinson Chalapud et Fabio Montenegro s'enfuient du groupe des favoris mais leur tentative est annihilée. Au sommet du col, Rubiano passe en tête (comme cinq autres fois dans la journée[21]), ce qui lui permet de se vêtir du maillot de meilleur grimpeur, Suárez est à treize secondes. Avec l'appui de Brayan Ramírez, Óscar Soliz creuse un léger écart et passe à min 45 s. Le groupe entourant Sevilla franchit le col avec min 58 s de retard. Dans la descente, Sevilla tente le tout pour le tout et c'est accompagné de cinq hommes qu'il réussit à faire la jonction avec le duo de tête à moins de cinq kilomètres de l'arrivée. Pour le gain de l'étape, Miguel Ángel Rubiano lance le sprint de loin mais se fait dépasser par Juan Pablo Suárez et Óscar Sevilla[22]. Les grands battus du jour sont, outre Mauricio Ortega (qui perd un quart d'heure[21]), Camilo Gómez, repoussé à neuf minutes, Omar Mendoza qui débourse une minute et, à un degré moindre, Alex Cano arrivé avec vingt-trois secondes de retard[23].

4e étapeModifier

Óscar Sevilla est toujours en haut de la hiérarchie tandis que Sebastián Molano s'offre sa deuxième victoire au sprint.

Le peloton quitte l'Oriente antioqueño et Rionegro pour rejoindre le département de Boyacá et la ligne d'arrivée, située à Puerto Boyacá, après 166,2 km de course. Trois cols (dont deux de deuxième catégorie), trois étapes volantes et deux sprints spéciaux sont au programme des 175 coureurs. La première partie de l'étape est en descente puisque les concurrents vont passer de 2 160 mètres d'altitude au km 18 à moins de 200 mètres, la seconde partie étant totalement plane[24].

Plusieurs escarmouches vaines animent le début de course. Puis dans le premier col de deuxième catégorie, Mauricio Ortega tente de se racheter de l'échec d'hier et s'enfuit. Il passe au sommet avec vingt-huit secondes d'avance sur le peloton du leader. Quelques kilomètres plus loin, onze hommes, avec entre autres José Serpa et Mauricio Ortega, intègrent l'échappée du jour. Ortega passe ainsi en tête le dernier col de l'étape. À cet instant, il a min 30 s d'avance sur le groupe de Sevilla. Avec le retour de certains échappés, Ortega continue devant jusqu'à quinze kilomètres du but[25]. Les Manzana Postobón, dont aucun membre n'avait intégré l'échappée ayant pris au maximum min 40 s d'avance, attendent le passage de la dernière difficulté altimétrique pour travailler à la jonction du peloton[26]. Profitant du regroupement général, Óscar Sevilla grappille encore trois secondes, lors de la dernière étape volante. C'est sur un sprint massif que se conclut l'étape où Sebastián Molano démontre sa pointe de vitesse supérieure au reste des concurrents. Le peloton est scindé en deux pour un problème d'aiguillage dans le final et dans un premier temps, Sevilla perd onze secondes sur Molano et Alex Cano[27]. Le jury des commissaires rectifie le résultat et classe tout le monde dans le même temps. Peu de changement au classement si ce n'est Juan Pablo Forero qui s'empare de la tête du classement des étapes volantes[28].

5e étapeModifier

Yeison Chaparro remporte l'étape tandis qu'Óscar Sevilla est toujours leader de la course.

 
Yeison Chaparro à l'arrivée, avec à l'arrière-plan, José Serpa et Alex Cano.

C'est un itinéraire de plus de deux cents kilomètres (200,8 km exactement) qui attend les 174 concurrents restants en lice. Le peloton quitte le Magdalena Medio et la municipalité de Puerto Berrío pour un parcours sans difficulté d'environ cent quarante kilomètres, agrémenté de trois sprints spéciaux et deux étapes volantes. Puis l'étape se termine par soixante kilomètres d'ascension avec quatre cols répertoriés (dont un de première catégorie à Brisas), une étape volante et un sprint spécial, avant l'arrivée à Bucaramanga, dans le département de Santander[29].

Comme tous les jours, la formation EPM - Une contrôle les premiers kilomètres de la course et annihile bon nombre de tentatives d'échappée. Une chute élimine deux coureurs de l'équipe "Arroz Sonora", Fernando Camargo et Yelko Gómez. Après le km 100, l'échappée du jour se forme, avec quatre coureurs Cristian Talero, Javier Gómez, Mauricio Ortega et Rafael Montiel ne présentant aucun danger pour le classement général. Ils prennent jusqu'à quatre minutes d'avance. Face à la difficulté que représente la fin du parcours, l'écart se rétrécit. Il n'est plus que de min 35 s, au sommet du col de deuxième catégorie, où Ortega passe seul. Deux membres lâchent prise. Montiel fait la jonction et, avec Ortega, passe au sommet du col de première catégorie, avec min 5 s d'avance sur le peloton. Au sein duquel, les équipiers de la Movistar Team América ont fortement accéléré pour tenter de déstabiliser le leader Óscar Sevilla. L'échappée est neutralisée après quatre-vingt kilomètres d'escapade. Un groupe comprenant Omar Mendoza et Luis Felipe Laverde rejoignent les deux fuyards dans la dernière ascension de la journée et part en quête de la victoire d'étape. À quatre kilomètres de l'arrivée, Alexander Gil accélère brutalement mais ne parvient pas à décramponner Sevilla. Au sommet situé à 2,2 km de l'arrivée, Yeison Chaparro passe en tête. Profitant des tergiversations des favoris, il creuse suffisamment l'écart pour arriver en vainqueur dans la Ciudad bonita. Chaparro remercie son coéquipier Carlos Parra, présent également dans la fugue, pour son aide dans l'ultime montée. En terminant deuxième de l'étape, Alex Cano grappille six secondes de bonifications qui associées aux cinq secondes d'écart qu'il a su créer avec Óscar Sevilla[30],[31],[32] lui permettent de se rapprocher à vingt-sept secondes de ce dernier. La veille, six hommes étaient classés en vingt-cinq secondes[28], ils ne sont plus que quatre. Hernán Aguirre a perdu vingt-deux secondes et Robinson Chalapud quarante. Par ailleurs, Juan Pablo Forero perd la tête du classement des étapes volantes au profit de Javier Gómez[33].

6e étapeModifier

Les informations du jour sont la troisième victoire d'étape pour Sebastián Molano et Óscar Sevilla est toujours en tête du classement général individuel.

167,2 km sont au programme des 170 rescapés. En quittant Bucaramanga, la course s'oriente vers le N.N.O., pour le département de Cesar et Aguachica, qui accueille pour la première fois le Clásico RCN. Les soixante-cinq premiers kilomètres du jour sont accidentés, jusqu'à l'unique col répertorié de la journée, puis après une longue descente, l'étape se termine par un terrain majoritairement plat. Quatre étapes volantes et trois sprints spéciaux égayent la journée[34].

Mauricio Ortega est le premier à lancer les hostilités mais il est rapidement neutralisé. Le début d'étape est animé par la lutte pour les différents classements annexes et les secondes de bonifications distribuées. Ainsi lors de la deuxième étape volante, Alex Cano devance Óscar Sevilla et lui reprend une seconde. Lors du seul col du jour, Ortega grappille trois points et se rapproche du leader de la montagne Miguel Ángel Rubiano. Cristian Talero est l'instigateur d'une échappée qui lui permet de remporter les sprints spéciaux de la journée. Javier Gómez, également dans la fugue de quatre hommes, lui en profite pour conforter sa position au classement des étapes volantes. Cette échappée prend jusqu'à min 51 s d'avance. À trente-cinq kilomètres de l'arrivée, une chute implique des coureurs tels que José Serpa ou Mauricio Ortega. Ayant perdu Gómez, les trois fuyards ont encore min 5 s à dix kilomètres du terme. Le travail des Manzana Postobón et des EPM - Une porte ses fruits et l'échappée est reprise peu avant Aguachica. La journée se termine par une arrivée groupée où malgré la tentative d'un sprint long de Cristian Tamayo, Sebastián Molano glane un troisième bouquet[35]. Óscar Sevilla a engrangé cinq secondes de bonifications, au cours de la journée, Alex Cano trois, Alexander Gil deux. Ainsi Sevilla a maintenant vingt-cinq secondes d'avance sur Gil et vingt-sept sur un duo composé d'Óscar Soliz et de Carlos Becerra. Il est à noter qu'un coureur termine hors-délai et que treize participants abandonnent. Notamment Juan Pablo Forero, qui après la première étape volante du jour, était en tête de ce classement annexe[36].

7e étapeModifier

Sebastián Molano s'adjuge sa quatrième victoire et, pour son quarantième anniversaire, Óscar Sevilla garde un jour de plus son maillot de leader.

 
Quatrième victoire de Sebastián Molano.

La septième étape est inédite et se déroule entièrement dans le département de Cesar, sous une chaleur étouffante, comme les jours antérieurs d'ailleurs. Dans un premier temps, la distance prévue était de 198 km[37] mais finalement ce sont 212 km, quasiment plats, que doivent parcourir les 152 derniers concurrents[38]. Le peloton part de Pailitas, direction N.N.E. et la capitale du département, Valledupar. La journée est agrémentée de trois étapes volantes et de quatre sprints spéciaux[37].

À l'instar des étapes précédentes, les EPM - Une contrôlent la course, disputée à un rythme très élevé. Ils neutralisent de nombreuses tentatives d'échappées. La lutte pour les bonifications animent la journée. Ainsi la première étape volante voit Óscar Sevilla grappiller deux secondes. Lors de la deuxième, dans la municipalité de La Jagua, une violente chute a lieu, en raison de la foule venue en masse, comme tout au long du parcours. La principale victime de la culbute est Alex Cano, contraint à l'abandon, alors qu'au matin il était à quatre secondes de la deuxième place. Lors de la dernière étape volante, Óscar Soliz engrange trois secondes et Sevilla encore deux. Puis le calme revient dans le peloton. Moment que choisi Stiber Ortiz pour s'échapper avec trois compagnons, ils obtiennent jusqu'à min 30 s d'avance. Puis les Manzana Postobón prennent la direction des opérations et aidés d'autres équipes fondent sur les échappés. Ortiz tente de finir seul mais est rejoint par le peloton à douze kilomètres du but. L'emballage final est une nouvelle fois dominé par Sebastián Molano, qui se rapproche du record de cinq victoires obtenues par Marlon Pérez, lors de l'édition 2010. Tout comme Miguel Ángel Rubiano qui ne peut plus être rejoint au trophée des grimpeurs, Cristian Talero, s'il termine l'épreuve, remportera le classement des sprints spéciaux. Avec vingt-neuf points, l'écart est trop grand avec ses rivaux. Le jeu des bonification amène Óscar Soliz au deuxième rang provisoire de la compétition au détriment d'Alexander Gil[39],[40].

De par son expérience et de son autorité sur les coureurs du peloton, Mauricio Ardila prend la parole et se plaint du nombre trop élevé de sprint par étapes. Les sprints bonifications, se déroulant dans des municipalités n'ayant jamais connu le passage du Clásico, attirent un nombre très (trop) important de spectateurs dans des endroits non protégés (absence de barrières Vauban par exemple). Ceci provoque des situations dangereuses, qui ont entraîné l'abandon de Juan Pablo Forero, la veille et de son coéquipier Alex Cano, ce jour. Ardila demande un peu de respect aux organisateurs dans une course où se joue la victoire finale précisément sur ces bonifications[41].

8e étapeModifier

Jairo Salas met fin à l'hégémonie de Sebastián Molano sur les sprints tandis qu'Óscar Sevilla se rapproche de son troisième titre.

 
Jairo Salas souffle la victoire à Sebastián Molano.

La caravane du Clásico RCN quitte Valencia de Jesús (es), un corregimiento de Valledupar pour le département de Magdalena et sa capitale Santa Marta. Encore une fois, de nombreuses municipalités voient le Clásico RCN pour la première fois. Sous une chaleur torride, les 150 coureurs[N 3] contournent la Sierra Nevada de Santa Marta en passant par Bosconia puis remontent vers le nord et Santa Marta. Durant les 223 km d'un parcours sans relief, trois étapes volantes, trois sprints spéciaux et l'ultime col de la compétition, situé à moins de quatre kilomètres de l'arrivée attendent les participants[42].

Dès le début, le peloton est secoué par les tentatives de fugue que contrôlent les EPM - Une. L'échappée du jour prend forme rapidement et ce sont sept hommes qui s'enfuient. Leur avance augmente rapidement pour atteindre min 36 s aux alentours du quatre-vingt dixième kilomètre. Puis leur avantage décroît pour n'être que de min 34 s à trente-cinq kilomètres de l'arrivée. Les équipes Manzana Postobón et "Arroz Sonora" travaillent de concert pour réduire l'écart. Et même si la fugue se réduit à quatre hommes, le peloton les condamne à vingt kilomètres du terme. Se succèdent alors une multitude d'attaques qui ne peuvent empêcher une arrivée groupée. Lors de l'emballage final, Sebastián Molano est battu pour la première fois de la compétition. Jairo Salas le devance ainsi que José Serpa[43]. Molano se console en retrouvant la tête du classement de la régularité. Au classement général, aucun changement n'est à noter[44].

Jairo Salas mène à bien la stratégie de l'équipe Aguardiente Antioqueño qui profite de l'ascension du col de troisième de catégorie, pour rejeter à l'arrière du peloton Sebastián Molano, le principal rival en cas d'arrivée au sprint, tandis que Salas franchit le sommet aux avant-postes. Cette formation antioqueña a tenté de remporter l'étape, tout d'abord en plaçant un coureur, Cristhian Montoya, dans l'échappée fleuve. Puis une fois annihilée, son coéquipier Rafael Montiel était sorti du peloton à dix kilomètres de l'arrivée, pour profiter de l'ascension[45].

9e étapeModifier

Juan Felipe Osorio s'impose dans l'ultime étape et Óscar Sevilla est déclaré vainqueur du Clásico RCN 2016.

La dernière étape part de Barranquilla, capitale du département d'Atlántico et rejoint El Carmen de Bolívar, dans le département du même nom. L'itinéraire emprunté, long de 221,7 km, fait un détour par la côte et passe par Carthagène, capitale du département de Bolívar, puis reprend la route directe à San Juan Nepomuceno (initialement ville départ de la dixième étape[2]). Lors de ce parcours plat, quatre sprints spéciaux et trois étapes volantes[46] sont au programme des 147 rescapés[47].

Dix cyclistes prennent part à l'échappée du jour. Leur avance croît pour atteindre min 30 s au sprint bonification devant le siège du gouvernement départemental de Bolívar, km 117. Puis le peloton se rapproche d'un groupe où la mésentente règne. Ainsi Carlos Julián Quintero essaie de finir seul. Après avoir été rejoint par ses compagnons de fugue, à quelques kilomètres de l'arrivée, c'est au tour de Juan Felipe Osorio de tenter sa chance. Et malgré avoir subi pas moins de huit averses durant le parcours, il conserve dix secondes d'avantage sur un peloton réglé par son coéquipier Sebastián Molano[48].

Classements finalsModifier

Classement général finalModifier

140 coureurs terminent l'épreuve[47].

Classement général final
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Óscar Sevilla     Colombie
  Espagne
EPM Tigo - Une - Área Metropolitana en 39 h 36 min 9 s
2e Óscar Soliz   Bolivie Movistar Team América + 28 s
3e Alexander Gil   Colombie Aguardiente Antioqueño - Indeportes Antioquia - IDEA - Lotería de Medellín + 29 s
4e Carlos Becerra   Colombie Strongman - Campagnolo - Wilier + 31 s
5e Hernán Aguirre     Colombie Manzana Postobón + 56 s
6e Jhon Martínez   Colombie Coldeportes - Claro - Zenú + 58 s
7e Robinson Chalapud   Colombie Mundial de Tornillos - Pijaos - Super Tools + min 11 s
8e Jader Betancur   Colombie Aguardiente Antioqueño - Indeportes Antioquia - IDEA - Lotería de Medellín + min 12 s
9e Yeison Chaparro   Colombie Boyacá Raza de Campeones + min 26 s
10e Jahir Pérez   Colombie Aguardiente Néctar - 4WD Rent a Car - LICICU + min 33 s

Classements annexesModifier

Classement par équipesModifier

Classement par équipes
  Équipe Pays Temps
1re Aguardiente Antioqueño - Indeportes Antioquia - IDEA - Lotería de Medellín   Colombie en 118 h 51 min 0 s
2e EPM Tigo - Une - Área Metropolitana   Colombie + min 15 s
3e Coldeportes - Claro - Zenú   Colombie + min 53 s

Classement de la montagneModifier

Classement de la montagne
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Miguel Ángel Rubiano     Colombie Coldeportes - Claro - Zenú 50 points
2e Mauricio Ortega   Colombie Mundial de Tornillos - Pijaos - Super Tools 42 pts
3e Juan Pablo Suárez   Colombie EPM Tigo - Une - Área Metropolitana 37 pts

Classement du meilleur jeuneModifier

Classement du meilleur jeune
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Hernán Aguirre     Colombie Manzana Postobón en 39 h 37 min 5 s
2e Wilmar Castro   Colombie FF AA Fuerzas Armadas - Ejército Nacional + min 11 s
3e Anderson Paredes   Venezuela Flowerpack - Zar - JB Ropa Deportiva - Farbe + min 25 s

Classement de la régularitéModifier

Classement de la régularité
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Sebastián Molano     Colombie Manzana Postobón 82 points
2e Óscar Sevilla     Colombie
  Espagne
EPM Tigo - Une - Área Metropolitana 62 pts
3e Jaime Castañeda   Colombie Movistar Team América 48 pts

Classement des étapes volantesModifier

Classement des étapes volantes
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Javier Gómez     Colombie Boyacá Raza de Campeones 31 points
2e Óscar Sevilla     Colombie
  Espagne
EPM Tigo - Une - Área Metropolitana 24 pts
3e Jaime Castañeda   Colombie Movistar Team América 15 pts

Classement des sprints spéciauxModifier

Classement des sprints spéciaux
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Cristian Talero     Colombie Movistar Team América 32 points
2e Daniel Avellaneda   Colombie Bakano 12 pts
3e Edwin Sánchez   Colombie Movistar Team América 10 pts

Évolution des classementsModifier

Étapes
Vainqueur
Classement général
 
Classement des moins
de 23 ans
 
Classement de la montagne
 
Classement de la régularité
 
Classement des étapes volantes
 
Classement des sprints spéciaux
 
Classement par équipes
 
1re étape[49] Sebastián Molano Sebastián Molano Sebastián Molano Cristhian Montoya Sebastián Molano Óscar Sevilla Cristian Talero EPM Tigo - Une - Área Metropolitana
2e étape[19] Óscar Sevilla Óscar Sevilla Anderson Paredes Mauricio Ortega Óscar Sevilla Jairo Salas
3e étape[21] Juan Pablo Suárez Hernán Aguirre Miguel Ángel Rubiano Aguardiente Antioqueño - Indeportes Antioquia - IDEA - Lotería de Medellín
4e étape[28] Sebastián Molano Juan Pablo Forero
5e étape[33] Yeison Chaparro Javier Gómez
6e étape[36] Sebastián Molano
7e étape[38] Sebastián Molano
8e étape[44] Jairo Salas Sebastián Molano
9e étape[47] Juan Felipe Osorio
Classements finals Óscar Sevilla Hernán Aguirre Miguel Ángel Rubiano Sebastián Molano Javier Gómez Cristian Talero Aguardiente Antioqueño - Indeportes Antioquia - IDEA - Lotería de Medellín

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. 190 coureurs inscrits, trois non-partants cf le bulletin des commissaires, p.14.
  2. Le dossard n°100 non-partant cf le bulletin des commissaires, p.15.
  3. Le dossard n°114 non-partant cf le bulletin des commissaires, p.16.

RéférencesModifier

  1. a b c et d (es) « Listado de participantes », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 1er octobre 2016)
  2. a et b (es) « Cancelada última etapa del clásico RCN por plebiscito », sur www.eltiempo.com, (consulté le 6 octobre 2016)
  3. (es) « El Clásico RCN suspende su última etapa par el plebiscito en Colombia », sur www.esciclismo.com, (consulté le 6 octobre 2016)
  4. a b et c (es) « Se cerró la temporada europea y ahora llega el Clásico RCN 2016 », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 5 octobre 2016)
  5. a et b (es) « “El objetivo es que el equipo repita título del Clásico RCN”: Oscar Solíz », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 5 octobre 2016)
  6. a et b (es) « “A este Clásico RCN no venimos por una etapa. Vamos a buscar ganar la carrera”: Rodrigo Pacheco », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 25 janvier 2017)
  7. a et b (es) « “El Clásico RCN no es una carrera más. Es el sueño de todos nosotros y queremos ganarlo”: Luis Alfonso Cely », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 25 janvier 2017)
  8. a et b (es) « “El Clásico se define en las primeras etapas”: Jorge Arbeláez », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 9 octobre 2016)
  9. a et b (es) « Clásico RCN: “Es un recorrido extraño y complicado”; Alex Cano », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 9 octobre 2016)
  10. (es) « “La forma que está diseñado el recorrido, va hacer que se corra diferente”: Víctor Hugo Peña », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 5 octobre 2016)
  11. (es) « “Nos favorece que no haya contrarreloj individual en el Clásico”: Jaír Bernal », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 6 octobre 2016)
  12. (es) « ETAPA 1 Turbo - Apartadó Viernes 23 de septiembre 148.5 Km », sur www.clasicorcn.co (consulté le 24 septembre 2016)
  13. (es) « Clásico RCN: Sebastián Molano, el más rápido en Apartadó y es primer líder », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 24 septembre 2016)
  14. (es) « Clásico RCN, Et.1: Sebastián Molano primer líder », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 24 septembre 2016)
  15. (es) « Juan Sebastián Molano, en un final cerrado, ganó la primera etapa del Clásico RCN », sur www.elespectador.com, (consulté le 24 septembre 2016)
  16. (es) « ETAPA 2 Chigorodó - Uramita Sábado 24 de septiembre 142.3 Km », sur www.clasicorcn.co (consulté le 25 septembre 2016)
  17. (es) « Clásico RCN: Oscar Sevilla se impuso en Uramita y es nuevo líder », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 25 septembre 2016)
  18. a et b (es) « Óscar Sevilla ganó en Uramita y es líder del Clásico RCN », sur www.elespectador.com, (consulté le 25 septembre 2016)
  19. a et b (es) « Les différents classements de la deuxième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 25 septembre 2016)
  20. (es) « ETAPA 3 Santa Fé de Antioquia - La Ceja Del Tambo Domingo 25 de septiembre 175.1 Km », sur www.clasicorcn.co (consulté le 26 septembre 2016)
  21. a b et c (es) « Les différents classements de la troisième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 26 septembre 2016)
  22. (es) « Clásico RCN: Juan Pablo Suárez ganó etapa reina en la Ceja del Tambo. Oscar Sevilla defendió liderato », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 26 septembre 2016)
  23. (es) « Óscar Sevilla se afianzó en el liderato del Clásico RCN tras la tercera etapa », sur www.elespectador.com, (consulté le 26 septembre 2016)
  24. (es) « ETAPA 4 Rionegro - Puerto Boyacá Lunes 26 de septiembre 166.2 Km », sur www.clasicorcn.co (consulté le 26 septembre 2016)
  25. (es) « Clásico RCN: Sebastián Molano, cero y van dos. Oscar Sevilla, un día más vestido de líder », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 27 septembre 2016)
  26. (es) « Clásico RCN, Et.4: Molano suma su segunda victoria al sprint », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 27 septembre 2016)
  27. (es) « Juan Sebastián Molano ganó en Puerto Boyacá su segunda etapa en el Clásico RCN », sur www.elespectador.com, (consulté le 27 septembre 2016)
  28. a b et c (es) « Les différents classements de la quatrième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 26 septembre 2016)
  29. (es) « ETAPA 5 Puerto Berrio - Bucaramanga Martes 27 de septiembre 200.8 Km », sur www.clasicorcn.co (consulté le 28 septembre 2016)
  30. (es) « Clásico RCN: Yeison Chaparro, el ganador en Bucaramanga. Oscar Sevilla, no suelta la amarilla », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 28 septembre 2016)
  31. (es) « Clásico RCN, Et.5: Yeison Chaparro es Raza de Campeones », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 28 septembre 2016)
  32. (es) « Chaparro ganó la etapa 5 y Sevilla se mantiene de líder del Clásico », sur www.eltiempo.com, (consulté le 28 septembre 2016)
  33. a et b (es) « Les différents classements de la cinquième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 28 septembre 2016)
  34. (es) « ETAPA 6 Bucaramanga - Aguachica Miercoles 28 de septiembre 167.2 Km », sur www.clasicorcn.co (consulté le 29 septembre 2016)
  35. (es) « Clásico RCN: Sebastián Molano victoria al sprint en Aguachica y tercer triunfo. Oscar Sevilla, sólido en liderato », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 29 septembre 2016)
  36. a et b (es) « Les différents classements de la sixième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 29 septembre 2016)
  37. a et b (es) « ETAPA 7 Pailitas - Valledupar Jueves 29 de septiembre 198.3 Km », sur www.clasicorcn.co (consulté le 1er octobre 2016)
  38. a et b (es) « Les différents classements de la septième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 30 septembre 2016)
  39. (es) « Clásico RCN: Sebastián Molano, imbatible. Ganó su cuarta etapa en Valledupar. Oscar Sevilla firme en el liderato », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 30 septembre 2016)
  40. (es) « Juan Sebastián Molano logró su cuarta victoria en el Clásico RCN », sur www.elespectador.com, (consulté le 30 septembre 2016)
  41. (es) « Clásico RCN, Et.7: Gloria para uno, desgracias para otros », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 30 septembre 2016)
  42. (es) « ETAPA 8 Valencia de Jesús - Santa Marta Viernes 29 de septiembre 223 Km », sur www.clasicorcn.co (consulté le 1er octobre 2016)
  43. (es) « Clásico RCN: Jairo Salas cortó racha de victorias de Molano, en Santa Marta. Oscar Sevilla, a una etapa del título », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 1er octobre 2016)
  44. a et b (es) « Les différents classements de la huitième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 1er octobre 2016)
  45. (es) « Clásico RCN, Et.8: Jairo Cano rompe la secuencia de Molano en los sprints », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 2 octobre 2016)
  46. (es) « ETAPA 9 Barranquilla - Carmen de Bolívar Sábado 1 de octubre 221.7 Km », sur www.clasicorcn.co (consulté le 2 octobre 2016)
  47. a b et c (es) « Les classements de la neuvième étape et les différents classements finals », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 11 janvier 2017)
  48. (es) « Clásico RCN, Et.9: Sevilla tricampeón », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 11 octobre 2016)
  49. (es) « Les différents classements de la première étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 24 septembre 2016)

Lien externeModifier