Chronologie des campagnes d'Alexandre le Grand

Les campagnes d'Alexandre le Grand sont une série de campagnes militaires dirigées par le roi de Macédoine Alexandre le Grand, entre 336 et 323 av. J.-C., contre successivement les Grecs coalisés (Athènes et Thèbes), les Perses achéménides, les satrapes perses insoumis et les Indiens du Pendjab. Au cours de son règne, Alexandre a mené des campagnes victorieuses contre divers autres peuples (Triballes, Sakas, Assacènes, Cosséens, etc.).

Carte représentant l'itinéraire et les conquêtes d'Alexandre
L’empire d'Alexandre le Grand à son apogée en 323 av. J.-C.

Le début du règne d'Alexandre est marqué par la lutte contre les tribus septentrionales qui menacent la Macédoine (Gètes, Triballes et Illyriens) et par la révolte de cités grecques qui s'achève en 335. La campagne d'Alexandre contre les Perses a été impulsée par son père Philippe II et s'étend de 334 à 331, date à laquelle Darius III est vaincu. De 331 à 328, Alexandre soumet les satrapes rebelles en Haute Asie : Bessos, Oxyartès et Spitaménès. Pendant qu'Alexandre entreprend la conquête de l'Asie, Antipater, le régent de Macédoine, doit faire face à Sparte (331). Alexandre mène ensuite campagne contre les Sakas, apparentés aux Scythes (329), puis dans le Pendjab contre le roi indien Poros, vaincu en 327. Il soumet différents peuples de la vallée de l'Indus sur la route du retour à Babylone et mène une dernière campagne contre les Cosséens dans les monts Zagros (323).

Alexandre s'appuie sur une puissante armée macédonienne forgée par son père et des tactiques militaires efficaces pour remporter de grandes batailles rangées (Granique, Issos, Gaugamèles, Hydaspe) et de longs sièges (Halicarnasse, Tyr et Aornos). Il peut aussi compter sur des généraux expérimentés, tels Parménion ou Antigone, et des officiers de la même génération que lui, tels Héphaistion, Cratère, Ptolémée ou Perdiccas.

ChronologieModifier

Campagnes septentrionales (336-335)Modifier

Guerre contre les Grecs coalisés (335)Modifier

  • Automne 335 : Athènes et Thèbes forment une coalition contre l'hégémonie macédonienne[2].
  • Décembre 335 : Alexandre est vainqueur du siège de Thèbes ; la cité est rasée tandis qu'Athènes est épargnée[4].

Conquête de l'empire perse (334-331)Modifier

Conquête de l'AnatolieModifier

Conquête de la Phénicie et de l'ÉgypteModifier

  • Hiver 333 : Délaissant la poursuite de Darius III, Alexandre marche vers la Phénicie[14]. Il désigne Antigone commandant des forces présentes en Anatolie afin de faire face à la contre-offensive perse dirigée par Nabarzanès[14].
  • Hiver 333-332 : Alexandre soumet les cités phéniciennes d'Arastos, de Marathos, de Sigôn, de Byblos et de Sidon[14].
  • Janvier-août 332 : Alexandre remporte le siège de Tyr, les survivants sont réduits en esclavage. Alexandre obtient le ralliement des princes de Chypre et de Rhodes[14].
  • Été 332 : Alexandre rejette les propositions de paix de Darius III[14]. La flotte perse est vaincue en mer Égée.
  • Été-automne 332 : Sur la route de l'Égypte, Alexandre rencontre pendant une forte résistance à Gaza sous la conduite de Batis[15].
  • Décembre 332 : Le satrape Mazakès livre l'Égypte à Alexandre sans combattre[16].

Campagne de MésopotamieModifier

Guerre contre Sparte (333-331)Modifier

  • Automne 333 : Agis III, roi de Sparte, rencontre Pharnabaze, commandant de la flotte perse[12]. Les Spartiates reçoivent des navires et organisent une expédition en Crète.
  • Printemps 331 : Memnon, gouverneur de Thrace, se révolte contre la tutelle macédonienne. Agis III rassemble les cités du Péloponnèse et défait le général macédonien Corragos.
  • Automne 331 : Antipater, régent de Macédoine, défait Agis III à la bataille de Mégalopolis[20]. Sparte négocie la paix avec Alexandre[21].

Poursuite de Darius et campagne contre les satrapes (331-328)Modifier

  • Automne 331 : Alexandre lance la poursuite de Darius qui s'est enfui en Médie cherchant à rallier les Hautes satrapies[22].
  • Automne 331 : Alexandre obtient la reddition de la Susiane[22].
  • Hiver 331 : Alexandre mène campagne en Perside. Il soumet les montagnards du pays des Ouxiens. Son avancée est freinée par Ariobarzanès aux Portes persiques[23].
  • Janvier 330 : Alexandre atteint Persépolis qui est victime d'un incendie en mai 330[23].
  • Mai 330 : Alexandre soumet les populations de Paraitacène (Médie) puis atteint Ecbatane où il déclare la fin de la « guerre panhellénique », libérant les contingents de la ligue de Corinthe[20].
  • Été 330 : Darius s'enfuit en Hyrcanie. Alexandre se lance à sa poursuite, confiant le gros de l'armée à Cratère[20]. Darius est assassiné par Bessos qui se proclame roi des Perses sous le nom d'Artaxerxès V[24].
  • Octobre 330 : Alexandre fait exécuter Philotas, commandant de la cavalerie, et son père Parménion[25].
  • Automne 330 : Alexandre soumet les populations montagnardes d'Hyrcanie (Tapouriens et Mardes)[24]. Il reçoit la soumission formelle de l'Arie par le satrape Satibarzanès[26] puis soumet la Drangiane[26].
  • Octobre-novembre 330 : L'Arie se révolte contre les Macédoniens. Satibarzanès est définitivement vaincu par un corps expéditionnaire[27].
  • Décembre 330 : Alexandre mène campagne en Arachosie contre le satrape rebelle Barsantès[27].
  • Avril-mai 329 : Alexandre soumet les peuplades des monts Paraponisades (Hindou Kouch)[27].
  • Juin 329 : Alexandre s'empare de Bactres puis traverse l'Amou-Daria pour parvenir en Sogdiane. Samarcande est prise sans combats. Bessos est capturé puis exécuté[28].
  • Été 329 : Spitaménès dirige la révolte de la Sogdiane et défait les Macédoniens à la bataille du Polytimète. Alexandre mène la répression et fait détruire Cyropolis[28].
  • Été 329 : Alexandre traverse le Syr-Daria et défait les Sakas, un peuple scythe[29].
  • Hiver 329 : Alexandre marche contre Spitaménès qui assiège Samarcande[29].
  • Printemps 328 : Alexandre obtient le ralliement des Chorasmiens. Cratère réduit les derniers îlots de résistance en Bactriane[30].
  • Décembre 328 : Spitaménès est vaincu et tué en Sogdiane. Oxyartès se rallie à Alexandre qui épouse sa fille Roxane[30].

Campagne d'Inde (327-325)Modifier

  • Avril 327 : Alexandre quitte Bactres à la tête d'une immense armée afin de marcher vers l'Inde[31].
  • Printemps 327 : Alexandre traverse l'Hindou Kouch et se rend à Alexandrie-du-Caucase. Il y reçoit le renfort de Taxilès, raja de Taxila, qui appelle à lutter contre Pôros, qui souhaite soumettre tout le Pendjab[32].
  • Été 327 : Alexandre charge Héphaistion et Perdiccas de soumettre les peuples de la rive sud du Cophen dans la vallée de l'actuel Kaboul, tandis qu'il s'occupe de la rive septentrionale.
  • Été 327 : Alexandre fait face à la conjuration des pages. Callisthène est emprisonné[33].
  • Printemps 326 : Alexandre est confronté dans le Gandhara à la résistance des Assacènes[34]. Leur capitale, Massaga, est prise à l'issue d'un siège durant lequel Alexandre est blessé.
  • Avril 326 : Alexandre prend la place forte d'Aornos aux Assacènes[34].
  • Printemps 326 : Alexandre franchit l'Indus. L'armée séjourne un mois à Taxila. Alexandre décide d'attaquer Poros[34].
  • Juillet 326 : Alexandre défait Poros à la bataille de l'Hydaspe mais le laisse à la tête de son royaume[35].
  • Été 326 : Alexandre soumet les peuples de l'est du Pendjab, dont les Arattas, et cherche à faire une démonstration de force face aux Nanda de Patna[36].
  • Octobre 326 : L'armée d'Alexandre refuse d'avancer plus loin sur le fleuve Hyphase[36]. Il construit douze autels sur place, puis il repart.
  • Automne 326 : À la tête d'une flotte, Alexandre descend l'Hydaspe puis l'Acésine afin de rejoindre l'Indus[36]. Cratère longe la rive droite de l'Indus tandis qu'Héphaistion, avec le gros de l'armée, descend le long de la rive gauche.
  • Novembre 326 : Alexandre soumet les Cathéens, les Malliens et les Oxydraques qui se sont soulevés. Alexandre est gravement blessé[37], l'obligeant à arrêter l'expédition probablement jusqu'au printemps 325.
  • Hiver 326 : Alexandre confie à Peithon une campagne de répression contre les Malliens[38].
  • Printemps 325 : Alexandre atteint Patala à l'embouchure de l'Indus[39].

Retour d'Inde et dernières campagnes (325-323)Modifier

Notes et référencesModifier

  1. Goukowsky 1993, p. 252.
  2. a et b Goukowsky 1993, p. 253.
  3. Faure 1985, p. 50.
  4. Goukowsky 1993, p. 254.
  5. Goukowsky 1993, p. 254-255.
  6. Goukowsky 1993, p. 256.
  7. Goukowsky 1993, p. 258.
  8. a et b Goukowsky 1993, p. 260.
  9. Faure 1985, p. 61.
  10. Arrien, Anabase, I, 29, 3.
  11. Goukowsky 1993, p. 261.
  12. a et b Goukowsky 1993, p. 262.
  13. Goukowsky 1993, p. 262-263.
  14. a b c d et e Goukowsky 1993, p. 263.
  15. Faure 1985, p. 73.
  16. Goukowsky 1993, p. 266.
  17. Goukowsky 1993, p. 269.
  18. a b et c Goukowsky 1993, p. 270.
  19. Goukowsky 1993, p. 272-273.
  20. a b et c Goukowsky 1993, p. 275.
  21. Diodore, XVII, 18, 73.
  22. a et b Goukowsky 1993, p. 272.
  23. a et b Goukowsky 1993, p. 274.
  24. a et b Goukowsky 1993, p. 276.
  25. Goukowsky 1993, p. 281.
  26. a et b Goukowsky 1993, p. 279.
  27. a b et c Goukowsky 1993, p. 282.
  28. a et b Goukowsky 1993, p. 286.
  29. a et b Goukowsky 1993, p. 287.
  30. a et b Goukowsky 1993, p. 288.
  31. Goukowsky 1993, p. 291.
  32. Goukowsky 1993, p. 294.
  33. Goukowsky 1993, p. 290-291.
  34. a b et c Goukowsky 1993, p. 295.
  35. Goukowsky 1993, p. 296.
  36. a b et c Goukowsky 1993, p. 297.
  37. Arrien, Anabase, VI, 9-11 ; Plutarque, Alexandre, 63 ; Diodore, XVII, 99 ; Quinte-Curce, IX, 5, 12-18.
  38. Arrien, Anabase, VI, 14, 3.
  39. Goukowsky 1993, p. 298.
  40. a et b Goukowsky 1993, p. 299.
  41. Diodore, XVII, 105-106 ; Quinte-Curce, IX, 10, 4-19 ; Plutarque, Alexandre, 66, 4-7 ; Arrien, VI, 21-27 ; Justin, XII, 10, 7.
  42. Faure 1985, p. 120.
  43. Goukowsky 1993, p. 301-302.
  44. Goukowsky 1993, p. 304.
  45. a et b Goukowsky 1993, p. 306.
  46. a b c et d Goukowsky 1993, p. 307.
  47. Goukowsky 1993, p. 308.
  48. Faure 1985, p. 140 ; Goukowsky 1993, p. 308.

Sources antiquesModifier

BibliographieModifier

  • Olivier Battistini (dir.) et Pascal Charvet (dir.), Alexandre le Grand, histoire et dictionnaire, Robert Laffont, coll. « Bouquins », , 1090 p. (ISBN 978-2-221-09784-7), p. 1030-1033 ;
  • Pierre Briant, Alexandre le Grand, PUF, coll. « Que sais-je ? », (1re éd. 1974) ;
  • Pierre Briant, Alexandre le Grand : de la Grèce à l'Inde, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard »,  ;
  • Johann Gustav Droysen, Alexandre le Grand, Éditions Complexe, coll. « Le Temps & Les Hommes », (1re éd. 1833), 490 p. (ISBN 978-2-87027-413-2) ;
  • Paul Faure, Alexandre, Fayard, , 578 p. (ISBN 978-2-213-01627-6) ;
  • Paul Goukowsky, Le monde grec et l'Orient : Alexandre et la conquête de l'Orient, t. 2, PUF, coll. « Peuples et Civilisations », (1re éd. 1975), 307 p. (ISBN 2-13-045482-8) ;
  • (en) Peter Green, Alexander of Macedon, 356–323 BC. : A Historical Biography, University of California Press, (1re éd. 1992), 672 p. (ISBN 978-0-520-07166-7) ;
  • (en) Nick Sekunda et John Warry, Alexander the Great: His Armies and Campaigns 334-323 BC, Osprey Publishing, , 144 p. (ISBN 1855327929).

Articles connexesModifier